Skip to content

Jethro Tull-Minstrel in the gallery

10 juillet 2010

Jethro Tull, dont le premier album date de 1968, poursuit toujours sa route sous  la férule de son leader Ian Anderson. Cela sans reformation opportuniste dans la mesure ou le groupe n’a jamais cessé son activité depuis.

Musique de contraste ou délicatesse élisabéthaine, folk limpide et  riffs hargneux s’y côtoient  en parfaite harmonie. Richesse des mélodies, puissance rythmique et arrangements sophistiqués, autant d’éléments qui constituent le terreau sur lesquelles s’épanouissent les compositions de Ian Anderson.

Et s’il est un disque qui rassemble toutes ces dimensions, alors Minstrel in the gallery peut faire office de maître étalon.

Paru en 1975,  ce disque se révèle être d’une constante inspiration. Les mélodies sont belles « à pleurer », sans aucune mièvrerie  pseudo romantique. Soulignées par des arrangements à cordes discrets et la flûte traversière, elles vous enchanteront.

Mais Jethro Tull reste un groupe de rock et recèle en son sein un des guitaristes les plus talentueux du genre. Il déploie ici toute l’étendue de son talent : riffs tranchants, solos inventifs d’ou se dégagent une énergie, une violence maîtrisée jamais gratuite.

De morceaux à la construction classique à d’autres de facture beaucoup plus complexe (la sublimissime suite  de 16 minutes, Baker St. Muse), ce disque vous transportera dans un univers musical original ou tradition et modernité s’unissent pour le plus grand plaisir de nos oreilles anesthésiées par tant de produits frelatés !

Que ce soit avec Jethro Tull, ou dans ses créations solos, Ian Anderson  a bâti une des œuvres les plus personnelle et attachante du rock. En vrai ménestrel des temps modernes (c’est un showman accompli) il continue avec son groupe d’arpenter les scènes du monde entier. Et si la voix n’est plus aussi présente (mon grand âge me permet de comparer des prestations scéniques étalées dans le temps !!!), la musique elle ne vieillit pas !

Musiciens :

Ian Anderson : Chant, Flûte, Guitare acoustique
Martin Barre : Guitare électrique
John Evan
: Piano, Orgue
Jeffrey Hammond : Basse
Barriemore Barlow : Batterie

Morceaux :

1 Minstrel in the gallery (8’13) – 2 Cold wind to valhalla (4’19)3 Black satin dancer (6’52) – 4 Requiem (3’45) – 5 One white duck / 010 =nothing at all (4’37) – 6 Baker st. Muse (16’38) – 7 Grace (0’50)

Méritent le détour :

Aqualung ( 1971) / Thick as a brick (1972) / Passion play (1973) / Songs from the wood (1977) / Heavy horses (1978) / Roots to branches (1995) / The jethro tull christmas  album (2003)

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 10 juillet 2010 17:34

    Chapeau à Ian Anderson pour cette musique magique et envoutante et merci à toi de nous faire découvrir des groupes aussi talentueux!
    Ces petits solos de flûte traversière…un vrai régal pour l’ouïe !!J’attends avec impatience ta prochaine chronique!!!!!

  2. Lien Rag permalink*
    12 juillet 2010 09:38

    Jethro Tull fait de façon générale de la très bonne musique. Un best-of peut être un bon point d’entrée, pour ceux qui ne connaissent pas.

    Et puis hommage à Hamster Jovial :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :