Skip to content

La BD chevaleresque : Les Tours de Bois-Maury par Hermann

22 juin 2010

La vie actuelle dans notre époque moderne est tellement morose et absurde qu’avant de déprimer une fois de plus par habitude, je vous propose de vivre une histoire relatée à l’époque du Moyen Âge.

Le Moyen Âge, c’est l’époque des chevaliers, des trois ordres, sans oublier les discriminations et les iniquités. Le Moyen Âge, c’est l’époque où tous les hommes ne naissent pas et ne demeurent pas libres et égaux en droit.
En bref, le Moyen Âge n’a rien à voir avec notre époque moderne où on se pose sans cesse la question « Pourquoi ? ».
À notre époque, les chevaliers n’existent plus, l’honneur n’a plus de sens, en résumé rien ne va plus, alors plongeons nous dans une bande dessinée réalisée par Hermann, où le lecteur est plongé dans le Moyen Âge de la fin du 11e siècle, pour vivre les aventures du preux chevalier Aymar de Bois-Maury.

Les tours de Bois-Maury est une série de bandes dessinées réalisée par Herman, dénombrant 14 albums actuellement, qui retrace l’histoire d’un chevalier, d’un manant, de l’amour et de la haine…

Cette série de BD propose pour l’instant plusieurs intervalles répartis sur les différents tomes. Dans le premier cycle, constitué des 5 premiers albums, le chevalier Aymar, son écuyer Olivier, et le maçon Germain sont au cœur de l’histoire. Le second cycle, constitué des albums 5 à 10, relate le voyage d’Aymar pour la Terre Sainte, et les guet-apens et trahisons sont au rendez-vous. Le troisième cycle est une sorte de cycle posthume, car l’album 10 devait clore la série. C’est pourquoi les tomes suivants retracent des parcours de quelques descendants d’Aymar de Bois-Maury.

Le chevalier Aymar de Bois-Maury, chevalier nomade et malchanceux, souhaite récupérer les territoires dont il a été dépossédé. Les excursions Nord de l’Europe jusqu’en Terre sainte du chevalier ne manquent pas de croiser le fer.

Babette et Germain sont jeunes et amoureux, mais leur amour est impossible. La vie est dure, et l’amour n’a pas sa place dans ce monde de haine, de batailles, de tourments, de souffrances et de douleurs.

Au Moyen Âge, les relations filles-garçons n’étaient pas les mêmes que celles de nos jours. À cette époque, le rang avait son importance, par exemple le droit de cuissage ou autre. Mais de manière plus générale, il y avait un sens des valeurs, un homme courtisait avec respect une femme. De nos jours, tout est différent, il y a ceux qui draguent et ceux qui se prennent des vestes. Et surtout la notion d’indifférence : la fameuse technique de l’inversé, faisant tout pour dissimuler qu’on est attiré. Alors qu’au Moyen Âge, on le montrait. Nous ne sommes plus de valeureux chevaliers, mais des lâches. La drague n’évolue pas, elle involue. Alors pourquoi perdre son temps aujourd’hui dans des mièvreries sentimentales ? Réinstaurons l’ordre des chevaliers et ouvrant les joutes, histoire de s’amuser un peu au lieu de déprimer à se dire « Et si j’avais fait le premier pas ? » et de regretter toute sa vie.

Le chevalier Geoffroy, de par son rang, juge qu’il n’a pas besoin de courtiser Babette, une jeune paysanne, pour profiter de son corps. Cependant, un maçon épris de Babette, nommé Germain, assassine Geoffroy à ce moment-là. C’est le début des tourments, car Germain est confronté à la justice de son seigneur tandis que Babette est confrontée à sa famille qui n’apprécie guère Germain. Le chevalier Aymar de Bois-Maury n’approuve pas la tournure que prennent les événements sur les terres du seigneur Eudes. Surtout que le fils de celui-ci le trouve antipathique et ne cesse de mettre en jeu l’honneur de notre chevalier errant. Aymar est un militant contre l’iniquité.

Le pays de Caulx a été saccagé par félonie. Les coupables sont un berger mystérieux et sa bande. Les quelques survivants sont le jeune fils du seigneur et ses paysans, qui s’étaient sauvés dans la forêt. Ces derniers rencontrent le chevalier Aymar de Bois-Maury, qui fait alors la connaissance d’Éloïse de Montgri. Il y a 10 ans, Aymar avait fait la connaissance de son père en Catalogne. Ils veulent tous se venger du berger et de sa bande : Éloïse veut des représailles, Basile de Caulx, âgé de douze ans, veut reprendre son bien et les paysans agissent par servitude. Aymar va les aider pour obtenir une part du butin, quoiqu’il ne semble pas rester insensible au charme d’Éloïse.

Germain a été recruté par une bande de brigands, où figurent leur chef La Pie, Marcus et Alda. Ils vont tenter de s’emparer d’un trésor reposant au monastère de Poitiers gardé par le mercenaire Favard. La bohémienne Alda se chargera de séduire ce dernier pour faire diversion. Pendant ce temps, Aymar, le chevalier, accompagne à Saint-Jacques de Compostelle un commerçant et sa femme qui a perdu son enfant.

Le chevalier Aymar de Bois-Maury vient à la rescousse d’un chevalier allemand nommé Reinhardt Von Kirstein, poursuivi par des assassins engagés par son propre frère Manfred von Kristen, qui veut tout faire pour que son aîné ne lui reprenne pas sa place à la tête de leur domaine.

Ivon de Portel est une ancienne connaissance d’Aymar de Bois-Maury, mais son fief n’est plus ce qu’il était, et il se fait manipulé par une jeune fille, Guillaumette, pour laquelle il s’est pris d’attachement. Un groupe de truands imposent leur loi dans le domaine, et leur chef se fait appeler « Le maçon » lequel entretient des relations secrètes avec le serviteur d’Ivon de Portel.

William, un jeune chevalier anglais, accompagne Aymard de Bois-Maury au château du seigneur Landry dans le but de concourir à un duel. Aymard découvre que la famille Landri, une famille Normande, est affectée par une malédiction. Aymard se confronte à l’obscurité de ce passé lointain.

Un départ pour les croisades est prévu, mais Aymard tombe malade, suite aux festins gastronomiques et arrosés, et le mal durant le voyage en direction de Bruges, manquant ainsi la partance de la troupe de William. Plus tard, Hendrick, un chevalier cruel et intriguant, rejoint l’équipe d’Aymard et de son écuyer Olivier, non pas par affinité mais pour profiter d’une force supplémentaire. En direction de la Bulgarie, ils sont pris en embuscade au sein d’une église. Le prêtre et le village désirent des représailles à cause des abus perpétrés par les croisés.

Bon, je pense que j’ai déjà pas mal résumé sans spoiler et donner également pas mal de « jetons » à l’histoire de cette BD pour vous stimuler à aller la lire. La situation est donc omniprésente, l’auteur décrivant une aventure certes ordinaire mais qui souligne les engrenages d’une société au processus divergent de la nôtre. Ici il n’y a pas de magie et de supers pouvoirs, c’est du réalisme signé Hermann.

Publicités
One Comment leave one →
  1. Lien Rag permalink*
    29 juin 2010 09:14

    Cette BD est vraiment très sympa. Toutes les époques ont été traitées en BD, mais pas toujours avec succès. Comparons « Les passagers du vent » et « L’épervier », c’est comme comparer « Idées noires » et « Tom-tom et Nana ». Pour le post-apo, le western, c’est pareil. Et pour le moyen-âge, Hermann, comme pour tout ce qu’il touche, fait partie du haut du panier. La série des tours de Bois Maury est vraiment passionnante. Par contre, je n’ai pas souhaité toucher aux épisodes 11 et plus. On m’en a dit du mal, et l’épisode 10 clôt parfaitement la série. Il faut savoir s’arrêter 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :