Skip to content

Live report – Rodrigo y Gabriela à l’Olympia

11 avril 2010

Esta noche, con mon amigo El Steph808, nous sommes allés voir el concierto dé Rodrigo y Gabriela.
Bon, ok, c’est pas avec mon brillant 8 en espingouin que je vais pouvoir pondre un article bilingue, donc je vais m’arrêter là. Rodrigo y Gabriela donc.
Comme vous l’aviez deviné, moi j’aime quand ça hurle chante mélodieusement, les guitares saturées et les rythmiques bourrines harmonies et les arpèges.
Playne, qu’est ce que tu allais tricoter à un concert de deux zozos à la guitare acoustique me direz-vous…et bien, vous allez le savoir.

Nous entrons donc à l’Olympia, houlà houlà ! Je dois avouer que c’est la première fois que j’y mettais les pieds, honte à moi. Et bien, chouette salle que voilà. Seul point d’ombre au tableau, le mec qui nous a guidé jusqu’à nos places est bizarre. En plus, on est placés comme des rois pile derrière la régie !  Je vais finir par m’habituer aux concerts où je peux voir quelque chose . Joie bonheur et extase.

Une dizaine de minutes plus tard, les lumières s’éteignent, le public commence à s’agiter et c’est le Alex Skolnick Trio qui investit la scène pour la première partie. (Ben oui, la batterie c’était un indice que Rodrigo et Gabriela n’arrivent pas tout de suite). Je dois dire qu’à la fin de la première chanson je me suis dit : « yurk ». Un mélange franchement trop jazzy pour moi, et des passages de branlette de manche sans la classe des guitaristes de Air Metal, moi ça m’endort.
Et bien, ne jamais dire jamais, puisque les trois zozos (guitare, batterie, contrebasse) m’ont bien faite changer d’avis. Deuxième morceau m’a violemment fait penser à du bon vieux rock sudiste (’cause I’m free as a biiiiird), et là déjà, ça va mieux. Pour conclure leur set, une petite reprise de Judas Priest : Electric Eyes. Et là je frise la pâmoison ! Au moins.

Pour vous donner une idée (de la partie jazzy) :

L’Olympia dans sa grande mansuétude royalissime et son infinie bonté nous offre gracieusement 20 minutes de pause.

Je commence à trépigner un peu sur ma chaise. Rodrigo et Gabriela, les amis ! Alors, oui, il fallait que je vous explique un truc. On m’a fait découvrir les deux énergumènes de la guitare il y a quelques mois, et je dois dire que je suis d’abord restée scotchée à cause du niveau de technique ultime, de la maîtrise de l’instrument, et ensuite pour la beauté des rythmiques, des mélodies. En clair, Rodrigo y Gabriela, vous vous lancez un petit Buster Voodoo dans les oreilles le matin, et votre bonne humeur est inébranlable. Enfin moi ça me fait cet effet là…
Je m’égare.
Le show commence, et le ton est donné très vite : 11:11, leur dernier album sera très largement à l’honneur toute la soirée. Ce qu’il faut savoir sur un show de Rodrigo et Gabriela, c’est qu’on en prend plein la vue. Pas à cause des jeux de lumières (extrêmement réussis d’ailleurs, très bonne dynamiques, et des ambiances de couleur froides / chaudes tout à fait pertinentes), mais à cause du SON !
De la rythmique de folie, qui donne envie de danser, de taper du pied, de claper les mains. Et non, ce n’est pas de la ferveur religieuse, c’est de la musique. Un peu comme un concentré de bonne humeur, on se laisse porter par la musique, et la magie opère. Les deux mexicains viennent de la scène heavy metal, et ça se ressent beaucoup dans le concert : énormément d’énergie, ils sautillent partout, se regardent beaucoup, et on ressent bien la complicité dans le jeu de scène. Il y a aussi beaucoup de postures qu’on retrouve en général assez peu avec une guitare acoustique 🙂

J’ai été très impressionnée par Gabriela la super pile, elle sautait dans tous les sens, tapait des pieds tout le temps et motive la salle d’un regard. Elle assure la partie « rythmique » des chansons, et sur les grands écrans on peut voir depuis la caméra vissée à son manche de guitare que ça s’agite !
Il n’y a pas que des cordes sur une guitare, et les deux mexicains utilisent aussi le corps de leurs instrus pour faire des percussions.
Une petite vidéo « tutorial » afin que vous pigiez de quoi je vous cause :

Le dernier album, l’excellent 11:11 est donc joué quasiment dans son intégralité, mais ce n’est pas la seule surprise que nos deux larrons nous réservent ce soir. Les deux sont très communicatifs, et le public est survolté. Rodrigo fait taper la salle dans les mains, sur trois rythmes différents à la fois pour certains morceaux. Gabriela sort ses notes deux fois pour nous parler de leur site internet, de leur tournée, dans un français approximatif tout à fait charmant. Rodrigo nous sort un petit discours alternativement en anglais et en espagnol, et toute la salle rigole. L’ambiance continue à s’intensifier… Les hurlements de la salle font passer l’indice de son à plus de 103db à la fin de chaque chanson… et ce n’est pas tout !
Nous avons des invités surprise !

Tout d’abord, le trio Joubran qui va nous charmer les oreilles à grand coup de luth oriental et jouer un morceau avec les mexicains. Vraiment une surprise agréable qui m’a beaucoup plu. La deuxième surprise, c’est le retour du premier trio sur Atman. La joie quoi. Ensuite, on a le droit à quelques sons provenant du répertoire de Metallica (Orion !), un dernier morceau de 11:11, et c’est déjà la fin du concert. 2h plus tard, booh booh, c’est fini.

Dans la série des clins d’œil très mignons, à la toute fin du concert : un petit For All About To Rock…We Salute You de AC/DC 🙂
Entre Opeth la semaine dernière, et Rodrigo y Gabriela cette semaine; je ne peux qu’espérer que les concerts continuent dans cette lancée !
Si vous voulez en savoir plus sur le duo mexicain le plus rock and roll de la Terre, vous prendre une claque musicale de fusion flamenco, rock, metal; ou si vous êtes juste un peu curieux : visitez leur site internet (qui est tout plein de petites vidéos, de news, de démos).

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. 11 avril 2010 07:18

    Énorme ! « We Sa-luth you » =) !

    … Au lieu d’aller branler avec les vieux leather-croulants du Ozzfest, Robbie Halford serait bien inspiré de faire 2-3 versions acoustique de ses bêlements Priestiens !

     » Les deux mexicains viennent de la scène heavy metal, et ça se ressent beaucoup dans le concert : énormément d’énergie, ils sautillent partout, se regardent beaucoup, et on ressent bien la complicité dans le jeu de scène. »

    Y a beaucoup de groupes de Métal hurlant qui – assujettis par des obligations contractuelles qui les obligent à tourner, ainsi qu’à détériorer nombre de rondelles plastique qui iront fleurir les auges de fières légions de Biactol’n’roll – n’ont pas cette classe ! ( Des noms ! Des noms ! Et heu… Non – Non de nom ! ).

    Toujours est-il que ça donne envie de les voir ces deux-là. Et pour le côté non Métal Hurlant, on sent aussi que cette bande de tortillas made in H1N1-land a dû beaucoup écouter Paco de Lucia (ou Vincente Amigo señor ? Arriva ‘rriva ‘rriva) et autres Al Di Meola (pour le côté jazz / fusion en plus, les costards pourris en moins ).

    … C’est marrant les commentaires sur les blogs. Sorte de Jean-Michel Larqué pour beauf à petite bite, on a presque l’impression que ce qu’on écrit est intéressant. Un peu comme l’amour-cataleptique du Teckel pour le Dobermann tu vois, le clébard de combat ça le gêne plus qu’autre chose l’avorton qui vient taper de la gueule en remuant la queue.

    God – j’ai perdu ma ceinture – , deviendrai-je pyrrhonien, de bon matin, que Sextus Empiricus m’entende ! En parlant de savant Grec (On préfère les Savants de Marseille, ils font plus de bulles et ils aiment le Ricard – Pour un peu qu’ils soient gendarmes, on en dresserait le chapiteau dans son calfouette ), j’ai de vieilles réminiscences trigonométriques qui me rappellent, à juste titre, qu’il est temps que je prenne la tangente =)

    Joli reuviou, ni trop dodue genre moules de Juillet en promo’, ni trop fin genre éclatade d’écrevisses naines, vraiment très bien, bel article ! J’y mets dans le caddie à Georgette, on se retrouve à la caisse ; et comme on est des gros crados on paye en nature, de bon aloi 😉 !
    Cheers !

    P.s. « Maman, Rodrigo Y Fait rien que de m’embêter » / « Hé René ! T’as entendu la gosse ? L’enculé il a viré Gabriela, la nouvelle s’appelle « Férienkedemanbété » ! Z’êtes bien tous les mêmes ! Ce qu’il vous faut bande de corps caverneux burnotractés c’est révolution sexuelle, option bébés dans le congel’, oeuf corse, l’hommelette est servie ! »

  2. stef808 permalink
    12 avril 2010 13:19

    Ay ay ay !! Dios mio ! Ké concierto de puta madre del botellon de la calle de hijita de putita XD !
    Stephano est en love avec la waponetita Gabriela so cute quand elle parle français !! 🙂
    Ah Playnie ! à quelle grande messe nous avons assisté là ! Dieu est grand et fier de ses beaux prêtre et prêtresse Rodrigo & Gabriela uhuhuh ^^ Et nous fervents disciple nous avons sagement applaudi (el Stephano) et même hurlé pour atteindre 173DBa (Playne) ! Je ne sais pas si mes oreilles se sont plus régalées du concert ou bien des mélodieux sons émis par mi compañera de la revolucion mejicana Playne 🙂
    En tout cas, une chose est certaine, quand on sort de Rodrigo y Gabriela on ne veut surtout pas dormir ! El Stephano a parlé 🙂

  3. Nito permalink
    2 novembre 2010 12:18

    Alors j’appréciais Rodrigo y Gabriela, je suis allé au concert je ne le suis plus.
    J’ai préféré la première partie. Et si tu veux parler de branlette de manche je pense que Rodrigo y Gabriela jouent dans la division au dessus, décaler d’un demi ton et dire que c’est une autre chanson pour moi c’est de la branlette intellectuelle. Résultat Rodrigo y Gabriela très sympa en CD, très peu d’intérêt en concert (ceci n’est que mon avis). J’ai pas dormi en sortant j’ai dormi pendant et pourtant je vous jure qu’au prix du billet j’aurais vraiment voulu être embarqué pas de mauvaise volonté de ma part.
    Ha oui j’oubliais je n’ai pas apprécié la propagande pendant le concert.
    Ceci dit ce sont des musiciens de qualités, pour moi c’est un des plus mauvais concert que j’ai pu voir, j’ai presque préféré le live acoustique des Rasmus c’est pour dire.
    Si l’envie vous prend de m’insulter (^^) je peux comprendre tous mes amis ont aimés, je ne comprend toujours pas pourquoi je n’ai pas apprécié.

Trackbacks

  1. Live report – Limp Bizkit à l’Olympia « Culture's Pub
  2. Ayo c’est chauuuuud ! « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :