Skip to content

Scott Pilgrim VS The World

6 décembre 2010

We are sex Bob-omb ! 1,2,3… 4 !

Il y a des films comme ça, un peu comme Kick Ass dont je vous parlais il y a quelques temps, qui sont juste profondément cool.
Probablement parce que issus d’un comics ou d’un graphic novel. Toujours est-il que Scott Pilgrim VS The World a déjà atterri dans mon top 10 de films profondément cools.
Pour plusieurs raisons…

7 raisons, comme les 7 ex-maléfiques de la League Of Evil Exes.

  1. L’intrigue est un peu bête comme chou, mais l’histoire est cool : Scott Pilgrim est un mec cool, qui joue de la basse dans un groupe de musique, a 22 ans et habite avec son coloc gay. Parfaitement campé par Michael Cera (qui par défaut ne joue que dans des bons films, enfin pour ce que j’en sais), on a une bonne bouille, un mec tout maigrichon avec de grandes jambes, qui n’a pas l’air spécialement d’être taillé dans le bois des héros. Scott Pilgrim tombe amoureux. Elle change de couleur de cheveux toutes les semaines, et s’appelle Ramona Flowers. Mais les relations, ce n’est pas simple, surtout quand les ex s’en mêlent. Et malgré tout, ça fonctionne, et on ne s’ennuie pas une seconde.
  2. Dès le début, paf ! Le ton est donné. On regarde un film de geek. 8-bytes, et incrustations dans tous les sens qui permettent de vraiment se plonger dans un mix réussi de jeux vidéos divers et variés, truffé de références (il y a matière à du quizz de culture G, les enfants), où au bout de 10 secondes on peut continuer à jouer… Je ne vous en dit pas plus. Mais rien que pour essayer de toutes les trouver, ça me donne envie de revoir le film une 2e, 3e, 4e fois ^^
  3. Les scènes de combat sont absolument awesome. Non seulement c’est bien fichu techniquement parlant, mais l’image est belle et c’est fluide. On est surpris quand Scott Pilgrim démolit à grand renforts de mouvements à la Tekken les méchants ex qui ne sont pas franchement mûs de bonnes intentions…
  4. Parlons en d’ailleurs, les personnages des ex en question sont absolument fantastiques : entre l’acteur ultra connu, le bassiste végétalien, le faux pirate, les jumeaux… et les autres, on se bidonne très franchement. Les vieilles casseroles, c’est mieux de s’en débarasser, encore plus quand par principe elles ont décidé de vous faire la peau. Chaque bataille est épique, et j’ai failli me décrocher la mâchoire plusieurs fois ^^
  5. Une ambiance, ça passe aussi par les oreilles. Et là pour le coup, j’avais un peu peur pour la B.O. Surtout quand, bêtement on a en tête un autre film avec le nerdy Michael Cera, oh comme ça, Juno. Avec une des meilleures B.O. que j’ai jamais entendu. Et bien, point de crainte à avoir de ce côté là. Non seulement la musique est cool, mais elle donne envie de crier :

    Et en plus, en bonus pour les amateurs de basse, un duel musical au sommet. Je dois dire que là, je m’étais transformée en jellow. Complètement.
  6. L’univers est donc cool. Mais en plus, les acteurs sont bons. Rien à dire sur Michael Cera, qui encore un fois prouve que des yeux de chiots, une musculature de crevette, une coupe de cheveux approximative, peuvent tout à fait faire tomber les filles. Et les hommes aussi semblerait-il, au vu des commentaires post-film de mes voisins de salle ^^
    Ensuite pour les autres personnages, Ramona Flowers (attendez, avec un nom comme ça, c’est normal qu’on craque) est cute à souhait, Kim fait bien la tronche, et globalement tous les personnages sont bien campés. Avec des têtes appropriées à l’emploi, en fait.
  7. Mais aller voir Scott Pilgrim VS The World au cinéma c’est aussi une excuse pour découvrir les volumes du graphic novel dont est inspiré le film. De toute évidence, je n’avais pas feuilleté (ni connu l’existence tbh) dudit bouzin. Impossible donc de disserter sur « graphic novel » VS film. Pour ce que j’en sais, l’histoire du film n’a pas grand chose à voir avec le bouquin, les scènes de bataille ne sont pas le cœur de la chose, et l’adaptation au cinéma fait passer à la trappe deux ou trois subtilités du bouquin, et quelques personnages secondaires moins développés. Ceci dit, il m’a tout l’air d’être communément admis par mon échantillon pas du tout représentatif de geeks de lvl 80 que le film est une tuerie.

Comme je suis sympa, je vous mets encore deux, non trois petits liens chouettos :


Après, je pense que moult répliques du film se transformeront en déclarations enflammées parmi les geeks de… oh wait.
Ceci dit,  bon potentiel de gimmicks.Et je serais curieuse de voir combien de geeks utiliseront le L word cette année ^^

Quasiment aucun rapport avec la choucroute, mais d’aller voir Scott Pilgrim VS The World, c’est aussi un moment de sociabilité appréciable.
Au sens où dans la salle, il y avait au moins une quinzaine d’hommes capillairement viables, avec des tee shirt charmants (une des rares fois où j’ai croisé un vrai tee shirt Mario à l’ancienne, ça fait toujours sourire).. .Quelque part, on retrouvait une ambiance de fin de concert à la sortie de la salle de cinéma : sourires amusés complices, lien social, tout ça. Et ça aussi, c’est chouette.
Sur ce, pour ne pas faire mentir les clichés, je vais aller finir ma pizza et essayer de buter ce boss qui me pourrit la vie parce qu’avec son armure, c’est compliqué de le pwner voyez vous, et malgré mes nombreux essais… * Playne retourne derrière son pc *

Advertisements
5 commentaires leave one →
  1. Goji permalink
    6 décembre 2010 02:32

    Le film est cool, mais so totally lame en comparaison de la bd.

  2. 7 décembre 2010 02:09

    Alors, alors ! Mon commentaire Annuel et comme par hasard ça tombe sur un article de Playne ! Oh c’est mal d’avoir ses chouchous ! Tout d’abord, Erratum : Michael Cera ne joue pas que dans des bons films. Il a malheureusement joué dans Year One, en compagnie de Jack Black. Pour ce que j’ai réussi à focaliser mon attention dessus, c’était à chier.

    Bref, Pour Scott Pilgrim j’ai eu au moins autant d’enthousiasme que toi vis à vis du film. Enthouasiasme qui perdure même après avoir lu le graphic novel. Tout du moins j’en suis au Tome 2 et les différences si elles existent sont pas vraiment choquantes. Après le film accentue, il est vrai, beaucoup plus le côté « What ? C’est ton evil ex-boy friend ce mec ? » Alors que dans le bouquin, par exemple, Scott est au courant qu’il va devoir aller se poutrer contre Lucas Lee. Bref, pour moi ça m’est apparut comme des détails pas franchement choquant. (Tout comme le fait que le film ait fait l’impasse sur la rencontre entre Kim P et Scott P. Après chacun y accordera l’importance qu’il voudra.)

    En fait je dirais que le Graphic Novel et le film sont assez complémentaire. Par exemple la scène avec Matthew Pattel et ses Fire Ball, c’est drôle à lire mais encore plus drôle avec la musique à la con du film dans la tête. Tout ça pour dire que je suis pas d’accord avec Goji pour dire que le film est totalement Lame en comparaison de la BD. J’ai trouvé ça Awesome, mais ça doit être parce que j’ai succombé au charme de Ramona Flowers.

    (D’ailleurs Ramona Flowers c’est aussi le seul truc qui m’a dérangé par rapport au bouquin. Je trouve que dans le film le côté potiche était très accentué alors que dans le bouquin elle me semblait moins… Passive. Mais ça doit-être parce qu’on la voit se battre plus souvent. Et moins jouer à « Tu me vois, tu me vois plus » Bref… bref… bref…)

    My two cent quoi… Mais excellent article en tout cas Miss Playne.

    • 7 décembre 2010 09:34

      En même temps, c’est mérité d’être ta chouchoute : non seulement je suis un être merveilleux et mériterais un piédestal un chouillat plus grand pour pouvoir m’y assoir confortablement, mais en plus c’est moi qui t’ai fait découvrir CsP (à grand renfort de spam intempestif)… donc bon ^^

      Marrant que tu parles de Year One. Je pensais à Juno et _aussi_ à Year One en écrivant ce bout là. J’avais trouvé ça absolument hilarant. M’enfin, il faut admettre que ça ne vole pas haut, mais c’est un peu le principe même des films avec JBalls 🙂

      Tu le prêtes le graphic novel ? Pour le bien de la culture, l’entraide intellectuelle, la solidarité geek toussa toussa ? 😉
      Qu’on peut aussi traduire par : « j’ai déjà explosé mon budget bouquins du mois et j’en ai marre des pâtes ».

      En tout cas, merci de ton commentaire (qui fait non seulement toujours plaisir, mais qui en plus est constructif et argumenté ^^) !

  3. 7 décembre 2010 10:56

    Je prête oui, mais je n’ai que les deux premiers Tome, et le deuxième est en français… 😀

  4. Locke permalink
    23 janvier 2011 16:45

    Très bon film, la première partie est géniale j’ai rigolé toutes les 5 secondes avec énormément de référence à l’univers geek (et puis un film qui commence avec la musique de Zelda ne peut pas etre un mauvais film!) par contre la deuxième partie est peut-être un peu plus longuette. Néanmoins dans l’ensemble un très bon film à voir…
    Dommage qu’il ne soit sorti qu’en si peu de copies et dans des cinéma attirant pas forcément beaucoup de monde (moins de 10 personnes le premier jour d’exploitation à la séance du soir c’est pas des masses) il aurait mérité un meilleur sort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :