Skip to content

Gentle Giant – Octopus

12 avril 2010

Au vu du succès populaire de ma première chronique je vous proposerai de découvrir aujourd’hui un album peu connu d’un groupe anglais tout aussi méconnu, cela malgré une grande originalité, alliant richesse mélodique et audace rythmique, diversité des atmosphères et des influences. Un menu de gourmet ou les saveurs multiples enivreront l’auditeur au fil des écoutes que j’espère répétées .

Paru en 1972 « Octopus » est le quatrième album du groupe Gentle Giant, celui de la maturité. Ces derniers, en pleine possession de leurs moyens, parviennent dans des morceaux relativement courts à créer un univers personnel où les chansons, à la manière de poupées russes, surprennent constamment l’auditeur. Chaque nouvelle écoute révèle des subtilités cachées. De la musique médiévale au rock  le plus frénétique, en passant par un soupçon de jazz  rock, (il y a même un solo de guitare à faire pâlir le « hardeux » de base!) , un cocktail épicé à consommer sans modération. Mais tout cela reste d’une grande homogénéité et constamment original. Il ne s’agit en rien d’un collage artificiel de styles différents.

Laissez vous séduire et la magie  sera au rendez vous!

Ce groupe original, faute de reconnaissance, cherchera à séduire le plus grand nombre en simplifiant progressivement sa musique jusqu’à lui faire perdre une partie de son « âme ». Et après quelques albums sans grand intérêt, le groupe se sépare à l’aube des années quatre vingt. Reste une poignée d’albums essentiels qui je l’espère  vous enchanteront !

Et pour finir une petite devinette : qui trouvera le jeu de mot qui a présidé au titre de cet album ? Une photo dédicacée pour la ou le plus perspicace!

Musiciens: Kerry Minnear: Claviers
Ray  Schulman
: Basse,Violon
Derek Schulman
: Chant
Phil Schulman
: Saxophone
Gary Green
: Guitare
John Weathers: Batterie

Morceaux :

1The advent of Panurge 4’30 –
2 Raconteur troubadour 3’59 –
3 A cry for Everyone4’02-
4 Knots 4’02 –
5 The boys in the band 4’32 –
6 Dog’s life 3’10 –
7 Think of me with kindness 3’33 –
8 River 5’54

Méritent  le détour: Acquiring the taste (1971) /Three friends (1972) / In a glass house (1973) /Free hand (1975)

Advertisements
5 commentaires leave one →
  1. 12 avril 2010 23:53

    T’sais quoi mon gars, après Fort boyard, c’est fort dommage que ce groupe n’ait jamais eu une notoriété à la hauteur de son talent (comme tant d’autres).

    Bref, Gentle Giant on connait ça depuis longue date dans ma chaumière, et cette bande de prog’rosbiffs savent faire parler la poudre comme leurs homologues de Yes et autres Rick Wakemanites enchantées turlututu chapeau pointu.

    Le coup du Octopus, j’en ai jamais eu confirmation, mais je crois qu’il y a un truc genre « Oct Opus » comme il y a 8 pistes sur le skeud. Mais je mets une grosse réserve, parce que de ce que j’en ai lu, il y a beaucoup de versions de ce fameux jeu de mot. Un anglo-saxon, tu sais un vieux de la vieille, dégarni avec des bandanas fleuris et qui se déplace qu’en Triumph (bah ouais ‘faut rouler anglais mon gars) et jamais sans un vinyle des Kinks, m’a dit un jour que le coup de Oct-Opus était en rapport non pas au nombre de pistes de l’album mais à une private Joke entre les mecs comme quoi avant de se marier, le père Phil Shulman était un léger de la cuisse qui a eu jusque 8 nanas dans son pieux, et du fait avec des amoncellement de membres qui s’agitent, on l’appelait la pieuvre (Octopus). Et sa femme le savait, et il semblerait que c’est aussi pour ça qu’elle faisait ce jeu de mot là.

    Comme le coup d’Alice Cooper avec le Boa, on saura jamais qui dit vrai !
    Et puis on s’en tape, aussi.

    Ça n’enlève rien aux qualités indéniables de cette galette qui a ma foi bien subit le passage des années, contrairement à Sheila ou autres Ringo Starr.

    Cheers !

    P.s. Je peux avoir un poster de Benoît XVI ? Les dérangés de la queue, je joue aux fléchettes avec et l’affiche de Francis Heaulme commence à être un peu trouée (euphémisme).

    • Broc permalink
      14 avril 2010 17:44

      Devant tant d’érudition musicale , je m’incline ! Par contre s’attaquer lâchement à notre Saint Père , alors là je dis Non , trop c’est trop , le calice est plein. Le bénitier aussi !

      Sache quand même que des plus célèbres que toi, et pour moins que ça, ont fini sur la croix. Je ne citerais personne mais tout le monde en parle depuis 2000 ans !!!

      Salutations musicales

      • 14 avril 2010 20:59

        « Notre Saint-Père »… ‘Faut pas lui tailler une plume non plus à cet étron estampillé Hitlerjugend ? « VOTRE » Saint-Père, moi pas avoir besoin de berger pour me montrer la route, je préfère me les tringler à la pogne ce genre de tumeur scrofuleuse illuminée par la croisade totalitaro-mystique.
        La couronne d’épine c’est des combats d’arrière-garde, c’est plutôt la couronne de pines à l’aube de ce techno-siècle. Sous les pavés, la plage, sous les soutanes, le carnage.

        Cela dit, mon commentaire n’était pas hostie-le, et rien que pour avoir tenu jactance de Gentle Giant, je suis prêt à racheter ton âme, Broc !

        Allez, sans rancune hein, je retourne bosser, c’est bien connu : Arbeit macht frei, dirait Ratzinger.

  2. 13 avril 2010 06:57

    Ouaaaaaahou!!!9a déménage les méninges!Quand au jeu de mot , je m’incline devant Z’arno qui semble bien + au courant que moi .

  3. Lien Rag permalink*
    20 avril 2010 15:16

    J’aime bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :