Skip to content

Des rives du Mississippi aux rives de la Seine… Show Boat à Châtelet !

6 octobre 2010

Photo : Malin Arnesson

Pour son premier musical de la saison, le Théâtre du Châtelet accueille une production de l’Opéra du Cape Town, Show Boat. Créé en 1927, ce spectacle tiré du roman d’Edna Ferber, renversa à la fois les préjugés raciaux du monde artistique et les codes de la comédie musicale.

Né de la collaboration de Jerome Kern et d’Oscar Hammerstein II, le musical Show Boat est resté dans les mémoires, notamment grâce à l’adaptation cinématographique de George Sidney, en 1951, avec Ava Gardner, Kathryn Grayson et Howard Keel dans les rôles titres. Au départ cependant, Show Boat est d’abord un roman, qui évoque le voyage du Sud vers le Nord, remontant le Mississippi, de la musique blues popularisée par les Noirs – une véritable révolution culturelle. Le musical amène lui aussi une innovation qui bouleversera Broadway : pour la première fois, comédiens noirs et blancs se côtoient sur scène sur un pied d’égalité, pour la première fois, une comédie musicale intègre les numéros dansés et chantés à l’histoire – la coutume était alors de relier les numéros par un vague fil narratif auquel personne ne croyait vraiment.

Malgré ses 80 ans d’existence, Show Boat est donc bien vivant encore aujourd’hui, et le Théâtre du Châtelet ne s’y est pas trompé en accueillant cette production pleine de vie et d’enthousiasme. Les décors sont magnifiques : le bateau-spectacle, Cotton Blossom, est un personnage à lui tout seul, rythmant les émois de la troupe qui le peuple ; à côté, les balles de coton figurent le labeur noir, incarné dans la célèbre chanson Ol’ Man River. Otto Maidi, à qui revient la responsabilité d’interpréter ce chef d’oeuvre, est impeccable – des frissons parcourent le Théâtre du Châtelet lorsque sa voix chaude et grave enveloppe les spectateurs.

Make Believe, Can’t Help Lovin’ Dat Man… Les morceaux de Kern et Hammerstein II, devenus des standards repris par tous les crooners américains, se mêlent aux titres moins connus mais d’aussi bonne qualité. L’orchestration reste classique, et c’est avec plaisir que l’on se prend à taper la mesure du pied. L’ensemble de la troupe est à la hauteur du défi, de très belles voix mariées à des danseurs qui font vivre l’énergique choréographie. Seul bémol : Janelle Visagie, qui interprète Magnolia, n’est pas très crédible en naïve jeune fille de 17 ans – elle est en revanche très convaincante alors que l’héroïne devient femme mariée et mère de famille.

Un pur moment d’entertainment à la mode de Broadway alors que le Théâtre du Châtelet se transforme en bateau à aubes et que la Seine se mue en Mississippi… On en ressort vivifié, le pas dansant, de la musique plein la tête.

Au Théâtre du Châtelet
du 2 au 19 octobre 2010
Pensez aux places à 20€ pour les moins de 28 ans, à retirer à la billetterie une heure avant le spectacle, dans la limite des places disponibles !

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. stef808 permalink
    6 octobre 2010 17:34

    Ton article est plus convaincant que le flyer-programme du Chatelet 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :