Skip to content

Good ‘n Oldie : Yippie ka-yay, motherfucker!

20 mai 2010

Fans de films burnés, vous savez déjà de quoi on va parler.
Yippie est avant tout un cri de joie, un peu comme « youpie », c’est généralement ce qu’on crie quand on gagne au loto. Combiné à ka et yay : vous obtenez une expression spécialement réservée aux méchants terroristes qu’il faut descendre à grand coup de gun bien placés, prononcée exclusivement par l’Officer John McClane (aka Bruce Willis).

Aujourd’hui, je vais vous causer un peu de l’excellente trilogie (oui, je maintiens que c’est une trilogie, même si il existe un 4) des Die Hard. Des films tout en finesse, en élégance, avec un jeu d’acteur à pleurer tellement c’est bon. Vous l’aurez compris : mes films préférés (ou très haut dans le top 10).

Il y a des tas de films intelligents, où il est impossible d’aller se faire d’un casse-dalle et de revenir sans avoir loupé les 3/4 de l’intrigue… Le risque est relativement faible avec cette trilogie (oui, j’insiste, trilogie). C’est facile, pour chacun des films le scénario tient en trois lignes. Bon, certes, on est sur Culture’s Pub, il faut se la jouer intello-chicos-culturé (culturiste ?), mais je vous assure : le message de Die Hard est en fait très profond.
À peu près autant qu’un coup de shotgun dans la cage thoracique \o/

Pardon, pardon, je commence dans l’ordre.
En 1988, année d’un excellent cru de rédacteurs de blog, sort le premier film de la série : Piège de Cristal (Die Hard).

L’officier John McClane a des galères de couple, et vient passer Noël à la boîte de sa femme avec laquelle l’ambiance n’est pas au beau fixe, tellement qu’elle en utilise son nom de jeune fille. Mais là, oh alors scrogneugneu, des méchants prennent l’immeuble en otage pour pouvoir dézinguer un coffre super blindé (avec 5 serrures dont une qui est en fait un champ électromagnétique : no, I am NOT shitting you) et gagner plein de pépettes et aller au Bahamas se taper des vahinés sous les cocotiers avec des petites pailles ombrelle rouge.
Bon, soit, mais c’est sans compter sur John, qui alors qu’il se lavait tranquillement les aisselles dans la salle de bain en marcel moulant blanc entend les premiers coups de feu, prend son gun, et sors pied nu se planquer pour ne pas se faire atrapper par les méchants terroristes. Le reste du film est composé de choses somme toute assez classiques : parties de cache-cache, le méchant fait exploser deux ou trois zozos, un hélicoptère, des explosions, un good cop black et gros, des agents du FBI complètement à côté de leurs pompes qui essaient de négocier pour finalement faire empirer les choses, etc. Tout est bien qui finit bien, le méchant passe par la fenêtre et John récupère sa dame et va voir ses deux mioches à la maison.
On ne regarde définitivement pas les Die Hard pour le scénario, mais moi ce que je préfère c’est les phrases cultes :

Yippie-ki-yay, motherfucker.

58 minutes pour vivre (Die Hard 2) reste dans la même veine, sauf que ce coup là on va se la jouer sportif et spectaculaire, et il y a un avion dans le tas. On reprend quasiment les même et on recommencence : John McClane est à l’aéroport pour récupérer sa petite femme, et comme par hasard le jour du réveillon (décidément, ils vont finir par faire le tour des fêtes). Sauf que là, ô surprise, un groupe de méchants terroristes (évidemment qu’ils sont méchants) va essayer de faire échapper un super grand méchant de passage à ce moment-là.
Bon, soit, mais c’est sans compter sur John qui a retrouvé ses vêtements chauds, qui va tout faire pour ne pas perdre le super vilain et empêcher les méchants de foutre en l’air l’avion qui doit atterrir et qui amène quand même sa femme. Sinon, l’avion on s’en fout, il pouvait toujours se crasher.Le reste du film est composé de choses somme toute assez classiques : partie de cache-cache dans les douanes et la forêt, les méchants qui jouent de la gâchette, des avions, des explosions, des douaniers un peu niais mais pas trop, et des litres de trucs à mettre en feu pour fabriquer des pistes atterrissage dignes de ce nom, ils glandent un peu à la tour de contrôle. (Oh et puis une tempête de neige aussi). Évidemment, ça finit bien.

Enfin, Une journée en Enfer (Die Hard With A Vengeance) vient compléter la trilogie originale.
L’ami John est quand même passé faire de la muscu chez les flics, et il a bien nettoyé son marcel qui est plus blanc que blanc. Ce coup-ci, c’est une série sur les œufs de Pâques (bien que malheureusement pas de vacances planifiées dans le film dans cet épisode), sauf que le grand méchant terroriste barge armé du film a décidé de remplacer les œufs par des bombes. Je vous laisse deviner l’effet assez propret du C4 sur un pâté de maison.
Bon, soit, mais c’est sans compter sur John qui a fait beaucoup de cardio, qui va tout faire pour résoudre les énigmes du déséquilibré avant que les bombes n’explosent. Le reste du film est composé de choses somme toute assez classiques : cache-cache dans le métro, les énigmes sur des bouts de papier, des explosions, des voitures de police, des coéquipiers tellement inattendus mais pas trop, et une explosion. (Oh, et puis une course en taxi aussi.)
Et pour changer, ça finit bien.

Si vous avez suivi, vous allez me dire « mais enfin Playne, tu déconnes, tu ne nous parles que du scénar, en disant qu’il est moisi, pourquoi on regarderait ces trucs ? ».
Mes enfants, si je devais vous énumérer toutes les raisons qui font que j’adore Die Hard, je dirais que la liste majoritaire est la suivante :

  1. C’est un film d’action : il y a de l’action.
  2. Il y a Bruce Willis dedans. Il a beau pas être chevelu, il a quand même de la gueule.
  3. Il y a des explosions : moi je trouve ça rigolo.
  4. Ça finit toujours bien : mais pas besoin d’avoir déclamé son amour à la planète.
  5. Je suis fan de Duke Nukem.
  6. C’est quand même des films qui vieillissent relativement mal : donc c’est rigolo à regarder.
  7. Les méchants ils sont méchants. Très. Et ils viennent soit d’Europe de l’Est, soit d’Amérique du Sud. (Comment ça, Indiana Jones ?)
  8. J’aime bien les trucs un chouïa épique du genre : le monde est pourri, we gotta set it straight.
  9. Yippie ka-yay, motherfucker.
  10. Pas besoin d’utiliser son cerveau, ça ne nécessite aucune concentration : relaxez vous, vautrez vous dans votre canapé, entrouvrez légèrement les lèvres et laisser vous bavoter, et c’est le nirvana.

Oh, et puis, non, je n’ai pas parlé de Die Hard 4 : Retour en Enfer (Live Free or Die Hard), parce qu’il ne faut pas pousser non plus. Et que même s’il est pas trop mauvais, je trouve que bon, fallait s’arrêter avant d’en arriver au cyber-terrorisme.
Pour finir :

I promise I will never even THINK about going up in a tall building again. Oh, God. Please don’t let me die.

« Yippie-ki-yay, motherfucker. »
Publicités
39 commentaires leave one →
  1. 20 mai 2010 08:29

    Et puis il y a Alan Rickman, Jeremy Irons (ils sont frérots dans la trilogie) et Samuel L. Jackson, quoi.

    Et John Wayne ne s’en ira pas dans le soleil couchant avec la belle Grace Kelly…
    C’est Gary Cooper, pauv’ con.
    (je cite de mémoire)

  2. 20 mai 2010 10:30

    Confession honteuse et révélation fracassante (elles se multiplient, ce mois-ci) : Je n’ai vu aucun de ces films… Quand j’étais jeune, j’avais pas le droit, et puis j’aimais mieux les princesses. Et depuis, j’ai pas eu l’occasion. For shame.

  3. Ofboir permalink
    20 mai 2010 13:10

    Tiens, je me rend compte que je n’ai pas vu le 3 (ni le 4 mais on s’en fout). Promis, la prochaine fois qu’il passe un dimanche soir sur tf1 j’essaierai de regarder 2-3 scènes.

    • 20 mai 2010 13:14

      Tu vas voir, dans le 3, Bruce Willis est confronté à un problème de maths niveau CM2 (avec des gallons d’eau et des bidons à remplir), je sais pas pourquoi, ça m’a traumatisée 😀

  4. platypus permalink
    20 mai 2010 13:12

    Hi hi hi (comment retranscrire un bon rire dans du texte, je sais pas, il fait un peu tapette celui-là) j’ai bien ri ! J’adore ton ton (eh oui) Playne, en plus tu fais des jeux de mots (involontaires?) vraiment excellents : « foutre en l’air l’avion qui doit atterrir » aaarf !
    Bref ! Encore !
    Et même un lien pour trouver un métier qui te correspond vraiment :
    http://www.orientation-formation.fr/spip.php?page=metier_branches&id=418

    • playne permalink
      20 mai 2010 14:39

      Les amis, que de réactions ! 😀
      Ravie de voir que John Mc Lain vous rende aussi frétillants !
      Je te rassure Platypou, tous mes jeux de mots sont volontaires 🙂
      Merci pour le conseil, j’y songerais si je dois me réorienter !

  5. 20 mai 2010 14:55

    Moi j’ai une objection : on dit John McClane, je crois (on l’écrit, même, plutôt…)

  6. 20 mai 2010 16:21

    Je ne vois pas de référence à Nothing Lasts Forever, de Roderick Thorp. Roman duquel « Die Hard » est tiré.

    … Je pense qu’il est plus que notable de le mentionner, d’autant que cette nouvelle de ’79 est riche au niveau de l’écrit et du scénario. Chose complètement éludée par les réalisateurs pour faire du mainstream bovin. 😉

    • Lien Rag permalink*
      20 mai 2010 18:27

      On va pas se la jouer intello-chicos-culturé non plus… :p

      • 20 mai 2010 19:02

        Ouais, on n’est pas à Télérama, sans blagues !! :p

  7. Décadence permalink
    20 mai 2010 20:40

    Si les blockbusters se mettent a avoir des scénarios plus élaborés qu’un gribouillis sur une serviette en papier de restaurant, ou irait le monde, je vous le demande.
    Il faudrait, a mon sens, mettre en avant le coté « poissard » de John McClane qui n’est jamais là où il faut (ou le contraire, question de point de vue), seul (a l’exception de son Berretta 92), il se retrouve systématiquement a devoir sauver sa famille et a botter le fondement de méchants qui semblent tous lui en vouloir personnellement.

    • 20 mai 2010 20:59

      Et si acolytes il a, ce sont des Blacks (je ne parle pas pour le 2e, que je connais moins bien que les deux autres, je ne me rappelle plus très bien les détails). Donc des individus qui sont potentiellement en marge de la société américaine, comme McClane, mais pour des raisons différentes. Et ce sont les marginaux qui sauvent la société.
      Comme quoi, on peut couper les cheveux en quatre même pour du « mainstream bovin » 😉

      • Toyboy permalink
        20 mai 2010 21:53

        « Donc des individus qui sont potentiellement en marge de la société »

        L’acolyte, dans le 4ème épisode, est un geek (pour le coup, un vrai de vrai… Un à prendre son pied en codant en Java+, quoi^^).
        Lib, dis moi que je suis pas potentiellement en marge de la société!!! j’ai déja l’impression d’être vaguement en marge de ma vie, en ce moment!

        Toyboy en mode « violent retour de vacances », qui n’en peut plus d’être continuellement crevé et inefficace depuis le début de la semaine!

      • 20 mai 2010 22:02

        Tu n’es ni Noir, ni un geek, ni un divorcé qui court après sa femme alors qu’elle ne veut plus de lui ?? ça ira !!! (j’espère que nos lecteurs saisiront le 2e degré et ne me prendront pas pour une raciste de base :p )

        Sinon, ça a pas l’air de te réussir les vacances 😀

      • Toyboy permalink
        21 mai 2010 08:26

        Nan, Lib, c’est pas les vacances qui me réussissent pas, c’est la rentrée^^. Au contraire, j’étais un peu au top pendant mes vacances! :-D.

    • Lien Rag permalink*
      20 mai 2010 21:24

      Oh, Rorschach ; ça c’était un blockbuster avec un scenario, évidemment tiré d’une œuvre originale, résultat les béotiens se sont plaint que c’était trop compliqué…

      • Toyboy permalink
        20 mai 2010 21:46

        En même temps, les béotiens avaient raison de ne rien comprendre, toute la première partie sur les premiers watchmen étant aux 3/4 zappés du film ;-).

    • 20 mai 2010 21:48

      Matrix, ça compte comme un blockbuster ? Parce que j’ai toujours rien compris…

      • Toyboy permalink
        20 mai 2010 21:55

        Je sais pas, merde, essaye de faire un effort, pourtant, c’est pas compliqué…

      • 20 mai 2010 22:04

        Expliqué en japonais, c’est tout de suite plus clair 😀

  8. Toyboy permalink
    20 mai 2010 22:08

    C’est le but, ma chérie, c’est le but^^.

  9. Toyboy permalink
    20 mai 2010 22:19

    Pour te simplifier la tâche, j’ai trouvé ça, comme retranscription

    « Pourquoi suis-je ici?
    Ta vie est le reste d’une équation déséquilibrée,inhérante à la programmation de la Matrice.
    Tu es l’éventualité d’une anomalie, qu’en dépit de mes efforts les plus sincères j’ai été incapable d’éliminer, de ce qui est par ailleur une harmonie de précisions mathématiques.
    Quoi qu’elle demeure un fardeau dont tu veux t’affranchir, elle n’a rien de surprenant, et peut donc conduire à des mesures de contrôle qui vous on conduit inexorablement……ici. »

    Tout compte fait, les scénaristes, ils se sont quand même vachement inspirés de ça:

    (Au passage, pour les mineurs qui nous lisent, la drogue, c’est mal).

    • DeD permalink
      21 mai 2010 04:47

      Gargl ! Où va-t-on ? Après avoir mis en cause la hard science, vous attaquerez-vous au cyberpunk (Matrix ~= cyberpunk mainstream) ?
      Vous avez fait une Terminale L ou quoi ?
      Non, désolé, je retire, ça se fait pas, c’est pas bien de se moquer.

      • playne permalink
        21 mai 2010 07:08

        Ha ha ha 😀
        Non, mais pauvres ignares que nous sommes nous attendons ta lumière DeD…

      • 21 mai 2010 08:49

        « Vous avez fait une Terminale L ou quoi ? »

        Parfaitement. Et alors ???

      • Lien Rag permalink*
        21 mai 2010 09:42

        >Vous avez fait une Terminale L ou quoi ?
        Oh patain ; tu as mis le pied dans un nid là….
        Mais je suis d’accord avec toi, il n’y a rien d’incompréhensible ci-dessus…

      • 21 mai 2010 09:47

        Le truc, c’est que quand on éprouve un désintérêt profond pour quelque chose, les efforts pour le comprendre restent extrêmement limités… :p

      • Toyboy permalink
        21 mai 2010 10:15

        « Vous avez fait une terminale L ou quoi? »

        Nan, j’ai fait S, math sup math spé puis école d’ingé, j’ai 130 de QI, et je lis Science régulièrement , il est où le
        problème?! 😀
        Pour autant, j’ai toujours rien compris à Matrix^^ (les scénaristes non plus, c’est comme Falkner pour The big sleep, quoi :-D. Matrix^^ est un level géant, c’est ma théorie sur la question^^)

      • 21 mai 2010 10:30

        Cela dit (et je ne m’adresse pas spécifiquement à DeD, j’imagine qu’il faisait de l’humour…) c’est agaçant ce préjugé sur la filière L. Et c’est plus de la faute des L eux-mêmes, ou plutôt de tous ces connards qui choisissent d’aller en L parce qu’ils n’aiment pas les maths. Ils ne savent pas écrire et n’aiment pas lire ? Bôf, pas grave.
        Du coup ça dévalorise la filière et ça devient un lieu commun de penser que la L est une filière poubelle et que seuls les bras cassés sans avenir professionnel y finissent.

        J’estime être la preuve que non, ça n’est pas que comme ça 😀

      • Lien Rag permalink*
        21 mai 2010 11:17

        @Lib : normalement c’est la ES la section qui sert à rien.

        @Toyboy : si tu avais 130 de QI tu ferais pas du java. Au mieux du C#.

        Deux gros troll, dont un spécial geek, lâchez vous ^^

      • Toyboy permalink
        21 mai 2010 11:45

        @ Lien Rag: Ca tombe bien, je ne fais aucun des deux, mon cher, je n’ai aucune notion de codage et n’ai jamais prétendu en avoir, Dieu merci 😀

        @Lib: De mon coté, j’estime être la preuve qu’on peut faire S et être en situation d’échec permanent. A nous deux, réhabilitons la section L^^.

      • 21 mai 2010 12:20

        « @Lib : normalement c’est la ES la section qui sert à rien. »

        Ben écoute, c’était la rumeur qui courait quand j’étais jeune (au lycée, quoi…), et je trouve que ça a un peu changé ces derniers temps, surtout avec la réforme du lycée qui est en cours…

      • Lien Rag permalink*
        21 mai 2010 13:10

        @Toyboy : ah en effet, désolé, j’ai mal lu 😥
        @Lib : c’est clair, ya grave de l’avenir dans la compta aujourd’hui :p

  10. DeD permalink
    26 mai 2010 18:02

    Dans le doute, je précise quand même que c’était bien une forme d’humour, disons une provoc à 1€ qui a mieux trouvé sa cible qu’initialement prévu.
    Vous avez eu l’air de prendre ça au premier degré, pour certains, alors je vais essayer de me limiter dans mes vannes gratuites à l’avenir.
    Ceux qui me connaissent savent qu’il ne faut pas trop écouter ce que je raconte, c’est souvent des conneries 😉

    Pour le fond concernant Matrix, autant je peux comprendre qu’on n’ait pas envie d’essayer de comprendre, comme dit Lib (c’est spécifique, comme type de films/livres/animés, faut pas se mentir, je ne pense pas que ce soit fait pour intéresser tout le monde), autant je ne suis pas persuadé que, si on se met dedans, ce soit si compliqué que ça, pas plus qu’Existenz ou Passé Virtuel par exemple. Mais ça ne reste que mon avis.

    • Ofboir permalink
      26 mai 2010 20:51

      En fait Matrix, pour parler en termes littéraires, c’est l’allégorie de la caverne de Platon. Ni plus ni moins.

      • platypus permalink
        26 mai 2010 21:08

        Ouais ok pour l’allégorie de Platon, mais la fin, là, avec la matrice qui implose, c’est incompréhensible même si on a tout suivi avant. C’est comme si les types sortaient de la grotte parce qu’elle se pète la gueule sans qu’on sache pourquoi…(Ou alors ils meurent dans les décombres, au choix)

      • Ofboir permalink
        27 mai 2010 21:27

        Ouais, ben ma mémoire a dû garder juste l’essentiel alors … Enfin rassure-moi on parle bien du 1 là ?

      • Lien Rag permalink*
        28 mai 2010 08:07

        Nan, je crois que le 1 tout le monde est OK ; ce qui l’a tué, c’est l’explication de l’architecte du 2 et la fin du 3…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :