Skip to content

Dans les airs avec Jason Reitman

29 janvier 2010

Un petit mot rapide pendant que c’est frais (et d’actualité) pour vous parler d’In the Air, le dernier film de Jason Reitman (Thank you for smoking, Juno), avec George Clooney, qui négocie l’approche de sa cinquantième année avec un charme fou. George a la classe, quand même, surtout quand il n’essaie pas de nous vendre des machines àcafé. Mais passons.

In the Air est un bon film. Pas un grand film, mais un bon film, et c’est déjà bien. Une vraie comédie, aussi, avec des éclats de rire collectifs. Mais ce n’est pas un de ces feel-good movies, je vous le dis tout net.

Ryan Bingham (le beau George) ne tient pas en place : son boulot, c’est d’aller de ville en ville, d’entreprise en entreprise, pour virer les gens à la place de leur patron. Il voyage plus de 300 jours par an, accumule les miles et fait des conférences pour apprendre aux gens à se débarrasser de tout ce qui les écrase : décoration, mobilier, maison, relations humaines. Ryan croit au mouvement perpétuel : vivre, c’est vivre  libre, c’est voyager léger. Voyager toujours. En réalité, Ryan n’a qu’un objectif : accumuler les miles, comme une performance.
Ryan n’a pas d’ami, et ne voit jamais sa famille, mais il ne ressent pas la solitude. Et il le dit à sa sœur, au beau milieu d’un aéroport : « I’m surrounded! » Quand il rencontre la belle Alex, il a trouvé son alter ego : ils se voient quand leurs plans de vol se croisent, et c’est très bien comme ça. Mais la révolution technologique est en marche, et son patron lui demande de former une petite nouvelle, qui a le projet changer leur méthode de travail : fini les voyages aux quatre coins des États-Unis, fini le contact humain aussi. Virer les gens par téléconférence, c’est tellement plus économique…
Ryan voit son mode de vie menacé par cette petite jeunette, mais finalement, est-ce une mauvaise chose ?


Ce film est léger comme les nuages qui flottent au-dessus de l’Amérique du Nord. Il n’a rien de pesant, rien d’artificiel non plus. Jason Reitman n’a pas besoin de recourir à des événements invraisemblables pour faire avancer l’histoire et les personnages, il n’emploie pas d’artifices narratifs : l’élément déclencheur ? Une restructuration de la méthode de travail suggérée par une jeune cadre fraîchement sortie de l’Université. Quoi de plus banal ? À tout point de vue, ce film est juste. Certes, la situation de départ n’est pas commune (j’espère vraiment que les patrons ne payent pas réellement quelqu’un pour faire le sale boulot à leur place). Mais une fois les personnages en place, tout se déroule assez simplement : pas de surprise, pas de révélation soudaine, pas de coup de théâtre. Pas de grosses ficelles. Les personnages évoluent en deux heures selon un processus qui semble naturel. Et comme dans la vie, ce n’est pas parce qu’on a mûri qu’on trouve soudain le bonheur.

Ce film m’a fait rire, c’est vrai. Certaines scènes tiennent véritablement du gag, et je n’étais pas la seule à rire de bon cœur. Les acteurs sont très bons, et voir danser George Clooney est une expérience qui vaut le déplacement, croyez-moi. Mais ce film ne m’a pas donné le sourire, finalement, et c’est sans doute aussi bien ; je n’ai rien appris non plus – c’est peut-être mon seul regret. In the Air, sous son apparence si légère, laisse une trace un peu amère, un peu grave, sans jamais se donner des airs de tragédie. Si la morale manque d’originalité, au fond (rien de nouveau depuis John Donne), le film a ce mérite, tous comptes faits assez rare, de poser des questions, et de provoquer des discussions qui vous permettront sans doute de mieux connaître les gens avec qui vous l’aurez vu, si vous ne les connaissez pas très bien, ou de les aimer un peu plus encore si vous étiez déjà très proches.
Je pense que c’est sans prétention mais avec beaucoup de justesse que Jason Reitman nous raconte simplement le parcours d’un homme capable de changer.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :