Skip to content

Vol de nuit : l’Argentine vue du ciel

23 septembre 2010

Alors oui, comme beaucoup de mes compatriotes et concitoyens du monde, j’ai lu Le Petit Prince quand j’étais petite, et puis je l’ai relu quand j’étais un peu plus vieille, et j’ai trouvé ça simple et doux, poétique et sage, tout ce que vous voulez. Il y a même de jolies images qu’on voit tout le temps partout – surtout dans les boutiques de déco pour enfants. Bref, passons. Mais franchement, les autres livres de Saint-Exupéry… Pfff, des histoires d’avion, quoi. Genre, je vais lire ça. Seulement voilà, parfois dans la vie, on s’ennuie. On se réveille un beau matin et on se rend compte que ça fait des semaines qu’on n’a pas ouvert un livre, voire des mois qu’on n’en a pas lu un qu’on ne connaît déjà par cœur. Alors, hop, descente dans la bibliothèque de Papi.
Depuis combien de temps n’avais-je pas lu un classique français ? Je pourrais sans doute vous le dire, mais ça me ferait trop mal. Yourcenar, Martin du Gard, Camus, allez, j’embarque tout. Et Saint-Exupéry parce qu’ils sont vraiment tout petits et qu’il faut bien commencer quelque part.

Paru en 1930, Vol de Nuit nous raconte une soirée en Argentine passée à attendre l’arrivée du courrier de Patagonie. Super engageant, hein ? Le résumé ne peut donner aucune idée de ce qu’est ce roman. Oui, je pourrais parler de Fabien, le pilote, de sa femme ou de son chef, Rivière, ou encore de l’inspecteur Robineau. Je pourrais, parce que les personnages, ça compte beaucoup dans une histoire. Sauf qu’ici il n’y a pas grand chose à dire : Saint-Exupéry les campe rapidement, ne s’attarde vraiment sur aucun d’eux (à part Rivière, peut-être), mais ils existent avec une force saisissante. Avec leurs sentiments, leurs visions du monde, leurs vérités qui se croisent et s’affrontent.
L’écriture de Saint-Exupéry est simple, efficace… et tellement poétique. On sent l’expérience d’un homme qui sait exactement de quoi il parle, et qui justement vit cette poésie au quotidien. On l’imagine, lui, dans son avion, admirant ces paysages et les gravant dans sa mémoire, fixant reliefs et couleurs par le pouvoir des mots.

Les collines, sous l’avion, creusaient déjà leur sillage d’ombre dans l’or du soir. Les plaines devenaient lumineuses mais d’une inusable lumière : dans ce pays elles n’en finissent pas de rendre leur or de même qu’après l’hiver, elles n’en finissent pas de rendre leur neige.

Cette Argentine vue du ciel qui s’étale sous nos yeux dès les premières lignes ressemble à la mer, une mer d’ombre mais surtout de lumières… Jusqu’à la tombée de la nuit, avec tous les dangers qu’elle comporte pour ceux qui naviguent dans le ciel, à la merci des éléments. Et ces hommes, on sent que Saint-Exupéry les connaît, les respecte, qu’il est l’un d’eux. Leur courage, leur savoir se présentent avec calme, sans fioritures. Ce sont des héros tranquilles, parfois sujets à la peur ou à l’arrogance. Ils aiment leur femme, mais ils appartiennent au ciel et ne font qu’un avec leur machine.
Rivière est l’homme qui a tout fait pour instaurer ces vols de nuit, pour permettre enfin à l’aviation d’imposer sa supériorité dans le convoiement du courrier : il est celui qui ouvre les portes du ciel aux dangers de la nuit, il encadre ses hommes d’une discipline de fer pour les sauver de la panne, de la peur. Et les pousser vers un idéal qui va au-delà du simple bonheur individuel, une idée de l’homme qui nous dépasse et nous englobe pour nous pousser à aller toujours plus loin, même si la destination n’est pas claire. Elle apporte peu, au fond. L’important est de progresser.
Et ça, il ne faut pas l’oublier.

Advertisements
5 commentaires leave one →
  1. 23 septembre 2010 14:50

    Il est sincère et poétique, cet article, merci !

  2. stef808 permalink
    23 septembre 2010 17:20

    T’arrivais peut-être pas à l’écrire mais on retrouve merveilleusement l’univers et l’ambiance du bouquin ! (les avions c’est cool… surtout les vieux 😉 )

    • 23 septembre 2010 20:44

      Merci, Stef ! Disons que j’ai surtout eu du mal à me lancer… Ton appréciation me touche particulièrement parce que c’est vraiment ce que j’ai essayé de faire, je suis contente de voir que c’est réussi ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :