Skip to content

Walking Dead

12 mai 2010

Cela fait presque deux mois que nous n’avons pas eu d’article sur des bandes-dessinées, et plus encore que nous n’avons pas parlé de zombies. Il faut croire que Makuchu, Raniver et Playne sont malades. [Edit : entre temps, _évidemment_, Maku a parlé de BD…]

L’occasion rêvée d’évoquer la saga de Kirkman et Adlard : Walking Dead.

Après un petit accrochage avec un prisonnier évadé, Rick, policier de son état, se retrouve à l’hôpital, dans le coma. Lorsqu’il se réveille, deux mois plus tard, il trouve son infirmière bien changée : si son regard est toujours vide et qu’elle s’intéresse toujours à son cerveau, c’est surtout son teint « chair décomposée » qui l’interpelle. Bref, pendant son coma, le monde a été envahi par les zombies.
Le premier réflexe de Rick est de partir à la recherche de sa femme et son fils, mais où chercher ? Alors qu’il tombera sur un groupe de survivants, les classiques questions se poseront (souvent cruellement) à eux : où survivre, grandes villes, au milieu de rien, ou trouver un compromis ; être sédentaire ou nomade ; faut-il chercher à améliorer son confort en prenant des risques ; incorporer ou non ces inconnus que l’on vient de rencontrer ; que penser de nos « voisins », etc.

Si le thème des zombies a été traité dans tous les sens possibles, ainsi que celui du post-apocalyptique, la BD est un très bon compromis pour les auteurs, pour à la fois bénéficier d’une bonne puissance visuelle aidant à la narration comme à l’émotion, et d’une qualité introspective vis-à-vis des personnages, afin de pousser le lecteur à la réflexion, pas vraiment sur les morts-vivants mais plutôt sur les Hommes.
Car ce qui fait la qualité de cette série, c’est l’épaisseur et l’humanité des personnages, et par humanité comprenez tout ce qu’il y a de plus grand comme ce qu’il y a de plus vil. Personne n’est insensible devant les horreurs auxquels il assiste ; et, pour survivre, face aux zombies ou à leurs congénères, les héros devront parfois faire des choix terrifiants, ou des actions méprisables. Pour eux, vivre avec ça ne sera pas facile.

Le dessin est très beau, très réaliste, le noir et blanc est très clair, absolument pas brouillon. Je préfère également les dessins d’Adlard (tomes 2-11+) à ceux de Moore (tome 1), mais ils restent assez proches.

Les volumes paraissent tous les trois mois en France, le dernier, le tome 11, étant sorti en avril. Petit problème cependant, les auteurs mettent 6 à 10 mois à sortir un nouveau tome aux US, et nous les avons rattrapés. Si le tome 12 a une _petite_ chance de paraître en juillet, ensuite il faudra s’adapter à la diète étasunienne… Vu la vitesse à laquelle se dévore un tome, ça va faire mal 🙂

Petit coup de gueule toutefois : le prix des volumes. 13€ le bouquin, surtout après 11 tomes, ça fait mal. Surtout qu’à l’intérieur, pas de couleurs, du papier certes de qualité, mais bon. Quand on compare ça aux rééditions de comics, comme par exemple Watchmen, c’est hors de prix. Ça vaut le coup de les acheter à l’étranger, surtout en recueils, en $ ou chez co.uk… Alors que le téléchargement de BD (qui existe depuis des années) va exploser grâce à la dernière merde d’Apple, les éditeurs feraient bien de ne pas faire la même bêtise que les majors de musique en prenant les acheteurs pour des pigeons, sans quoi il va leur arriver la même chose…

Dernière chose : une adaptation en série est sensée voir le jour. Là je me demande bien quel est l’intérêt, vu que le genre télévisuel est déjà saturé de zombies… Mais bon, à eux de voir…

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. playne permalink
    12 mai 2010 06:35

    Lien Rag, tu es mauvaise langue…j’ai aussi pondu des choses, mais pas sur les zombies 😉
    (Oui, ça m’arrive de ne pas déblatérer de bouffeurs de chair humaine)
    Bon article, même si un peu court (je sais, pas de spoilers, mais j’aurais bien aimé une présentation des personnages).
    J’avais feuilleté le premier tome chez un ami, je crois que je vais finir par trucider mes indemnités de stage (le dessin est quand même uber cool !)

  2. 5 octobre 2010 21:30

    Pour avoir _finalement_ craqué à la Fnac aujourd’hui, et dévoré les trois premiers tomes dans l’après midi…c’est bon ! Très bon ! 🙂
    Ton bémol sur le prix, par contre : so true.

  3. Lien Rag permalink*
    22 janvier 2011 16:14

    Note : depuis la sortie de la série et la prise de popularité, chaque volume est passé de 12.9 à 13.5€
    No comment…

    • 22 janvier 2011 16:23

      C’est pour ça que j’achète les séries sur zonzon.co.uk, c’est très souvent beaucoup moins cher que sur le site français…

Trackbacks

  1. Walking Dead, Jericho, Dead Set : des (hors) séries « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :