Skip to content

Avatar, les frustrés

27 février 2010

Oscars 2010 : Meilleure Photographie, Meilleurs Effets Spéciaux, Meilleure Direction Artistique.

Pocahontas 2.0 ? Fable écologique ou coup marketing  fabuleux ? On a plus ou moins déjà tout vu et tout entendu sur Avatar. La critique est unanime, d’un côté les « Avatar, c’est génial point barre » et de l’autre les « C’est super bien fait mais j’ai pas aimé le scénario ».

Pour prendre un peu le contre-pied de la tendance au débat Pocahontas, je vais essentiellement vous parler de reproduction, de petits oiseaux reptiliens (ou pas), et de nattes bien faites…

Je suis passablement fâchée avec le principe du spoiler (qui me met dans une rage folle et déclenche chez moi une folie de type berzerk avec +2 en dégâts) donc je vais éviter de tout vous raconter avant que vous n’alliez voir le film au cinéma (au cas où c’est pas déjà fait).

Pour faire simple, on est dans le futur, et comme toujours l’Homme est à la recherche d’une nouvelle source d’énergie (ou d’un moyen de s’enrichir), les humains sont donc partis sur une jolie planète tout bleue (qui de loin ressemble quand même beaucoup à la Terre) qui s’appelle Pandora. Qui dit nouvelle planète dit peuple indigène, ceux là s’appellent les Na’vi, et sont grands et bleus. On s’attache donc à suivre les péripéties d’un ex-marine devenu paraplégique qui participe à un programme particulier : le programme Avatar.

Bien bien bien…

On découvre donc les jolis Na’vi. Un peu schtroumphesques d’apparence (le bonnet phrygien et la couche-culotte-jusqu’aux-pieds en moins) et surtout, très humanoïdes, et franchement pas très habillés. Un petit string par ici, deux trois colliers par là, un petit pagne, et hop, les Na’vi sont habillés pour l’hiver. Les jolis Na’vi ont une maison non pas en champignon géant, mais c’est un très grand arbre. Mother Tree, l’arbre-maison, la Terre nourricière personnifiée. Vous y êtes, c’est le gros machin qui dépasse de la forêt. Évidemment, et là se situe tout le scénario (sic), la maison Na’vi est la source principale de l’énergie nouvelle que veulent extraire les humains. Donc ça va finir par castagner…

L’histoire est majoritairement articulée autour du couple Jake Sully (l’ex-marine) et l’indigène du truc, Neytiri qui est un peu dans le rôle de Pocahontas. On découvre donc au travers de l’initiation de l’alias bleuté du marine Le Peuple des Na’vi, qui sont présentés comme les êtres les plus écolos du monde puisqu’ils vivent en harmonie avec la nature (avec un grand N en fait…).

Summum de l’élégance, ils s’excusent envers les choses qu’ils tuent. En attendant, si buter les prédateurs les attristent, c’est pas pour autant qu’ils culpabilisent… C’est un peu le principe de l’esprit collectif unique : unicité avec mère nature, donc hop hop, tout se crée tout se transforme et paf ! l’esprit de l’animal / végétal / whatever qui a été bousillé retourne dans le quota de mère nature. Au final, tout va bien à Pandora, le quota d’esprit est préservé.

Particuliers, les Na’vi donc… En plus, ils sont quasiment tous bilingues anglais, enfin sauf quand ça arrange les scénariste d’avoir un mot en langue indigène pour un rituel – ça donne mieux, obviously.

Mais le plus intéressant dans Avatar, c’est le sexe.

Oui, logiquement, on attend que ça. Ne soyons pas hypocrites, il faut bien qu’il y ait un peu de mystère dans le film. Idylle naissante, hormones, petits strings, pagnes au vent… Ça doit arriver. Et là évidemment, le public a droit à une scène de sexe torride dans la forêt un baiser hollywoodien et au réveil difficile le matin (ils sont forts chez les Na’vi, ils font du sexe tout habillés). Mais rassurez-vous, on aura le droit à la scène torride dans le DVD (comme quoi le sexe, c’est toujours vendeur). Pourtant, les suggestions sont nombreuses (enfin quand vous avez l’esprit un tantinet mal placé comme moi, oui Vuuv, je pense à toi aussi), mais au premier abord, on y fait pas trop attention. Oui oui, la natte, vous vous y attendiez !

Chez les Na’vi, tout le monde a le poil long. Ils sont capillairement développés, mais c’est pas parce que c’est la mode. Leurs cheveux sont en jolie natte qui se promène dans le dos, et qui au milieu a des … petits filaments blancs orientables. (Pour ceux qui sont familiers avec le concept de pénis de baleine, imaginez la même chose en cinq millions de fois plus petit et qui vont par 5 ou 10). Véritable port usb (ben oui les enfants, ça s’appelle pas Avatar pour rien, le film est quand même truffé de références aux mondes virtuels…), la natte-magique-usb permet aux gens bleus de se connecter… à toute leur planète ! C’est fabuleux, ils sont donc directement branchés sur les végétaux (mais ils ont pas des masses de choses à raconter) mais surtout sur les animaux. Et c’est là où ça devient sexy, ils peuvent opérer une « fusion » (« Pokéball ! GO ! » ) avec l’animal qu’ils veulent monter (ils font ça essentiellement pour se déplacer, rhô !). Les mauvais esprits comme le mien feront remarquer que jamais, ô grand jamais la volonté de l’animal prime sur celle du Na’vi… Na’vet oui.

Mais on s’éloigne un peu du sexe sur Pandora. Les conjectures vont bon train sur « mais bon sang de bonsoir, comment ils font ?!? ». Je vais donc conclure cet article sur une petite vidéo toute mignonne sur le sexe chez les Na’vi, enjoy !

Publicités
7 commentaires leave one →
  1. Syracuse Cat permalink
    28 février 2010 18:52

    Ton article me donnerait presque envie de voir le film pour étudier la question de plus près, tiens^^ En tout cas, il m’aura bien fait rire !

  2. Iwayado permalink
    28 février 2010 20:23

    Merci Playne!
    Bon, parler de sexe pour faire aller voir le film aux derniers (et héroïques) résistants, c’était brillant comme tactique…
    Cela dit je m’étais fait quasiment les mêmes réflexions (sur la natte/port USB / symbole phallique refoulé, comme quoi on flirte presque avec de la zoophilie dans ce film)^^

  3. Syracuse Cat permalink
    28 février 2010 21:42

    Ah, et aussi : Avatar n’a PAS eu le César du Meilleur Film étranger, attribué à Gran Torino.

    • Lib permalink
      8 mars 2010 15:41

      Et Avatar n’a PAS eu l’Oscar du meilleur film.

      Bon, je dois dire que cet article pique ma curiosité, mais NON, je ne paierai pas 10€ pour aller voir la chose sur l’écran IMAX pas loin de chez moi.

  4. Michaël permalink
    27 mars 2010 15:51

    La reproduction chez les na’vis :

  5. cathou permalink
    12 mai 2010 02:34

    Wow! J’ai adoré l;qa vidéo! XD J’ai ri aux éclats!

Trackbacks

  1. DOSSIER : Oscars 2010 « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :