Skip to content

Live report : Ulver au Trabendo

27 mars 2011

Ulver, c’est un des groupes que j’ai attendu de voir en concert pendant des plombes. La loi de Murphy trouvant des applications absolument partout, j’ai réussi à louper tous leurs concerts parisiens ces dernières années.
Samedi, j’étais donc particulièrement survitaminée au fur et à mesure que la journée avançait.
Une petite pluie, des gens de qualité débattant sur des sujets de qualité, du coca, une concentration de chevelus au mètre carré avoisinant les 100% … de bonnes perspectives, quoi.
Malheureusement, pas tant que ça.
Le sens inné de la classe a fait qu’avec Ofboir, on est arrivés fort synchronisés (si pas ponctuels) à 19h et des grosses briquettes.
Le temps de se rappeler que non, tout droit c’est Slayer et le meilleur sponsor de l’Oréal, et que les gens de qualité tournent à droite retrouver le Trabendo : il faisait déjà 35° dans la salle, et c’était gentiment rempli.
Un coca et plusieurs bières plus tard, la première partie débutait.

Étrangement, en allant voir un concert, on s’attend à certains trucs. Par exemple, avoir de la musique en première partie. Et samedi soir, on a brutalisé les conventions, pauvres chiots pétris de certitudes que nous sommes…
On en a donc pris plein les yeux, plein les oreilles, et ce quasiment au sens propre (quoique…) du terme.
En résumé : un chiotte posé sur la scène. Une webcam au fond dudit chiottes. Un écran géant. Et du bruit. Du bruit. Du bruit. Encore du bruit. Du bruit.
L’impression qu’on est un train de faire souffrir un jack dans un ampli poussé à fond. Du bruit. Du bruit. Et encore du bruit.
Mais surtout, le truc sur scène, avec son leggins rouge, son marcel en résilles, son bonnet, qui a d’abord passé une bonne dizaine de minutes à faire semblant de vomir. Et qui a ensuite baissé son froc pour s’assoir sur les chiottes. Je pense que je vous fait grâce des images et de la description d’un anus d’homme roux grassouillet projeté sur l’écran géant.
Du coup, on a dansé, parlé des schtroumphs, bu du coca et de la bière en levant le petit doigt comme des gens de qualité et tourné le dos à l’écran.

Bon.
Oui alors passons sur la première partie, sans aucun intérêt.
Attention les amis, Ofboir vient aussi mettre son grain de sel dans l’article !

Un deuxième coca plus tard, un hotdog pour Ofboir, et quelques chevelus très beaux évoluant devant mes mirettes ébahies plus tard, les lumières s’éteignent à nouveau et Ulver entre en scène.
Si vous ne l’avez pas lu, je vous recommande chaudement l’article de mon compère sur l’un de leurs derniers concerts parisiens, qui avait l’air nettement plus enthousiasmant que leur performance de samedi.
Je ne sais pas si c’est le double effet kick ass du « j’ai attendu longtemps, donc ça se devait d’être awesome » combo « mais mais mais, non pas du William Blake pendant 3 ans ! » mais je suis sortie du concert franchement déçue.
Restée sur ma faim, complètement.
Un des trucs qui me laisse toujours un peu perplexe, c’est de jouer des nouveaux morceaux en live. Loin de dire que ce soit une mauvaise chose, c’est parfois un peu difficile d’accrocher le public (qui du coup découvre le machin), et je ne pensais pas vraiment qu’Ulver prenait ce parti. Du coup, dur de vraiment entrer dans l’ambiance, puisque tout bêtement, j’aime mieux découvrir certains trucs sur CD.
Un bon petit paquet de nouvelles chansons (sympathiques au demeurant), un peu le coup fatal. La chanson qui tue l’ambiance, avec de la récitation de texte sur fond musical. Et là wham ! J’ai décroché.
Même Hallways of Always en « rappel » (minuté à la seconde près, et avec les images déjà toutes prêtes …) n’a pas vraiment rattrapé la chose.Et pourtant, un de mes petits camarades a hurlé haut et fort dans mon oreille « Oh ! Je crois que j’ai une érection ». Pertinente, ça reste à voir !

Ulver, vous savez à quel point j’ai apprécié leur dernier concert parisien (d’ailleurs Playne quand tu parles de leurs derniers concerts parisiens de ces dernières années, tu peux le mettre au singulier …), mais alors là, grosse déception. Parce qu’Ulver, c’est quand même le genre de groupe qui nécessite plusieurs écoutes avant de rentrer dans leurs albums. Du coup quand on en découvre un sur scène, on a beau apprécier, on n’en retient pas grand chose après coup.

Mais pour parler de la musique (quand même), je dirais que ce nouvel album a l’air très chouette.
Globalement, j’ai quand même beaucoup aimé les morceaux qui nous ont été présentés. Un peu moins pour l’un d’eux, mais ça m’a quand même donné hâte de jeter une oreille à leur future livraison.
Par contre, effectivement, ça s’est terminé par une lecture de texte sur vague fond musical pendant facilement 15 min, et là je me suis quand même bien ennuyé. Et s’ennuyer un quart d’heure sur un concert d’une heure, ça fait beaucoup ! Mais bon, ils avaient annoncé que c’était le dernier morceau du nouvel album qu’ils jouaient, donc je me disais « cool ! maintenant on va avoir des anciens morceaux », et sur ces entrefaits, ils se lèvent et quittent la scène. Vous imaginez mon désarroi … D’ailleurs on s’est tous regardé à ce moment-là, on a tous pensé la même chose : « les bâtards ! ». Le très bon rappel (Hallways of always est quand même un des morceaux qui m’avaient le plus marqué à leur dernier concert) n’a pas réussi à rattraper cette grosse déception.

57 minutes plus tard, le concert était plié.

Franchement les gars, vous faites découvrir votre nouvel album, ok pourquoi pas, mais dans ce cas rajoutez quand même une heure d’anciens morceaux par derrière … Surtout qu’avec 57 minutes vous avez quand même de la marge.
Et puis ouais, les mecs qui sirotent leur bouteille de vin pendant tout le concert (et au goulot et sans lever le petit doigt hein), ça nous donne pas trop une impression de mecs très passionnés pas ce qu’ils font.

Un truc que je retiendrais dans le vraiment positif par contre, c’est le travail remarquable sur les vidéos qui défilent derrière le groupe. Superbes, et toujours parfaitement en phase avec la musique….un plaisir !
Autre point positif, la salle. Je n’avais jamais mis les pieds au Trabendo, et elle est plutôt sympa avec sa fosse biscornue, son estrade et sa mezzanine sur le côté pour dominer la situation (quoique pour la première partie on aurait préféré ne pas avoir de vue imprenable …). Et le son était plutôt propre et équilibré, ce qui est assez rare pour être souligné.
Si l’intrawaibe ne dit pas trop de bêtises, la setlist ressemblait à ça :

  1. February MMX
  2. Norwegian Gothic
  3. Providence
  4. September IV
  5. England
  6. Island
  7. Stone Angels
  8. Hallways of Always

Pour conclure, un clin d’œil !

Advertisements
11 commentaires leave one →
  1. Nicolas permalink
    27 mars 2011 23:32

    Ulver… groupe dont j’ai écouté la quasi totalité de leur discographie d’une traite, la première fois. Le genre de groupe qui produit une musique tellement riche et variée que je n’arrive pas à me dire au bout de 10 titres : « Bon, et si je mettais autre chose ? ».

    Comme pour nombre de concerts ces derniers temps, j’avais pris ma place pour découvrir ce que ça pouvait donner sur scène, un peu à l’aveugle. Parfois, ça marche : Godspeed You! Black Emperor. Parfois, ça ne marche pas : Ulver…

    Je partage ta déception, leur prestation de 57 minutes (j’ai noté 58, je te fais confiance sur l’exactitude du chronométrage :)) m’a parue trop courte pour justifier le prix de la place. Quand Anathema joue son dernier album en intégralité, c’est après la sortie, et toujours accompagné d’anciens titres, le tout tenant sur environ 2h30. Ne jouer que le dernier album, dont aucun moyen « légal » n’existe pour le découvrir avant le concert, c’est très, très risqué. Et ça n’a pas pris, je crois. J’ai eu l’impression d’assister au concert d’un groupe qui se contente du minimum syndical et n’aspire qu’à retourner en loges finir leurs bouteilles de vin et leurs clopes.

    C’est malheureux, parce que pour un premier concert d’Ulver, ça ne m’a pas donné envie de renouveler l’expérience avec eux. C’est dommage, ils font de la bonne musique. Mais leur prochain concert se fera sans moi. J’en aurais presque regretté de ne pas être allé me nettoyer les oreilles juste à côté…

    Par contre, je dois être l’un des rares à avoir apprécié le texte déclamé sur fond d’ambient…

    Merci pour ce live report fort plaisant à lire 🙂

  2. 27 mars 2011 23:47

    Un concert de 57 minutes et une première partie avec un type qui montre son cul ? Quelle arnaque…

  3. 28 mars 2011 07:12

    Haha c’est con parce que Megadeth c’était drôlement bien.

  4. Nicolas permalink
    28 mars 2011 07:27

    Un détail que j’oubliais : le doigt d’honneur à destination de celui qui a gueulé « Black metaaaaaaaaal ! », comme autant de majeurs tendus bien haut en réponse à tous ceux qui, ce soir là, attendaient autre chose d’Ulver.

  5. Vince permalink
    28 mars 2011 12:31

    Review super chouette ! Bien d’accord avec vous dans l’ensemble, meme si mon impression finale et peut-etre plus positive que la votre, vu que tous les morceau précédant l’instant du club des poetes m’avaient carrément emballés.

    Apres, c’est sur que ce fut le drame. Au bout de 5 minutes, a chaque fois que le mec tournait une page de texte pour attaquer la suivante, j’était pris d’une bouffée de desespoir…

    @Nicolas: par contre j’aurais bien filé un médaille a l’autre qui a clamé d’une voix chevrotante et pas tres forte: « …..sataaan… ».
    hahaha !

    • Vince permalink
      28 mars 2011 12:32

      arg, pardon pour les fautes d’orthographe…

  6. zombij permalink
    28 mars 2011 12:33

    Sans faire dans le détail, j’ai apprécié le concert, mais sans plus.
    Donc j’était un peu déçu, vu que c’était Ulver.
    je les ai vu au Hellfest et j’ai beaucoup plus aimé, malgrès le son pourri du chapiteau. J’en avait pris « plein la gueule » d’émotion et de puissance dans le show. Là, c’était agréable, mais le fait qu’on ne connaissait pas les morceaux ne m’a pas plu. Je rentre plus dans le live en terrain déjà conquis.

    Et la première partie … quelle insulte ! Vraiment déçu qu’Ulver nous ai proposé cet escroc.

  7. jokester permalink
    29 mars 2011 14:23

    Merci pour l’article ! Je note avec surprise la setlist rachitiquement minuscule… chose pas courante dans les « live-report » !
    Je ne connais pas Ulver, je vais m’écouter ça un peu.

    • Nicolas permalink
      29 mars 2011 16:27

      Tout dépend de l’artiste 🙂 Je me souviens avoir vu Lisa Gerrard & Klaus Schulze à Paris en 2009, ils n’ont pas dû faire plus de 4 titres. Pourtant ça a duré plus longtemps qu’Ulver…

  8. LASUMBRA permalink
    30 mars 2011 21:09

    Salut tout le monde, idem j’avais vu Ulver au Hellfest et j’avais été agréablement surspris du bon accueil de la part du public, mais d’après vos commentaires j’ai bien fait d’avoir raté ce concert !!
    Pour en revenir a anathema je suis rester sur le fessier lors de leur prestation a l’elysée montmartre (RIP) mais tu vois que les mecs avait plaisir a jouer leur set et qu’ils ne faisait pas leur fonctionnaire. Idem pour lisa gerrard et papa shults j’ai trouver cela un peu de l’escroquerie !!!! Surtout au vu de la magnifique séance de lisa gerard en solo 8 mois avant !!!!
    Bref parions sur le futur concert d’arcturus pour voir …..

  9. Khayman permalink
    4 avril 2011 19:56

    Concert correct, sans plus.
    J’ai relevé les mêmes points négatifs que plus haut, à savoir une setlist riquiqui et un gros foutage de gueule en première partie. Moi je m’attendais à un concert, pas à un one-man show.

    Le point positif c’est que ce 1er contact avec « War of The Roses » m’a plu, je suis même reparti avec le LP (+ celui de Perdition City ♥).

    D’ailleurs en parlant de Perdition City, j’ai pris un petit souvenir :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :