Skip to content

Live report : System Of A Down à Bercy

8 juin 2011

Il y a des trucs dans la vie, et bien ça ferait chier de les louper. System Of A Down en concert à Paris, alors que le groupe avait annoncé qu’il faisait un break en 2006 (anihilant dans l’oeuf tous mes espoirs de les voir un jour en concert), pour qu’on découvre (en n’y croyant pas vraiment au début) qu’ils font un petit batch de concert en 2010 : ça ne se loupe pas, mais en plus, c’est COOL. En capslock, vous avez bien lu mes choupis.

Oh pardon. Comme vous l’avez compris, ce soir : System Of A Down est en concert à Paris. Et en plus, j’y étais. Ce qui rend le concert, infiniment, mais alors iiiinfiniment meilleur.
Deux dates, et des tas de fans survitaminés de tous âges… mais à mon grand regret une proportion de chevelus ridicule. Ouais, je proteste. Mais quand j’étais jeune, les chevelus, et bien ils ne commettaient pas de crimes de lèse capillarité et ne sacrifiaient pas leurs scalps sur l’autel de la mocheté. Mais je m’égare, revenons à Bercy …

Après une course poursuite contre la montre de Parker Lewis dans le métro en sortant des cours pour aller déposer mon ordinateur bien aimé, me voilà vaillamment dans le métro pour aller saluer les petits veinards qui se sont réveillés avant moi pour prendre des places avant le sold out.
Et bien ça c’était lundi. Pas de place, pas envie de dépenser un rein, et surtout partiel le lendemain, je suis rentrée chez moi des kilos de flyers dans les poches et avec la patate un peu chargée.

Aujourd’hui,  < je vous raconte l’histoire de mon nombril et si ça vous fascine pas vous pouvez juste lire la suite : ON > c’est une autre histoire déjà, il ne flottait pas, et en plus je suis sortie plus tôt de mon exam de droit du travail et en plus j’étais déjà en tenue de combat donc je me suis mise en rut pour Bercy après un frugal repas du guerrier. Arrivée sur place, même pas sortie du métro les sollicitations fusent déjà « hé, tu cherches une place ? ». Quelques rudes négociations plus tard, je suis l’heureuse détentrice de deux places pour aller rejoindre la fosse aux lions, et le tout à 10 euros de moins que le prix de vente de base…. \o/

< je vous raconte l’histoire de mon nombril et si ça vous fascine pas vous pouvez juste lire la suite : OFF >
Direction la porte 27 (tsaa tsaa tsaa tsaa!), dans la joie, l’extase, et la bonne humeur. Après une non-fouille au corps (hé ouais, les filles, on a pas le droit de les tripoter ! Bon, et en plus la nana était occupée, en fait.) me voilà dans la fosse aux lions. Il est 19h02.
Si vous suivez déjà mes périgrination musicales, vous savez que la dernière fois que j’ai mis un pied de mon plein gré dans une fosse c’était pour un concert de post-rock où je ne risquais pas de me faire marcher dessus et que j’ai pour habitude de fuir ce genre d’endroits comme la peste. Bon, évidemment, j’ai pas vu grand chose (voire quasiment rien, en fait) de ce qui s’est passé sur scène (merci en passant au très très très grand monsieur quelques mètres devant moi), mais je ne me suis pas ennuyée pour autant. Loiiiin de là.

Vers 19h13, les premiers cris se font entendre. A 19h23, le public en remet une couche et c’est le début des premières hola dont Bercy a le secret. Mention spéciale au côté droit de la salle qui a été nettement plus enthousiaste (mais moins que la fosse, quand même !), bruyant et allant même jusqu’à booher les autres bouts de la salle !

19h28 : les lumières s’éteignent et les joyeux drilles de Clutch débarquent sur scène. Je dois avouer qu’en général les premières parties réussissent assez peu à me convaincre de dépasser le stade de la première écoute. Et bien là, au bout d’une chanson je sautillais gentiment dans tous les sens. Quelle voix mes amis, quelle voix ! Et puis une section rythmique à tomber par terre, honestly. Complètement enthousiasmée, je suis. Le côté bluesy, funky et franchement barré du groupe m’a donné envie de découvrir leur son sur CD ! Franchement chouette, donc. Une bonne surprise, mais j’ai pas trop compris ce qu’ils glandouillaient en première partie de SOAD …?

20h11, Clutch termine son set et une douce voix off nous informe que nous allons faire une pause de 30 minutes. Le niveau sonore des protestations a été tellement énorme que j’ai dû en remettre les protections d’oreilles !
Trente vraies minutes plus tard, après avoir constaté que le sol de Bercy est aussi inconfortable qu’il en a l’air, les lumières s’éteignent et c’est parti ! 20h46 pétantes, les premières notes de Prison Song commencent à retenir …

Difficile d’être franchement objectif sur un groupe qu’on aime depuis l’adolescence.
On leur pardonne tout, ou presque. Ce soir, pourtant, rien à reprocher aux énergumènes de System Of A Down. A part peut être le fait qu’ils n’ont pas du tout été communicatifs, et qu’ils ont enchaîné les titres sans trop se préoccuper des états d’âme du public. En même temps, jouer en terrain conquis, ça a des avantages, et il était clair que tout le monde était là pour SOAD, pour gueuler un coup en retrouvant ses amours de jeunesse et pas pour papoter autour d’une tasse de thé…

Ma première surprise (en dehors de me demander comment il était humainement possible qu’il fasse aussi chaud dans un laps de temps aussi court !) était de constater que oui, Bercy sait faire un son correct. Vous avez bien lu, Bercy et son correct, dans la même phrase. En dehors du fait que le volume est poussé à fond les ballons, c’était bien équilibré, et aucuns larsens malencontreux…! J’étais un peu soufflée, je l’avoue.

Pour ce qui est du visuel (enfin, du très superficiel que j’ai pu voir quand le grand rideau est tombé) : un grand SYSTEM OF A DOWN, un visuel de montagne, un visuel de main (pochette d’album ? yé né sais pas), mais surtout de super chouettes effets de lampettes et de spots divers et variés. Étant assez sensible à ce genre de choses, ça fait plaisir de voir un show avec une jolie mise en lumière ^^

Inutile de vous dire que dès la première chanson, dans la fosse c’était l’étuve, la folie et qu’on bondissait dans tous les sens et dans les gradins tout le monde était debout. Une énergie complètement dingue, et un public qui chante toutes les chansons sans faute, c’est plutôt la classe. Je trouve. Une ambiance sympathique, avec des gens de qualité comme dirait Ofboir, enfin du moins au fond de la fosse et un peu à droite !

Je trouve que la setlist résume bien l’idée globale du concert… 29 chansons, de tous les albums, et particulièrement bien agencées :

  1. Prison Song
  2. Soldier Side – Intro
  3. B.Y.O.B.
  4. I-E-A-I-A-I-O
  5. Needles
  6. Deer Dance
  7. Radio/Video
  8. Hypnotize
  9. Question!
  10. Suggestions
  11. Psycho
  12. Chop Suey!
  13. Lonely Day
  14. Bounce
  15. Kill Rock ‘n Roll
  16. Lost in Hollywood
  17. Forest
  18. Science
  19. Darts
  20. Holy Mountains
  21. Aerials
  22. Tentative
  23. Cigaro
  24. Suite-Pee
  25. War?
  26. Toxicity
  27. P.L.U.C.K.
  28. Sartarabad
  29. Sugar

22h20 et des briquettes, concert fini, et c’est une Playne réjouie mais un peu moulue et à la voix franchement cassée qui se précipite dans le métro !

Et en bonus …
Pour citer un peu mes petits camarades : « Un public viril, mais correct », « Un son incroyable, et très bien dosé. »,  » du grand System », « Une putain d’ambiance, un public déjà conquis depuis des années, et une succession de titres qui font mouche. »
Dans le métro en rentrant …
* en lorgnant mon tee shirt fraîchement acheté avec un énorme SYSTEM OF A DOWN écrit dessus * – « vous revenez de System Of A Down ? »
– « euh oui »
– « et c’était bien ? »
– « Ils ont commencé par Prison Song… »
– « Han énorme. »
Et là dessus le dude se met à chanter 🙂

…Tout est dit !

Advertisements
3 commentaires leave one →
  1. Ofboir permalink
    9 juin 2011 19:05

    Waouh j’ai été cité je suis ému …

    Sinon ça avait l’air cool, j’ai eu à peu près les mêmes bons échos du concert de lundi. J’aurais dû venir, ça m’aurait rappelé des bons souvenirs 🙂

    • 10 juin 2011 08:35

      Haha, bien sûr Ofboir !
      J’ai en effet vu une tête connue (mais sans les bouts de chairs pendantes j’avais eu un doute) lundi 🙂
      C’était un peu ça pour tout le monde je pense ce concert : de bons souvenirs (parce que c’est vrai qu’assez objectivement en réécoutant attentivement les vieux albums, musicalement c’est pas forcément toujours ça !).

Trackbacks

  1. Les Fatals Picards back à l’Olympia « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :