Skip to content

Wasting Light

17 avril 2011

Amis amateurs de bonne musique, bon-jour !
C’est le printemps, les petits oiseaux chantent, l’air transbahute plein de pollens et d’allergènes, le soleil tapote, les shorts reviennent sur les fesses des hommes, on peut sortir en robe sans se geler, il fait jour tard le soir, on peut aller pique-niquer au bord de la Seine, plus besoin de manteaux, on a envie de partir tôt du bureau, il y a des fraises… et les Foo Fighters sortent leur nouvel album 😀

La vie est belle, et en 11 titres : on en prend plein les oreilles…Les Foo Fighters, je suis tombée dedans quand j’étais plus jeune. Et après avoir tourné pendant deux mois sur In Your Honor je m’étais dit qu’il fallait quand même aller me cultiver les esgourdes plus avant.
Depuis, c’est chose faite et les Foo Fighters sont associés à pas mal de trucs cool. Je vous recommande particulièrement « Long Road To Ruin » de Echoes, Silence, Patience and Grace quand vous allez faire votre footing par exemple. Bref.

Comme beaucoup de groupies, j’attendais avec impatience la sortie du dernier album. Il y a toujours une légère appréhension qui s’installe quand on attend un nouvel album : et si c’était nul ? et si j’amais pas ? et si Dave s’était coupé les cheveux ? et si les riffs étaient moins bons que d’habitude ? Et si…etc.
En direct live, chanson par chanson : c’est parti !

1. Bridge Burning – 4:46
Montée de guitare, batterie : « These are my famous last words ! »
Le ton est donné comme on dit, du classique Foo Fighters. Rythmique, une mélodie, et une bonne surprise dans les harmonies. Première impression un peu étrange pour un CD, c’est qu’il y a un léger côté live à la chose, et ça se confirme par la suite …
2. Rope  – 4:19
« On a kiss, I tought I’d save my breath for you / Gimme some rope I’m coming loose ». Gros riff, awesome solo, on en oublierait presque les n interprétations possibles des lyrics… Mention spéciale pour une batterie fort enthousiasmante.
3. Dear Rosemary – 4:27
Probablement une de mes préférées de l’album. Un refrain qui reste violemment en tête, j’hésiterais presque à caser ça dans la catégorie des chansons qui parlent d’amûr sans trop de conneries dedans.
4. White Limo – 3:22
Enfin, enfin – le chant crié que j’aime tant \o/. Classique Foo Fighters, au sens où j’ai eu l’impression d’écouter Weenie Beenie (souvenirs, souvenirs). Un truc à écouter en courant dans tous les sens et en imitant le riff.
5. Arlandria – 4:28
Yaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Alors là, fangirl contente. Un refrain à crier à tue-tête en marchant dans la rue, des trucs chouettes  à la guitare, des breaks bien placés, mais surtout :

You used to say I couldn’t save you enough,
so I’ve been saving it up, I started saving it up.
And when you said I couldn’t give you enough,
I started giving you up, I started giving you up

6. These Days – 4:58
Un autre coup de cœur de l’album : une chanson qui cause à mes tripes, un peu ballade sur les bords. Là, j’avoue que je suis restée focalisée sur les lyrics, et sur le refrain plus qu’autre chose. Après trentième écoute de la chose, j’admets qu’il y a des choses intéressantes du côté des harmonies aussi.
« Easy for you to say … »
7. Back & Fort – 3:52
Hum hum. Alors mes enfants, là j’avais des idées derrière la tête en écoutant la chanson pour la première fois : « You got a lot of nerve
Now show a little backbone why don’t you / I’m lookin’ for some back and forth with you / Are you feeling the same as I do now and now and then? / I’m lookin’ for some back and forth with you / Are you feeling the same as I do? ». I am definetly looking for some back and forth, scrogneugneu. En plus les guitares se répondent, ça grimpe dans les aigus, graou graou. J’aimerais bien qu’on me chante ça, tiens.
8. A Matter Of Time – 4:36
On re-calme l’ambiance avant de la réchauffer à coup de gratouillis guitaresques et de doum-doum-doum de basse. Une chanson, qui étonnamment ne parle tant que ça du temps. J’ai bien aimé le côté « attente » du refrain : « It’s just a matter of time / Before, before » qui donne du coup un peu d’éclat à la fin de la chanson : « TIIIIIME » bien crié à la Weenie Beenie et une fin très live qui enchaîne super bien avec :
9. Miss The Misery – 4:32
Sympathique, avec enfin une référence au titre de l’album (qui me faisait cogiter depuis le début : « Mais pourquoiiii ?! ») dans le refrain. J’ai trouvé l’ensemble un chouillat plus fouillé que d’autres chansons de l’album et un joli relief dans les sonorités.
10. I Should Have Known – 4:16
Bon, alors, je ne m’en cache pas : ma préférée préférée de l’album.Une basse bien cracra, des violons, shitload d’émotion(s) : tout y est.

I should have known,
I was inside of you,
I should have known,
There was that side of you,
Came without a warning,
Caught me on a web,

I should have known,
I’ve been here before,
I should have known,
Don’t want it anymore,
One thing is for certain,
As I’m still standing here,
I should have known.

Nuff said.
11. Walk – 4:16
Et on clôture l’album sur une note positive. Une chanson entraînante, un riff qui donne envie de marcher d’un air conquérant en disant : « I believe I’ve waited long enough, where do I begin ? » … « I never wanna die ». Ce morceau m’a fait penser à d’autres chansons « de fin d’album », et c’est assez rassurant de se dire qu’au bout d’un sacré paquet d’années, le groupe arrive encore à créer, à innover, et enfin à capturer le côté de la scène. Un petit mot quand même, j’ai été surprise de la sonorité de l’album au début. Un côté nettement moins clean et chirurgical que les précédents, et la différence … c’est le garage. Comme quoi le retour aux sources …
Une bonne galette playne-approved  à écouter cet été pour se mettre de bonne humeur ! 😉

Advertisements
2 commentaires leave one →
  1. Macguyre permalink
    17 avril 2011 23:07

    Mmm, ton entousiasme fait plaisir à voir, j’irai surement l’écouter sous peu du coup, je suis curieux.
    Merci pour la review. 🙂

    Mac (qui n’a plus de poulet sur la tête)

    • 18 avril 2011 07:48

      Hehe, merci ^^
      J’espère que l’album te plaira, à mon sens c’est le meilleur album des Foo Fighters depuis un sacré bout de temps (si pas le meilleur tout court en fait, même si la partie acoustique de In Your Honor reste dans mes top albums ever), et c’est aussi un bon prétexte si tu ne connais pas leurs autres productions !
      Bonne écoute 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :