Skip to content

Carnal Knowledge

3 juin 2010

If there’s nothing new under the sun, one would think there’s even less new between the sheets. A kiss is still a kiss, a sight is still a sight, whether a generation goes by or a millenium. So what can have happened in human sexuality during the last hundred years that makes it worth writing a book about ?

Je vous laisse méditer les premières lignes de la préface de l’excellentissime bouquin de John Baxter,  Carnal Knowledge : Baxter’s concise encyclopedia of modern sex.

Oui, vous avez bien lu, le sexe débarque sur Culture’s Pub, mais pas n’importe comment, pas dans n’importe quel sens, tout en finesse … et en plus c’est instructif. Sauf si vous n’êtes franchement pas curieux.

Trêve de plaisanteries petits gourgandins, ne prenez pas cet air lubrique, c’est pas parce qu’on vous cause de fesse qu’il faut monter sur vos grands chevaux (ni même sur un wapiti), mais si vous voulez en apprendre un peu sans avoir à pratiquer, ou que vous êtes tous simplement intrigués…par ici.Alors, alors, mes amis chaud de la pince.
Si vous avez cliqué ici, c’est déjà que vous êtes majeurs et vaccinés, parce qu’aujourd’hui on entre dans un sujet à la fois très intéressant,  faisant partie de la vie humaine (sauf si vous êtes A, très croyant, religieux et encore, ou tout simplement célibataire et désespéré auquel cas je m’excuse d’avance), et surtout qui fait frétiller d’envie les 3/4 des gens.

Je vais donc vous causer aujourd’hui d’un bouquin qu’on m’a offert il y a quelques mois. Je l’ai relu cette semaine, et je me suis dit qu’il était quand même dommage d’en rester à un premier contact aussi léger (disclaimer, si cet article est truffé de doubles sens libidineux, c’est pas ma faute…vous avez juste l’esprit dans la culotte).
Comme je le disais donc en juillet, lisez ça chez vous, pas dans le RER. Mais lisez le quand même.
Pour les curieux qui aiment le ping (et pas le pong), vous aviez compris que dans Carnal Knowledge on ne cause pas que de positions exotiques et de fétichismes étonnants.  Baxter nous culture aussi d’histoire de l’industrie pornographique, des personnalités qui ont marqué au fouet les différentes vagues de mode dans cet environnement quand même assez particulier.

Barbie, euh non pardon, Barbarella !

Tout est dans le titre on a entre les mains si doux avec sa couverture pelliculée une encyclopédie de poche (si vous avez un grand pardessus) sur le sexe à l’ère moderne. Il faut bien entendre dans « moderne » qu’on ne va pas causer du Moyen-Âge (quoique), mais des 50-60 dernières années environ. Et croyez moi, ça fait un paquet (décidément !) d’informations à documenter, puisque l’auteur ne se limite pas à une simple définition et retrace le concept depuis l’origine.


L’encyclopédie de Baxter ne se limite donc pas à répertorier les différentes pratiques sexuelles qui existent (sinon, allez lire le petit Kamasutra illustré, non pas le code pour bien se tenir en société :  juste la partie avec les dessins les biches et les éléphants femelle) mais propose au travers de ses 623 définitions (si j’ai bien compté) un patchwork historique sur la culture du sexe, l’imaginaire, et son évolution (même si sur le fond et en pratique, ça a pas changé des masses).

Vous pourrez donc en apprendre plus sur les films « classiques » en la matière : Behind The Green Door, CaligulaEverything You Always Wanted to Know About Sex* (*But Were Afraid to Ask)1, Deep Throat, The Devil In Miss Jones, et bien d’autres (du genre de Flesh Gordon ou Irma La Douce).

L’écrit au sens large est également bien représenté : livres, poèmes, balades, un peu de tout y passe.
Je ne vais pas tout vous citer non plus, sinon on ne va pas s’en sortir, mais dans les bouquins dont l’entrée dans cette encyclopédie m’a parue intéressante il y avait : Emmanuelle, Histoire d’O (pour les classiques), Lady Chatterley’s Lover (non, pas le film, le bouquin de D.H. Lawrence), les romans de Fleming (Bond, James Bond), ou encore des romans d’un genre rigolo : les Bodice Rippers. Malheureusement, on ne parle pas de Zorro.

Juste pour le plaisir des yeux (non pas des images, après je vais me faire expulser du blog pour indécence mes petits lapins), deux trois textes : le premier est d’Elinor Glyn, le deuxième est une chanson d’origine obscure (mais qui parle de nautisme).

Would you like to sin
With Elinor Glyn
On a tiger skin ?
Or would you prefer
To err with her
On some other fur ?

‘Twas on the good ship Venus,
By Christ you should have seen us,
The figurehead
Was a whore in bed,
And the mast was a rampant penis

There’s frigging on the rigging,
Wanking on the planking,
Tossing on the crossing,
There was fuck all else to do.

Et puis juste pour le plaisir  un petit limerick (pour les amis de la poésie coquine).

The jolly old Bishop of Birmingham,
He buggered three maids while confirming ’em,
As they knelt seeking God,
He excited his rod,
And pumped his Episcopal Sperm in  ’em.

Non, définitivement PAS Soeur Emmanuelle...

Peut être la seule chose que je peux reprocher à ce bouquin la musique et les paroles de chanson. Pour toi lecteur, qui te dis, mais enfin elle débloque Playne, pourquoi du sexe dans des paroles de chansons ?
Écoutez juste Come And Get It et on en reparle.
Même Shakira dans la radio Lait Fraise elle s’y met alors … Bon, certes, certes, si les paroles de chanson avaient été intégrées au panel d’études approfondies de Baxter, c’est pas un bouquin mais dix tomes qu’il aurait fallu documenter. Mais bon, ça n’aurait pas fait tache dans le panorama. Tout ça, ça me donne envie d’écouter un petit morceau choisi quand même.

Un "sexe symbole".

Histoire de ne pas vous laisser sur votre faim, quelques extraits de l’encyclopédie pas trop mal illustrée, des petites entrées (les plus petites possibles, sinon l’article est trop long) …

En tout cas, vous l’aviez compris, l’encyclopédie de Baxter est un must-have absolu. Ou une super idée de cadeau un peu random.

Axillism : Using the armpit for sex. Evoked byLuis Buñuel in Un Chien Andalou, where armpit hair is compared with pubic hair.

Blue Movie : Any pornographic film. Title was also used for a number of feature film.

Carte de France : Literally « map of France » – slang for the stain left on sheets by dried semen.

Dentrophilia : Sexual preoccupation with trees.

Ecysiast : Euphemism for stripteaser. From the Greek ekdusis, « to cast off a slough skin ». Coined by writer H.L. Mencken when intellectual stripper Gypsy Rose Lee requested a more cultivated term to describe her profession.

Franks and Beans : Police slang term for male genitals. See also : pickle, beaver.

Going commando : Dispensing with male underwear. Based on the U.S Army Special Forces practice of wearing no underwear on combat mission to avoid « crotch rot ».

Hot date : Assignation expected to conclude with sex.

IT : Euphemism for sexual attraction coined by Elinor Glyn for her novel of the same name. Clara Bow was christened th « It Girl ».

Jane (1930’s-1960’s) : British comedy strip. See also stage show. A slim, pretty blond always being surprised without her clothes, Jane won a huge following, particularly during World War II.

Knee-trembler : Sex while standing, usually with the female partner leaning against a wall with legs locked around the male, the extra weight placing a strain on the knees.

Lipstick Lesbian : Female homosexual who maintains conventionally feminine behaviour and wardrobe. See Dyke.

Manga : Japanese comic strips, mostly of an erotic and sadomasochistic nature. See Anime.

Nooner : Sexual encounter during the lunch hour. See also Hot lunch.

One-night stand : A sexual encounter that lasts a single night. Adapted from the show-business term for a single performance by a travelling show.

Pasties : Adhesive nipple shields worn by stripteasers.

Queen : Male homosexual with an effeminate manner, adapted to describe any gay preoccupied with a single sexual aspect. See Leather queen, Rice Queen.

Rubbing uglies (Australian slang) : Sexual intercourse.

Snowdropping (Australian slang, 1960’s) : Stealing female underwear from outdoor clothes lines.

Tossing salad : Vigorous licking of the testicles.

Up skirt : « a glimpse of stocking was looked on as something shocking »

Viagra : Proprietary name for the anti-impotence drug Sildenafil citrate.

Wood : Porn film term for a hard penis. Hence « waiting for wood » – a delay in filming caused by a performer’s inability to achieve an erection.

X : X-rated. Vous aviez compris, depuis le temps.

Yiff : Shorthand term for the branch of zoophilia involving sex with dogs. Said to be imitative of the yelp of a fox. See Furvert.

Zipless fuck : See Fear of Flying.

So long friends...

Advertisements
7 commentaires leave one →
  1. The Scarecrow permalink
    3 juin 2010 07:11

    Commentaire inutile :

    Après tout y a un peu moins de 10 ans, le film érotique du dimanche était juste après Culture Pub… Une évolution ?

    • Lien Rag permalink*
      3 juin 2010 15:31

      HAHA pas faux, maintenant c’est à l’intérieur de Culture’s Pub 🙂
      Ceci dit, le téléfilm érotique a largement contribué au succès de l’émission de télé 🙂

  2. Lien Rag permalink*
    3 juin 2010 15:30

    Mais mais… pourquoi des liens wikipedia Anglais pour Emmanuelle ou Histoire d’O … ?

    En tous cas bel ouvrage, qui semble d’une superbe qualité et très bien renseigné 🙂

    mmmm juin va être chaud 😀

    • 3 juin 2010 15:53

      Carrément, à défaut d’avoir chaud dehors, on sera muy caliente sur Culture’s Pub :p

    • playne permalink
      3 juin 2010 16:31

      C’est l’importance d’être bon en langue, Lien Rag…
      (Mais ravie de voir que ça a marché ^^)

    • playne permalink
      3 juin 2010 20:20

      Aucun rapport, mais c’est quoi cette catégorie ? « Du sexe parce que ça fait vendre ? ».
      C’est de la cul-ture, meh.
      Si il avait une catégorie à créer c’était plus un truc du genre « Culture G, point G » 😉

      • Lien Rag permalink*
        4 juin 2010 06:38

        Cul-ture j’aime bien…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :