Skip to content

Good ‘n Oldie (1) : Nausicaä de la Vallée du Vent

13 août 2010

Amis de la poésie, bonjour 🙂 Pas trop seuls en stage au mois d’août ? Hm, ça tombe bien, moi aussi. Mais plus qu’une semaine et des brouettes à tenir et je suis libre. Ah pardon, pardon, c’est pas le mood du mois. Toutes mes confuses.

J’ai décidé de me lancer (la tête la première) dans une série d’articles sur les Good ‘n Oldie : des films, des groupes, des jeux, enfin des trucs où on se dit que même si ça commence à dater un peu – c’est quand même vachement bien.
Il a a quelques temps je vous parlais de The Mask, et aujourd’hui léger changement d’ambiance (un peu comme on passe de John Lajoie à Alela Diane – ou comme du coq à l’âne comme dans une partouze à la ferme) avec un de mes films préférés de Miyazaki : Nausicaä de la Vallée du Vent.

Je vous épargne la diatribe historique sur le pourquoi du comment le film est arrivé (majoritairement parce que je ne suis pas une pro de l’époque pré-studio Ghibli), le fait est qu’il est sorti en 1984. Soit nettement avant ma naissance, et probablement pendant la jeunesse de Lien Rag (blague sur l’âge du co-admin : check !).
Aussi étrange que ça puisse paraître, je trouve que justement, Nausicaä ne fait pas partie des films qui vieillissent mal.

C’est en grande partie dû à l’histoire : comme dans beaucoup de Miyazaki, la guerre fait rage. Mais il ne s’agit pas ici d’une guerre entre hommes, mais d’une guerre entre l’Homme et la Nature. À force de monstruosités, l’Homme a rendu la Terre nocive, et la forêt toxique gagne du terrain de jour en jour. Les animaux ont également été changés par l’environnement, et les insectes prennent des proportions de cauchemard et véhiculent les spores toxiques de la forêt. L’équilibre de ce monde est extrêmement fragile, et au milieu de tout ça, le fil directeur du film est l’histoire de Nausicaä – princesse de la Vallée du Vent de son état – qui va devoir faire face à un certain nombre d’ennuis : une guerre entre les hommes, des merdoiements politiques, et une légère meute d’énormes bestioles qui dévastent tout sur leur passage.

Nausicaä a la particularité d’être non seulement une princesse (donc un peu cultivée, et plus instruite que la moyenne), que tout le monde adore, mais également une fille courageuse qui n’a pas peur de grand chose. Elle a aussi une relation très particulière avec l’environnement, la forêt toxique, et les animaux – puisque contrairement à beaucoup des autres personnages humains qui évoluent dans le film elle a pigé que les hommes ne peuvent pas détruire tout sur leur passage sans en subir les conséquences. Nausicaä est en quelque sorte le moral compass de l’histoire, rôle paradoxal puisque traditionnellement réservé au vieux mentor.

Ce que j’aime dans Nausicaä de la Vallée du Vent, c’est que la part laissée au poétique et à l’imaginaire est assez importante – quand on réfléchit au caractère somme toute très terrien du scénario. Ma scène préférée, où Nausicaä regarde les spores toxiques tomber comme des gros flocons de coton protégée par une bulle (enfin, un bout de carapace d’omou) est d’une finesse extrême puisqu’on arrive à s’inquiéter de ce spectacle en théorie si apaisant qu’est la neige qui tombe. Le ton est toujours juste, et on se laisse prendre au scénario sans avoir besoin d’engager la surchauffe du brain. Il ne faut pas pour autant en déduire que l’histoire est simpliste, au contraire. Mais je ne vous en dit pas plus, parce que vous comprenez, j’ai des principes. Et que je préfère vous laisser penser par vous même et découvrir cette perle tout seuls comme des grands.
On retrouve également des thématiques récurrentes chez Miyazaki, l’aérien, la Nature, la guerre… Mais pour une fois, les débuts de romances ne sont qu’effleurés, et je trouve que c’est pas plus mal sinon ça aurait un peu fait tache dans le paysage. Pas tellement besoin d’en rajouter, c’est bien ficelé, et il n’y a pas de moment faible comme dans Le Château dans le Ciel (qui n’est pas Le Château Ambulant, ne nous emmêlons pas les pinceaux pikachu).
Mention spéciale (comme d’habitude) pour les dessins, qui sont une tuerie et dont la simplicité (malgré quelques vaisseaux bien steampunk) permet également au film de ne pas prendre un gros coup de vieux. J’ai vu des tas de bouquins de l’artwork du film, et je dois dire que je bave toujours autant devant tellement c’est joli.
C’est peut être ça aussi la magie de l’imaginaire ?

En bref, un excellent film, qui m’a beaucoup touchée la première fois que je l’ai vu (j’me souviens j’étais avec deux autres amis dont le prénom commence pareil que le mien, et on avait couru comme des dératés dans le métro pour aller à l’Aquaboulevard, même qu’on s’était un peu perdus, et qu’il faisait froid dans la salle de cinéma à cause de la clim). Je vous le recommande chaudement – c’est à mon sens un des meilleurs films de Miyazaki – parce que tout est beau là-dedans. Et qu’il préfère laisser la place aux images, à l’imagination, et à l’intelligence du spectateur plus qu’aux dialogues interminables ou aux explosions à répétition. (Enfin, ceci dit, il y a quand même de l’action, hein – c’est pas une pièce de mime pour autant.)
Même l’affiche est belle …

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 13 août 2010 10:09

    Je l’ai toujours pas vu, j’ai honte…

  2. Jokester permalink
    13 août 2010 14:44

    N’oublie pas la bande son 😉
    Je trouve que dans les films de Miyazaki (bon, on peut extrapoler, dans tout le 7ième art la musique joue un rôle capital…) ca apporte la touche sensible à l’image. Le Château dans le Ciel à ce titre m’avait beaucoup touché (mais comme c’est le premier que j’ai vu, c’est peut-être pour ca que je le sacralise comparativement aux autres chefs-d’oeuvre de l’auteur).

    Idem, le stage au mois d’Août c’est vivifiant quand tous les collègues se sont fait la malle… Je retourne à ma pétillante besogne de ce pas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :