Skip to content

Live report – Isobel Campbell & Mark Lanegan au Café de la danse

12 septembre 2010

Comme vous pouvez le constater en jetant un œil à mes autres live reports de concerts, les groupes doux, calmes et apaisants – ce n’est pas franchement ma tasse de thé. Mais parfois, il y a de rares exceptions, et je découvre aussi comme vous – lecteurs adulés et commentateurs assidus occasionnels- des perles musicales sur Culture’s Pub !

Lib vous en parlait avec sa jolie plume il y a quelques temps déjà dans son article poétiquement intitulé « La fée écossaise et le prince américain« , et regrettait à l’époque de ne pas avoir pu assister à un concert de l’étonnant duo.

Curieuse que je suis, j’étais allée jeter une oreille sur cette collaboration qui me paraissait pour le moins originale. Il m’arrive souvent d’avoir des coups de foudres, musicaux j’entends hein. L’album Sunday At The Devil Dirt, que Lib trouvait plus sombre que Ballad Of The Broken Seas est devenu immédiatement incontournable. Chaud, sensuel et reposant – une vraie cure de douceur.

Férue de concerts que je suis, inutile de vous dire que je me suis précipitée sur une place quand j’ai vu que Isobel Campbell & Mark Lanegan passaient en concert hier au Café de la danse !
Lib, je sais à quel point tu étais dégoutée de ne pas pouvoir venir ce soir et je te remercie de ne pas m’arracher les yeux ni de me pendre avec mes boyaux. Et il y avait de quoi rager mes petits lapins …

Pour une raison absurde et inconnue, j’étais persuadée que le concert démarrait à 19h30. Woups, woups. De découvrir à 19h pétantes que l’heure inscrite sur le billet a changé (j’insiste, c’est comme le monstre mangeur de chaussettes, ce monstre là change les heures sur les places de concert) – j’ai donc réussi une translation épique jusqu’à Bastille, pour arriver avec quelques 40 minutes de retard. Et même trouver un petit coin moyennement haut perché pour voir un peu la scène …que demande le peuple ?

Apparemment, le Café de la danse n’est pas aussi pointilleux que l’Olympia (oui je sais, deux concerts dans la semaine : c’est cool !) et je suis arrivée au 1/3 de la première première partie assurée par Willy Mason.

Debout, seul avec sa guitare, cet américain bien né ayant trempoté dans le folk depuis sa plus tendre enfance embarque la scène. Le chant n’est pas parfait, la guitare non plus, mais il se passe un truc. C’est fluide, minimaliste, et c’est les tripes qui s’expriment. Une très belle voix, j’ai été absolument conquise – je dois l’avouer. Une de ses chansons m’a filé la chair de poule (le refrain parle de « the things we do for the need of love ») – doux-amer à souhait. Pour la première fois depuis un bail, je ne peux pas dire que les premières parties m’ennuient …

Lors du duo avec I.Campbell, plus tard dans la soirée...

Pour le plaisir des yeux et des oreilles :

Willy Mason « If It’s the End » (live at Relay Recording) from Palestra Creative on Vimeo.

Ensuite, c’est Damien Jurado qui promène sa chemise en flanelle sur la scène. (Et je peux vous dire que c’est courageux – parce que je n’ai que de rares souvenirs de concerts où j’ai eu aussi chaud !).
On reste dans la même veine, sauf qu’il est un peu plus communicatif : il s’excuse de ne pas s’être rasé ce matin, trouve que conduire dans Paris c’est comme les jeux vidéos, et qu’à la moitié du set on entre dans « the dark side of the set« . J’étais un peu moins enthousiaste (voix moins – hm, grave dirons nous) au début, mais la deuxième partie de sa performance (notamment la chanson The Killer m’a beaucoup plu, et Arkansas aussi). A écouter également donc.

Quelques minutes après, on rentre dans le vif du sujet !
Deux guitaristes, un batteur, et un bassiste/contrebassiste entrent en scène, suivis de peu par Isobel Campbell et Mark Lanegan. Et là, mes enfants, c’est l’extâse !

Je dois avouer que je prête assez rarement attention à l’apparence des chanteurs, enfin des gens en règle générale. Mais là, pour le coup j’étais curieuse de voir à quoi ressemblaient les deux oiseaux. Parce qu’entre la voix toute douce et toute angélique et la grosse voix rocailleuse qui sent des années de drogues et de rock and roll -il y a un sacré fossé. Évidemment, j’ai été déçue : Isobel Campell n’avait pas d’ailes, ni de baguette magique, et ne faisait pas 20 cm. Mark Lanegan n’avait pas de veste en cuir cloutée, mais pour le reste – il ressemblait pas mal à l’idée que je m’en étais fait avec ses tatouages jusqu’au bout des doigts.

Un concert tout en douceur, où l’écossaise et l’américain ont été tout simplement bluffants. Je trouvais déjà leurs voix exceptionnelles sur CD, mais après ce soir – je dois dire que les versions album ne rendent absolument pas justice à la richesse de leurs voix. La voix cassée, grave, et puissante de Lanegan se marie à la perfection avec la voix douce, apaisante et tout aussi puissante de Campbell : le tout avec une émotion particulière (la chaleur ambiante qui doit frôler les 45° à l’ombre ?) qui fait qu’on découvre chaque chanson.
Debout, chacun avec leur micro – ils se jettent des regards en coin pour ne pas démarrer les chansons en décalé, et changent leurs pages de lyrics posés sur leur pupitre respectif.
Derrière, les musiciens assurent avec discrétion (bon, sauf quand le batteur s’amuse un peu – sous l’œil un tantinet agacé d’Isobel Campbell) et toutes les chansons s’enchaînent. Pas de répit, pas de pauses, le show est fluide – même si j’ai trouvé ça un peu bizarre de ne pas causer avec le public. Pas de « comment ça va Paris ? », pas de petites interludes non musicales – j’ai trouvé ça extrêmement étrange.

Mais je pinaille. Aucun rapport entre le concert de ce soir et mes habituelles fréquentations musicales : au café de la danse, pas besoin de protections auditives, on peut s’assoir, personne ne pogotte…c’est fou. Blague à part, le son était absolument impeccable. Mais irréprochable de chez irréprochable. Par contre, petite réserve sur les lumières : du rouge, du blanc, du bleuté, et surtout d’énormes spots jaunes tout en bas au fond de la scène qui sont franchement agressifs. J’ai eu l’impression qu’il y a eu confusion sur les paroles de Come On Over, Turn Me On où les lumières m’ont écorché les yeux.

Soirée complètement planante, où j’ai trouvé que la setlist était par-ti-cu-li-è-re-ment bien saucissonnée !

  1. We Die And See Beauty Reign
  2. You Won’t Let Me Down Again
  3. Come Undone (rawwwwr !)
  4. Snake Song (cover)
  5. Who Built The Road ?
  6. Free To Walk
  7. Ballad Of The Broken Seas
  8. The Circus Is Leaving Town
  9. No Place To Fall
  10. Cold Water
  11. Say Goodbye
  12. To Hell And Back Again
  13. Saturday’s Gone
  14. Backburner
  15. Time Of The Season
  16. Honey Child, What Can I Do ?
  17. Salvation
  18. Come On Over, Turn Me On
  19. Get Behind Me
  20. (rappel) Revolver
  21. (rappel) (Do You Wanna) Come Walk With Me ? – qui a failli finir en « Do You Wanna Shower With me  ?
  22. (rappel) Ramblin’ Man
  23. Wedding Dress

Soirée superbe, j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à écouter cet étonnant duo, malgré la chaleur tropicale qui régnait dans la salle. Je me dois aussi de préciser que c’était la première fois que j’allais au Café de la danse, et bien – je vous recommande très chaudement cette salle. J’ai beaucoup aimé les briques apparentes, et l’agencement (rien pour obstruer la vue, et je suis certaine que si on arrive à l’heure les sièges sont très confortables ^^).

Ambiance feutrée oblige, mes photos ne sont franchement pas terribles – et je sais que vous étiez nombreux dans la salle à avoir de vrais appareils de pro, ou à prendre des photos tout court … oui, c’est un appel !

Advertisements
3 commentaires leave one →
  1. nounours permalink
    13 septembre 2010 08:34

    Tres bon live report d’un tres bon (et chaud^^) concert.

    Pour la set-list :
    6. Free to Walk (extrait de l’album the jeffrey lee pierce sessions project : http://www.deezer.com/listen-5711486)
    11. Say Goodbye (extrait de hawk)
    23.Wedding Dress (extrait de l’album solo de Lanegan « Bubblegum ») avec ce son de basse ❤

    • 13 septembre 2010 17:05

      Merci nounours pour ce commentaire enthousiaste et pour combler les trous de la setlist ! 🙂

  2. Gold permalink
    20 septembre 2010 16:58

    Bravo ! Votre article me donne envie de les écouter, je vais chercher sur le web leur musique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :