Skip to content

Weather Report – Tale Spinnin’

21 juin 2010

Les vacances approchant je vous propose de partir en voyage vers des contrées musicales qui vont vraiment vous dépayser.

Fondé par Joe Zawinul et Wayne Shorter, deux musiciens de jazz inspirés et accomplis, ayant fait partie de l’orchestre de Miles Davis, Weather Report propose une musique  « atmosphérique » (avec un tel nom c’est le moins que l’on puisse attendre d’eux !), développant des climats  envoûtants  sur des plages solaires et « funky » qui irradient  de sensualité, de couleurs, d’odeurs et somme toute de beaucoup d’émotions. Ce qui a value au groupe souvent le qualificatif « d’impressionniste ».

Et là où tant d’autres nous abreuvent de leurs états d’âme nombrilistes, en confondant beauté et pathos , Weather Report délivre une musique élégante et « joyeuse » !

Sorti en 1975  ce disque, au groove lancinant, vous plonge dans un espace sonore fait d’arrangements complexes et de parties improvisées. Les musiciens, tous virtuoses sur leur instrument, font preuve d’une grande invention, de beaucoup de lyrisme et d’une inspiration mélodique constante. Les improvisations de Wayne Shorter sont toutes magnifiques.  A cela se mêlent des influences musicales les plus diverses (les musiciens étant d’origine multiples : Européenne, Amérique du nord, Amérique latine) qui donnent une dimension « musique du monde » a certains morceaux.

Vous n’assisterez pas  avec Weather Report à une succession de solos démonstratifs. Chaque intervention des solistes s’intègre miraculeusement dans une composition d’ensemble. L’osmose est complète.  La virtuosité au service de la musique et non l’inverse ! Une vraie philosophie de la création artistique, toutes disciplines confondues !

Et pour ceux qui seraient allergique au Jazz, justement ce groupe inclassable pourrait bien vous faire changer d’avis !

Weather Report  poursuivra son activité jusqu’en 1986 avec, il faut bien  l’avouer, une sérieuse baisse de régime pour ses derniers albums.

Sur ce, bon voyage !!!

Musiciens :

Joe Zawinul : Claviers, synthétiseur
Wayne Shorter : Saxophones
Alphonso Johnson : Basse
Alyrio Lima : Percussions
Leon Ndugu Chancler : Batterie

Morceaux :

1 Man in the green shirt (6’28) – 2 Lusitanos (7’24) – 3 Between the thighs(9’31) – 4 Badia (5’21) – 5 Freezing fire (7’29) – 6 Five short stories (6’57)

Méritent le détour :

Sweetnighter (1973) /  Mystérious traveller (1974) / Black market(1976) / Heavy weather (1977)

Advertisements
2 commentaires leave one →
  1. Ofboir permalink
    23 juin 2010 09:51

    Weather Report j’ai essayé avec Night passage, mais le déclic n’a pas eu lieu. Je ne sais pas, c’est techniquement parfait, mais plutôt froid, sans âme, pas assez habité en fait. Plutôt l’opposé de ce que tu dis là. Je devrais peut-être réessayer avec cet album.

    • 28 juin 2010 16:51

      C’est vrai que Weather Report n’est pas le genre de groupe qui « déballe ses tripes » et l’émotion dégagée peut paraître en retrait par rapport au brio instrumental mais souvent de la retenue adoptée par le groupe peut naître des moments magiques. Sur Tale Spinnin’, un morceau comme Lusitanos est à ce titre une pure merveille. Je l’écoute depuis des années et je suis toujours stupéfait de la mélancolie profonde qui s’en dégage. Le chassée croisé entre le piano de Joe Zawinul et le saxophone de Wayne Shorter est magnifique. A filer le frisson !
      Mais, bon, à chacun sa sensibilité !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :