Skip to content

Animation – Bizarreries graphiques

29 mai 2010

Les votes ont élu – de peu – les bizarreries graphiques, vos désirs sont des ordres.

Nous allons en passer 3 en revue, chacun provenant d’un continent différent (je sais, mais pour l’Océanie, l’Afrique et l’Antarctique, je n’avais rien sous la main).

Et on va le faire quasiment sans images, sinon c’est de la triche.

.

Asie – Gankutsuou
Cet animé est une adaptation particulièrement libre d’un roman que tout le monde connaît dans nos contrées : Le Comte de Monte-Cristo.
Pourquoi, particulièrement libre ? Hé bien, il se déroule dans un futur lointain (5053, quand même …), et incorpore de nombreux éléments de fantastique. Déjà, à ce stade, on imagine sans mal la tronche dubitative qu’aurait fait Dumas s’il l’avait vu.

Concernant l’époque, même s’il se déroule dans un futur où l’homme maîtrise les voyages interstellaires, le contexte politique reste relativement comparable à celui du roman : la France est dirigée par une noblesse aux us et coutumes semblables à ce qui existait à l’époque du Comte de Monte-Cristo originel.
Cette démarche atypique est utilisée par très peu d’autres œuvres de SF, en tout cas en poussant l’identification aussi loin (à ma connaissance). Je suppose que, quelque part, les nobles sont perçus comme une relique du Moyen-Âge, et que leur intégration à un futur, quel qu’il soit, nous paraît quelque peu incongrue.
De fait, le contraste qui naît de la confrontation de deux contextes difficiles a priori à concilier est donc une des sources de richesse de cet animé.

Le fantastique, lui, intervient en tant que métaphore qui vient relever certains sentiments. Je ne détaillerai pas trop cet aspect par respect envers les scénaristes, mais vous comprendrez vite de quoi il retourne. C’est au final assez surprenant, mais pas inintéressant, d’autant plus que c’est dosé avec la parcimonie nécessaire afin de ne pas alourdir la métaphore filée. Certains d’entre vous jugeront sans doute que cette liberté est déplacée et superfétatoire (J’aime bien placer ce mot, c’est comme nonobstant, je le trouve marrant … Désolé.), et ils auront peut-être raison, à chacun d’en juger.

Là où le bas blesse, bizarrement, c’est au niveau du scénario : on s’attend à une valeur ajoutée dans le cadre de l’adaptation relativement bizarre d’un roman mythique mais, même si l’animé ne reste bien sûr pas dans la droite ligne du livre, loin de là, on ne ressent pas un travail débordant au niveau de l’appropriation du roman. Les modifications ont beau être légion, elles ne sont – pour une bonne part – pas suffisamment convaincantes ou poussées assez loin pour apporter le renouvellement que l’on sent pourtant souhaité par les scénaristes.
En fait, je pense que nous (les francophones) ne sommes pas le public le plus facile pour cet animé, étant donné que nous avons déjà une bonne connaissance de l’œuvre originelle et de son contexte historique : les Japonais ont sûrement été plus faciles à impressionner, à la fois par une culture et une œuvre qu’ils ne connaissent pas – ou peu. Pour nous, c’est de l’histoire, pour eux, c’est de l’exotique.
Malgré tout, ne pensez pas que le scénario de Gankutsuou est mauvais, ce n’est pas vrai : c’est simplement que c’est l’aspect qui pourrait être le plus amélioré, selon moi.

Pour finir sur le scénario en toute objectivité, je dois bien avouer qu’à ce niveau j’ai trouvé les derniers épisodes tout juste passables. C’est vraiment un gâchis de finir cet animé sur cette mauvaise note, mais bon certains vous diraient sans doute que c’est génial, je ne sais pas, mais ils auraient du courage, je trouve.

A un moment donné, il va bien falloir que je vous dise pourquoi cet animé figure dans cet article. Hé bien, la colorisation de Gankutsuou est hors norme : en effet, outre un choix de couleurs très vives et chatoyantes, de nombreuses textures ne sont pas projetées sur la géométrie concernée.

Bon, OK, dit comme ça, on comprend rien.

.

Alors, pour être plus clair, on va prendre un exemple : vous avez forcément déjà vu des dessins animés / lu des BD où quelqu’un porte une chemise à carreaux. Vous aurez sans doute noté que, dans certains cas, les carreaux ont été comme tracés à la règle par-dessus la chemise, à la bourrin, sans respect aucun pour la forme adoptée par la chemise. Hé bien, ce qui est dans ce cas fait pour gagner du temps est poussé très loin dans Gankutsuou, cette fois dans un but artistique, et en utilisant des textures plus travaillées. C’est ensuite grâce à l’animation que cet aspect prend toute sa saveur : imaginez une cape se déformant sous l’effet du vent, mais dont la texture reste imperturbablement plane et immobile …
On aime le concept ou on le trouve trop déstabilisant, mais ça ne laisse pas indifférent, clairement. Ne nous mentons pas, c’est la raison principale de la renommée de cet animé, même si c’est loin d’être son seul atout.

Si vous aimez les animés fantastico-historico-SF aux graphismes bizarres, Gankutsuou est fait pour vous. Par contre, pour en trouver d’autres de cette même catégorie, c’est pas gagné, j’avoue.
.
.

Europe – Renaissance
Là, cocorico, c’est nous qu’on l’a fait.
Pour changer, c’est de la SF. Le scénario se déroule en 2054, à Paris. Une chercheuse ayant été enlevée, un inspecteur est missionné pour la retrouver.

Vous vous en doutez, l’affaire va se révéler bien plus complexe qu’initialement prévu, et tout et tout. Imaginez un bouquin policier des années 50 dans un univers futuriste avec un zeste de technologie, vous ne serez pas très loin du compte. Je n’en dirai pas plus sur le scénario. Na.

.

Alors, oui, ça vient de France, qui n’est pas précisément la patrie de l’animation, Totally Spies, Code Lyoko et autres mis à part. Du coup, ne vous étonnez pas : le réalisateur a visiblement eu du mal à boucler le budget, donc vous verrez par exemple des Citroën se balader. Mais ça ne m’a pas choqué, car, pour reprendre l’exemple des voitures, leur design a été fortement travaillé, et est vraiment intégré au film d’un point de vue esthétique. Je préviens quand même parce que je sais qu’il y a des gens à qui ça ne plaira pas (bolchéviques, va !).

Les Parisiens pourront noter le travail énorme qui a été réalisé sur l’avenir de la ville, de nombreux lieux réels ayant été adaptés à l’univers du film, ce qui lui donne un cachet supplémentaire, du moins pour ceux qui connaissent un peu Paris.

L’originalité majeure de ce film vient du fait qu’il est en noir et blanc. Non, pas en nuances de gris, en noir et blanc, point (bon, OK, parfois il y a une petite touche de gris, mais c’est tout). C’est loin d’être anecdotique, cela ouvre tout un champ de possibilités graphiques. Le contraste extrême – voire total – ainsi généré est particulièrement bien utilisé tout au long du film, de maintes et maintes manières. C’est vraiment un chef-d’œuvre à ce niveau, à un point tel que le scénario, simple sans pour autant être simpliste, est finalement réduit au rôle de fil conducteur d’une œuvre graphique magistrale, sans commune mesure par exemple avec Sin City.
Pour le côté technique, précisons que l’animation est basée sur le principe de la Motion Capture, très utilisée notamment dans l’univers du jeu vidéo : en gros, on transforme les acteurs en manettes Wii humaines, ce qui permet d’obtenir des coordonnées spatiales réalistes sur lesquelles calquer l’animation 3D. Certains vous diront qu’ils auraient peut-être pu mettre plus de capteurs sur les visages vu le rendu de l’animation faciale, mais je trouve cette opinion un peu fanatique, personnellement.

Un très bon film donc, à voir pour l’originalité de son concept plus que pour celle de son scénario. J’avoue avoir été extrêmement impressionné de voir ce que l’on peut faire avec uniquement du noir, du blanc, du travail et du talent.
.
.

Amérique – A scanner Darkly
Comme pour Gankutsuou, c’est l’adaptation d’un roman, en l’occurrence de Philip K Dick (éponyme en anglais, Substance Mort en français).

Ce film n’est presque pas une œuvre SF, puisqu’elle se déroule seulement 7 ans dans le futur.
La lutte contre la drogue est devenue une priorité absolue, à cause d’une nouvelle drogue dérivée d’une fleur bleue, la « Substance M », à laquelle 20% de la population des Etats-Unis est désormais dépendante. Afin de lutter contre ce fléau, la police tente d’infiltrer les groupes de junkies. Bob Arctor est l’un de ces policiers, et nous suivrons son « évolution » durant son infiltration.

Alors, disons-le tout de suite : c’est bizarre, franchement paranoïaque, compliqué, complètement perché, pesant, sombre, rempli de délires de drogués, il y a des ruptures de rythme difficilement explicables, le scénario tangue un peu, etc.

.

Cette liste est, pour moi, une liste des défauts et en même temps des qualités du film : il ne fait aucun compromis et renonce volontairement à se rendre accessible. C’est incontournable si l’on veut restituer correctement l’ambiance du roman, et, de ce coté-là, c’est clairement une réussite.
On aime ou pas, mais il faut reconnaître qu’ A Scanner Darkly va au bout de son concept, ce qui était loin d’être évident. Ca ne plaira pas à tout le monde, vous êtes prévenus …

Ceux qui ne seront pas rebutés par cette absence de concessions découvriront une sorte d’hybride entre Trainspotting, 1984 et Donnie Brasco, qui intègre des critiques très virulentes de nos sociétés. Je n’irai pas plus loin, comme d’habitude : mort au spoil.

Si vous avez vu l’affiche, je suppose que vous avez compris pourquoi ce film a sa place dans cet article : il utilise la rotoscopie, c’est-à-dire qu’il a été filmé normalement, puis retravaillé de façon à transformer chaque image en dessin. Ce procédé fournit une image stylisée et instable en accord parfait avec l’atmosphère du film, mais ce n’est pas tout : cette « animétisation » permet également une intégration des effets visuels particulièrement adaptée aux délires hallucinatoires et schizophréniques de nos petits drogués. En fait, c’est exactement l’inverse de Renaissance, ici c’est bien les graphismes qui viennent en support du scénario.

Rien que pour l’aspect graphique, ce film vaut le détour, mais son scénario et son concept même le rendent beaucoup moins facile d’accès qu’un film comme Renaissance, par exemple.
Si vous êtes conscients que vous ne regardez pas Le dîner de cons, tout ira bien.

.
.

Les infos qui vont bien :

Gankutsuou : 24 épisodes, licencié. Les DVD sont disponibles ici.
Comme dit dans l’article, c’est une adaptation directe d’un livre de Dumas, aucun manga n’a servi d’intermédiaire.
Je vous mets l’opening, mais gardez en tête que son style graphique n’est pas du tout le même que celui  de l’animé.

Renaissance : C’est un film de 2006, donc vous le trouverez en DVD chez à peu près tous les revendeurs dignes de ce nom.
Contrairement à Gankutsuou, le trailer vous permettra bien de voir de quelle manière le N&B est utilisé :

A Scanner Darkly : 2005, et idem Renaissance, dénichable facilement.

.

Pour la suite, je vous propose pour le moment :
– Les courses automobiles
– L’agroalimentaire
– Les scénarios improbables
– Les vampires
– Les animés pour jeunes enfants et toxicomanes
– Les hamsters
– Un article plus court, j’ai pas envie de lire des trucs longs
– Rien. S’il te plait. Vraiment.

Publicités
6 commentaires leave one →
  1. playne permalink
    29 mai 2010 09:24

    Je note scrupuleusement Renaissance dans ma « To watch » list, très curieuse d’en savoir un peu plus sur le scénario. Un peu la carotte après le mémoire 😉

    Pour la suite, je persiste sur l’agroalimentaire, les pirates, et les animes pour jeunes enfants et toxicomanes !

  2. Eunostos permalink
    29 mai 2010 10:55

    Encore un article bien intéressant !
    Je te rejoins sur « A Scanner Darkly », qui est un excellent film. Je l’ai vu sans avoir lu le livre, mais le film est vraiment dans l’esprit des oeuvres de Dick, étrange et destabilisant à souhait. L’animation est bonne, et les dialogues, vraiment très réussis, contribuent beaucoup à entraîner peu à peu le spectateur dans un emboîtement de délires où on perd petit à petit tout repère.
    « Renaissance » n’est pas un chef-d’oeuvre (et ça me rappelle qu’il faut vraiment que je voie « Sin City » un de ces jours) mais c’est une tentative très intéressante et qui reste assez réussie. J’en avais fait une critique sur mon site à l’époque, ici, si ça vous intéresse : http://www.normalesup.org/~pcuvelier/wwwcinema/critiquerenaissance.html
    Quant à « Gankutsuou », je ne connaissais pas, je regarde la BA de suite 🙂

    • DeD permalink
      30 mai 2010 11:04

      Totalement d’accord concernant Renaissance, ce film n’est au global pas un chef-d’œuvre, sans doute en partie à cause de son scénario « trop accessible ».
      Par contre, l’aspect graphique en lui-même est scotchant, et justifie à lui seul de voir ce film.

      Dommage, on a un peu l’impression qu’il fallait faire un film pour aller avec les graphismes, alors qu’idéalement les graphismes servent le reste du film, et notamment le scénario.

      Sin City, on en a beaucoup parlé, mais je n’ai pas accroché du tout … J’ai trouvé ça assez convenu.

  3. 31 mai 2010 09:38

    Alors je propose, au choix :
    – L’agroalimentaire, parce que manger, c’est bien.
    – Les vampires, parce que c’est tendance et que nos stats sont en berne : take one for the team, mate, et sois assuré de notre gratitude éternelle.
    – Les hamsters, parce que c’est tellement improbable et que je reste fondamentalement une amie des animaux.

    • Makuchu permalink
      31 mai 2010 13:40

      Attention, dans la catégorie hamster, il y a un piège … tu seras pas déçue du voyage !

  4. agathe permalink
    31 mai 2010 19:33

    petit point pour les amateurs d’animation..Renaissance a gagné il y a 3 ans le festival du film d’animation d’Annecy, qui promet cette année encore d’être plutôt pas mal (il a récompensé l’année dernière ex aequo Mary and Max et Coraline..)il a lieu du 7 au 12….restez informés!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :