Skip to content

Dinos, manchots & co. : ma nuit au Muséum.

16 mai 2010

Affiche de l'expo.Pour être tout à fait honnête, je voulais aller au cinéma hier soir exprès pour vous faire une belle critique et tout. Ma maman m’a dit que Robin des bois est à la fois génial et ridicule, j’étais intriguée. Mais finalement, on est allé voir Kick Ass. Pour tout vous dire, et continuer à vous raconter ma vie par le menu, j’ai hésité à vous mitonner un article « Kick Ass 2.0 » pour répondre à celui de ma copine Playne. Mais les commentaires sont faits pour ça, non ?

Bref, on a raté la séance de 16h30, mais mon ami O. s’est rappelé qu’il voulait voir l’expo sur les dinosaures au Muséum : en avant, marche ! De toute façon, il va bien falloir s’occuper avant la prochaine séance. On arrive au Muséum, ça ferme… mais c’était la Nuit des Musées, hier soir. Nous sommes donc allés voir le film à la séance de 19h et on est retourné au Muséum ensuite.

Il y avait la queue. Il y a toujours la queue pendant la Nuit des Musées (j’étais au Palais de la Découverte l’an dernier, c’était pareil). Sauf qu’au Muséum, quand ils disent « 1h30 à partir d’ici », en fait il y en a pour une demi-heure. Hosannah. Et voici le moment tant redouté… OK. Les amis, j’ai une confession à vous faire. Accrochez-vous. Prêts ? Ouh. Je me lance. OK, c’est parti : j’adore les animaux empaillés.

Toujours là ? Je suis touchée.

Maintenant que vous avez survécu à cette révélation fracassante, je précise : je n’aime pas les massacres¹, ni les têtes d’animaux sur une planche en bois ni même les faisans qui veillent sur votre salon. Mais j’adore les muséums d’histoire naturelle. Avec une préférence pour les dioramas, certes, mais la Grande Galerie de l’Évolution reste un des endroits que je préfère au monde. Et oui. C’est le genre d’endroit qui me rend parfaitement heureuse. Parce qu’il me rappelle l’émerveillement des mes cinq ans, quand j’allais au Muséum de Rouen (celui avec les dioramas) avec mon papa et qu’il me lisait les cartels (j’étais fascinée par les crânes trépanés). Aussi parce que ça reste la meilleur façon de voir un animal de près (quand ils sont vivants, ils bougent dans tous les sens, quand ils ne se terrent pas au fond de leur enclos, et ce n’est guère pratique).
Avec O., on s’est extasié comme des gosses sur les doigts de la baleine, et j’ai poussé un cri de joie en voyant l’ours polaire, j’ai fondu devant le bébé manchot (je pensais que son papa serait plus grand, mais bon, on est là pour apprendre, aussi) et j’ai pointé du doigt en répétant « Un gnou, un gnou ! Regarde, c’est un gnou ! » juste parce que j’adore ce mot et que j’ai rarement l’occasion de le placer dans la conversation. Bref, cinq ans d’âge mental, et vous savez quoi ? Parfois, ça fait du bien – surtout quand on vient de se prendre Kick Ass en pleine poire.
Enfin, le lieu. Avec ses galeries et sa verrière, ses boiseries et sa structure de métal, cet endroit dégage une atmosphère magique, comme une cathédrale chaleureuse, un lieu où le savoir rejoint l’émerveillement. Dans la Grande Galerie, on se sent à la fois petit et plus grand à l’intérieur. Et c’est tellement paisible… Sauf pendant la Nuit des Musées, mais même avec la foule des grandes nuits, l’atmosphère reste bon enfant.

Dans l’ombre des dinosaures

Après tout, O. n’était pas venu là pour voir des girafes empaillées, lui (il n’avait pas l’air trop malheureux, cela dit). On a donc filé à l’exposition temporaire après ces quelques moments d’extase enfantine. Avant toute chose, je reconnais que la Nuit des Musées n’est pas vraiment le moment idéal pour voir une exposition et surtout pour en évaluer objectivement la qualité. Ceci étant dit, voilà ce que j’en ai pensé :

Oui, ça ne rend rien : il va falloir vous déplacer, mes enfants.

La première partie est vraiment chouette : pas de T-Rex, certes, mais les squelettes de Carnotaurus font leur petit effet, croyez-moi : on ne voudrait pas les croiser dans une ruelle obscure ! La scénographie est dynamique, elle suggère l’action tout en dévoilant la mécanique complexe du squelette de ces créatures extraordinaires. Juste en face, on sympathise avec les dinosaures à bec de canard, des herbivores à l’air fort aimable, et on salue aussi le ptérodactyle qui plane au-dessus de nos têtes.
En revanche, la suite est nettement moins bien : une fois passé le fossile d’ammonite géante, le reste est décevant. Le petit film fournit une pause bien venue aux piétineurs, certes. Il est pédagogique, simple et clair, mais quand France 4 nous repasse régulièrement les six épisodes de Sur la Terre des Dinosaures, il est évident que le Muséum ne fait pas le poids. C’est compréhensible, n’est pas la BBC qui veut.
La dernière partie renforce encore la comparaison avec le monde anglo-saxon : pour raconter la vie au Tertiaire, l’expo diffuse des petits films et propose des animations, mais ce n’est pas très réussi. Après l’espace trop confiné du crétacé, le visiteur est presque perdu dans un espace beaucoup plus dégagé où le parcours manque de visibilité et les activités ne sont pas mises en valeur. En plus l’écran tactile refusait de placer mon poney dans la prairie.
Quant à la conclusion… Là encore, un manque de lisibilité, peut-être dû à l’heure tardive et à nos heures d’errance dans Paris, mais les sculptures de papiers semblent tomber comme un cheveu sur la soupe (c’est plus clair dans le diaporama du site web, lien ci-dessous).
Saluons les efforts louables du Muséum pour allier grand spectacle et pédagogie ludique : il y a de l’idée, c’est effectivement la direction à prendre, mais il y a encore bien des progrès à faire pour arriver au niveau des musées anglo-saxons.

Au moins l'exposition permanente vaut toujours autant le détour !

En clair une exposition qui ravira sans doute les petits mais risque de décevoir les plus grands, sauf s’ils aiment vraiment les dinosaures (la première partie vaut le coup, je le répète). En revanche, ne faites pas comme moi et n’attendez pas des années avant de redécouvrir ce lieu magique qu’est la Grande Galerie de l’Évolution !

Et quant à Robin des Bois, je suis toujours aussi intriguée, je vais voir ce que je peux faire pour vous, les p’tits loups !

Informations pratiques

« Dans l’ombre des dinosaures », exposition temporaire, jusqu’au 14 février 2011.
Grande Galerie du Muséum national d’histoire naturelle
36 rue Geoffroy Saint-Hilaire, Paris 5e.
Tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h.
Tarif : entre 7 et 9€, gratuit pour les moins de 4 ans.
Le site officiel de l’exposition ici. Le site du muséum ici.

Notes

1. J’ai vérifié, dans un massacre, il n’y a qu’une partie de crâne et les bois.

Publicités
9 commentaires leave one →
  1. Marie permalink
    16 mai 2010 15:32

    Bien que n’ayant vu l’expo qu’au pas de course (il faut que j’y retourne toute seule tranquillement), je suis d’accord sur tous les points excepté celui-ci : ce n’est pas une expo pour les enfants, ou alors à partir d’une dizaine d’années peut-être? Elle est beaucoup trop compliquée pour les petits, même passionnés de dinosaures, contrairement à celle du Palais de la Découverte qui est géniale.
    J’en profite pour dire que je suis devenue fan de votre site, et que j’aime beaucoup le ton et la variété des sujets abordés.

    • 16 mai 2010 15:57

      Tout d’abord, merci pour ce commentaire, Marie, c’est vraiment gentil et je suis sûre que tous les casse-couilles apprécient.
      Pour répondre à ta remarque, il m’a semblé que l’expo se voulait ludique et pédagogique, donc familiale… Il y avait des enfants de 8 ou 9 hier soir, et ils avaient l’air très intéressés. Cela dit, je suis passée très vite moi aussi, et je n’ai pas tellement fait attention au degré de complexité. En plus, je ne connais pas très bien les enfants, et j’ai du mal à évaluer ce qui est difficile à comprendre pour eux. 10 ans, ça me paraît être une estimation correcte, en fin de compte.

  2. ancounette permalink
    16 mai 2010 19:38

    J’ai également vu l’expo, au tout début, et je partage en grande partie ton avis, Syracuse Cat! La première salle, avec les squelettes est super! Le film est effectivement bien fait, mais passe sous silence plusieurs hypothèses existantes sur la crise du Crétacé… Enfin, les dernières salles avec de nombreux « jeux » sont décevantes. Et j’ai eu moi aussi des problèmes avec les écrans tactiles, c’est une honte!

  3. Lien Rag permalink*
    16 mai 2010 20:01

    Et sinon rien à voir, mais j’ai profité de ces vacances anglo-normandes pour me lire Jurassic Park de Michael Crichton. Très sympa, le film est assez proche, mais le livre est plus complet et plus agréable sur les explications scientifiques. Le film s’arrête au bon moment, un peu avant la fin du livre, où, après un sans faute, Crichton envoie ses héros à l’assaut du nid des Vélociraptors avec des grenades asphyxiantes… wtf…
    C’est pas tout à fait hors-sujet, si ?

    Et sinon, vous savez ce qui est plus dangereux qu’un vélociraptor ?
    [Edit:pardon : plus dangereux qu’un T-rex]

    • 16 mai 2010 20:15

      Ce n’est (presque) pas du tout hors-sujet, non. Et puis de toute façon, j’accueille volontiers tous les commentaires hors-sujet, je ne suis pas sectaire.

      Sinon, je sais comment choisir une maison pour maximiser mes chances en cas d’attaque de vélociraptors.

      • Lien Rag permalink*
        16 mai 2010 20:20

        Dans le bouquin, les raptors rongent les barreaux de métal, et sautent 3m de haut, donc ça réduit encore plus les maisons sécurisées 🙂

      • 16 mai 2010 21:17

        Damn !

    • 16 mai 2010 20:22

      Pour l’anecdote, je croise régulièrement le fils de l’acteur qui joue le vieux gars qui crée Jurassic Park (Sir Richard Attenborough) quand je vais à Londres. Je lui serre la main en lui disant ‘hello Mike’, il me répond ‘hello my dear’ et il m’a même payé un verre une fois (il est directeur de théâtre et metteur en scène, pour votre culture G).
      Voilà, j’aime bien me la péter avec ça 😀 (et aussi, spéciale dédicace Iwayado et Vuuv, j’aime bien me la péter en disant que dans ce même théâtre, j’ai croisé Alan Rickman et Ewan McGregor…).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :