Skip to content

Fantasy et pluralité des mondes : Les Portes de la Mort par Margaret Weis et Tracy Hickman

5 février 2010

Et si l’on imaginait d’autres mondes où tout serait possible. Des mondes différents dans des dimensions parallèles. Un monde où la magie et d’autres races que l’humain coexisteraient. Un monde où vos rêves de devenir un héros se réaliseraient. J’ai trouvé le vortex, il s’agit des Portes de la Mort.
Margaret Weis et Tracy Hickman, écrivains de fantasy, nous proposent avec leur cycle Les Portes de la Mort de vivre dans des mondes magiques où vivent des elfes, des humains, et des nains. Ces deux auteurs ont aussi écrit d’autres œuvres célèbres de fantasy, en particulier Lance Dragon, L’Étoile des Gardiens, La Rose du Prophète Beldin et La Légende de l’Épée Noire.

Sur Terre, la magie existe selon plusieurs niveaux (magie spirituelle, magie élémentaire, magie runique, etc.). Les humains ne sont pas les seuls à peupler la Terre, il y a également les elfes et les nains, ainsi que deux autres races dérivant des humains : les Sartans et les Patryns. Ces derniers sont les deux peuples à pouvoir maîtriser la magie la plus puissante : celle à base de runes. Les Patryns veulent gouverner et prendre le pouvoir, tandis que les Sartans tentent de les en empêcher. Les Sartans gagnent la guerre contre les Patryns et décident de détruire puis recomposer la Terre en 6 mondes : 4 mondes élémentaires, un monde en guise de prison pour les Patryns et un monde gratifiant les Patryns repentis. Cependant il existe un septième monde…

Le cycle des Portes de la Mort est constitué de 7 livres, parus chronologiquement de 1990 à 1994 :

  • L’Aile du Dragon en 1990
  • L’Étoile des Elfes en 1991
  • La Mer de Feu en 1992
  • Le Serpent Mage en 1993
  • La Main du Chaos en 1993
  • Voyage au Fond du Labyrinthe en 1994
  • La Septième Porte en 1994

Dans les 4 premiers volumes, le lecteur visite les quatre mondes élémentaires. Dans le cinquième, le chaos s’installe en commençant avec le monde de l’air du premier roman, et dans les deux derniers on suit le cheminement vers l’épilogue.

Le monde de l’air, « Arianus », est constitué de trois royaumes avec des îles flottantes où vivent des magiciens, des elfes, des humains, des dragons, et des nains manœuvrant une étrange machine « la Bougonne-Batte ». Tout en bas se trouvent « les Portes de la Mort », menant vers un autre monde.
Le royaume des nains est surprenant. C’est un monde vraiment loufoque ! Les descriptions sont très précises et accompagnées de nombreux détails donnant plus de réalité au monde.

Le monde du feu, « Pryan », est recouvert d’une jungle luxuriante et possède quatre soleils. Les elfes et hommes cohabitent dans les arbres. On y rencontre également ces géants terribles que sont les Titans. Ils détruisent tout sur leur passage.
Ce monde a un climat équatorial, et les massacres de populations paisibles ne manquent pas. Vous risquez de pleurer !

Le monde de la terre, « Abarrach », est un rocher couvert de glace. Sous la terre, des rivières de lave coulent. La vie est impossible sans avoir recours à la magie, c’est pourquoi nombreux sont ceux qui meurent. Si être vivant est difficile,  il n’en est rien pour les morts-vivants, car les habitants utilisent la nécromancie.
Je trouve personnellement ce monde comme étant le plus angoissant, où les zombies sont présents ^^

Le monde de l’eau, « Chelestra », est une énorme sphère d’eau. Les nains, les elfes et les humains vivent dans des bulles d’air. C’est dans ce monde qu’on rencontre les Serpents maléfiques.
Ce monde est décrit de telle sorte qu’il nous fait plonger dans notre imaginaire. L’ eau de ce monde a la propriété d’annuler la magie.

Les Patryns sont prisonniers dans un « Labyrinthe », monde crée par les les Sartans. Xar, un Patryn, est le premier à s’être échappé pour arriver au « Nexus », dont il en est devenu le Seigneur.
Le monde « Nexus » est un relais entre les différents mondes et est accessible à l’origine aux Patryns repentis après avoir purgé leur peine dans le labyrinthe.
Le Seigneur Xar veut alors se venger des Sartans. Il envoie Haplo, son serviteur, explorer les différents monde en commençant par Arianus.

Les portes de la mort permettent de relier les différents mondes, chaque porte est une sorte de vortex menant à un des mondes.

On apprend l’existence de la Septième Porte, le lieu où les Sartans ont recomposé la Terre en plusieurs mondes : quiconque y entre peut aussi bien créer des mondes que détruire ceux qui existent.

La dernière bataille pour le contrôle ou la sauvegarde de l’univers va être titanesque !

Le cycle des Portes de la Mort regorge de références à un grand nombre d’auteurs, surtout J. R. R. Tolkien. En effet, un personnage récurrent des Portes de la mort, un Sartan nommé Zifnab, apprécie particulièrement Gandalf, le personnage créé par J. R. R. Tolkien, dans Bilbo le Hobbit et repris dans Le Seigneur des anneaux. Zifnab reprend plusieurs de ses répliques, ce qui ne déplaît pas au lecteur 🙂

Et pour votre grand plaisir, voici quelques unes des phrases faisant référence à Gandalf du Seigneur des Anneaux :

« Pourquoi croyez-vous qu’il a été appelé Gandalf le Gris? Ce n’est pas pour la couleur de sa robe » ajouta sinistrement le dragon.
« Le fantôme du grand Gandalf » cria Zifnab.
« Gandalf a dit mieux ? »
« Il a donné l’expression la plus approfondie et significative, plus de puissance émotive. »
« Oui, bien sûr, il avait un pouvoir émotif, il a combattu et vaincu un Balrog »

Ainsi s’achève cet article, mais on se retrouve très bientôt. Et on aura l’occasion de se croiser à la septième porte afin de créer un nouveau monde plein de magie et de fantasy avec des nains et des elfes 😉

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. lou permalink
    8 décembre 2010 17:00

    bonjour,
    je cherche desesperement le 7ème tome des Portes de la mort, sauriez vous où le trouver ?
    merci d’avance !

  2. Lien Rag permalink*
    8 décembre 2010 18:07

    En effet, il a l’air épuisé partout. Tu peux le trouver d’occasion sur amazon, mais faut avoir envie de payer un poche 25€. Sinon il te reste les gros vendeurs d’occasion, genre Gibert à Paris, ou les bibliothèques. Ou alors le lire en anglais, mais ça demande une certaine aisance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :