Skip to content

Amphitryon revisité

24 janvier 2011

Des aventures malheureuses d’Amphitryon, général thébain cocufié par Jupiter, la postérité aura surtout retenu l’oeuvre de Molière. La pièce ne commence cependant pas avec le grand dramaturge français : en 187 avant JC, Plaute s’était emparé du mythe pour en faire une comédie truculente, qui retrouve toute son originalité et sa drôlerie au Théâtre Darius Milhaud.

Si tous les amoureux du théâtre connaissent l’Amphitryon de Molière, peu se rappellent celui de Plaute. Pourtant, certains se souviendront peut-être avoir appris des vers latins sur les bancs du collège – l’Aululularia, la marmite, ancêtre de L’Avare, ou encore cet Amphitruo tonitruant. C’est justement un professeur de latin, François Charron, qui signe cette nouvelle traduction, qu’il met en scène et interprète également. Avec délectation, avec bonheur, avec la familiarité d’un habitué du texte latin. Certains mots surgissent d’ailleurs parfois dans leur langue originale pour mieux plonger le spectateur dans cette Antiquité déjantée.

Car il ne s’agit pas de transposer sur scène toute la poussière que les savants ont laissée s’accumuler sur leur vieille édition de Plaute chez Budé. La compagnie s’empare du texte et lui rend toute l’énergie, toute la truculence et l’irrévérence qui traversent les textes du Latin. Blagues vaseuses, allusions salaces, jurons et mimes grossiers rendent à la comédie toute sa vivacité. Le spectateur s’amuse, pas une fois ne s’ennuie – à l’image des comédiens, qui vont et viennent du plateau aux coulisses à grands renforts de bastonnades, de claques et de coups de pied au derrière.

Le tout avec un grand respect de l’esprit tout autant que de la lettre. Certaines scènes de l’acte IV ont été perdues : les comédiens s’interrompent, Amphitryon, déboussolé, se rue dans le public en brandissant son exemplaire de la pièce en demandant qu’on la lui traduise – avant que la pièce ne reprenne avec fracas et que les comédiens ne remettent les masques de leurs personnages pour précipiter la pièce vers son dénouement.

Un grand moment de comédie, qui permet de redécouvrir cette petite merveille qu’est l’oeuvre de Plaute. Des comédiens inspirés, une mise en scène dynamique, qui sait mettre un profit un petit espace et parvient à entraîner le public dans un enthousiasme communicatif. A ne pas rater !

Renseignements pratiques

Amphitryon
de Plaute
traduit et mis en scène par François Charron
avec Djelali Ammouche, Quentin Casier, François Charron, Ilona Coulom, Anne Savina

du 7 janvier au 11 février et du 4 mars au 8 avril 2011
vendredi à 18h30 et samedi à 21h, relâches les 21 et 28 janvier
tarifs : de 10 à 17€
réservations au 01 42 01 92 26 ou sur le site du théâtre

Théâtre Darius Milhaud
80 allée Darius Milhaud
75019 Paris
Ligne 5 (Porte de Pantin)

Le site de la compagnie Tant Pis pour la Glycine

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :