Skip to content

King Crimson – Red

13 mars 2010

L’abus de musique n’étant pas encore réglementé, j’inaugure aujourd’hui ces chroniques musicales dont l’ambition, modeste, est de faire découvrir des univers musicaux qui m’ont particulièrement marqué. Il ne s’agira pas là de savantes exégèses mais de quelques lignes qui pourront donner envie à certains d’en risquer l’écoute !

Pour cette première, honneur au Roi Pourpre et à RED.

Cet album de King Crimson paru en 1974 conserve aujourd’hui toute sa modernité et possède une charge émotionnelle intacte. Les cinq morceaux le composant offrent une synthèse représentative de la première période du groupe (1969 – 1974). En cela il peut constituer une introduction idéale pour un néophyte un peu curieux. Le menu proposé démarre par une progression rythmique implacable, qui va crescendo et installe un climat oppressant. Si vous l’écoutez très fort, vous vivrez une expérience sonique intense ! Les deux morceaux suivants ainsi que celui qui clôt l’album sont assez représentatifs du lyrisme inquiétant du groupe  et l’on reste impressionné par la beauté des mélodies et la puissance qui s’en dégagent. Une autre caractéristique du groupe est l’improvisation peu fréquente dans l’univers du rock. Elle est représentée ici  par un morceau intitulé « Providence ». Littéralement la musique se crée sous vos oreilles !

Imprévisible, inattendue… Là encore, King Crimson vous propose une expérience musicale inédite.

Pour ne pas différer plus longtemps votre plaisir d’écoute, je conclurai cette brève chronique en disant que si King Crimson propose une musique expérimentale, avant-gardiste par certains aspects, elle n’est jamais ennuyeuse, toujours pleine de « bruit et de fureur », toujours dans le Rouge !

Musiciens :
Robert Fripp
: guitare
John Wetton : basse et chant
Bill Brufford : batterie
Morceaux :
1 : Red 6’20
2 :  Fallen Angel 6’00
3 :  One More Red Nightmare 7’07
4 : Providence 8’08
5 :  Starless 12′ 18

Si vous avez aimé RED et la brève, voici d’autres albums à consommer sans modération :
In the court of Crimson King ( 1969 )
Lizard (1970 )
Lark’s Tongues in Aspic (1973 )
Starless and Bible Black (1974 )


Publicités
5 commentaires leave one →
  1. Anonyme permalink
    13 mars 2010 08:16

    Grand groupe indeed, des fondateurs du prog – et parmi les seuls à faire du prog pas chiant.

  2. Lib permalink
    13 mars 2010 11:39

    Merci pour ce premier article, et bienvenue sur Culture’s Pub, Broc77 !

  3. Syracuse Cat permalink
    13 mars 2010 20:26

    Très intéressant, cet article : merci, et bienvenue !

  4. Ofboir permalink
    17 mars 2010 16:33

    Bienvenue broc77 ! Très bon choix de commencer par ce groupe ô combien culte !
    Pour ma part, ce Red est définitivement à classer dans le trio de tête de leurs albums (avec Lark’s Tongues in Aspic et Discipline), et Starless est peut-être bien leur meilleur morceau. Ce thème magnifique, cette longue montée en pression à 13 temps, à la ligne de basse infaillible, et ce final, reprenant le thème du début dans un capharnaüm explosif teinté de free jazz. Tout simplement magistral.

  5. 5 avril 2010 20:56

    Merci broc 77 !Grâce à toi je découvre un univers qui m’était jusqu’alors inconnu. Quelle musique puissante. Plus on l’écoute plus on est envouté par ce groupe .Un grand moment de plaisir !!!J’espère que tu continueras à nous faire découvrir d’autres groupes cultes dans tes chroniques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :