Skip to content

La « vague coréenne », deux séries pour le prix d’une !

15 avril 2011

Cest marrant, jai comme une envie de coréen depuis…

Suite de mes trépidantes aventures au fabuleux pays des séries au cinéma : ce festival, c’est l’occasion de faire des découvertes, et dans des conditions de rêve. Entrée libre, grand écran et convivialité (c’est fou, on se marre plus à cent dans une salle de ciné que tout seul devant sa télé… incroyable !) L’occasion aussi de découvrir des programmes venus du monde entier. Je reconnais qu’après mes tribulations crétines de l’été dernier, j’ai fait preuve d’une certaine partialité. Par ailleurs, mon emploi du temps ne m’a pas toujours laissé le choix non plus. J’ai donc opté pour la soirée sud-coréenne, avec les pilotes de Comrades et de Chuno, une série sur la guerre de Corée et un drame historique sur un chasseur d’esclave. (Je n’ai pas vu la troisième série proposée, Iris, qui parle d’espionnage et qui avait l’air pas mal du tout…)

Comrades, Legend of the Patriots

Il faut le dire tout net, c’est de la série de guerre, donc pas mon truc à priori. Je n’ai vu ni Il faut sauver le soldat Ryan, ni Band of Brothers, je n’ai donc pas tellement d’élément de comparaison, mais à mon avis, c’est du même genre. Cela dit, si c’est votre truc, à mon avis ça vous plaira. La série raconte la guerre de Corée, à travers le parcours d’un petit groupe de soldats.

Personnellement, le tac tac tac des armes automatiques et les combats à l’arme blanche, c’est pas ma tasse de thé, alors filmé en accéléré façon jeu vidéo, encore moins ! Les scènes de combat sont assez violentes, brutales, même. Et puis, dans le pilote en tout cas, on a un peu de mal à s’y retrouver. Ce n’est pas tellement que tous les personnages se ressemblent – une fois qu’on a un peu pris le pli, ça va – c’est surtout qu’ils sont un peu trop nombreux. Pas facile de savoir qui est qui, qui fait quoi. Pas facile non plus de s’identifier ni de s’attacher durablement, ce qui est pourtant l’intérêt principal du format sériel.

À réserver aux amateurs du genre, donc.

Chuno

Ah, là on peut parler ! Chuno, ça veut dire chasseur d’esclave en ancien coréen… L’intrigue est centrée sur deux personnages principaux, Lee Dae Gil, le chasseur d’esclave, avec ses deux comparses et sa quête obsessionnelle de cette esclave qu’il a aimée et qui s’est enfuie en faisant de sa vie un champ de cendres (littéralement), et Song Tae Ha, un ancien général devenu esclave qui rêve de rétablir l’héritier sur le trône. Naturellement, les destins de ces deux hommes vont se croiser, et ça va saigner. Ce n’est pas une façon de parler, enfin presque pas : nettement moins brutaux, moins réalistes aussi, que dans Comrades, les combats sont ici très réussis, largement au niveau de ce qu’on peut voir au cinéma. Si ce n’est pas votre truc, rassurez-vous, il n’y en a pas tant que ça. On trouve aussi de chouettes costumes, de l’amour, de la vengeance et surtout beaucoup d’humour.

Un autre facteur qui a dû contribuer au succès de la série : les acteurs sont canons. (À mon avis la Corée souffre du syndrome écossais, des acteurs trop beaux et des rues tristement peuplée de mecs pas terribles…) Bien sûr, il faut aimer. Mais moi, je craque complètement pour le général, j’avoue… Messieurs, et Mesdemoiselles qui aimez aussi les femmes, rassurez-vous : s’il y a nettement moins de personnages féminins, les actrices présentes sont tout à fait ravissantes. Cela dit, dans le pilote, elles restent globalement habillées des pieds à la tête, alors que les hommes, eux…

Bref un mélange très réussi de plein de bonnes choses, je vous le recommande vivement !

Un commentaire sur les séries coréennes en général, une mise en garde en quelque sorte : l’intrigue met toujours un peu de temps à s’installer. Ce n’est pas qu’on s’ennuie pendant le pilote, mais ce qui fait la série, ce qu’on trouve dans le synopsis quoi, n’arrive pas avant le deuxième épisode. C’est un peu… déroutant. Comme ça, vous êtes prévenus.

Et pour répondre à la question qui vous taraude, je le sens, vous pouvez retrouver tout ça (et plein d’autres trucs aussi) sur le site Drama Passion, dont le responsable était chargé de présenter ces deux séries au Forum des Images, et il ne s’est pas gêné pour se faire un peu de pub. Cela dit, il paraît que c’était payant, avant… plus maintenant.

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :