Skip to content

The Rocky Horror Picture Show

15 août 2010

Il y a des films cultes, cultissimes, et ultra cultissimes, sur lesquels personne ne s’accorde. Le Rocky Horror Picture Show fait partie de la troisième catégorie. Avec beaucoup plus de sexe et de rock and roll dedans, quand même.
On a tous entendu parler un jour de ce film mythique, qui a marqué de nombreuses générations et qui se joue encore tous les vendredi et samedi soirs au Studio Galande depuis un sacré paquet d’années. Par contre, à part « tu vas voir, c’est énoooorme comme film ! Trop délirant, c’est vraiment génial, mais j’t’en dis pas plus », on a en général pas énormément d’informations quand on commence à poser des questions. Et bien ici, sur Culture’s Pub, on ose, et on aime ça. Aujourd’hui, pour rester dans une thématique chair chère à mon cœur, je vous cause du Rocky Horror Picture Show.

Minute nombril : j’ai découvert le Rocky Horror Picture Show quand j’avais 17 ans. Quelques 40 séances plus tard, je connais le film par cœur, les blagues du cast du samedi (ben oui, parce que sortir le vendredi soir pour une séance de décadence de RHPS ça se paie très chèrement le samedi matin en cours). J’ai même un double CD de reprises en version punk des chansons. Et ça faisait un petit bout de temps que je n’étais pas allée me fendre la poire à une séance du Rocky, et je me devais de faire partager cette expérience  😉

Enfilez votre bustier à paillettes, vos talons aiguilles, vos bas résille et vos porte-jarettelles… et c’est parti pour une folle soirée de débauche !

Une séance du Rocky Horror Picture Show le samedi soir ça commence toujours pareil : devant le petit cinéma rue Galande se dessine une file (je ne vais pas commencer à parler de queue, sinon on est fichus…) qui finit toujours par aller au bout de la rue. C’est très rare d’avoir une salle vide pour ce film, enfin, personnellement, ça ne m’est absolument jamais arrivé de voir ça. Si on a de la chance, on peut croiser des gens étrangement déguisés, qui nous regardent avec un air sérieux, curieux, ou franchement machiavélique – un peu : « niark niark niark ! ».
La séance approche, on se masse, et sagement en rang d’oignon, on rentre dans la salle dont les fauteuils dont le cuir qui colle un peu au fesses et la taille ne laissent rien présager de ce qui va s’y passer. A l’entrée de la salle, des gens déguisés – une partie de la troupe des animateurs – distribue à chacun un petit flyer explicatif, à garder précieusement. Y sont révélées les informations fondamentales, à savoir le mode d’emploi du Time Warp. Time Warp ? Kézako ? De quoi qu’elle cause l’autre ?

Ne vous inquiétez pas les enfants, je vais tout vous expliquer. Mais pour commencer, on s’échauffe !
Et c’est au son d’un medley des Village People (!) que la salle commence à se dandiner, à taper des mains, et à rigoler. L’interprétation de Sex Over The Phone me fait à chaque fois hurler de rire, puisqu’un des animateurs sort un gros téléphone à paillettes, et un de ses compère un téléphone encore plus gros et commence à mimer des choses avec…
Si vous vous appelez Marie-Chantale, que vous portez un collier de perles, et que votre coiffure préférée c’est votre serre-tête en vichy bleu : vous viendrez très probablement faire votre enterrement de vie de jeune fille ce soir… Une séance de RHPS, c’est avant tout un gros amas grouillant et gluant de blagues salaces en tout genre.

Une fois que la salle est chaude comme une baraque à frites – ben oui, les Village People, ça fait toujours son petit effet, le cast au complet explique au public attentif le menu de la soirée. Il faut savoir qu’en soit, le Rocky Horror Picture Show est un film somme toute assez… mauvais, n’ayons pas peur des mots. Mais c’est pas tellement le film, mais ce qui se passe dans le film et surtout dans la salle qui rend l’expérience inoubliable…
Le principe est que tout ce qui se passe sur l’écran se passe dans la salle, littéralement. Donc quand il pleut, on fait une bataille d’eau, quand il y a un mariage, on lance du riz sur les mariés tout le monde, et quand il y a des scènes de danse… on se remue le popotin en cognant dans son voisin et en se prenant les jambes dans les fauteuils de cinéma. Je vous laisse imaginer ce qui se passe quand on fait du sexe dans le film… Dans la salle, il y a une poupée gonflable d’un sexe géant qui passe de main en main et des acteurs actifs sur les spectateurs !

Le film dont l’intrigue n’est somme toute pas très complexe est donc rehaussé en permanence de gags visuels de tout poil, de jeux de mots salaces, et surtout de chants et de danses !
Si vous me demandiez de résumer un peu le RHPS, j’aurais tendance à dire que c’est un film qui reprend la comédie musicale du même nom qui revisite le mythe de Frankenstein en version transsexuelle, alien, et musicale.

On va donc faire connaissance avec Brad (asshole!) Majors et Janet (slut!) Weiss, originaires de Denton (the home of hapiness! The home of hachichness) un couple fraîchement fiancé qui va annoncer la bonne nouvelle à leur mentor et ami le Dr Everett Scott (Arrgh!). Brad fait le coup de la panne à Janet, pour de vrai malheureusement, et c’est donc un peu mouillés (ben oui, il pleut ce qui explique l’état de la culotte de tout le monde) quand Riff Raff et Magenta les accueillent  dans le château du mystérieux Franck ‘n Furter. Évidemment, notre couple modèle va débarquer en plein milieu de la réunion annuelle des transylvaniens qui chantent et qui dansent le Time Warp. Cette danse d’un simplicité biblique est la danse traditionnelle transylvanienne, voyez vous.
Time Warp, mode d’emploi :

It’s just a jump to the left,
And then a step to the right,
You put your hands on your hips,
And bend your knees in tight,
But it’s the pelvic thrust,
That really drives you insane….
Let’s do the Time Warp agaiiin !

Promis, j’essaie de ne pas tout vous chanter. Pour ce qui est du reste de l’histoire, je ne vous en dis pas plus – et je vous laisse effeuiller comme des grands le film et prendre une place pour une séance du RHPS. Ce que je peux vous dire, par contre c’est que le Dr Franck ‘n Furter, interprété par Tim Curry (dans le film hein, parce que maintenant je pense pas que le combo porte jarettelles et bustier lui aille toujours aussi bien) a créé un être de rêve… Rocky. Avec ses cheveux blonds, son Q.I. d’huître et sa plastique avantageuse, nul doute est qu’il va faire des ravages. Mais c’est sans compter sur Eddie, Columbia (rhââ ce numéro de claquettes !), Riff Raff et Magenta !

Le Rocky Horror Picture Show n’a pas du tout eu de succès lors de sa sortie, c’était même un immonde flop, et on a longtemps reproché au film ce qui fait sa force : à savoir les références sexuelles, le côté glam rock (les hommes en porte jarette, bustier, et veste en cuir, ça vous choque vous ?), et les innombrables références à la SF et aux films de série B. Ou Z, au choix. Si vous repérez toutes les références de la vidéo ci-dessous, je dis : chapeau !
Puisque le film est le dérivé de la comédie musicale de Richard O’ Brien, The Rocky Horror Show, les nombreuses chansons du film sont absolument géniales et particulièrement addictives !  Plus généralement, le RHPS, soit on adore, soit on déteste (si on s’appelle Marie-Chantale et qu’on a un serre-tête en vichy bleu et un collier en perles) – mais on n’y reste pas indifférent.

Avant de vous laisser, parce que oui mon article est un peu long (c’est meilleur quand c’est long ?), les informations utiles pratico-pratiques pour profiter du Rocky Horror Picture Show :

– Ça se passe au Studio Galande, et je vous conseille très vivement d’acheter vos places en avance. Pour plus d’infos : le site du Studio Galande. Les séances ont lieu à 22h10, le vendredi soir et le samedi soir.
– Où s’assoir : vous avez flashé sur les animateurs ? Vous aimez qu’on vous saute dessus et pédaler dans des piscines imaginaires, choisissez le premier rang où vous profiterez pleinement du spectacle. Si vous voulez ne rien voir du tout et ne pas trop toucher les animateurs, allez tout à fond. Ne vous mettez pas non plus pile au milieu de la salle (puisque vous serez la cible des rangs avant qui essaient de tirer sur les rangs arrière et vice versa).
Dress code : des vêtements qui ne craignent ni l’eau, ni le riz, ni la sueur (sinon, c’est mal barré). Les porte jarettes, les talons hauts avec des bas résille et un bustier complété d’un boa à plumes sont donc la tenue appropriée. Plus sérieusement (même si on apprécie toujours un bout de fesse apparente), Messieurs/Mesdames évitez les talons hauts parce que le mélange eau/riz/chaleur est assez fatal, pour ne pas dire franchement instable. Apprenez des erreurs des autres (en l’occurrence, moi) et épargnez vos chevilles.
– Indispensables : du riz, de l’eau.
– Extras : un journal, des toasts, un drapeau écossais (Great Scott!), du papier toilette, des cartes à jouer, une crécelle, etc.

Après pour le choix du jour, je vous recommande de tenter le cast du vendredi aussi, celui du samedi étant un peu réglé comme du papier à musique – c’est tout à fait bien pour une première fois – mais ça manque un peu du charme de l’improvisation. En attendant, quelle que soit la séance que vous choisirez, ce sera une expérience… concluante ! Mr Oook vous dirait même que ça donne envie de grimper sur scène danser en porte jarretelles… !

Advertisements
16 commentaires leave one →
  1. 15 août 2010 15:30

    Expérience concluante, en effet : je n’y suis allée que le vendredi, et je me suis fait violer les deux fois, la 2e étant particulièrement spectaculaire. En effet, être portée à bout de bras par un travelo en talons hauts sur la surface inclinée, trempée et couverte de riz du premier rang, c’est une expérience inoubliable, croyez-moi…^^

    • 16 août 2010 08:39

      J’étais là la première fois, j’ai manqué le 2e viol. Je regrette, maintenant.

      • playne permalink
        16 août 2010 09:30

        M’enfin les filles, vous allez effrayer nos lecteurs !
        Ceci dit, c’est vrai que c’est rigolo – quand c’est pas à toi que ça arrive 😉
        Il faut quand même souligner la fougue des animateurs, moi samedi ça s’activait sévère dans mon rang 🙂

      • 16 août 2010 09:52

        En même temps, moi je dis, mieux vaut être un minimum prévenu, parce que si tu n’es pas dans le trip (type Chantal, mais elle t’a fait quoi ma tante, d’abord ???), tu passes un sale moment. La preuve, j’ai emmené un mec une fois, ben, j’aurais pas dû, je crois pas qu’il ait vraiment saisi le pourquoi du comment (je ne suis pas restée très longtemps avec d’ailleurs, ceci explique peut-être cela…).

      • playne permalink
        16 août 2010 10:09

        J’ai dit Marie-Chantal (plus sérieusement, j’ai assisté à une séance avec une vraie Marie-Chantal qui était plus caricaturale qu’autre chose …).
        Remarque, un bon test de viabilité de la relation le RHPS :
        – ton mec/ta nana déteste : ETD – 3 weeks
        – ton mec/ta nana supporte : ETD – 3 months
        – ton mec/ta nana adore : ETD – 3 ans
        – ton mec/ta nana est déjà animateur/animatrice : épouse le/la tout de suite ? 🙂

      • 16 août 2010 10:12

        Je te taquine – ma tante, c’est tendance catho bobo, alors l’emmener au RHPS, mouarf.

  2. Jokester permalink
    17 août 2010 07:48

    Je ne connaissais pas… C’est complètement barré ! C’est génial !
    Vous savez s’il y en a des projections (de riz, hi hi hi) à l’étranger ? (dans des conditions aussi ubuesques tant qu’à faire :p)

    • 17 août 2010 08:03

      Il me semble que ça existe dans beaucoup de grandes villes dans le monde, mais je ne saurais pas de donner de détails, désolée !

    • playne permalink
      17 août 2010 08:46

      Pour ce que j’en sais, aux USA ça se joue un peu partout.
      A Londres aussi, mais il faut savoir où aller pour ce qu’on m’en a expliqué (j’étais en train de chercher des tee shirts rock and roll dans un boui boui derrière Camden et il y avait un mec déjà maquillé comme Franck ‘n Furter qui distribuait des flyers…scary!).
      Après, en Italie aussi, à Bern, à Munchen, et visiblement aussi dans les Pays-Bas !
      Après, pas encore testé ces shows là, et ça dépend de où tu es 😉

  3. Lien Rag permalink*
    17 août 2010 21:38

    Après les Monty Pythons, tu as décidé de taper dans du lourd 🙂

    Perso j’ai adoré cette soirée qui a clôturé ma semaine d’intégration… Mais j’ai du être le seul, puisque l’année suivante ils ont arrêté cette tradition séculaire dans mon école…

    Si qqu’un(e) me prête les bas, talons et bustier, j’y vais sans problème 😀

    • playne permalink
      18 août 2010 07:23

      Moi, toujours ! ^^
      Tu fais du combien en chaussures ? Parce que ça peut se négocier, mouarf.
      Juste pour te voir te dandiner sur 15 cm de talons, je suis prête à faire un effort !

    • 18 août 2010 08:31

      Si, le jour où tu y vas en bustier et talons aiguilles, tu ne m’appelles pas, c’en est fini de notre amitié (même si tout le monde sait qu’en vrai, on s’aime pas :p ).

  4. Jokester permalink
    21 novembre 2010 16:02

    Live report auf München :
    j’y suis allé hier soir, au Museum Lichtspiele. C’est un petit cinéma de 4 salles, vétuste à souhait, juste à côté du Deutsches Museum. Il n’y a que des petites salles, dans un cadre de théâtre un peu désaffecté. La salle Kino2 est même entièrement customisée aux us et fantasmes du RHPS : statues grecques aux ongles teintés, gargouilles menaçantes, lumière tamisée par d’énormes abas-jours pourpres au dessus de nos tête… des murs peints avec la Joconde qui tire la tronche… C’est lugubre comme il faut, et le temps n’aidant pas, la maison suinte l’humidité eh eh…
    Pour ma première fois, dans la salle il y avait tout au plus une quinzaine de personnes, entassées au fond. Pas d’animateurs, mais des gens en tenue citadine avec des sachets contenant toute la panoplie nécessaire au bon déroulement d’un RHPS : baudruches, riz, journal, biscuit… Sachets qui devaient d’ailleurs être disponibles à l’accueil. Du coup on était un peu loin de la débauche inspirée du film, je voyais plutôt des gens se déchainer avec un gros sachet de riz plutôt que ces quelques miettes de consensus !
    L’ambiance, bien qu’animée en début de séance, c’est rapidement résorbée une fois la lourde porte du château entrouverte… à partir de quoi c’était une séance tout ce qu’il y a de plus traditionnelle !

    Un peu déçu par ces allemands pas un brin extravagants, j’espère bien voir vivre ce que ça donne en France avec une version plus débaucheusedébonnaire à Paris 🙂

    • 22 novembre 2010 15:03

      Danke shön for das live report Jokester !
      La preuve en images : je ne sais pas parler allemand 🙂
      Génial le coup de la salle customisée ! Je dois dire qu’en comparaison, la France fait pâle figure avec la décoration du Studio Galande qui est un cinéma tout ce qu’il y a de plus classique…
      Des biscuits dans le Rocky Horror Picture Show ? Je connaissais les toast, mais pas les biscuits. Qu’est ce que tu en fais ? Tu les lances à tes petits camarades dans la salle ? (ou les mange en cas de petite faim ?)
      Maintenant que tu connais le film tu pourras te concentrer sur les animateurs le film quand tu viendras à une séance parisienne 😉

      • Jokester permalink
        5 décembre 2010 16:09

        Ben la preuve en image, le mien n’est pas meilleur, c’est pas « auf München » mais « aus München » ^^
        Les gâteaux c’était à manger pendant le repas je crois (quand ils mangent l’espèce de viande à moitié crue balancée dans l’assiette ^^). Il y avait toute une liste d’instructions pour utiliser le contenu du sachet… Je trouve ça dommage d’un certain sens, plutôt que de laisser le public inventer des choses pour animer le show !
        Effectivement j’ai eu une preview, maintenant je suis paré pour me faire aborder par des messieurs en bas résille au Studio Galande ! (‘fin le premier rang, si j’ai bien compris c’est pas pour moi :p) Juste pour la parité, y’a pas d’animatrices ?

      • 5 décembre 2010 19:17

        Je trouve l’idée pas mal, mais c’est vrai que s’il n’y a pas d’animateurs…c’est plus triste. Sur le principe, ça peut servir : au moins il n’y a pas de gens qui se retrouvent dépourvu quand il faut lancer le riz 🙂
        Pour les messieurs en bas résille au Galande, il faut blâmer les anciennes règles de l’orthographe française. Il y a bien évidemment aussi des animatrices, puisque pour chaque personnage à l’écran, il y a l’équivalent dans la salle !
        Donc il y a aussi des demoiselles en petite tenue qui se vautrent sur les spectateurs 😉
        Un petit veinard de l’assemblée a même le droit à un strip tease de Janet …. 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :