Skip to content

Le Docteur nouveau est arrivé !

18 avril 2010

Ils ont fait des frais, y compris pour la charte graphique : puisqu'on vous dit que c'est tout neuf !

Lib vous a déjà dit tout le bien qu’elle pensait de cette mirobolante série britannique qu’est Doctor Who, et je n’ai pu qu’approuver chaudement son article très complet sur la nouvelle série : elle a tout dit sur les saisons 1 à 4, donc pour une introduction complète (ou pour vous rafraîchir la mémoire), cliquez.

Je reprends là où elle s’était arrêtée : après l’improbable final de la saison 4, la production de la série, Russel T. Davies en tête, nous a donc balancé quelques épisodes, prétendument pour que David Tennant ait le temps de faire autre chose de sa vie. Soit. Sauf qu’il a décidé de s’en aller en même temps que le reste de l’équipe, ce qui peut se comprendre. Tout ça pour ça, quoi. Parce que ces épisodes spéciaux, c’étaient pas la fête de la chaussette. Vraiment pas. Quelques bons moments, soit, comme la jolie interprétation de David Morrissey perdue dans le fracas mégalo et inutile de The Next Doctor (Christmas Special 2008), mais un ensemble décevant, avec Planet of the Dead (Pâques 2009) sauvé seulement par la comparaison avec le précédent, mais vraiment pas du grand Docteur, et le très sombre The Waters of Mars – si ça avait pu être aussi un peu drôle, ç’aurait été excellent, je le reconnais (c’est de loin le meilleur du lot).
Quant au final, qu’en dire ? The End of Time… Tu parles d’un titre mélodramatique. Tss. On rameute les troupes comme on peut pour un adieu grandiloquent, improbable et larmoyant. D’accord, on est très content de revoir John Simm et Wilfred Mott, une apparition de John Barrowman, ça fait toujours plaisir. Mais pas n’importe comment. La performance, on s’en fout, pire, ça nous saoule, et c’est sans regret que nous avons dit : so long, Russel, and thanks for all the fish.

Et donc depuis le premier janvier, nous avons patiemment attendu la saison 5, avec ça seulement à ce mettre sous la dent :

Et c’était peu. Parce que le petit jeune, là, on ne le connaissait pas (sa performance dans Secret Diary of a Call-Girl ne m’avait pas laissé un souvenir inoubliable), et que, malgré quelques excès parfois pénibles sur la fin, David Tennant était génial dans ce rôle : passer derrière, ça ne doit pas être de la tarte.
Autre sujet d’impatience mêlée d’une indicible angoisse : Steven Moffat reprend les rênes de la série, et Lib vous l’a déjà dit, il est l’auteur des meilleurs épisodes jusqu’ici. Seulement, il ne va pas les écrire tous. Et puis, Russel T. Davies a fait de très bonnes choses (notamment dans la saison 1) avant de perdre les pédales et de se mettre à faire n’importe quoi… Moffat producteur et rédacteur en chef sera-t-il à la hauteur ? Quel suspens de malade, je sens que vous n’en pouvez plus !

La saison 5 a repris le 3 avril dernier, et l’insoutenable tension a pris fin mercredi dernier lorsque nous avons pu voir les deux premiers épisodes…

Faisons bien les choses, et parlons d’abord de « The Eleventh Hour » : c’est donc le début de la saison 5… et c’est un pilote, y a pas photo. Nouvelle équipe de production, nouveaux personnages, nouveau Tardis : tout le monde cherche ses marques… le spectateur aussi, du coup : le montage est chaotique, l’intrigue pas très équilibrée, on rit mais on a le sentiment qu’il manque quelque chose. Ça part dans tous les sens, ça gesticule, ça cafouille. C’est normal aussi, le Docteur est tout neuf et il galère un peu avec ses nouveaux neurones (vas-y, mon chou, reprends-toi un arbre. Pour moi ?). Enfin, il n’y a pas à dire, Matt Smith est le Docteur. Il s’éclate, ça se voit, et mine de rien, un acteur qui prend son pied, c’est déjà une bonne partie du travail de faite. Alors, oui, on retrouve des mimiques, des intonations de Tennant. C’est normal, puisqu’il s’agit fondamentalement du même personnage, en pleine période de transition qui plus est. Ok, Matt Smith n’est pas très beau, mais il dégage une sacrée énergie, un vrai sens du burlesque et quand il faut, il envoie sans problème les aspects plus sombres du personnage. Le personnage de la nouvelle compagne d’aventure, Amy Pond, a un joli nom et elle est écossaise, mais je l’ai trouvée un peu agaçante. Cela dit son entourage est prometteur. Les entourages, c’est bon signe.
En clair, un pilote pas très bien fichu, Stephen Moffat clairement pas au mieux de sa forme, mais ça donne envie de voir ce qui va suivre. Et la suite, mes amis…

Amy et le 11e Docteur.

« The Beast Below », now we’re talking! En fait, je ne vais rien vous dire de plus, sinon je vous raconte tout et ce serait criminel. Retenez simplement, que voilà, Doctor Who, c’est ça : on retrouve les thèmes chers à Moffat, qui laisse libre cours à son talent, que dis-je ? Son génie. Pas mal d’humour, un grand humanisme, jamais de facilité dans le recours à nos peurs les plus primaires, et des personnages qui s’affirment au point que, oui, je crois que vais finir par aimer ce nœud pap’ pourtant hideux : on retrouve le Docteur comme on l’aime face à une petite Terrienne qui en a sous le capot. J’en trépigne encore de joie.

Cerise sur le gâteau, quand j’ai vu le titre de l’épisode suivant, je n’ai pas pu réprimer un franc « Oh non, pas encore eux ! » Eh bien, j’ai vu la bande-annonce et le retour des increvables Daleks ne me fait pas peur ! Quant au retour de la géniale et mystérieuse River Song, c’est pour celui d’après : le mystère sera-t-il levé ? J’en frémis d’impatience et de joie pure…
J’espère que la suite tiendra les promesses d’un deuxième épisode vraiment réussi : les aventures du 11e Docteur et de sa nouvelle amie raviront petits et grands, et si vous avez eu la flemme de vous mettre aux quatre saisons précédentes, vous pouvez aussi commencer avec celle-ci, vous ne le regretterez pas ! C’est parfaitement réjouissant.

Advertisements
19 commentaires leave one →
  1. Lib permalink
    18 avril 2010 09:12

    Comme je suis à Londres et que je peux regarder la BBC, j’ai vu hier soir le retour des Daleks. Mouais, ça m’a pas enchantée, cet épisode. En revanche, River Song and the Weeping Angels are back next week, roll on Saturday!!

  2. Eunostos permalink
    18 avril 2010 11:46

    C’est malin, maintenant je piaffe encore plus… J’espère au moins que la diffusion en France saura suivre (y compris les éditions DVD, parce que pour le moment…).

  3. 18 avril 2010 23:13

    Lib, effectivement, le retour des Daleks n’est pas très réussi, mais il apporte un semblant de cohérence à l’ensemble , et il n’est pas trop mal amené: pas de Docteur sans Dalek, au moins pour les prochains, nous voilà prévenues. Mark Gatiss n’a jamais été l’un de mes auteurs préférés, de toute façon, mais il y a quand même de bonnes choses dans cet épisode, même s’il n’est clairement pas à la hauteur du précédent – Churchill est plutôt décevant, et l’ambiance est un peu trop survoltée, ou confuse, plutôt. Cela dit, je crois que j’aime assez la façon dont évolue le personnage du Docteur ainsi que la relation qui se construit avec Amy.
    J’ai surtout hâte de voir l’épisodes de la semaine prochaine ! Encore que, je vais sans doute attendre la semaine d’après pour voir les deux ensemble.

    Eunostos : je suis d’accord avec toi, la façon dont France 4 traite la série est juste indigne, et bien sûr la VF est toute pourrie. En plus, la qualité des éditions DVD laisse franchement à désirer (pas de VO du tout pour la saison 3 si mes souvenirs sont bons).

    • Lib permalink
      19 avril 2010 12:32

      Il est vrai que j’apprécie le fait que pour une fois, les Daleks ne soient pas exterminés une bonne fois pour toute… tout cela pour mieux préparer leur retour. Là, au moins, pas de faux semblant, mais de l’honnêteté.

      • 20 avril 2010 14:39

        Tout à fait, comme ça c’est réglé, on repart à zéro. D’ailleurs, j’apprécie aussi la pirouette de l’amnésie (probablement collective) : la fin du monde a déjà été évitée trois ou quatre fois dans l’ère Davies, tout le monde avait fini par être au courant et les épisodes situés dans le Royaume-Uni contemporain perdaient un peu de leur potentiel. Hop, ça y est, ça c’est réglé : l’avantage de l’effet table rase, c’est qu’on peut repartir sur de bonnes bases !
        J’aime bien aussi le côté rétro, autant dans le costume du Docteur que dans la nouvelle apparence des Daleks, plus proches de la poivrière des origines.

      • Lien Rag permalink*
        20 avril 2010 14:56

        Vous feriez une sélection des épisodes à voir de la saison 1 à 4 ? Je peux faire de même pour LOST en échange 🙂

      • Lib permalink
        20 avril 2010 15:24

        Tout ceux de Stephen Moffat 😀

        Ma sélection:

        Saison 1
        ep 1 : Rose
        ep 6 : Dalek
        ep 8 : Father’s Day
        ep 9 : The Empty Child + ep 10 : The Doctor Dances
        ep 12 : Bad Wolf + ep 13 : The Parting of the Ways

        Saison 2
        ep 0 : The Christmas invasion
        Et pour aller plus vite : franchement, la saison 2, elle est tellement géniale que je vais te dire lesquels ne pas voir :
        ep 7 : The Idiot’s Lantern
        ep 11 : Fear Her

        Saison 3
        ep 0 : The Runaway Bride
        ep 1 : Smith and Jones
        ep 2 : The Shakespeare Code
        ep 8 : Human Nature et ep 9 : The Family of Blood
        ep 10 : Blink (le meilleur de tous !!)
        ep 11 : Utopia
        ep 12 : The Sound of Drums et ep 13 : Last of the Time Lords

        Saison 4
        ep 1 : Partners in Crime
        ep 3 : Planet of the Ood
        ep 8 : Silence in the Library et ep 9 : Forest of the Dead
        ep 10 : Midnight
        ep 11 : Turn Left
        ep 12 : The Stolen Earth et ep 13 : Journey’s End

        T’emmerde pas avec la saison bâtarde entre la 4 et la 5, tu peux regarder Waters of Mars à la rigueur si t’as rien d’autre à faire, mais autrement c’est à chier. Les deux derniers épisodes, The End of Time part 1 & 2, sont intéressants en termes d’intrigue puisque c’est à la fin de ces deux-là que David Tennant passe le flambeau à Matt Smith.

        Voyons voir la sélection de Syracuse 🙂

      • 20 avril 2010 15:27

        Lib l’a faite dans son article, mais ça implique de lire tout l’article^^
        Il faut savoir aussi que même si certains sont décevants, je leur ai trouvé du mérite à tous en les revoyant pendant les vacances de Noël. Après, si vraiment tu veux une liste un peu sélective et présentée comme telle (ordre chronologique) :
        1.1 : « Rose ». Le pilote de la nouvelle série, pour commencer, c’est mieux.
        1.9 : « The Empty Child »
        1.10 : « The Doctor Dances »
        1.12 : « Bad Wolf »
        1.13 : « The Parting of the Ways »

        Xmas Special 2005/2.0 : « The Christmas Invasion »
        2.4 « The Girl in the Fireplace »
        2.12 « Army of Ghosts »
        2.13 « Doomsday »

        3.10 « Blink »
        3.11 « Utopia », qui te condamne pratiquement à voir les deux suivants, « The Sound Of Drums » et « Last of the Time Lords », mais objectivement, même si John Simm y est brillant, je ne vais pas aller jusqu’à dire que ce sont deux des tout tout meilleurs/des plus nécessaires. Beaucoup d’autres bonnes choses dans la saison 3 (épisodes 3, 8 et 9 notamment).

        Les trois premiers épisodes de la saison 4 : « Partners in Crime », « The Fires of Pompei » et « Planet of the Ood ». J’aurais aussi envie de dire toute la fin, mais ça fait six épisodes, et objectivement les meilleurs sont les 8 et 9 (qui vont ensemble); « Silence in the Library » et « Forest of the Dead » et le 10, « Midnight ».

        Pour la saison 5, comme je l’ai dit, le pilote n’est pas exceptionnel mais il me paraît difficile de faire l’impasse dessus. Le 3 est oubliable. Mais « The Beast Below » a vraiment sa place dans le top 10. Je sais, j’en ai mis plus que dix, mais si j’avais dû n’en donner que 10, il serait dedans.

      • 20 avril 2010 15:30

        En gros, c’est sensiblement pareil, mais en plus drastique (surtout en ce qui concerne la saison 2)^^

      • Lib permalink
        20 avril 2010 15:33

        En fait j’ai mixé ceux qui étaient nécessaires pour la compréhension, et ceux qui m’avaient séduite, et qui ne sont pas forcément les mêmes 😉

      • 20 avril 2010 15:44

        Tout à fait d’accord. Cela dit, Lien Rag (et ceux d’entre vous qui estiment avoir du rattrapage à faire), rappelez-vous bien que la télé, c’est forcément pé-da-go-gique. Ben oui, parce que si un spectateur débarque par hasard et qu’on ne lui explique pas au cours de l’intrigue qu’il a sous les yeux un semblant de pourquoi du comment et surtout du qui-est-qui, il va zapper, c’est sûr, en tout cas il ne reviendra pas. De toute façon le mystère fait partie intégrante de la construction de la série, il est donc normal de ne pas tout comprendre : même en ayant tout vu, il y a encore un certain nombre de choses qu’on n’a pas compris. Parce qu’on a pas vu les vieilles séries ? Parce que les auteurs le garde pour la suite ? Parce qu’il faut laisser de la place à l’imagination ? En tout cas, ne pas tout dire, c’est aussi un gage de qualité. Et on peut parfaitement comprendre, et accrocher, en débarquant en plein milieu… Ce qui est d’ailleurs ce que nous avons fait, avec Lib.

      • Lib permalink
        20 avril 2010 16:00

        Parfaitement, le premier épisode que j’ai vu, c’est The Girl in the Fireplace (saison 2) et j’ai RIEN compris.

  4. Lien Rag permalink*
    28 octobre 2010 18:07

    Alors, j’ai fini de regarder la sélection S1 de Lib :
    ep 1 : Rose
    ep 6 : Dalek
    ep 8 : Father’s Day
    ep 9 : The Empty Child + ep 10 : The Doctor Dances
    ep 12 : Bad Wolf + ep 13 : The Parting of the Ways

    Je suis troublé (pokepsi) : c’est entre le drôle et le naze, entre le second et le premier degré.
    Sablaetis a fini par lâcher d’ailleurs.

    L’épisode 1 n’est pas passionnant, les 6 et 8 sympas sans plus (je comprends pourquoi Syracuse Cat ne les a pas mentionnés).
    L’épisode 9 est évidemment génial, le 10 est moins bon.
    Les 12 et 13 sont nécessaires pour l’histoire, mais pas géniaux non plus.

    Alors attention, je me suis marré souvent, il y a beaucoup d’humour, mais j’avoue que ce mélange bizarre d’humour et d’aventure kitsch me laisse perplexe…

    Mais je vais laisser sa chance à David Tennant 🙂

    • Lien Rag permalink*
      28 octobre 2010 18:10

      D’ailleurs l’article de Lib résume parfaitement la situation :
      Le pilote
      L’épisode 9 est génial
      La fin de saison
      Vu qu’on est obligés de parler du pilote et de la fin de saison, il reste… 🙂

      • 30 octobre 2010 07:45

        La saison 2 est de la loin la plus réussie, c’est sûr. Après, quand on regarde la série dans sa totalité, le lien qui se crée avec les personnages fait partie du charme – plus encore que dans la plupart des séries, je trouve.
        Pour l’ambiance, il ne faut pas perdre de vue que c’est un série à la fois britannique et pour enfants.

  5. Lien Rag permalink*
    29 novembre 2010 09:04

    The Girl in the Fireplace
    Best
    Episode
    Ever…

Trackbacks

  1. Quizz séries « Culture's Pub
  2. Bazingcast #5 « De la fin du geek par la copine russe » | Bazingcast

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :