Skip to content

Rosa la rouge, Rosa la femme

19 mai 2010

Photo : M. Batory

Rosa Luxemburg… Je n’en savais pas grand chose, que ce que j’ai appris dans les livres d’histoire. Spartakiste, Berlin, 1919, révolution, fusillée… Mais je ne connaissais pas la femme, la romantique, celle qui écrivait des lettres du fond de sa geôle pendant les trois années qu’elle a passées en prison.

Claire Diterzi, je ne connaissais pas non plus. Elle a pourtant trois albums à son actif, et quelques musiques de film. Une grande voix un peu grande gueule, qui n’hésite pas à secouer son public un peu violemment quand il ne réagit pas à son goût…

La rencontre des deux, c’est, contrairement aux apparences, rock’n’roll, et surtout un magnifique spectacle.

Petit topo rapide sur le projet : il est né de la collaboration entre Claire Diterzi, donc, chanteuse de son état, et Marcial Di Fonzo Bo, acteur, metteur en scène, scénographe… Et ça scénographie dur, croyez-moi. Car Rosa la Rouge n’est pas un concert de Claire Diterzi, c’est bien un spectacle, une comédie musicale presque, une tragédie musicale, plutôt, avec Rosa Luxemburg comme personnage principal. La vidéo fait partie intégrante du spectacle. Tantôt illustrant l’action, les chants de Rosa, elle bascule parfois dans le rôle d’un véritable protagoniste pour raconter une autre histoire, entretenant l’anachronisme avec art, reflétant les rêves de Rosa, qui se voit bien maîtresse de maison, parfaite housewife pas si desperate avec son Leo de mari (Leo Jogiches, le seul homme qu’elle est vraiment aimé), incarné par Lambert Wilson, dans un délicieux moment de comédie. Autre grand moment de comédie, le clin d’oeil à Spartacus, ou comment jouer avec les codes de la révolution tout en se les appropriant…

Si le cinéma rencontre la musique et le théâtre (car Claire Diterzi joue Rosa tout autant qu’elle la chante), le rock rencontre l’opéra, la chanson populaire les rythmes technos… Claire Diterzi est aussi à l’aise dans les berceuses que dans les airs lyriques, et quand elle se met à siffler Casta Diva, le public est conquis. Pleine d’énergie, pleine d’humour, pleine de rage, Diterzi est, sans compromis, Rosa. Une Rosa qui n’est pas celle des livres d’histoire, mais une femme pleine de contradictions, une femme amoureuse qui ne sait pas toujours ce qu’elle veut, sauf qu’elle veut tout. N’allez pas voir Rosa la Rouge en pensant voir un spectacle sur Rosa Luxemburg, la militante. Vous serez déçus. Claire Diterzi et Marcial Di Fonzo Bo vous offrent là leur Rosa, celle qu’ils ont cru déceler à la lecture de sa correspondance. Profondément personnel, leur projet n’a pas vocation à remplacer un livre d’histoire : il est le résultat d’une rencontre entre trois personnalités hors normes. Rosa, Claire et Marcial.

Cet article est un peu bordélique, vous m’en voyez contrite… en espérant que vous l’aurez lu comme une réaction à chaud plutôt que comme une critique construite… Tout ce qu’il me reste à faire, c’est de vous conseiller d’aller voir ce spectacle avant samedi au Rond-Point – ou bien de profiter d’être à Orléans, Rouen ou Avignon, prochaines dates de la tournée (plus de détails sur le site MySpace de Claire Diterzi, dont vous trouverez le lien plus haut). Et pour vous donner envie, voici deux vidéos, la première composée d’extraits du spectacle, et la seconde présentant le clip de la chanson ‘Ce que j’ai sur le coeur’.

Retrouvez ma critique sur enjoy the theatre!

Publicités
6 commentaires leave one →
  1. playne permalink
    19 mai 2010 09:04

    Où ça un article bordélique ?
    Je regarderais les vidéos quand ma connexion renaîtra de ses cendres tel le phénix (ou juste que ça mette pas 5h à charger ^^) mais pour ce que j’en ai lu, ça m’a l’air très intéressant comme spectacle (c’est le terme générique le plus approprié dans mon cerveau ce matin).
    En tout cas, ça fait envie. Merci Lib 😉

    • 19 mai 2010 09:51

      Il y a deux titres aussi en écoute libre sur MySpace, et l’album est dispo dans son intégralité sur Spotify. Vraiment intéressant de tout écouter, afin de bien entendre la variété des styles musicaux du spectacle.

  2. Makuchu permalink
    19 mai 2010 12:37

    J’aime bien la musique de Claire Diterzi, du coup je vais peut-être me laisser tenter…

  3. 3 juin 2010 20:24

    Je suis finalement allée la voir au théâtre du Rond Point suite à ta chronique et à ton commentaire laissé sur mon blog thinkinghurts. Merci de m’avoir prévenu juste avant la fin des représentations à Paris, ça m’a beaucoup plus (thème, mise en scène…et Claire Diterzi bien sûr en Rosa Luxembourg !). Cécile

    • 4 juin 2010 08:07

      Alors là Cécile, merci : c’est justement ce genre de réaction que je cherche à provoquer en bloggant ! Je suis ravie que le spectacle t’ait plu – en ce qui me concerne, j’ai acheté l’album illico presto et je ne m’en lasse pas !
      Comment était le public ? Lorsque j’y suis allée, quelqu’un a interpelé Diterzi à la fin en lui disant « Y’a des gens qui luttent, donnez au moins la recette, c’est honteux ! » Comportement qui me laisse perplexe, j’avoue…
      Bref, ravie que ça t’ait plu !

Trackbacks

  1. Rosa la Rouge – Théâtre du Rond-Point « enjoy the theatre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :