Skip to content

Prince of Persia : Les sables du temps par Mike Newell

5 juin 2010

Ah quelle nostalgie de repenser au tout premier jeu Prince of Persia, sans oublier ses suites toujours plus réussies les unes que les autres. Prince of Persia est un des jeux qui a marqué mon enfance. Il marque également mon actualité vidéoludique avec les nouveaux épisodes du jeu du Prince de Perse sorties sur les consoles nouvelle génération.

On sait maintenant, que lorsqu’un jeu vidéo rencontre un vif succès, l’industrie du cinéma n’hésite plus à acheter la licence pour en faire un film. Alors quand on va voir le film, on s’attend à voir une adaptation du jeu sur le grand écran et à ce que l’univers du jeu soit respecté. Par exemple, la série des Resident Evil a eu, à mon goût, de très mauvaises adaptations au cinéma, car elles n’ont rien à voir avec l’univers des jeux.

Pour Prince of Persia, je trouve que le film réalisé par Mike Newell respecte l’univers du jeu et reprend dans les grandes lignes l’histoire du premier épisode du jeu sorti sur les consoles Playstation 2 et XBox.

Mais au fait, d’où vient le Prince de Perse ?
Revenons 21 ans en arrière.

En 1989, un développeur, Jordan Mechner, s’est attelé tout seul à la réalisation du jeu Prince of Persia. Son père l’a aidé pour composer les musiques et son frère a été d’accord pour être le modèle afin de concevoir les animations, qui étaient stupéfiantes pour l’époque.
L’histoire du jeu repose sur les éléments suivants :  un prince téméraire, une princesse kidnappée, un vizir malfaisant et un palais parsemé d’embuches. Donc, un scénario simple, certes, mais sans prise de tête pour permettre au joueur d’affronter les dangers du palais à chaque niveau du jeu, où là par contre les énigmes sont prise de tête ;-). Le jeu a été un énorme succès mondial, et a connu plusieurs suite (Prince Of Persia 2 en 1994, puis Prince Of Persia 3D en 1999).
Arrivé à la génération des consoles Playstation 2 et Xbox, Prince of Persia revient avec de nouveaux opus, en commençant par « Les sables du temps » en 2003, suivi par « l’âme du guerrier » en 2004 et « les deux royaumes » en 2005. En 2008 et 2010 deux nouveaux jeux sont sortis.

Le film de Walt Disney se base donc sur le premier opus de la génération des consoles Playstation 2 et Xbox, c’est-à-dire Prince of Persia : Les sables du temps.

Dans le jeu, Prince of Persia : les sables du temps, contrairement aux épisodes précédents, l’histoire n’est pas de secourir une princesse en détresse, mais de réparer ses propres erreurs du passé. Tout commence lorsque le prince et son père rentrent de guerre avec un très grand butin, comprenant un fabuleux sablier de plusieurs mètres de haut. Le vizir fait croire à tout le monde que toute la richesse du monde sera accordée à celui qui parviendrait à l’ouvrir. Le prince se précipite et utilise la dague, qu’il a trouvée également dans le butin, pour déverrouiller le sablier. Hélas, cette action guidée par la cupidité va provoquer un drame : le sable contenu dans le bibelot géant se trouvait être à forte teneur maléfique et qu’il s’est mis à corrompre toutes les âmes du palais. Les seuls rescapés, ayant échappés à ce maléfice, sont le prince, protégé par sa dague, le vizir, protégé par sa force maléfique, et la princesse Farrah, protégée par quelque chose de mystérieux. Le reste des personnes et des animaux présents dans le palais a été transformé en créatures de l’ombre qui ne pensent qu’à manger comme des zombies. Le prince va devoir réparer son erreur en inversant le temps grâce au sablier…

Dans le film, l’adaptation cinématographique de Walt Disney du jeu, le synopsis est le suivant (source : Allociné):
« Un prince rebelle est contraint d’unir ses forces avec une mystérieuse princesse pour affronter ensemble les forces du mal et protéger une dague antique capable de libérer les Sables du temps, un don de dieu qui peut inverser le cours du temps et permettre à son possesseur de régner en maître absolu sur le monde. »

Sans spoiler, voici mon résumé du film :
Dastan est le prince de Perse. Son frère lance un assaut dans une contrée voisine soupçonnée de trahison et de menace d’après l’espion de leur oncle Nizam. Durant la bataille, Dastan récupère une dague mystérieuse. Cette dague avait été caché par la princesse Tamina, dont le frère de Dastan veut épouser en échange de la vie de ses fidèles. Nizam transmet au frère de Dastan un vêtement à offrir à leur père. Dastan sera l’intermédiaire. Hélas ce cadeau ne va pas aider le roi à vivre, ce qui va engendrer toute la haine du peuple et de sa famille sur Dastan. Pourquoi Nizam a-t-il manigancé tout cela ? Au cours de sa cavale, le prince va découvrir les possibilités de la dague. Accompagné de Tamina, le prince décide de retrouver les sables du temps pour une raison bien particulière…

Notons que les raisons et objectifs du prince, et du vizir, dans le film, ne sont pas vraiment les mêmes que celles du jeu. Il vous faudra donc aller voir le film pour les découvrir.

Mon avis et conseil pour aller voir ce film :
Les fans du jeu (comme moi) vont beaucoup apprécier et adorer ce film remplit d’action avec ses multiples combats, car l’univers du jeu Prince of Persia est bien retranscrit.
Pour ceux ne connaissant rien au jeu, peut être seront-ils déçu, car le film regorge d’innombrables combats et de scènes d’action, et le scénario reflète celui du jeu, qui n’est donc pas un scénario complexe pour réfléchir avec des prises de tête.
Si vous aimez l’action et le sang, vous ne serez pas déçu de ce film, sans parler des effets visuels splendides très réussies.

D’ailleurs, je cherche le costume de Prince of Persia, comme ça je pourrais remettre les pendules à l’heure  avec les sables du temps dans le train, où chaque matin il y a les mêmes gens qui vous lancent des regards de la mort à vous figer sur place comme si vous aviez commis une erreur…

Pour terminer, voici la Bande annonce du film (avec Jake Gyllenhaal dans le rôle de dastan, Ben Kingsley dans le rôle de Nizam,  Gemma Arterton dans le rôle de Tamina) :

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. Lien Rag permalink*
    7 juin 2010 12:27

    Après Pirate des Caraïbes, Disney remet le couvert, et fait du film à la Disney. Esthétiquement parfait, mais avec un scenario qui risque pas de faire mal à la tête… On aime ou pas.

    La seule question est : est-ce que Dastan travaillait en réalité pour la DGSE…

    • Raniver permalink
      9 juin 2010 16:33

      Tous les fans du jeu avec qui j’ai discuté ont trouvé que le film est plutôt réussi pour une adaptation.
      Mon avis : Disney a respecté l’univers de Prince of Persia, et ce n’est pas pour me déplaire 🙂
      Ceux qui n’ont pas joué aux jeux m’ont donné un avis mitigé sur le film en prétextant un scénario trop simple.
      Tu as vu le film en tant que fan du jeu ou en tant que spectateur étranger au jeu ? 😉
      La question que je me pose : Est-ce que Disney s’est focalisé sur les fans du jeu ?

      • Lien Rag permalink*
        10 juin 2010 07:46

        Ah mais Disney, pour respecter les univers, sont très très bons… Si tu compares Pirate des Caraïbes et l’attraction disney, c’est assez incroyable !
        Pour les décors et le visuel aussi, rien à dire.

        Le souci c’est plus le niveau de scenario et le fait qu’ils tirent trop sur la corde pour les suites…

      • 10 juin 2010 08:50

        A mon avis (et je n’ai ni joué au jeu, ni vu le film, c’est juste pour dire, comme ça), le problème, quand on fait un film, c’est qu’on ne peut pas ne penser qu’aux fans du jeu dont le truc est adapté. Surtout quand on est Disney, parce qu’on sait pertinemment que le public ne sera pas constitué que de fans du jeu. Alors oui, c’est bien de caresser ceux-là dans le sens du poil en respectant l’univers, mais si le scénario ne suit pas, c’est vraiment dommage, parce que
        1. pas de bon film sans bon scénario, quand même
        2. ce n’est pas parce que le film sera soutenu par un bon scénario qu’il trahira l’essence du jeu.
        Mais bon, visiblement, ces derniers temps, les réalisateurs ont l’air de penser qu’un bon scénario, c’est over rated, et qu’on arrivera bien à contenter la plèbe avec des effets spéciaux, cf. J. Cameron…. (j’ai d’ailleurs pas vu Avatar, je ferais mieux de ferme ma gueule au lieu de parler de ce que je ne connais pas :p )

      • Makuchu permalink
        10 juin 2010 08:59

        Quand on fait un film, c’est qu’on ne peut pas ne penser qu’aux fans du jeu dont le truc est adapté : on dirait la fausse-vrai interview de Besson !
        Mais même si on élargit l’horizon pour attirer d’autres chalands que les fans pour de pures raisons mercantiles, ça empêche pas de travailler un scénar …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :