Skip to content

Les Tudors saison 10 : Elizabeth

23 janvier 2010

Ça se passe comme ça, chez les Tudors !

Vous êtes frustré parce que vous venez de perdre une quarantaine d’heures de votre existence pour mieux comprendre l’histoire anglaise, et que finalement la série se contente de traiter Henri VIII sans perspective historique ? Ne vous inquiétez pas, le Pub de la culture va vous aider :).

Bon, revenons-en à la grande famille des Tudors. Fin de la saison 4, Henri Rhys-Meyers finit par mourir après avoir pris une 5e et 6e femme (ceci est du Spoil Historique ^^).

  • Suite à cela, son fils Édouard VI (qu’il a eu avec Jeanne Seymour a.k.a. épouse#3 a.k.a. La nunuche après l’intrigante) prend le pouvoir, au moins en apparence car c’est surtout le régent Edward Seymour (le frère pas clair de la reine) qui prendra les décisions. Et qui finira décapité, comme il se doit en politique à cette époque. Quand Édouard meurt, il préfère destituer ses deux sœurs plutôt que de risquer que Marie-la-Catholique ne monte sur le trône, et y place une nièce d’Henri VIII : Jeanne Grey.
  • Jeanne Grey ne régnera pas longtemps, mais Michael Hirst aurait pu lui consacrer 2 ou 3 saisons des Tudors. Neuf jours après son accession au trône, Marie et ses partisans prennent le pouvoir, Jeanne est destituée puis décapitée, comme son mari qui n’avait rien demandé. Mais elle reviendra plus tard sous la forme du Phœnix Noir.
  • Marie-la-Catholique est à la tête de l’Angleterre. Il existe alors deux films qui compenseront la fin de la série télévisée. Elizabeth, en 1998, qui traite de l’accession au trône de la fille de Ann Boleyn a.k.a. épouse#2 a.k.a. la traînée intrigante, puis Elizabeth, l’âge d’or, en 2007, qui explique comment la reine a résisté à tous les dangers espagno-écossais.

Les deux films ont le même réalisateur, Shekhar Kapur, les mêmes acteurs principaux, ce qui contribue grandement à donner une cohérence aux deux films, et le même scénariste… … … Évidemment, vous l’aviez deviné, Michael Hirst, le scénariste des Tudors ! (Merci à Sablaetis pour avoir remarqué ça.)

Elizabeth traite donc de l’accession au pouvoir de la 2e fille d’Henri VIII, alors que sa sœur Marie est sur le trône, et les évènements qui vont suivre : alors que les catholiques du royaume font un peu la tronche, on la pousse à trouver un mari au plus vite. On verra pourquoi elle devient « la reine vierge ».
Le film a un peu vieilli. Les intérieurs font parfois un peu pauvre, le choix des acteurs est parfois malheureux (Marie Tudor est trop caricaturale, quant à Eric Cantona… :D), mais rien de grave. Si le film est historiquement intéressant, il souffre fortement d’un manque de choix éditorial clair. Le premier tiers ressemble à un n-ième film romantique anglais (avec un Joseph Fiennes mielleux et mou à baffer) ; le second tiers ressemble à film médiéval de série B avec pas mal d’incursions comiques ; le dernier tiers est un film dramatique un peu surjoué sur la difficulté d’exercer le pouvoir (sujet traité de façon bien plus efficace par le film Spiderman…).

Elizabeth, l’âge d’or a par contre plus de qualités. Le premier opus a certes essuyé les plâtres, mais il a posé les personnages et c’est donc agréablement qu’on les retrouve, sans remettre en cause leur légitimité. C’est un film qui bénéficie du bonus propre aux séries : l’attachement aux personnages.
L’intérêt historique du script est un peu plus limité, bien qu’il décrive comment Elizabeth arrive à se débarrasser de ses deux menaces : l’Espagne et la reine d’Écosse, prétendante au trône et favorite des catholiques européens, Marie Stuart. Ceci dit, on retrouve la patte de Hirst dans le scénario et dans les partis pris historiques. Comme dans Les Tudors, Elizabeth est toujours la victime, forcée de prendre des décisions difficiles par des ennemis toujours machiavéliques et démontrés coupables (les historiens ont des doutes ? Hirst tranche !).
Le film est beau, tant au niveau des costumes que des intérieurs, des extérieurs, etc. Certains points de vus sont superbes, mais on sent qu’ils ont été pensés pour être superbes, niveau spontanéité on repassera.
Donc film sympathique, mais clairement dans la lignée des Tudors, qui divertit mais n’est pas inoubliable.

.

Voilà, grâce à Michael Hirst, vous connaissez tout de la Maison Tudor, qui a fait passer l’Angleterre de Pays de nuisibles mineur à Pays de nuisibles les plus puissants d’Europe. Pour ceux qui voudraient aller plus loin, elle était précédée par la dynastie des Plantagenêts (oui, oui, des Français), puis fut suivie par la maison Stuart, via le fils de la Marie Stuart tuée par Elizabeth. Finalement, c’est l’Écosse qui règne sur l’Angleterre :D.

Publicités
8 commentaires leave one →
  1. Iwayado permalink
    23 janvier 2010 16:47

    Bon, je ne sais pas si c’était le but, mais tu m’as donné envie de les regarder, ces films :p

  2. Lib permalink
    23 janvier 2010 17:25

    Sur Elizabeth, je recommande quand même le vieux film avec Errol Flynn (qui joue Essex comme Joe Fiennes dans le film avec Cate Blanchett) et Bette Davis, qui s’appelle Elizabeth and Essex, je crois que que le titre français est un peu plus compliqué, mais je ne m’en souviens pas précisément.

    Le prochain billet, c’est Deux sœurs pour un roi, Lien Rag ? :o)

  3. Sablaetis permalink
    23 janvier 2010 18:01

    Les Tudors et les 2 Elizabeth ont au moins le mérite de donner un aperçu de cette phase de l’histoire anglaise pas trop ridicule. J’ai un peu plus de doutes sur Deux sœurs pour un roi : pas vu mais l’affiche m’a narguée quelques temps alors que je lisais un roman qui se passe approximativement à la même époque (j’y viens après) et ça avait l’air très « américain » comme vision de l’histoire…

    Sur l’époque des Plantagenêt, en roman, je conseillerais la série Le crépuscule des rois de Catherine Hermary-Vieille (3 bouquins). L’histoire est certes romancée et prend également position sur la manière dont Anne Boleyn parvient à devenir reine, etc… Mais ça se lit très bien et je me suis presque autant régalée qu’avec les Rois maudits de Druon.
    C. Hermary-Vieille a également écrit un roman, Lord James sur le seigneur qui a fait perdre la tête à Marie Stuart (au sens figuré, c’est bien sur Elizabeth qui lui a fait perdre la tête tout cours). Celui-là est moins sympa d’un point de vue historique mais présente néanmoins un minimum le coté écossais…

    • Lib permalink
      23 janvier 2010 18:14

      Deux soeurs pour un Roi, ça casse vraiment pas trois pattes à un canard… C’est même carrément pas terrible :p

      • Syracuse Cat permalink
        24 janvier 2010 21:09

        Je ne l’ai pas vu, mais je n’en ai pas entendu tellement de bien, en effet. D’où cette question existentielle : mais que diable sont allés faire là-dedans des gens comme Eric Bana, et surtout Scarlett Johanson et Natalie Portman, qui sont toutes les deux des actrices formidables ?

      • Lien Rag permalink*
        25 janvier 2010 09:13

        $ $ $

  4. Lib permalink
    24 janvier 2010 21:26

    Eric Bana avait besoin de refaire sa salle de bain avec spa et jacuzzi, Scarlett Johansson voulait se payer le tour de l’Asie, et Natalie Portman, finir de payer ses études de psy.
    Ou pas.

  5. Syracuse Cat permalink
    25 janvier 2010 09:29

    Oui, ça je me doute. Mais les trois d’un coup ? Oh. C’était peut-être l’heure de payer leurs impôts…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :