Skip to content

Au bon souvenir de la Reina Sofia

15 avril 2010

La Reina Sofia ? Actuelle reine d’Espagne et épouse de Juan-Carlos 1er… C’est un peu comme si Beaubourg / Centre Pompidou s’appelait « Centre d’Art Contemporain Carla Bruni »… Ça en jetterait ! Sarkozy ne gagnerait pas en hauteur mais en tour de mollet ! Quoiqu’en ce moment il paraîtrait que ça n’aille point fort entre Carla et Nicolas. Mais ça, c’est une autre histoire ! Nous ne nous intéresserons pas ici aux histoires de coucheries et autre zizi, mais plutôt à l’Art ! Et par « Art », je ne veux pas dire « photo de Carla nue – à poil – vendue une petite fortune aux enchères ».

J’espère à travers cette intro, à défaut d’éveiller votre intérêt, avoir attiré tous les pervers et autres esprits tordus zonant sur la toile.

Revenons en Espagne, plus précisément à Madrid, et très spécifiquement au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia. Ce musée est l’équivalent madrilène de notre Centre Pompidou. Autrement dit, une véritable mine ! Cet ancien hospice du XVIIIe siècle bâti successivement par José de Hermosilla et Francesco Sabati se situe à quelques pas de la tristement connue Gare d’Atocha. La Reina Sofia fait partit du triangle d’Art de Madrid avec les musées du Prado et Thyssen-Bornemisza.

Ses salles renferment des petites perles : Guernica et d’autres œuvres de Pablo Picasso, des travaux de Salvador Dali, de Juan Gris, Joan Miró, Julio González, Eduardo Chillida, José Guerrero, Pablo Palazuelo, Antoni Tàpies, Miquel Barceló, Pablo Gargallo, Lucio Muñoz, Luis Gordillo, Jorge Oteiza, Ouka Lele et José Luis Gutiérrez Solana, Robert Delaunay, Sonia, Delaunay, Fernand Léger, Francis Bacon, Alexander Calder, Vasily Kandinsky, Francis Picabia, Max Ernst, Jean Dubuffet…

Depuis le 16 février et jusqu’au 17 mai 2010, le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia nous propose une rétrospective de 30 années de travail de l’artiste allemand Thomas Schütte. Ces 30 années retracent l’historique des différentes étapes du cheminement artistique de Schütte. En effet, il a créé un univers complexe et indescriptible : un mélange d’onirisme, d’aspects enfantins, ou encore de procédés architecturaux… Un univers créé et accaparant l’espace dans lequel il s’inscrit.

Thomas Schütte investit les places, les toits ou plus conventionnellement les galeries et les musées. Pourtant c’est toujours dans le gigantisme et avec l’intention d’étonner : que font ces demi-pastèques géantes intégrées au sol, pourquoi ces statues sont-elles perchées sur ce toit, où sont les sales gamins qui ont laissé trainer leurs énormes légo sur Trafalgar Square ? Peu à peu on entre dans ce monde parallèle. Pour peu qu’on ait un minimum l’esprit ouvert, l’âme d’enfant au fond de nous prend le pas sur notre désolante rationalité. Ne souhaiterait-on pas être géant ou lilliputien pour jouer de et par ces structures de plastiques de plâtre et de métal ? Car oui, Schütte, tel un Matrixien, maîtrise la matière 😉

Merci David (Pujadas ^^) et merci à ton 20h de m’avoir fait découvrir cet artiste. J’espère que Paris rendra rapidement un hommage digne de ce nom à Thomas Schütte et me donnera l’opportunité de plus le connaître.

Advertisements
2 commentaires leave one →
  1. 15 avril 2010 18:49

    Oui, et donc… c’est à Madrid, en ce moment, toutes ces merveilles ? Je n’ai plus qu’à me joindre à toi dans ton espoir final !

  2. stef808 permalink
    15 avril 2010 19:46

    Ahahah 🙂 ça n’est pas une fatalité que d’attendre lol !! Moi j’irai bien me faire un tit botellon à Madrid ^^ et retourner à la Reina Sofia tant qu’on y est !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :