Skip to content

Largo Winch, le défenseur de la veuve et de l’orphelin…

10 décembre 2010

Sachant que l’orphelin, c’est lui. Mais mettons entre parenthèses une si mesquine remarque pour s’attaquer au fond du sujet : notre aventurier sexy et milliardaire reparti contre les méchants de tous poils qui en veulent à son argent (et de plus en plus à sa peau, battre les méchants à longueur d’albums, faut croire que ça entretient leur velléités de vengeance).

Le concept Largo Winch est simple :

  • Un baroudeur sexy et intelligent à qui rien ne résiste (même recette que pour XIII, suffit de remplacer « amnésique » par « milliardaire » et complot « politique » par « financier »)
  • Un scénario rythmé et avec rebondissements (Jean Van Hamme n’est pas n’importe quel scénariste quand même : XIII, Thorgal… bref, que des bonnes séries, mais qui on une tendance nette à se délabrer avec le temps).
  • Un fonctionnement en diptyque, un tome pour poser les bases : invariablement, le milliardaire est dans une merde pas possible à la fin de celui-ci ; au deuxième tome la mission de le faire revenir à son état initial : vainqueur, ses ennemis à terre, les filles à ses pieds. Prêt à retomber au prochain tome… Et la boucle est bouclée.
  • Les filles justement. Les aventures de Largo Winch sont peuplées de créatures magnifiques toutes en jambes et yeux de biche qui battent langoureusement des cils vers le bel aventurier. (Oui, je vous jure, on voit nettement le battement de cils sur cette BD, ce qui est en soit un bel exploit.) Mais gentleman, le sir reste toujours galant et attentif à ses innombrables conquêtes (tout en les multipliant). Le rôle du goujat (histoire de faire rire un peu, Largo Winch étant une BD qui donne pas trop dans l’humour, faut bien atteindre le quota), ce rôle est donc assuré par Simon, le comparse idéal d’un héros de BD qui se respecte : sympa, un peu ridicule, mais avec un graaaand coeur, et également un côté un peu retors, la cible idéal pour se foutre dans la merde et obliger son super grand pote à lui sauver la vie.

Bref, Largo Winch c’est du cliché à pattes. Si les premiers cycles était sympa, avec la nouveauté du personnage, maintenant le jeune premier s’encroûte. Toujours la même routine, et de plus en plus le goût du luxe. (Mossieur s’est quand même payé un appart parisien pour le lancement du nouveau tome.) Je dirai rien sur le film (et pour cause, je ne l’ai pas vu, mais ce que j’en ai entendu ne me paraissait pas reluisant). Par contre je tiens à préciser que le dessin de P. Francq est et reste de qualité.

Donc, Mer Noire, la dernière production :

– Acte 1 : De sombres personnages mettent en place une machination machiavélique. Ah. Ah. Ah.

– Acte 2 : Largo est heureux au milieu de ses amis : mariage, champagne, comme la vie est belle !

– Acte 3 : La machination se met en marche et notre pauvre Largo est accusé de trafic d’armes en Turquie… Oooh. Et en plus les agents sont des pas gentils qui considèrent notre cher héros comme un fouteur de merde. (On se demande bien pourquoi.)

– Acte 4 : Comme d’hab, M. Winch ne va pas attendre que les choses s’arrangent pour lui toutes seules, ou que certains de ses amis le fassent. Non, ce n’est pas possible, Largo Winch règle ses problèmes tout seul d’abord, il n’y a que lui qui peut trouver une solution, c’est sûr (et puis sinon, il n’y aurait pas d’histoire aussi). Bref, Monsieur s’évade et va directement en Turquie régler ses petites affaires.

– Acte 5 (SPOILER) : La fin des 46 pages réglementaires approche. En 3 secondes Largo se retrouve coincé sur un bateau et son pote Simon est jeté en prison en Suisse. (Suspense, mais comment va-t-il s’en sortir ? Suite au prochain épisode.)

On peut également rajouter sur l’épisode : un parfum de « Les banques, leurs traders et leurs actionnaires, c’est des connards ! » (Bon, ça, pourquoi pas…) et de « Hum un trafic d’armes ? Ben on va le situer dans un pays avec une dominance religieuse de l’islam, c’est plus fun ». Bref, des thèmes pas du tout opportunistes.

Bilan : BD lue en 15 minutes chrono. En la fermant, je me suis dit « et donc ? il s’est passé quoi en fait ? » Réponse : rien. Cette BD reste au stade mémoire flash tellement elle est inintéressante. Dommage quand même. Le papa de XIII, Thorgal, Lune de guerre, SOS Bonheur mérite mieux.

Advertisements
4 commentaires leave one →
  1. 10 décembre 2010 10:24

    Et bim, dans sa face ! Bien envoyé, Makuchu.

  2. The Librarian permalink
    10 décembre 2010 14:12

    je ne peux m’enpêcher de tenter de défendre (un peu) « Le papa de XIII, Thorgal, Lune de guerre, SOS Bonheur »…

    Un peu plus fan de XIII et Thorgal que de l’ami Largo, j’avoue ne pas (encore) avoir lu ce tome là, mais je me suis dis qu’un gars qui à un biblio comme la sienne mérite au moins un commentaire pas en mode coup de surin!

    La production (forcement) inégale d’un auteurs peut parfois être influencé par le rythme et les objectifs de production (qui à dit les banquiers, les actionnaires ET les gros éditeurs de BD c’est des connards!) et peut être que certain scenarii serait refusé s’il n’y avait pas marqué Jean Van Hamme en bas de la page: finie la BD éditée par des gens qui étaient avant tout des lecteurs assidus et des fans critique… Ce tome doit entrer dans la longue série de ceux qui ne sont pas destinés à être lu mais peut-être juste à être vendu?

    L’inertie et la lassitude rendent également ces longues séries des papy de la BD un peu mollassonnes, voir poussives et niaises, sur la fin, mais qu’à cela ne tienne, on dispose alors du meilleurs argument de vente: « achetez le, il est meilleur que le suivant » (Relisez les 4-5 derniers tomes d’Astérix pour en être convaincu).

    Gageons que notre amis Belge saura
    (a) soit se ressaisir et pondre des scenari un peu plus variés (faut dire que même sur XIII, passé la découverte on se retrouve avec un schéma de narration plutôt circulaire…alors imaginé devoir attendre des mois avant le tome suivant AAAArgh)
    (b) donner un belle fin à la série?

  3. 10 décembre 2010 15:56

    J’avoue avoir été un peu dure avec notre cher milliardaire, mais c’est pour son bien 🙂

  4. Eunostos permalink
    10 décembre 2010 18:21

    Ah, pas encore lu, mais Largo Winch j’en suis un peu revenu (et puis je n’ai plus beaucoup de place sur mes étagères, alors la sélection culturelle est féroce) donc il attendra que je tombe dessus en BDthèque.

    Mais il faut relativiser : pondre des intrigues complexes, variées *et* pas clichées en 48 pages, c’est pas simple, et le système de diptyques de Largo Winch permet déjà d’avoir quelque chose de relativement élaboré (surtout quand Van Hamme est en forme). Le problème, c’est que la série commence à avoir épuisé son premier élan (je n’avais pas lu les deux tomes précédents, mais d’après ce que j’ai compris Van Hamme a même ressorti la carte des trois yeux des gardiens du Tao, qu’on voyait quand même lourdement venir, signe qu’il commençait à avoir sérieusement besoin d’idées…), et que ça devient du James Bond-mais-avec-des-sous-à-la-place-du-budget-espionnage. D’où clichés à répétition.

    Ce n’est pas pour rien que Van Hamme a arrêté XIII et cessé de scénariser Thorgal pour passer à autre chose… mais Winch a l’air d’être davantage « son bébé » que les autres, c’est tiré de ses romans, c’est proche de son domaine d’études initial, c’est très contemporain et très exportable, etc. Il faut juste espérer qu’il saura se renouveler un peu…

    Makuchu, tu parlais du film : je l’ai vu et franchement ce n’était pas si mal. J’ai eu assez peur au début, mais au fil de l’intrigue le film arrive à faire quelque chose d’intéressant, avec un scénario bien ficelé et un univers qui conserve l’esprit et les grandes lignes de la BD tout en prenant suffisamment de distance pour que même les lecteurs de la BD aient quelques surprises. Je ne sais pas ce que vaudra le 2, qui sort l’an prochain, mais le premier peut valoir le détour. (En tout cas il a l’air d’avoir meilleur presse que les séries TV qui avaient été faites avant.)

    Personne pour faire la critique des deux Thorgal récemment parus (le nouveau de la série principale, et le spin-off sur la jeunesse de Kriss de Valnor, dont le dessin m’a paru moche mais dont le scénario est, paraît-il, intéressant ?).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :