Skip to content

Les lectures de l’été

30 juin 2010

C'est moi ou on dirait Romain Duris, ce garçon ??

L’été, c’est les vacances, et donc le moment où l’on prend plus de temps pour lire (sans être coincé dans les transports en commun entre une bonne femme qui pue et un mec qui vous enfonce ses coudes dans le dos) et pour découvrir de délicieux romans ! Tous les magazines sortent en ce moment leur rubriques « lectures de l’été », je sacrifierai donc à cette coutume en trois temps :

– les livres que j’ai lus au cours de mes 26 années de présence sur terre et que je vous recommande ;

– les livres que j’ai bien l’intention de lire (enfin, pour certains…) ;

– les livres qu’il faut fuir.

Les livres à lire :

Je vous ai déjà parlé de mon ami Hugo Boris – comment ça, vous n’avez pas encore dévoré les trois romans qu’il a écrits ? Je vous conseille donc Le Baiser dans la nuque cet été. Pas trop La Délégation norvégienne, sauf en cas d’extrême canicule, pour vous rafraîchir : c’est un livre qui parle du froid… on le gardera pour les vacances de Noël !

Je ne sais pas si vous aimez bien Nick Hornby, l’Anglais qui a écrit le roman dont est tiré Pour un garçon ainsi que le scénario du film Une Educationsi c’est le cas, pourquoi ne pas tenter Juliet, Naked, un charmant petit roman qui se lit comme de rien, sur la maturité (qui ne marche pas toujours main dans la main avec l’âge mûr), les relations nouées sur Internet et les amours tardives. Hornby s’intéressait jusque là plutôt aux jeunes, il signe cette année un roman plein de grandes personnes attachantes. Ça se lit très vite, au bord de la piscine ou sur la plage, ce sera parfait, et ça ne prendra pas trop de place entre la serviette de bain et la crème solaire !

En parlant de plage et de vacances, et en restant dans la littérature légère britannique, je vous recommande également d’emmener dans vos valises le roman de Joseph Connolly, Summer ThingsVacances anglaises en français, me dit Wikipédia. Portraits au vitriol d’Anglais en vacances dans une petite station balnéaire pour certains, à Chicago pour d’autres, c’est délicieusement juste, entre cruauté et compassion.

Sans oublier les inénarrables éplucheurs de patates de Guernesey, mais Sablaetis vous a déjà tout dit…

Les livres que j’ai bien l’intention de lire :

Ma maman m’a offert Un roman français, le dernier roman de Beigbeder, pour ma fête, il est donc sur ma table de chevet à attendre la fin des échéances estudiantines (ça tombe, Beigbeder a fait la même école que moi, le monde est petit). Il paraît que c’est très différent de ce qu’il produit d’habitude, c’est donc pour ça que j’avais envie de le lire.

Pour changer, une BD : Quai d’Orsay, d’Abel Lanzac et Christophe Blain, que j’offre à mon mec pour le remercier de m’avoir supportée un an déjà. Le personnage principal est inspiré de Dominique de Villepin, les dessins me rappellent un peu ceux de Joann Sfar, je vais lire ça très vite et si vous êtes sages, je vous pondrai peut-être même un petit article rien que pour vous !

Ça fait au moins trois ans qu’on me parle de Katherine Pancol, de ses crocodiles et de ses tortues. Elle vient de publier le troisième volet de sa trilogie, ça parle d’écureuils cette fois-ci. Je ne suis pas sûre que ce bestiaire me plaise beaucoup, mais pour critiquer, il faut avoir lu, je profiterai donc de l’été pour ce faire. Et si ça se trouve, ça va me plaire, sait-on jamais.

Et traditionnellement, il y a le livre que je dis que je lirai, mais que je n’ouvrirai sans doute pas. Pendant des années, c’était Guerre et Paix. J’ai fini par arrêter, et j’en ai choisi un autre : Les Bienveillantes de Jonathan Littell. Il est posé sur ma table de nuit depuis deux ans, tous les étés, je me dis, tiens, je vais le lire cette année… Et tous les étés, il passe à la trappe.

Les livres à fuir :

Je ne lirai ni Marc Musso ni Guillaume Lévy cet été. Parce que la dernière fois que j’en ai lu un, c’était d’ailleurs par un bel après-midi d’été en Dordogne, à l’ombre d’un pommier (c’était peut-être un cerisier, ou un chêne, ou un prunier… on s’en fiche, c’était un arbre et ça faisait de l’ombre !), je me suis ennuyée à mourir. Apparemment, ça se passait à Londres, et je ne reconnaissais rien de Londres là-dedans, c’était mal écrit (je fais partie de ces gens chiants qui estiment que le respect de la ponctuation, c’est important, et M. Lévy n’a visiblement pas appris à maîtriser l’art de la virgule), les personnages étaient creux et l’intrigue banale à en pleurer. Chacun ses goûts, mais pour moi, c’est terminé – il y a des limites à la lecture dite « de détente », je mets mon cerveau en veille, mais je ne le mets pas à la poubelle non plus.

Je vous recommande également de fuir la série Twilight, j’en ai déjà parlé– sauf si vous avez envie de vous poiler un peu, auquel cas, empruntez-les à votre nièce / cousine de 14 ans plutôt que de les acheter (offrez-lui les aventures de Georgia Nicolson en échange). Rigoler devant autant de niaiserie, ça fait aussi du bien parfois.

L’été, c’est pour moi la saison des romans policiers, mais je ne sais pas si je lirai le dernier Camilla Läckberg, L’Oiseau de mauvais augure. J’avais beaucoup aimé La Princesse des glaces, pas détesté Le Prédicateur, et Le Tailleur de pierre m’a grandement déçue. Tout ça pour ça ??? La fin est décevante, le dénouement de l’intrigue policière bien trop facile et inintéressant. Quitte à lire des polars suédois, précipitez-vous sur la série Millénium de Stieg Larsson si ça n’est pas déjà fait, ou bien régalez-vous de la noirceur de Wallander, l’inspecteur récurrent des romans d’Henning Mankell (vous avez vu comment la rubrique ‘les livres à lire’ s’immisce dans la rubrique ‘les livres à fuir’ ? Je suis trop douée…).

Et vous, quelle sera votre drogue littéraire cet été ? Quels livres emporterez-vous dans l’avion, sur la plage, à la montagne, sous les cocotiers ?

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 30 juin 2010 21:27

    Tu as raison, on dirait Romain Duris en train de potasser le dernier Marc Lévy pour son rôle dans L’arnacœur

    • 30 juin 2010 21:37

      Tu crois qu’il lit La sexy attitude des paresseuses (x, plutôt, du coup ?)

  2. Toyboy permalink
    1 juillet 2010 21:40

    On dirait surtout le clone de mon cousin, Gary. Mais bon, naturellement, tu t’en fous, quoi…

    • 2 juillet 2010 10:08

      Je dirais pas ça : si ton cousin Gary ressemble effectivement au mec de la photo, ça peut être intéressant. Je dis ça, je dis rien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :