Skip to content

Ma BD du moment – Les Passagers du vent – Suite et fin !

14 janvier 2010

La fin de l’histoire dIsa … et la transmission de son héritage à son arrière petite-fille Zabo. Une belle réussite ! Qu’il est dur de refermer ces pages… Pourtant, je commençais à m’agacer de l’invasion marketing dont fait l’objet cet album, tout comme pour le premier opus … Pub dans le métro et ses gratuits (et surement ailleurs), des piles de BDs aux 4 coins du magasin où je me suis rendue (alors que c’était même pas la peine, je venais que pour ça !!) …

Mais à partir du moment où on ouvre le livre, on oublie tout !

Si le premier « Livre » était partagé entre l’histoire de Zabo et celle d’Isa, celui-ci est quasiment entièrement consacré à Isa. On découvre son installation en Louisiane, comment elle tombe amoureuse de ce dur pays noyé dans les bayous, et du fils de son patron et ami … Et surtout, sa relation avec sa fille. Une adorable petite… métisse. C’est elle, « la petite fille bois-caïman« . Mais la vie n’est pas tendre pour quiconque à une goutte de sang noir dans les états d’Amérique du sud des années 1800. (One drops count, l’adage selon lequel Obama est noir et pas blanc pour un même métissage.)

Cet album, le point final de cette aventure, est comme il se doit, admirablement dessiné, documenté, maîtrisé…  Après, on peut regretter que l’histoire passe si vite… Il aura fallu 5 albums couvrant une période de 2 ans et 2 autres pour relater plus de 80 ans ! Mais cela fonctionne avec en particulier le fil rouge qui est la « petite » (dont jamais le prénom n’est prononcé), et ensuite avec Zabo, l’héritière, la dépositaire de la mémoire.

Tout du long, Isa sera le symbole de la liberté, de l’humanisme, de l’ouverture aux autres, perdue au gré des brutes, des maladies, des incendies, de la lâcheté, de l’égoïsme, de la guerre… Toute sa vie, elle ira à contre-courant contre l’esclavage… Il n’était que justice que le fin mot de l’histoire soit l’abolition. Elle a sinon, certes, vieillie (mais comme nous tous, surtout ceux qui comme moi retrouvait une « amie d’enfance« …), et il s’agit plus d’un processus de « maturation », à mon sens. Et surtout, elle restera debout à braver le vent, pour finalement retourner à la mer, qui « sait si bien reprendre ce qu’elle a donné« .

Une œuvre incontournable, un point final indispensable…

Le post sur le premier cycle.

La petite fille Bois-Caïman, « Les passagers du vent », de François Bourgeon, aux Editions 12 bis

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. Raniver permalink
    14 janvier 2010 12:47

    Les passagers du vent est une excellente série de François Bourgeon. Je m’étais arrêté au tome « Le bois d’ébène ». Je n’ai pas encore lu les deux nouveaux volumes de « La petite Fille Bois-Caïman ». J’espère pouvoir les lire très prochainement 🙂

Trackbacks

  1. Ma BD du moment – Les Passagers du vent « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :