Skip to content

On a testé pour vous : Twilight 3

17 juillet 2010

Lundi, avec Lib, nous sommes allées voir un film dont j’attendais impatiemment la sortie depuis quelques mois : Twilight 3, Hésitation. La seule critique que je peux faire c’est peut être que le titre est mieux en v.o.
Il en fallait un, Lib est le bad cop, et ayant un goût douteux pour les challenges stupides aujourd’hui, je suis le good cop. Wikipédia, si tu m’entends, je fais du degré élevé (de 2nd à 375°F). Ne me prenez pas du tout au sérieux aujourd’hui, un peu comme ce rose d’ailleurs. C’est un hommage à Bella.
Au cinéma,
j’avais mon tee shirt de la Team Jacob, et j’ai failli prendre du pop corn pour avoir le bracelet Twilight série limitée qui allait avec. Malheureusement, il fallait se grouiller un peu pour avoir des bonnes places…

Pour vous la faire courte, Playne et moi-même avons récemment brillamment bouclé notre année scolaire, et avons décidé de fêter ça de digne manière, en allant nous vider la tête au cinéma. Cela tombait bien, le troisième opus de l’inénarrable série Twilight, vous savez déjà tout le bien que j’en pense, venait de sortir. Nous voilà donc à l’UGC des Halles, après une rude journée de boulot (car si on a validé notre mémoire, on reste en stage, parfaitement !), en possession de notre billet pour vivre les aventures de Bella Swan, d’Edward Cullen et de Jake le loup-garou, qui a, il faut le dire, trouvé son public. En parlant de public, ça sentait fort les hormones en ébullition et la lotion pour acné juvénile dans la salle… Je tiens quand même à préciser que c’est pas tout à fait exact. Il y avait au moins deux contre-exemple (Nous !, enfin quoique pour les hormones … je ne sais pas trop dans quel état on nous a retrouvées après les premières minutes de Jake à l’écran). Si la salle était en effet à majorité remplie par des nanas, il n’en reste pas moins qu’il y avait quand même pas mal de gens de notre tranche d’âge (pas que des ados quoi…).


Pour éviter de vous resservir les mêmes arguments que dans ma critique du bouquin (qui vous avez tous relue en cliquant sur le lien au-dessus, bien sûr !), je vais tenter de faire une critique sur film seulement, même si certains thèmes vont revenir… parce qu’il ne faut pas exagérer quand même. Que Stephenie Meyer, l’auteur du livre, une Mormone, déconne en ce qui concerne le mariage et le sexe, passe encore. Qu’Hollywood rajoute par dessus, pour en remettre une couche, une chanson pourrie de Muse et des dialogues indigents à vous en couper le souffle, c’est un scandale. Pour les bouquins, je les ai lus en stage après que Lib me les ai prêtés, je m’ennuyais un chouïa. Ceci dit, Twilight était parfait. J’avais besoin d’un peu de douceur dans ce monde de brutes, alors cette vision originale, qui fait passer le sexe au second plan pour centrer l’histoire sur le palpitant et les sentiments, c’est rafraîchissant. On est tellement agressés par le sexe de nos jours (je ne pense pas qu’aux pubs de machine à laver, même les éponges s’y mettent, je trouve ça révoltant).


Commençons par les vampires. Bon, ma lecture des bouquins commence à dater, mais je ne me rappelais pas à quel point ces vampires étaient inexpressifs au possible. Pas même de dents pointues pour tripper un peu ! Non, non,sous la tonne de fond de teint blanc qui recouvre leur visage,  ils retroussent légèrement les lèvres quand ils se mettent en colère. Le reste du temps, ils sont mono expressifs, taillés dans du marbre. Remarquez, c’est facile pour les acteurs, pas la peine de se prendre la tête à jouer, contente-toi de faire la gueule pendant deux heures.

J’ai pour ma part trouvé que le jeu des acteurs vampires correspondait assez bien avec l’idée que j’ai du vampire dans Twilight (plus propre, plus civilisé, et plus lisse que dans True Blood quoi). A la limite du flegme anglais, ils analysent la tête froide (c’est le cas de le dire) les problèmes et agissent rapidement. Les vampires sont « inexpressifs » précisément parce que ce sont des vampires, pas des humains qui s’agitent dans tous les sens. Tout dans les vampires du film n’est qu’élégance, rapidité, et précision. Deathly but sexy… Après, j’avoue que faisant partie de la team Jacob, je ne dirai pas un mot sur Edward, na.
Mon personnage préféré reste quand même Bella, l’héroïne.

Bella est une jeune fille déterminée, romantique et avec un cœur en or. Elle fait toujours en sorte que les choses se passent bien, même quand son ami Jacob s’énerve contre Edward. Elle fait attention aux autres, et on aimerait franchement lui ressembler. Son charme naturel opère sur tout le monde (vampire, loups garous, femmes, hommes, tortue ninja…etc). Telle la princesse au petit pois des temps modernes, elle a les os fragiles et le moindre choc se transforme en fracture. Une peau diaphane, de grands yeux marrons, de longs cheveux tirant un peu sur le roux quand la lumière s’y prête : elle est vraiment très belle, mais au naturel. Le jeu de  Kirsten Stewart nous permet bien de retrouver le personnage du livre, tout en douceur, on ressent d’un regard la complexité des émotions. Pas besoin de surjouer, un mot, une mèche de cheveux qu’elle replace derrière son oreille et la magie opère. Elle est cultivée, ce qui se ressent dans sa manière de parler et de ne quasiment jamais s’énerver. Elle n’est pas la teenage stupide qui va se faire tout un foin du bal de promo par exemple. Elle assume ses choix jusqu’au bout, toujours par amour et c’est ça qui fait sa force.

Ah, Bella… Bella n’est pas un vampire, mais son jeu est tout aussi subtil… tellement subtil que rien ne transparaît. Une armée de vampires assoiffés de sang est à ses trousses, un vampire et un loup-garou se disputent ses faveurs… elle repousse sa mèche derrière l’oreille d’un geste gracieux, et tout est dit. Sans compter les paroles pleines de sagesse qu’elle profère en voix off alors que la caméra survole les montagnes boisées du Nord Ouest américain (bon, je l’avoue, les paysages sont superbes, et la photographie plutôt bien foutue)… Bella me désespère, je dois dire. J’ai particulièrement apprécié les scènes où le père joue au papa poule, alors que franchement, plus sérieuse et adulte que sa Bella, tu meurs. C’est une adolescente de 103 ans, en fait. En plus, elle porte des chemises à carreaux genre bûcheronne et des jours, mais le jour du bal de prom, hérésie ! Et après, on voudra nous faire croire que Bella est représentative des adolescentes qui l’idolâtrent ? Tu parles…

Après Bella et les vampires, passons aux loups-garous, Jake Black en premier – donc eux, ils sont sensés représenter le côté plus sympa et rigolo de Twilight, parce que c’est pas avec Bella, Edward et la clique des cold ones qu’on va se marrer. Alors déjà, le Jake, avec ses pectoraux, il réchauffe l’atmosphère, dans tous les sens du terme. Mais bon, à part ses muscles et son torse bronzé (je me suis bien régalée, je ne crache pas dans la soupe), il n’a pas grand chose dans le ciboulot, s’il croit que c’est malin d’aller piquer sa copine à un vampire (en même temps, si Edward n’était pas une telle lavette, ça ferait longtemps qu’il aurait réglé son compte au clébard, on aurait la paix). Mais bon, au moins, eye candy en vue. En revanche,  pour celles qui s’attendaient à une meute de beaux gosses musclés, c’est raté, les potes de Jake ne sont que des chiots juvéniles qui ont l’air plus sots les uns que les autres, on se croirait dans Rox et Rouky.

AAAAAAH ! (Playne brandissant son tee shirt Team Jacob). Attendez les amis, j’arrête de baver sur mon écran. Alors, comme le dit si bien Lib, Jake est absolument superbe. On aimerait bien que le eye candy se transforme en arm candy, même si c’est pas encore légal (la bestiole n’étant même pas majeure, booh). Je pense que Jake en a beaucoup plus dans le citron que ne le prétend Lib, il est très drôle et arrive quand même en partie à ses fin (faire admettre à Bella qu’elle a des sentiments pour lui malgré son crétin de boyfriend congelé Ouais, c’est facile, il suffit de lui rouler une pelle et de lui faire un peu de chantage affectif, à la donzelle…). J’ai beaucoup aimé la scène dans la montagne où il rabat son caquet à Edward.
Pour les autres membres de la meute, c’est vrai qu’ils font un peu jeunes, mais l’effet global est pas trop mal réussi. Une bande d’ados, ça ressemble quand même atrocement à une bande de chiots. Comparés au hottie en chef, c’est vrai que ça manque un peu de pectoral saillant.

Pour parler vite fait du morceau de bravoure qu’est la bataille entre l’armée de vampires nouveaux-nés et l’alliance improbable entre les loups-garous et le clan des Cullen : ç’aurait été bien plus trippant si au moins il y avait eu un minimum de suspens, parce que là, les vampires nouveaux-nés se font vite ratatiner, c’est vite plié et c’est bien dommage, voir des vampires se briser en mille morceaux comme du verre, c’est plutôt marrant.

Mais passons au sujet qui m’intéresse le plus : la vision du mariage et du sexe dans ce film. On le saura, Stephenie Meyer est mormone, donc le sexe avant le mariage, c’est mal. Mais bon, Bella ne pouvait pas être complètement dénuée de toute pulsion sexuelle, sous peine de ne plus être (du tout) crédible. Du coup, son Edward, elle a quand même furieusement envie de se le faire (perso, je me taperais plutôt Jake, si j’avais le choix, mais bon, si Bella était sensée, ça se saurait…). Je ne me rappelais plus que le troisième était celui où Edward tanne Bella avec sa demande en mariage pendant 300 pages. Merveilleux moyen d’éviter la question du sexe : Edward est né il y a 100 ans et des bananes, normal qu’il ne veuille pas coucher. Sauf que c’est un mec, tout le monde sait que les mecs se tapaient des nanas avant le mariage, même au XIXe siècle. De son côté, Bella veut du sexe, et veut aussi être changée en vampire pour être comme son amoureux (parce qu’elle ne s’est jamais sentie normale, nous dit-elle… si tous les ados qui ne sentent pas normaux se changeaient en vampire, ça fera bien 10 ans que je ne me nourrirais que de sang !). Donc le deal, c’est : je te change en vampire si tu acceptes de m’épouser. Et du coup, la transformation devient la métaphore du sexe. Il fallait le faire, quand même. Merci Hollywood de retourner 100 ans en arrière pour retomber dans les histoires de pomme, de serpent, d’Adam et surtout d’Eve et de sa tentation de croquer le fruit défendu… C’est bien connu, c’est toujours des femmes que les problèmes arrivent, elle a qu’à se contenter de l’abstinence et de rester humaine à côté de son vampire de boyfriend, non mais ! PA-THE-TIQUE.

Évidemment, si tu attaques sur le sexe et le mariage. Je pense que prôner l’abstinence avant le mariage permet d’apprendre à connaître l’autre. Après tout, si tu dois passer ta vie avec quelqu’un, autant être vraiment sûr que c’est la bonne personne, tu ne passes pas toute ta vie à baiser ensuite. C’est un peu accessoire, enfin surtout dans un but reproductif. C’est un ensemble de plein d’autre choses qui fait la stabilité d’un couple. De ce point de vue là, Edward et Bella ont déjà amplement prouvé qu’ils forment un couple plus solide que du diamant et dès qu’ils sont loin de l’autre il leur arrive des bricoles. Là, Bella est inquiète pour le futur de son couple, et voudrait passer au stade suivant : la concrétisation de son amour pour Edward, c’est pour ça qu’elle accepte de l’épouser. Comme ça, ils seront sur un pied d’égalité, elle ne le perdra jamais, ne vieillira plus et ils resterons ensemble pour l’éternité. C’est probablement le plus bel acte d’amour réciproque qu’on puisse trouver, un peu évident qu’elle ne fait pas ça que pour le sexe, duh. La jeunesse actuelle ferait bien de s’en inspirer. Moralité, devenons tous mormons.

…ça me fait quand même un peu bizarre de défendre tout ça moi.

En bonus pour ceux qui ont tenu jusqu’à la fin : de quoi perdre foi en l’humanité et vouloir devenir un vampire disco.

En 2e bonus pour les intellos qui comme moi lisent The Guardian.

Et toi, lecteur, tu es plutôt Team Jacob ou Team Edward ?

Advertisements
22 commentaires leave one →
  1. Lien Rag permalink*
    17 juillet 2010 09:33

    Je pense que prôner l’abstinence avant le mariage permet d’apprendre à connaître l’autre. Après tout, si tu dois passer ta vie avec quelqu’un, autant être vraiment sûr que c’est la bonne personne, tu ne passes pas toute ta vie à baiser ensuite.

    Se rendre compte _après_ mariage que tu es avec un boulet au lit, et que tu vas devoir te le tapper une soixantaine d’année, et que après tu seras trop agé(e) pour refaire ta vie, la loose 🙂

    • playne permalink
      17 juillet 2010 10:18

      Précisément.
      Tu peux mesurer à quel point ça a été dur de faire le good cop sur cet article.
      J’ai quand même le sentiment d’avoir vendu ma conscience.

  2. Toyboy permalink
    17 juillet 2010 14:43

    « Bella est une jeune fille déterminée, romantique et avec un cœur en or »

    Gné?! Bella est LA fille soumise par excellence, quoi^^. Elle est déterminé par rien du tout :-D. C’est juste affligeant, en plus, on la montre tout le temps en train de subir, d’assister son père, de faire la bouffe à tout le monde et d’essayer de contenter tout son entourage. Ajoute à ce merveilleux tableau le fait qu’à aucun moment on n’a l’impression qu’elle a des amis. Enfin bref, selon moi, Bella est juste une énorme victime…

    Enfin bref, quel film de merde, quoi 😀 (je le met clairement dans mon anti top 3 de l’année, pourquoi pas à l’anti première place, d’ailleurs!)

    • playne permalink
      17 juillet 2010 14:50

      Toyboy, je pensais que tu comprenais le degré > 1 😉
      Comme quoi.

      • Toyboy permalink
        17 juillet 2010 18:36

        Sorry, Playne, c’est les facheuses conséquences d’une lecture en diagonale (pas taper, des amis arrivaient à l’appart d’ici 5 minutes^^)

        Après lecture plus « attentive », je me rend compte du degré n^^

      • playne permalink
        17 juillet 2010 19:05

        J’ai surtout eu peur pour ton cerveau ^^

    • 17 juillet 2010 16:28

      Je te l’avais dit, Playne, il fallait préciser le 40.000e degré :p

      • playne permalink
        17 juillet 2010 18:31

        Tu sais, j’ai bien réfléchi.
        Je pense que je vais repenser beaucoup de choses dans ma vie, et commencer à tisser une tapisserie en étant abstinente pour sauver mon âme du sexe et de la débauche.
        J’ai quand même reçu un mail effrayé me demandant quel drame avait eu lieu dans ma vie pour que je me réfugie dans la religion 🙂
        On the bright side, c’est la preuve que j’ai été convaincante (sic).

      • 17 juillet 2010 18:47

        Tu préfères qu’on t’appelle Reine Mathilde ou Pénélope ?
        Quand on sait avec quoi ça rime, Pénélope… :p

      • playne permalink
        17 juillet 2010 19:03

        Pénélope le correcteur orthographique propose « pénétrable »…hum hum.
        Reine Mathilde, alors.

  3. The Librarian permalink
    17 juillet 2010 14:52

    Bon ben moi, je n’ai ni lu le bouquin ni vu les films (et ne manifeste ni honte ni envie de le faire), mais après avoir admiré cette verve si subtilement employé pour remettre dans le droit chemin notre génération de mécréant…je crois que je vais devenir mormon (et surtout merci Twillight)

    • playne permalink
      17 juillet 2010 21:11

      En bonus de bonus …pour te remercier du 2nd degré cher Librarian.

  4. 20 juillet 2010 14:23

    Pour parfaitement comprendre la partie de baseball dans TWILIGHT (2008)

    http://ysengrimus.wordpress.com/2010/07/15/la-partie-de-baseball-du-film-twilight-glose-et-description-detaillee-pour-les-%C2%ABnuls%C2%BB/

    et, en prime, au niveau de la discussion, pourquoi je suis tout à fait favorable à la Saga TWILIGHT…

    • 20 juillet 2010 18:11

      oh tiens, le type qui veut toujours que les gens partent voir son site …

      • 20 juillet 2010 22:03

        Tu est venu(e), j’espère… La prochaine fois, laisse un lien. Je ne caviarde ni ne conspue (moi)…
        P.L.

      • Lien Rag permalink*
        21 juillet 2010 12:06

        @Maku : On a de la chance, Paul Laurendeau ne lit pas _que_ Rue89, ils nous lit nous aussi (enfin il poste ses liens ^^)

        EDIT : Paul, tu as quand même posté plus de 500 liens vers ton site sur Rue89. Ce n’est plus possible, il faut partir maintenant…

      • 21 juillet 2010 12:24

        Du féminisme au cannabis, de Twilight aux catholiques, Paul Laurendeau est sur tous les fronts…

    • Lien Rag permalink*
      21 juillet 2010 07:48

      @PL, a.k.a « venez sur mon site » : Ton article est long et clairement passionné, bien que parfois trivial (« la partie se joue dans les bois alors que normalement en espace libre, la partie se joue sous la pluie alors que normalement on annule »), mais le plus gros de l’explication de texte (de scène) est instructif… …mais ça reste un article à la gloire d’une œuvre cucul de propagande mormone…
      Et perso, premiers baisers version scientologie, ça me laisse de marbre, au mieux…

      • playne permalink
        21 juillet 2010 09:58

        Tel Edward, Lien Rage est de marbre froid. (Mais est ce que tu scintilles au soleil ?)

        Je ne peux que +1 ton analyse cher admin, au détail près que « long » devrait récupérer « trop » au passage.

      • Lien Rag permalink*
        21 juillet 2010 12:07

        « tldr » pour être exact 😉

      • 21 juillet 2010 19:24

        Pour Rue89, retient pas ton souffle en attendant ma disparition….

        Pour le reste bah, mormon mon fion. Y a rien de mormon là dedans et tu le sais parfaite,ment…
        P.L.

Trackbacks

  1. Playne’s mood of july « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :