Skip to content

Syracuse Cat’s Mood of February

22 février 2010

Et bonne année du Tigre, aussi !

« Bonjour, Petit Internaute, dit le Tigre¹ avec un sourire tout en crocs. Viens sur mon blog, j’ai des bonbons ! Que veux-tu ce mois-ci, mon enfant ? Ah, non, désolé, plus de pommes d’amour, Vuuv les a toutes mangées. Mais est-ce que tu aimes les oursons à la guimauve ? Oui ? Tu peux te régaler, maintenant, car tu es pris au piège ! » Et le Tigre éclata d’un rire à la fois joyeux et cruel car ce fourbe animal n’avait aucun sens moral, et ne connaissait pas même le sens du mot scrupule. (Qui, comme le savent tous les lecteurs de Pagnol, désigne cet irritant petit caillou qui se glisse dans votre chaussure.)

Musique. – Redécouverte du mois, Charango, de Morcheeba :  « Otherwise » est un souvenir de mes années de lycée présent dans ma discothèque depuis que j’ai mon propre iTunes, mais le reste de l’album était un peu passé à la trappe. Oubli injuste, mais réparé : gros coup de cœur notamment pour « Public Displays of Affection. »

Choco'mauves, Jeff de Bruges : de loin les meilleurs, mais aussi les plus chers...

Sorties. – Les sorties n’ont pas manqué, ça c’est sûr, qu’est-ce qu’on a bu comme mojitos et autres strawberry margaritas avec Iwayado, Lib, Makuchu, Playne², Vuuv et le reste des casse-couilles, hein… Mention spéciale au Kabanito, 5 Rue Blainville, dans notre 5e adoré, pour ses délicieux mojitos  et ses happy hours gender-friendly les lundi et mercredi (toutes les infos pratiques ici).

Séries. – Février, mois de la lose parce que les programmes sont suspendus pendant trois semaines (et on se demande bien pourquoi, suivez mon regard vers la rubrique Sport) ? Да Нет³ ! Les Golden Globes sont passés par là, et c’est l’occasion de belles découvertes, avec mention spéciale pour The Good Wife et Glee : deux très bonnes séries, dans des genres totalement différents (un cabinet d’avocat pour la meilleure actrice VS un groupe de comédie musicale, pour la meilleure série comique).
Et sur le web, The Guild, dont Vuuv devrait vous parler plus en détail.

Cinéma. – Gainsbourg (vie héroïque), rien à ajouter sur tout ce qui a été dit ici ;
I Love You, Philip Morris : mon avis et celui de Lib .
Invictus : ce n’a pas été sans mal mais j’ai fini par arriver à le voir, et je ne regrette pas d’avoir persévéré, c’était vraiment bien. En plus, je crois que je commence à comprendre les règles du rugby. True story.

Jeu. – Rien ce mois-ci, on ne peut pas tout faire.

On trouve aussi des petites choses tout à fait délicieuses en grande surface.

Livres. – Ah, j’ai enfin pu mettre la main sur Le prédicateur, de Camilla Läckberg. C’est distrayant, drôle, ça ne se prend pas tellement au sérieux : c’est un roman policier suédois qui ressemble à une série américaine. Et c’est moins bien que le premier tome, La princesse des glaces.
Year of the Griffin, de Diana Wynne Jones*, mon livre « à lire et à relire », c’est tellement drôle : ça va faire cinq ans et six relectures, je ne m’en lasse toujours pas.
Just So Stories, Rudyard Kipling : ou comment retrouver son âme d’enfant (ou mettre en marche son horloge biologique, c’est selon) – et surtout n’oubliez pas les bretelles !
Dans le genre sérieux, j’assiste à un séminaire de lecture de Paradise Lost à l’ENS : ça vous pose une femme, ça, non ?

Sport. – Monter au moins une fois par jour les huit étages (mais c’est comme s’il y en avait 11, j’ai compté les marches !) jusqu’à mon bureau, c’est du sport. La preuve, c’est de plus en plus facile. J’ai enfin repris le tango, aussi : ce n’est pas sans mal, mais ça fait du bien.
Sinon, j’ai entendu dire qu’il se passait des trucs de l’autre côté de l’Atlantique : quelqu’un est au courant ?^^

Homme. – Oui, plein ! Nan, j’déconne.
J’vous ai bien eus, non ?

Shopping. – Fins des soldes, deux paires de ballerines : enfin de jolies chaussures plates et pas chères du tout ; des bottes, encore ! parce que je ne suis qu’une faible femme / une citoyenne responsable prête à tous les sacrifices pour relancer la croissance de son pays !
Un rouge à lèvres très très rouge, très très beau, et très très cher.

Site web. – Un collègue malveillant m’a envoyée ici, c’était mal. Mais les déboires des doctorants américains m’aident à rire de souvenirs pénibles (et tout frais, en plus).

Notes :

1. Dans les mythologies africaines et antillaises, le Tigre est un terme générique qui désigne les fauves en général (pas particulièrement les chats siciliens, mais vous voyez l’idée ?) ; son rôle dans les contes peut être comparé à celui du Loup dans la tradition européenne.
2. [Edit :] À sa demande, et pour rétablir la justice et la vérité, je précise que Playne a bu des diabolos grenadine, du Perrier et du Coca Light.
3. Da niet : Mais non ! Ou, plus élégamment, si vous voulez : que nenni ! Euh… Vuuv, tu valides ?

Advertisements
9 commentaires leave one →
  1. Raniver permalink
    22 février 2010 13:20

    Existe-t-il une traduction française de Year of the Griffin de Diana Wynne Jones ?

  2. Ofboir permalink
    22 février 2010 14:59

    Yeah PhD comics ! J’approuve.

  3. Syracuse Cat permalink
    22 février 2010 15:22

    @ Raniver : Non. Mon ambition personnelle est de la faire moi-même, de préférence avant qu’un éditeur français ne se rende compte d’à quel point ce livre est génial et que quelqu’un d’autre la fasse. Il faut juste que je trouve le temps pour essayer de me lancer. Cela dit, ce n’est pas de l’anglais très difficile : tu peux peut-être tenter ta chance dans la version originale si tu n’as pas le courage d’attendre les 107 ans dont j’aurai sans doute besoin. 😀

    @ Ofboir : N’est-ce pas ?^^ C’est tellement juste par moment qu’on ne sait plus s’il faut rire ou pleurer 😉

  4. Lib permalink
    22 février 2010 16:07

    « Just So Stories, Rudyard Kipling : ou comment retrouver son âme d’enfant (ou mettre en marche son horloge biologique, c’est selon) – et surtout n’oubliez pas les bretelles ! »

    Lu par Ralph Fiennes, c’est juste adorable.

  5. Raniver permalink
    22 février 2010 19:13

    Je crains que mes médiocres connaissances de la langue de Shakespeare (vu mon faible score actuel au TOEFL ^^) ne me permettent pas d’accéder à la finesse des romans de Diana Wynne Jones en version originale, même si, selon toi, ce n’est pas de l’anglais très difficile 😉
    Je n’ai lu que deux livres (en français) de Diana Wynne Jones : Le château de Hurle et La conspiration Merlin. Ses autres livres à ma disposition étaient en anglais.

  6. Vuuv permalink
    23 février 2010 04:19

    @ Raniver : petit scarabée, si tu n’essaies pas, tu ne pourras pas y arriver… Le meilleur moyen de mieux lire une langue, bah c’est… de la lire 😉
    Allez au boulot !

  7. Syracuse Cat permalink
    23 février 2010 10:36

    Mon conseil (et ça devrait te servir pour le TOEFL aussi – tss, le TOEFL. Moi je bosse pour les IELTS^^) : si tu as lu Le Château de Hurl, commence par le relire en anglais, éventuellement avec le texte français en parallèle. Commencer par un texte qu’on a lu d’abord en français, c’est plus facile ; passe ensuite à d’autres textes du même auteur. En l’occurence, Diana Wynne Jones a beaucoup écrit, et reste peu traduite en français, je trouve (Wikipédia est d’accord avec moi, visiblement). Il y a de quoi faire. La série des Chrestomanci est pratiquement entièrement traduite en français (à part le tout dernier tome, on dirait), donc ça aussi tu peux les lire en parallèle si tu n’as pas confiance en toi.

    Je suis un peu surprise de constater que The Merlin Conspiracy a été traduit en français alors que Deep Secret se passe avant et est bien meilleur (mais c’est plus un roman pour jeunes adultes alors que La Conspiration… est clairement orienté jeunesse). Selon moi, ce n’est vraiment pas un de ses meilleurs.

  8. Raniver permalink
    23 février 2010 13:04

    Ce serait vraiment génial, s’il y avait plus de livres qui sortent en édition bilingue : page de gauche pour le texte anglais et page de droite pour le texte français 🙂

  9. 17 mars 2010 21:14

    ++ pour les films et les séries (j’adorrrrre Glee et The Guild est très fun).

    Par contre, je me sens soudain invisiblement attiré par ces choco’mauves qui ont tous les signes d’une prochaine et fracassante entrée dans ma vie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :