Skip to content

Thrillers français en DVD

5 octobre 2010

Burné mais sensible : la définition du mec comme du thriller idéal

C’est bien connu, Hollywood n’a produit que de la merde ces 50 dernières années. Et que faisons-nous, nous, pauvres français, nous faisons comme eux ! Par exemple les Thrillers… Pourquoi en faire de nouveaux, Hitchcock a déjà tout fait ! Et puis bon, ça revient toujours au même au final : il y a un problème, d’où une suite de scènes stressantes, et à la fin le dénouement, qui se finit parfois bien parfois non… Vraiment, je ne sais pas ce qui me tue le plus : l’attitude de Frollywood, ou celle du public qui soutient. Ceci étant, si les contre-exemples m’agacent, je vais vous présenter trois excellents Thrillers, qu’il faudra absolument récupérer lors de la prochaine foire à DVD.

Pour elle

(2008, avec Vincent Lindon et Diane Kruger)

L’histoire : la femme de Vincent Dindon est une poule de Vincent Lindon est incarcérée pour meurtre. Après une tentative de suicide, et alors que sa santé se dégrade, il décide de tout faire pour la faire sortir. Mais un simple prof peut-il s’improviser maître de l’évasion ?
Pourquoi il faut le voir : ce premier film, passé inaperçu, est un petit bijou. Simple, efficace, intelligent, avec des acteurs de qualité, et surtout très crédible, ce qui ne manquera pas de nous faire nous poser la question : « et si ça m’arrivait »… La progression de l’histoire est bien pensée, et un évènement accélèrera grandement le dernier tiers du film, faisant progressivement monter la tension au point de vous faire bouillir sur votre canapé.
En bonus : la profondeur de la scène avec Olivier Marchal ; l’énorme émotion provoquée par le dernier dialogue avec le père de Lindon.

Le couperet

(2004, de Costa-Gavras père, avec José Garcia)

L’histoire : José Garcia est un cadre très spécialisé, au chômage de longue durée dans un secteur en crise. Lui vient alors une idée : tuer tous ses concurrents avant de postuler à un job.
Pourquoi il faut le voir : l’idée est très originale, et même si le film a quelques longueurs, il a plusieurs scènes assez incroyables. Ce thriller joue plus sur l’empathie que sur les situations de crise (mais il y en a aussi), tant envers le héros qui ne fera pas que de belles choses, que de toutes les personnes rencontrées. Ce film est emblématique des années 90, où chaque personnage connaît finalement un humain échoué socialement, contribuant à une ambiance morose et  une impression de gueule de bois.
En bonus : lorsque Garcia se fait piéger et est obligé de discuter avec une de ses victimes, sans doute l’une des scènes les plus démoralisante que j’aie vues…

Ne le dis à personne

(2006, de Guillaume Canet, avec François Cluzet, un bon paquet d’acteurs qui ont la classe, dont Gilles Lellouche)

L’histoire : Une nuit, dans un coin perdu de campagne, François Cluzet se fait aggresser et sa femme Margot assassiner. Huit ans après, il reçoit un email et aperçoit sa femme via une webcam publique argentine, avec la mention « Ne le dis à personne ». Plus il cherche à comprendre, plus il se retrouve embarqué dans un maelström d’évènements où tout le monde semble lui cacher des choses.
Pourquoi il faut le voir : Une fois passées les vingt premières minutes où le « savoir commun » s’installe, on est entraîné dans une longue aventure haletante, stressante, où tout le mode paraît suspect, et où les nœuds particulièrement intelligents ne se dénoueront qu’à la fin. Alternant les scènes d’adrénaline et les moments plus oppressants, une réussite en tous points.
A la base, un thriller américain de Harlan Coben. L’intrigue à été superbement importée en France au point qu’on n’arrive pas à imaginer qu’elle se passait aux US au départ. Et ceux qui ont lu le livre le trouvent moins bon que l’adaptation.
En bonus : La musique de M, lancinante, qui ne vous lâchera pas pendant plusieurs jours.

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. 5 octobre 2010 08:56

    Le bouquin de Harlan Coben est clairement moins bon que l’adaptation – tous les livres d’Harlan Coben sont à peu près les mêmes de toute façon, y’a franchement mieux dans l’univers du polar. Le film est effectivement très bon, ainsi que Pour elle, que je suis allée voir au ciné et qui m’avait beaucoup touchée.

  2. Sablaetis permalink
    5 octobre 2010 18:42

    Ne le dis à personne reste mon top 1 depuis qu’il est sorti… J’ai adoré l’ambiance, à la fois thriller et grande histoire d’amour, et la musique de M contribue à rendre cette ambiance assez magique. J’attends d’ailleurs le prochain Canet avec impatience !
    Méchanceté gratuite mais pas injustifiée : tous les livres d’Harlan Coben sont à peu près les mêmes de toute façon, ce n’est pas le cas de pas mal d’auteurs de polars ?!
    Pour elle, une très bonne surprise. Incroyablement crédible malgré l’idée de départ hallucinante : un simple prof génie de l’évasion… et même pas pour lui !
    Le couperet m’a moins touchée, même si j’imagine assez bien que l’envie de se débarrasser de ses concurrents ne doit pas manquer quand on ne trouve pas de boulot…

  3. 5 octobre 2010 21:09

    « Méchanceté gratuite mais pas injustifiée : tous les livres d’Harlan Coben sont à peu près les mêmes de toute façon, ce n’est pas le cas de pas mal d’auteurs de polars ?! »

    Un petit peu, c’est sûr, mais c’est d’autant plus frappant pour Harland Coben que les intrigues et les personnages sont vraiment interchangeables, ça m’a particulièrement frappée – c’est beaucoup moins le cas des meilleurs (à mon goût) auteurs de polar, dont Elizabeth George, P. D. James, Ed McBain, Dennis Lehane… qui ont en commun de reprendre toujours les mêmes personnages, et du coup je pense que les suivre psychologiquement, ça donne une valeur ajoutée au polar qui fait que tu sens une progression – qui n’apparaît pas chez Harlan Coben. De ceux que j’ai lus, bien sûr 😉 Et puis j’ai trouvé ça mal écrit, mais ce n’est peut-être que la traduction.

    Je suis très chiante quand je commence à parler de polar, en fait… :p

  4. Sans attente permalink
    24 mai 2016 12:45

    Au top ! Merci pour cette superbe découverte !!

Trackbacks

  1. Quartier Lointain – du papier au cinéma « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :