Skip to content

Sherlock. As in Holmes.

27 avril 2011

Je ne sais pas vous, mais moi, quand je vois une série 1. britannique, 2. produit par la BBC, 3. écrite par Mark Gatiss et Stephen Moffat, 4. avec Benedict Cumberbatch dedans, 5. qui reprend l’un des héros nationaux Outre-Manche, et bien, impossible de résister. Il était donc écrit qu’un jour, je regarderai Sherlock.

L’histoire, je ne vais pas vous faire l’injure de vous la refaire : Sherlock Holmes, le docteur Watson, Moriarty, Baker Street… Même sans avoir lu les bouquins d’Arthur Conan Doyle, on connaît tous ce personnage, qui s’est approprié notre imaginaire collectif : « Elémentaire, cher Watson. » Et le but des deux joyeux compagnons que sont Stephen Moffat et Mark Gatiss (ah oui, pour ceux qui n’auraient pas suivi, Stephen Moffat est le nouveau producteur de Doctor Who, et Mark Gatiss a largement contribué à l’aventure de notre Time Lord préféré), Moffat et Gatiss, donc, n’ont pas voulu refaire Sherlock Holmes en mode pipe et casquette, à la old school, mais un Sherlock Holmes modernisé au goût du jour – 21e siècle.

Moderne, donc. Je ne sais pas ce qu’en penseront les puristes – je n’en suis pas. Je ne suis même pas sûre d’avoir lu une aventure de Sherlock Holmes en entier – peut-être Le Chien des Baskerville, mais ça ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. J’ai simplement compris la petite allusion du titre du premier épisode, A Study in Pink, référence à l’étude en rouge de Conan Doyle. J’ai retrouvé avec plaisir les éléments associés personnage : l’appartement dans Baker Street, le compagnon Docteur Watson, l’ennemi juré Moriary, le frangin Mycroft, et surtout, le formidable pouvoir de déduction, mystérieusement assorti d’une méconnaissance à peu près totale dans bon nombre d’autres domaines de culture G. Adaptation moderne, soit, mais les incontournables sont bien là. Check.

Là où ça devient vraiment intéressant, c’est dans l’adaptation moderne, bien sûr. Car c’est vraiment réussi. Téléphones portables, ordinateurs, blogs… Autant de nouveaux éléments, qui viennent enrichir l’intrigue sans pour autant dénaturer l’esprit du personnage. Enfin, je trouve – mais en parcourant un peu les fanpages de Sherlock Holmes, les puristes sont majoritairement d’accord. Le docteur Watson devient un vétéran d’Afghanistan, qui retrouve avec Sherlock l’excitation du champ de bataille qui lui manquait.

L’interprétation des deux comédiens sert magnifiquement les personnages. Juvénile, presque enfantin par moments, Benedict Cumberbatch est Sherlock à la fois attachant et exaspérant – sentiment qu’il inspire rapidement à John Watson, joué par un Martin Freeman bien inspiré (si vous avez l’impression d’avoir déjà vu sa frimousse, ressortez votre DVD de Love Actually). Entre admiration pour le génie de Sherlock, et agacement devant le manque de compassion du jeune homme, il nuance son jeu – tout en instillant une pincée d’héroïsme à ce docteur Watson qui ne reste pas passif aux côtés de Sherlock.

Ajoutez à cela un Mycroft Holmes obséquieux à souhait (joué par Mark Gatiss), et un Moriarty absolument cintré, mais tellement génial… On ne le voit pas très longtemps, mais il est juste impayable.

3 épisodes de 90 minutes, donc – une première saison courte, mais prometteuse… la fin est assez frustrante – ce n’est pas qu’elle soit mauvaise, au contraire : elle donne juste furieusement envie de voir la suite…

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Sablaetis permalink
    28 avril 2011 14:59

    Ça donne envie ! Je crois que je vais attaquer ça !

  2. mat permalink
    29 avril 2011 09:22

    C’est clair, vivement la saison 2, cette ré-interprétation moderne est une réussite!

  3. 29 avril 2011 10:00

    Je l’ai vu, et c’est bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :