Skip to content

Beginners

15 juin 2011
beginners-1

En tant que rédactrice de cet éminent blog, j’ai eu la chance et l’avantage d’assister à une avant-première du film Beginners au MK2 Bibliothèque, qui sort aujourd’hui. Et j’en suis ravie !

Après avoir écouté mes voisins de salle se la péter « Ça va, remis de Cannes ? », « Et Mélanie (Laurent), elle est arrivée ? » – genre je la connais personnellement – c’est peut-être le cas, mais j’ai quand même du retenir un fou rire – le réalisateur Mike Mills et l’actrice Mélanie Laurent (et non, moi, je ne la connais pas personnellement, donc je l’appelle par son nom entier !) sont enfin arrivés pour nous présenter rapidement le film. Vous êtes jaloux ?! Vous pouvez : Mélanie Laurent est aussi jolie en vrai que sur nos écrans 😉

Oliver est un trentenaire célibataire, un peu paumé après plusieurs déceptions amoureuses. Quand son père décède peu après avoir fait son coming out à 75 ans, Oliver hérite de son chien, Arthur, et s’interroge sur les relations familiales et amoureuses. Et il rencontre Anna. Anna est actrice et vit seule d’hôtel en hôtel, au gré de ses tournages et de ses castings. Et elle se demande comme lui ce qui fait « marcher » une relation amoureuse.

Le film mélange scènes présentes, entre Oliver et Anna, et scènes passées, lorsqu’Oliver repasse ses souvenirs avec ses parents, les moments avec son père et ses amis gays mais aussi ses moments d’enfant avec sa mère.

Ewan McGregor joue un Oliver extrêmement touchant, et son coté « boy next door » le rend extrêmement crédible et attachant. Il est facile de s’identifier et de ressentir sa solitude et sa peine. Ça le change du rôle pépère d’Obi-Wan Kenobi dans Star Wars, je vous le dis !

Anna est jouée par Mélanie Laurent, qui commence à maitriser ce genre de rôles, à mon avis, après des films comme Je vais bien, ne t’en fais pas (magnifique cela dit) ou plus récemment Et soudain, tout le monde me manque (très sympa aussi). Mais elle aussi reste crédible et touchante, et finalement à sa place dans ce film américain.

Le personnage de Hal (le père) est très convaincant. Après s’être résigné pendant son mariage – en effet, dans les années 60, être gay, ça ne se fait pas – il a décidé de changer de vie après le décès de sa femme, de s’assumer en tant qu’homosexuel et de profiter pleinement des moments qui lui reste. Ça donne un ensemble de scènes assez drôles où il semble faire tout ce qu’on attend d’un gay : il va en boîte et découvre la musique house, il manifeste pour les droits des homosexuels, etc. Et son petit ami est aussi un phénomène à lui tout seul. Et c’est vraiment marrant de voir Goran Visnjic dans ce rôle (si ce nom vous dit quelque chose, il jouait le beau Dr Luka Kovac dans Urgences) !

J’ai vraiment beaucoup aimé ce film, dans lequel je pense que chacun peut se reconnaître et partager les interrogations et sentiments des personnages. L’histoire est inspirée de la propre expérience du réalisateur, dont le père lui a annoncé qu’il était gay à 75 ans avant de décéder d’un cancer. Et je crois qu’il s’en ressent dans le film un grand respect des personnages et un grand attachement, qui ne peut pas laisser insensible.

Pour vous mettre un peu plus l’eau à la bouche, la bande annonce :

Advertisements
8 commentaires leave one →
  1. 15 juin 2011 10:45

    Rhâ l’article qui fait tellement envie… ^^
    Vraiment, ça m’a l’air tout kawai top choupi !

  2. 15 juin 2011 12:23

    J’étais amoureuse de Christopher Plummer quand j’avais 5 ans 🙂 (le capitaine Von Trapp dans La Mélodie du Bonheur, voui voui).

  3. 16 juin 2011 06:09

    Bon , on va y aller !Merci pour ton article et puis Obi-Wan…ça ne laisse personne indifférent.

    • 16 juin 2011 10:49

      J’avoue que c’est aussi un facteur de motivation non négligeable … même s’il n’est pas capillairement viable 🙂

      • Sablaetis permalink
        16 juin 2011 19:08

        Oui, je sais, pour toi c’est encore un peu court… Mais il se rattrape en barbe pendant un moment 😉
        Par contre, Obi-Wan n’est vraiment pas le rôle qui joue en faveur d’Ewan McGregor. Heureusement qu’il se rattrape dans ce film !

  4. suzou permalink
    16 juin 2011 17:08

    Merci pour l’article !! J’avais vu la bande annonce et ça avait l’air pas mal, mais là c’est sûr je vais y aller !!!!!!!!

  5. 23 juin 2011 21:57

    J’en reviens : à voir.
    Ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais : ça n’est pas vraiment une comédie, on sourit plus qu’on ne rit, c’est plus sombre, plus mélancolique que ce que j’attendais… mais qu’est-ce que c’est bon.
    Il y a l’histoire d’amour entre Oliver et Anna, bien sûr, mais ce qui m’a le plus émue (aux larmes), c’est la relation entre Oliver et son père. Un fils qui accepte l’homosexualité de son père sans trop poser de questions, qui le soigne jusqu’à la fin, qui sanglote quand celui-ci finit par mourir. Tout simple, sans en faire trop dans les sentiments à outrance – je ne suis pas étonnée d’apprendre, en relisant l’article de Sablaetis, que le réalisateur a récemment vécu cela – ça se sent.
    C’est vraiment un très beau film. Christopher Plummer est remarquable dans le rôle du père, et Ewan McGregor est tout juste comme l’a dit Sab.
    Merci de m’avoir vraiment donné envie de le voir !

  6. 23 juillet 2011 18:09

    Chose faite hier soir, je suis aussi allée tester ! Constat partagé avec Lib, j’ai hésité à rire ou à pleurer pendant l’écrasante majorité du film, je crois que je me suis résolue à faire les deux en même temps sur la fin.
    Comme le souligne si justement Sablaetis, Ewan Mc Gregor réussit à tirer son épingle du chapeau en restant vraiment émouvant, sans en faire des caisses. C’est un peu la patte des bons acteurs, amha.
    Je retire mon commentaire précédent soit dit en passant, il est quand même ‘achement appétissant ce monsieur.
    Je ne connaissais pas Mélanie Laurent (enfin, pas vu de films avec elle sauf erreur de ma part ^^’), et j’ai trouvé son jeu tout à fait en adéquation avec le personnage de Anna : blasée, mais qui veut quand même que ça marche.
    Christopher Plummer roxxe évidemment du caribou, et les explications / retour en arrière sur sa vie et son homosexualité sont vraiment troublantes. C’est aussi à travers des films comme ça qu’on se dit que parfois on évolue dans le bon sens (là je pense à tout ce qui est homosexualité = maladie mentale).
    Testé et approuvé par la rédac’ de Culture’s Pub : n’hésitez plus cher lecteurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :