Skip to content

L’afrique en DVD

20 octobre 2010

Ahhh, l’Afrique.
L’Afrique, c’est de vastes étendues, des animaux sauvages, la nature inviolée. L’Afrique, c’est aussi des noirs (ben oui…) ; l’Afrique, c’est aussi pas mal de blancs. L’Afrique, c’est des esclavagistes, puis des colons, des frontières tracées connement, des grands enjeux financiers, hier et aujourd’hui. L’Afrique, c’est un gros bordel.

On a en général du mal à comprendre ce continent qui fait trois fois l’Europe, qui est tellement diversifié. Il y a toujours la guerre et la famine à un endroit, pas toujours le même, à côté il y a des pays florissants, ou d’autres gouvernés par des blancs, il y a des pays qui disparaissent ou qui changent de nom…
Pour s’y retrouver, il y a toujours la solution de potasser Wikipedia (ou une encyclopédie old-school, vous savez, avec du papier) ; ou alors, regarder un des nombreux films sur ce continent immense à l’histoire extrêmement dense et tortueuse, pour essayer de s’en faire un tableau par petites touches.

Voilà donc quelques films notables sur le sujet.

Blood Diamond

(2007, avec Leonardo DiCaprio)

L’histoire : Sierra Leone, 1999, la guerre fait rage entre le gouvernement et les rebelles, avec comme enjeu le contrôle des mines de diamant, et le trafic qui en découle. Solomon Vandy, simple pêcheur, voit son village attaqué, son fils enrôlé dans l’armée rebelle, tandis qu’il est emmené pour travailler de force dans ces mines. Il y trouve et cache un énorme diamant rose, et parvient à s’enfuir pendant une attaque de l’armée.
Quelques mois plus tard se noue une alliance improbable entre DiCaprio, trafiquant évidemment intéressé par le caillou, Solomon, qui veut aller sauver son fils, et Mandy, une journaliste alter qui veut dénoncer ces trafics. Ils partent alors pour le dangereux territoire rebelle, chacun poursuivant son objectif pas forcément compatible avec celui des autres.
Pourquoi il faut le voir : À la fois un bon divertissement pour les amateurs d’action, et une plongée dans le traffic de diamants et un conflit représentatif en Afrique (celui pour le contrôle de la thune). Une bonne histoire, de bons acteurs, et des enjeux un peu plus intéressants que « faut tous les niquer », et des références à quelques beaux enfoirés, comme l’armée privée Executive Outcomes.
En bonus : Un des rôles où Leonardo DiCaprio montre qu’il n’est pas juste un beau gosse au crâne vide, et qu’il sait jouer (mais son doubleur français est toujours aussi insupportable).

The Constant Gardener

(2005, avec Ralph Fiennes)

L’histoire : Justin Quayle est un diplomate anglais au Kenya, discret et réservé. Lorsque sa femme est retrouvée morte dans un coin reculé du Kenya, le médecin qui l’accompagnait disparu, on l’assure que ce crime passionnel ne restera pas impuni. Pourtant, Justin, alerté par les inimitiés que sa femme, militante alter, s’était créées, refuse cette explication, et enquête avec entêtement. La mort de Tessa n’aurait-elle pas un lien avec son enquête sur les expériences des laboratoires pharmaceutiques dans le pays…?
Pourquoi il faut le voir : Moins burné que Blood Diamond, le rythme du film rend hommage à la constance et l’entêtement de ce diplomate-jardinier que tout le monde pensait benêt. Le film est intelligent et beau, et avance doucement vers le dénouement, évitant, contournant, insistant pour passer tous les obstacles. Un thriller qui paradoxalement donne un impression de plénitude à la fin, comme si quoi qu’il arrive, rien n’empêche ce qui est juste.
Le film est réalisé par Fernando Meirelles, surtout connu pour son fascinant La cité de Dieu, dont on retrouve le côté inéluctable.
En bonus : Hubert Koundé – Cousin Hub’ de La Haine – dans le rôle du médecin, la classe.

Le dernier roi d’Écosse

(2007, avec Forest Whitaker)

L’histoire : Ouganda, 1971 ; un putsch vient de mettre au pouvoir Idi Amin Dada, qui semble un véritable espoir pour le pays. Nicholas Garrigan, jeune médecin volontaire, tombe (comme la population) sous le charme de ce personnage charismatique et fascinant, tandis que celui-ci le prend en retour sous sa protection. Mais petit à petit, Amin Dada ne se révèle pas être le messie attendu…
Pourquoi il faut le voir
: Forest Whitaker est juste exceptionnel dans ce rôle de personnage charmeur et pourtant fou. Le film est bien ficelé, la situation se dégrade peu à peu, les façades s’abaissent, tandis que la tension augmente. Le point de vue de Nicholas donne un très bon ressort dramatique, alors qu’il a de plus en plus l’impression de vivre un cauchemar. Un film aussi fascinant que le personnage.
En bonus : Les gens qui ont connu Amin Dada l’ont « reconnu » dans Forest Whitaker. On peut difficilement demander une vision plus juste !

Publicités
8 commentaires leave one →
  1. 20 octobre 2010 09:30

    Je n’ai pas (encore) vu Blood Dimaond, mais les deux autres sont en effet des films magnifiques, qui m’ont beaucoup touchée et qu’il faut voir si on le peut.
    A noter, The Constant Gardener est une adaptation d’un bouquin de Le Carré qui est un peu verbeux, mais pas mal du tout. Et dedans, il y a mon idole, Bill Nighy, avec une réplique cultissime : ‘I’ve known one or two very savage queens in my time.’

  2. stef808 permalink
    20 octobre 2010 16:19

    Plutôt d’accord avec les films que tu nous présentes Lien Rag 😉 Mais j’espère qu’il y aura une suite à cet article… Il manque quelques films 😉

    Je pense notamment et dans le désordre, à Hotel Rwanda, Va vis et deviens (qui se passe, certes, dans deux pays…), Un taxi pour Tobrouk (bon… ce n’est pas l’Afrique en DVD à proprement parler, mais ça se passe en Afrique :), Out of Africa, et j’en oublie beaucoup d’autres… je reposterai peut-être un commentaire 🙂

    • 20 octobre 2010 16:24

      T’as qu’à la faire, la suite 😉

    • Lien Rag permalink*
      20 octobre 2010 17:00

      Comme te dit Lib, tu as tout à fait le droit (voire le devoir ^^) de continuer cette série. En théorie, j’ai encore de quoi faire un autre article de trois films, mais ce sont surtout des films de guerre qui me semblent moins intéressants (la chute du faucon noir, etc.)
      De plus, je ne connais aucun des films que tu cites… ..sauf vas, vis, et deviens (ouch, la grosse claque, superbe film), qui pour moi est plus un film sur Israël que sur l’Éthiopie.
      D’ailleurs je ferai peut-être un « Israël en DVD » ou « Le Moyen-Orient en DVD » après avoir vu Ajami, qui est dans ma to-watch list.

  3. Toyboy permalink
    22 octobre 2010 23:34

    « En bonus : Un des rôles ou Leonardo Dicaprio montre qu’il n’est pas juste un beau gosse au crâne vide, et qu’il sait jouer (mais son doubleur français est toujours aussi insupportable). »

    C’est lesquels, les rôles où il est juste un beau gosse au crâne vide?^^ Nan, parce qu’il est peut être beau gosse, mais on parle sans doute du meilleur acteur de sa génération, quand même, et qui choisit TOUS ses films à la perfection, quoi :-D. J’ai pas souvenir d’avoir vu un mauvais film avec lui, depuis un sacré bout de temps!

    • Lien Rag permalink*
      23 octobre 2010 09:03

      Depuis un bout de temps oui, mais bon dans Titanic, L’homme au masque de fer, Romeo+Juliette, La plage (son pire film?), il est plus là pour sa belle gueule que pour ses qualités d’acteur (Sablaetis n’est pas d’accord avec moi pour l’homme au masque de fer).
      Arrête moi si tu peux ne m’avais pas marqué non plus.

      Je ne dis pas qu’il était crétin (son premier rôle dans Gilbert Grape, quand il jouait un autiste, a tellement bluffé le jury d’un festival qu’ils ont crié au scandale quand ils ont vu que c’était un enfant normal), mais autour de la période Titanic il était plus choisi pour son physique, àma.
      Mais on est d’accord, depuis 2002/2004 et Scorcese, il a eu l’occasion de montrer ce qu’il valait vraiment.

      • 23 octobre 2010 21:01

        Moi c’est plutôt pour Romeo + Juliet que je suis pas d’accord ^^ Ok, il faut un beau gosse, parce que c’est Romeo, quoi, mais il est très bon en jeune premier un peu niais (car Romeo, à la base, n’est jamais qu’un jeune godelureau puceau en mode crise d’adolescence, jusqu’à ce qu’il rencontre Juliet et passe au mode amoureux transi idiot !).

  4. Sablaetis permalink
    24 octobre 2010 18:56

    En fait, je ne suis d’accord pour aucun film.
    Avant Titanic, il était peu connu, il aurait pu ne pas plaire (mais bon, les adolescentes sont prévisibles…), et le film aurait pu ne pas avoir le succès qu’il a eu.
    Romeo+Juliet est un film assez spécial pour juste reléguer Di Caprio à un pale beau gosse inutile. Et c’est déjà la preuve de la qualité de ses choix de films et de rôles.
    Dans l’Homme au masque de fer, justement, il m’a paru super touchant et très bon dans les 2 rôles opposés… Maintenant, ce n’est surement pas le film du siècle, c’est sur… Mais ce n’est pas la Plage non plus !!! D’ailleurs, il n’est pas le seul à s’être fourvoyé dans ce film, notre cher Guillaume Canet aussi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :