Skip to content

La Louisiane en vrai.

13 avril 2011

Décidément, HBO et la Louisiane, c’est une grande histoire d’amour, on dirait. Région nettement moins représentée dans les médias que la Californie, New York ou Chicago, le Sud profond avait déjà imposé son ambiance torride et ses vampires avec True Blood. Là, retour à la réalité avec la nouvelle création de David Simon (The Wire). Bim.

La Nouvelle-Orléans, trois mois après. Pas besoin d’en dire plus. Tout le monde sait de quoi il s’agit. Dans les débris du quartier de Treme (prononcé à la française, Trémé), la communauté des musiciens essaie de se reconstruire. Ou, plus simplement, de survivre.

J’ai eu l’occasion de voir le pilote sur grand écran, au Forum des Images (Les Halles) à l’occasion de la deuxième édition de Séries Mania (jusqu’à dimanche 17, entrée libre). Royal, je dois dire. Les images, l’ambiance, on oublie totalement que c’est fait pour le petit écran. Cela dit, j’ai trouvé que c’était un peu long (70 min, quand même, même si je ne parlais pas tant de la durée réelle) : il y a beaucoup de personnages. On s’y retrouve assez bien, ce n’est pas le problème, mais on n’accroche pas tout de suite, il faut le dire. Cela dit, le fait de prendre son temps n’est pas une mauvaise chose en soi. C’est un pilote, hein. Il faut bien commencer quelque part.

Les personnages, donc – je suis sympa, je vous aide : il y a LaDonna, qui recherche son frère, l’avocate qui lui vient en aide, le mari de celle-ci, professeur indigné. Et puis il y a Antoine, ex-mari de la première, saxophoniste toujours à la recherche d’un boulot, mais pas au prix de sa dignité : les pièges à touristes, très peu pour lui. Quant à Janette, elle cherche désespérément à relancer son restaurant tout en mettant les choses au clair avec Davis, DJ en galère. Enfin, il y Albert, le big chief qui cherche à reconstituer sa tribu, à rassembler ses fidèles, à commencer par son fils, trompettiste de jazz. C’est marrant, à part l’avocate et le professeur, tout le monde est soi dans la restauration, soit dans la musique. Si c’est ça, la Nouvelle-Orléans, j’avoue que ça me dirait pas mal…

Tout ce petit monde se croise dans une ambiance très singulière : au milieu des ruines, du chaos de leur maison et de leurs vies, les personnages luttent, mais n’oublient pas de sourire. Émouvantes sans jamais sombrer dans le pathos ni céder à la facilité, les images vont droit au cœur. Treme ne fait pas semblant, c’est la dèche, et les pouvoirs locaux et fédéraux en prennent pour leur grade – l’action se passe à l’automne 2005, mais dans les faits, la situation n’a pas tellement évolué depuis. Cependant, aucun misérabilisme ici, on rit aussi, et de bon cœur, car les personnages n’ont perdu ni leur humour, ni leur chaleur. Ni leur musique, qui traduit ce curieux mélange de lucidité désabusée et d’optimisme.

Omniprésente ou presque, la musique fait tout le charme de la série. Comme je n’y connais pas grand chose, je ne vais pas m’étendre. Simplement, on sent qu’elle hante la vie de ces personnages, qu’elle les accompagne au quotidien et qu’elle liée inextricablement à cette ville qu’ils ne peuvent se résoudre à quitter.

Une série à suivre, sans aucun doute.

Publicités
One Comment leave one →
  1. vince permalink
    13 avril 2011 19:52

    Excellente cette série ! Une chronique de la vie des habitants de NOLA dans l’apres Katrina, avec de la chouette musique tout le temps. La saison 1 était excellente. Faut que je me penche srieusement sur la saison 2 qui sort cette année…

    A voir absolument aussi, par le meme réalisateur (David Simon), The Wire sur la ville de Baltimore et la mini série Generation Kill sur la guerre en Irak (la deuxieme).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :