Skip to content

Nos combats ordinaires

16 juin 2010
La couverture du premier tome.

Cliquez pour quelques extraits (probablement) légaux.

C’est l’histoire d’un photographe fatigué, d’une fille patiente, d’horreurs banales, et d’un chat pénible.

Le combat ordinaire, c’est le titre que j’aurais voulu donner à cet article si celui de la BD n’avait pas été si bien trouvé. En effet, la série de Manu Larcenet (2003-2008, chez Dargaud) décrit le quotidien des années 2000 dans ce qu’il a de plus tragique et de plus banal, avec ses grands drames et ses petits bonheurs.

C’est l’histoire de Marco, photographe, la trentaine fatiguée, névrosé, dépressif et tellement attachant. C’est l’histoire de Marco, de sa famille et de son chat qui s’appelle Adolf. Les galères, les angoisses et les rencontres qu’on fait parfois et qui rattrapent tout ça d’un coup.

Ce n’est pas dit, mais on devine que Marco, c’est un peu l’auteur. De toute façon, on ne peut pas réaliser une œuvre comme Le combat ordinaire sans y mettre beaucoup de soi. Au fond, qu’est-ce qu’il nous raconte ?
La vie d’un artiste en panne d’inspiration, ses rapports avec son psy, son frère, ses parents et la charmante vétérinaire. Son départ à la campagne, sa rencontre avec un sage, qui l’aide un peu à trouver sa place avant de révéler un passé que Marco aurait préféré ignorer. Rien n’est jamais facile, personne n’est jamais simple, et le héros n’est pas le seul à devoir faire face à ces combats de tous les jours : les crises d’angoisse de Marco sont bien le symptôme de son mal-être, de sa difficulté à aller de l’avant comme à communiquer avec ceux qu’il l’aime, et ces maux-là sont bien ordinaires, tout comme ceux de son entourage : chômage, Alzheimer, envie de bébé… La vie de tous les jours, avec ses hauts et ses bas, quoi.

Alors certes, le dessin n’est pas très joli, ce qui ne l’empêche pas d’être beau : on distingue sans peine la douceur dans le gribouillis du visage d’un homme amoureux, on est ému aux larmes devant une paire de lunettes oubliée sur un établis. Et puis s’opère cette alchimie si particulière quand l’auteur dessine ses propres textes, une harmonie magique où les non-dits se devinent mais où l’imagination reste libre.

Un extrait du deuxième tome. Cliquez dessus pour en avoir d'autres.

Et au fond, le texte, c’est pareil. Très simple en apparence. Sauf que ces mots ordinaires s’alignent avec une grande intelligence pour nous raconter une histoire confondante d’humanité. Sans jugement, avec humour parfois, toujours avec finesse, l’auteur nous décrit des personnages complexes, avec leur part d’ombre. Manu Larcenet aborde les grands thèmes de la vie et de notre époque : l’art, l’amour, la mort. L’angoisse et le deuil. La complexité des rapports humains, de la nouveauté des relations amoureuses à la ténacité des liens familiaux. Mais aussi ce qui fait soudain basculer les ouvriers vers le vote d’extrême-droite ou encore les conséquences de la guerre d’Algérie sur ceux qui y ont participé et sur les générations suivantes.

L’apparente simplicité du dessin sert à merveille la profondeur discrète des idées pour délivrer un message que je crois universel.

Informations :

1. Le combat ordinaire, 2003, Dargaud (ISBN 2205054252). Prix du meilleur album au festival d’Angoulême en 2004.
2. Les quantités négligeables, 2004, Dargaud (ISBN 2205055895).
3. Ce qui est précieux, 2006, Dargaud (ISBN 220505791X)
4. Planter des clous, 2008, Dargaud (ISBN-13: 978-2205061406).

L’auteur et la série sur Wikipédia.

Plus léger, plus drôle, je vous conseille aussi Le retour à la terre, avec Jean-Yves Ferri au scénario, 5 tomes, chez Dargaud (2002- 2008) : les aventures pratiquement autobiographiques de deux enfants de la ville qui partent s’installer à la campagne. La rencontre des deux mondes est hilarante, et j’aime aussi beaucoup les effets de mise en abyme.

Advertisements
12 commentaires leave one →
  1. gatoudou permalink
    16 juin 2010 08:08

    En grande fan de Manu Larcenet, j’ai bien entendu adoré « Le combat ordinaire », mais je vous conseille aussi la série des « aventures rocambolesques » ou encore les Bill Baroud qui sont hilarants!!!! De plus le blog de l’auteur est vraiment bien et il est très attachant.
    Merci pour cet article qui m’a rappelé de bons moments!

    Gatoudou

  2. 16 juin 2010 09:48

    Je n’ai lu que Le Retour à la terre, j’avais trouvé ça sympa.
    Ce sont les mêmes persos que dans Le Combat ordinaire, non ?

    • 16 juin 2010 11:08

      Non, pas du tout : Le retour à la terre se présente comme une comédie quasi-autobiographique, et le perso principal s’appelle Manu Larssinet et il dessine des bandes-dessinées… Ensuite, même si le ton est complètement différent, il y a de nombreux rapprochements à faire avec Le combat ordinaire, c’est sûr.

    • 16 juin 2010 13:12

      Mais il y a un chat, non ? (je sais pas pourquoi, mais je me rappelle du chat :p)

      • 17 juin 2010 09:42

        C’est pas non plus le même chat^^

      • 17 juin 2010 10:30

        Ah, ok. Il s’appelle Joseph ou Benito c’est ça ? :p

      • 17 juin 2010 16:09

        Dans le Retour…? Pour être honnête, je ne me rappelle pas^^

      • 17 juin 2010 17:59

        C’était juste une blague :p

      • Makuchu permalink
        17 juin 2010 21:57

        c’est Speed le nom du chat du Retour ! (au quizz BD, je me sens assez en confiance…) Mais je préfère le combat. C’est vraiment une BD douce-amère qui touche …

      • 18 juin 2010 02:09

        Lib c’est à ça que je reconnais mon état de fatigue : j’ai ri :p

      • 18 juin 2010 07:11

        Vas-y, dis que ma blague elle est pourrie, te gêne pas, sale engeance !!

  3. platypus permalink
    16 juin 2010 16:34

    Dans un autre genre (totalement hilarant) du même auteur : Pedro le coati 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :