Skip to content

Le Concert – Radu Mihaileanu

8 novembre 2009

le-concertIl paraît que le cinéma est en crise. Il paraît que c’est à cause des méchants pirates (vilains, vilains pirates). Je ne sais pas. Personnellement, je n’ai pas la prétention de pouvoir analyser tout le phénomène, je m’interroge juste sur le fait que grâce aux multiplex, il faille se faire 20 minutes de transports, payer le parking si on n’est pas un heureux parisien, être traité comme du bétail, avoir 20 à 30 minutes de pub (pas de bande annonce, la même pub que sur TF1 mais avant le film au lieu du milieu), dans une salle surexploitée, qui sent la sueur et le popcorn sur le sol, et tout ça pour plus de 10€. Oui, je m’interroge sur le fait que les gens désertent le cinéma dans ces conditions. Et je ne parle pas de la qualité générale des films, parce que malgré tout ils trouvent leur public…*

Tout ça pour quoi me direz-vous ? Eh bien, étant récemment revenu dans une grande ville de banlieue, j’en redécouvre régulièrement la qualité de vie, avec depuis peu le cinéma. Pas de pub, deux bandes-annonces au plus, pour un coût de 5€. Et à 5 minutes de chez moi. Quand j’étais plus jeune, j’avais la ferme du buisson qui avait des conditions similaires. Dans ce cas, bizarrement, on est beaucoup plus enclin à aller au cinéma. Et bizarrement, en voyant une bande annonce pour un film qui semble intéressant, on a beaucoup moins d’hésitation à se déplacer juste pour voir. C’est comme ça qu’avant Micmacs à tire-larigots, j’ai vu la bande-annonce pour Le Concert ; ça m’a paru intéressant, j’y suis allé… …et finalement c’est mon meilleur film 2009…

~*°*~

Andrei Filipov, chef d’orchestre du Bolchoï, a été désavoué il y a trente ans pour avoir refusé d’exclure les musiciens juifs de son groupe. Ajourd’hui homme de ménage, il tombe sur un fax invitant le nouvel orchestre à jouer à Paris, au théatre du châtelet.  Il le subtilise et décide d’y aller à la place, avec ses amis musiciens, eux aussi au placard depuis plusieurs dizaines d’années.
Nous suivons donc les pérégrinations burlesques de cette cinquantaine de bras-cassés qui veut jouer à Paris, avec une touche d’émotion sur la fin, avec les liens mystérieux qui unissent Filipov et la jeune soliste française qu’il a exigée, Anne-Marie Jacquet.

le_concert_10Avant toute chose, si la bande annonce m’avait rendu le film intéressant, je ne m’étais pas rendu compte à quel point il était drôle. Du début à la fin, les gags s’enchainent et la salle s’esclaffe. C’est du burlesque, qui joue souvent sur les situations absurdes liées au décalage URSS/Russie ou Russie/France ; l’humour, même si au premier degré, est donc assez fin, et surtout assez rare pour vraiment apporter quelque chose de nouveau par rapport aux comédies françaises toutes construites sur les mêmes principes. Pour le peu que j’en ai vu, ça m’a rappelé Kusturica. Quoi qu’il en soit, une bonne poilade, et un réservoir de scènes et de répliques cultes.

L’ancien du KGB : A cette élection, nous avions fait 100% ; tout un peuple dans un même objectif.
Le cadre du PCF, ému : 100%… Incroyable ! Personne n’a jamais fait mieux !

le_concert_16Le film est réalisé par Radu Mihaileanu, qui a notamment fait le superbe « Va, vis et deviens« , que vous devez avoir vu. Parmi les acteurs connus, Mélanie Laurent, toujours aussi juste dans la sensibilité, et que vous avez normalement découvert dans « Je vais bien ne t’en fais pas« , en même temps que le groupe Aaron (si ce n’est pas le cas, il est impératif de rattraper ce retard) ; sinon, François Berléand, égal à lui-même, Miou², et plusieurs seconds rôles bien sentis (Je pense notamment au trou normand ^^).

Anecdote intéressante, il y a effectivement eu un « faux orchestre du Bolchoï » qui s’est déplacé à Pékin en 2001 – de même que Brejnev a réellement demandé de virer des juifs du Bolchoï, ce à quoi le chef d’orchestre s’est opposé…

A noter également, la fin – le moment émotion – est illustrée par le fameux Concerto pour violon et orchestre de Tchaïkovski, a peine raccourci (bon, ça vaut pas certains compositeurs baroques allemands, mais c’est toujours mieux que les italiens…). Même si ça ne vaut pas un concert live, la sono d’un cinéma c’est quand même incomparablement mieux que ce que Deezer et votre PC peut restituer ^^.

concert

Je l’ai vu le jour de sa sortie, et depuis les critiques sont plutôt bonnes, sauf l’Humanité, on se demande pourquoi ^^, et Télérama, mais c’est normal c’est Télérama. En tous cas n’hésitez pas à aller le voir, il est vraiment drôle et rafraichissant, et vraiment original par rapport aux films que l’on peut habituellement voir en France.

le_concert_haut .


*D’ailleurs, je voudrais porter une mention spéciale au Gaumont de Disney, qui prend vraiment les gens pour des cons. Outre le parking « gratuit pour ceux qui vont au cinéma » (mais seulement les deux premières heures), le plus beau c’est la salle Imax, qu’ils font payer plus cher, et dans laquelle ils font passer des films normaux (alors qu’il existe des copies Imax de ces mêmes films) ; pour toute information, une affichette en A4 à l’entrée de la salle. Enjoy.

 

Publicités
17 commentaires leave one →
  1. Syracuse Cat permalink
    8 novembre 2009 11:56

    Hm, moi la bande-annonce ne m’avait pas tellement donné envie : si tu veux me convaincre, dis-moi que, je te cite, « les liens mystérieux qui unissent Filipov et la jeune soliste française qu’il a exigée, Anne-Marie Jacquet » ne sont pas aussi évidents que ce que laisse penser la bande-annonce, parce que ça m’a l’air gros comme une maison, là… Si le film est plus fin que ça, je me laisserai peut-être tenter.

  2. 8 novembre 2009 13:16

    La bande m’annonce m’avait terriblement donné envie de le voir, mais alors si tu considère ça comme ton meilleur film 2009 je vais vite me laisser tenter. Même si comme Syracuse Cat, j’espère que les liens entre les personnages sont quand même plus recherchés que ça.

    Ps : La ferme du buisson ? A Noisiel ? A Marne La vallée ?
    (J’y allais aussi, avant… souvent, avec le lycée ! )

  3. Lien Rag permalink*
    8 novembre 2009 15:13

    Non, A.M.Jacquet n’est pas la fille de Filipov ; ceci dit, ce n’est pas extrêmement plus complexe, mais ce n’est pas vraiment le propos du film. Comme je l’ai dit, la bande-annonce ne rend pas assez bien qu’il s’agit d’une comédie (burlesque, c’est important). La partie « mystérieuse » est une partie infime du film, plutôt une introduction à la partie « émotion », qui elle aussi est une petite partie du film : le dernier quart d’heure, le fameux concert justement, parce que bon, Tchaikovski ça se marie plus avec l’émotion qu’avec le burlesque.

    Certains critiques (ou spectateurs) ont reproché cette partie émotion (certes les deux flash-back sont un peu classiques) au réalisateur. « Gna gna, il part dans tous les sens, gna gna gna ». Personnellement, je trouve que ce petit aparte est bien introduit et ne jure pas – et comme je l’ai dit, ça met en valeur la musique de Tchaikovski. Ça permet également de rompre la monotonie de la comédie pendant un petit moment – habituellement, soit ça s’essouffle un peu ou ça fait « trop », soit il y a une problématique ou une partie aventure pas toujours bienvenues. Là ils ont choisi une petite partie émotion, que je trouve pas mal, d’où le classement en « comédie dramatique », appellation typiquement française et un peu maladroite.
    Le risque c’est de trouver ça gnan-gnan, et c’est clair que ce n’est pas un twist-ending, mais ce n’est pas LE sujet du film, juste la partie solide qui donne du contenu au film volage.

    Et effectivement, la ferme du buisson de Noisiel 🙂

  4. Oh Boy permalink
    9 novembre 2009 22:22

    Voilà quelques temps que je suis ce blog avec beaucoup d’intérêt, en particulier parce que je me reconnais à fond dans les goûts des divers rédacteurs (enfin sauf pour les BD et jeux vidéos, mais s’il-vous-plaît, ce n’est pas parce que je ne suis pas une geek que je suis hors jeu d’entrée de jeu, hein…?)
    Je me disais parfois que j’aurais envie d’apporter un commentaire à quelques articles, sans avoir jamais osé. Et puis voilà, en discutant des enjeux d’internet autour de moi j’ai compris que tout l’intérêt de l’espace commentaires des blogs est de pouvoir exprimer un avis différent de l’auteur du post, quand bien même il serait complètement subjectif. Donc… je me lance pour ce film, et je préviens d’avance, 1. je ne sais pas faire court, 2. mon opinion est tout ce qu’il y a de plus subjective et donc partiale.

    Contrairement à Lien Rag, j’ai été assez déçue par le film – non pas que la bande annonce, que j’ai trouvée certes hilarante, m’ait donné une idée trompeuse de la teneur du film – mais parce que j’avais adoré ‘Va, vis et deviens’, que j’avais trouvé très fin et juste.
    Bon je passe rapidement sur le fait que Mélanie Laurent est à mon goût bien fade et artificielle. Je l’avais trouvée épatante dans ‘Je vais bien ne t’en fais pas’, mais absolument insupportable dans les films suivants. Elle se rattrape un peu ici, tout particulièrement lorsqu’elle se ferme et devient intraitable sur sa décision, ou lors de la scène finale. Je me suis dit qu’elle est décidément bien meilleure dans des rôles ‘durs’, sauf que dans Inglorious Bastards, je ne l’avais vraiment pas trouvée convaincante.

    Bref non, ce qui m’a déçue dans ce film, c’est que je n’ai pas du tout réussi à accrocher au côté délibérément burlesque adopté par le réalisateur. J’ai accordé beaucoup plus d’importance à la trame de fond, à l’idée de base qui tient le film et qui pour moi est à la fois extrêmement bien trouvée, tournée et menée jusqu’au dénouement: cette histoire de chef d’orchestre illustre réduit à une condition misérable à cause de la politique ‘anti-cosmopolite’ de Brejnev, qui décide de jouer le tout pour le tout en se faisant passer pour qui il n’est pas mais qu’il était. Je n’ai pas trouvé le côté émotionnel pesant ou exagéré – je n’ai même pas envisagé cela en termes d’émotion ou mélodrame ou je ne sais quoi encore.
    Pour moi cette idée de base était précieuse parce que touchant à une bien triste réalité de l’époque soviétique, et je trouvais justement que la mise en scène nous épargnait un pathos souvent mal venu. J’avoue aussi que ce concerto pour violon et orchestre de Tchaikovski m’est cher et que j’ai été enthousiasmée par l’idée d’en faire un peu le fil directeur du film – la scène finale est de ce point de vue fort appréciable, et, effectivement, la qualité de son d’une salle de multiplex incomparablement meilleure aux enceintes de mon ordi.

    Bref là où je n’ai pas pu m’empêcher de hurler c’est devant cette accumulation de clichés les plus grotesques et caricaturaux de la Russie, des Russes et de la soi-disante âme slave. Je pourrais me lancer dans la liste accablante des détails amoncelés au cours du film, mais ce serait vain et cela ne ferait qu’augmenter mon exaspération. Toujours est-il qu’aucune démarche ne justifie cela à mon sens.
    Je suis consciente que je ne réagis aussi fortement que parce que c’est un sujet auquel je suis sensible, une réflexion que je m’efforce de mener depuis un certain séjour en Russie il y a presque deux ans… sans réussir à la faire aboutir. Mais pour le dire en deux mots, je suis effarée de voir que toute relation de la Russie avec le reste du monde, quel que soit le domaine, le commerce, la politique, la culture ou je ne sais quoi encore, est systématiquement contaminée par un nuage opaque de clichés ou préjugés qui nuisent considérablement au dialogue, à la communication et à la compréhension mutuelle. Je n’incrimine ni les uns, ni les autres, et je suis assez persuadée que les Russes jouent largement sur cette tendance. Mais du coup c’est vrai que quand je constate que personne ne trouve à redire sur ce film de ce point de vue, je me sens effarée et bien seule.

    Bon désolée, ceci n’a pas grand chose à voir avec ‘la culture’ à proprement parler, à moins d’argumenter avec une bonne dose de mauvaise foi que ce film encourage les échanges culturels (et encore ‘échange culturel’ fait davantage politique que ‘culture’).
    Je terminerai pourtant en ébauchant un commentaire sur ce genre de thème: après l’Affaire Farewell récemment, voici un deuxième film qui traite de la Russie et donne une large part au russe et aux Russes, je veux dire à la langue et aux acteurs. Je ne peux m’empêcher de trouver encourageant que le cinéma russe contemporain, certes à travers ses acteurs pour la majeure partie, sorte enfin de sa réclusion et se diffuse à l’extérieur de l’espace russophone exclusivement. Et en disant cela j’entends bien la diffusion ‘de masse’, et pas la diffusion confidentielle de quelques réalisateurs intellectuels auprès d’une poignée d’érudits, pour la plupart universitaires ou nostalgiques de Tarkovski.
    (A ceux qui mentionneront Nikita Mikhalkov et ‘Soleil Trompeur’ ou ‘Le Barbier de Sibérie’, je répondrai que j’ai tendance à considérer que ‘contemporain’, pour le cinéma russe, c’est justement après ces blockbusters qui ont relancé l’économie en crise de cette industrie.)

    Dernière critique et je cours me planquer pour éviter les divers projectiles et accusations de ceux qui pensent que je me la pète et que je suis ultra prétentieuse (mais vrai, cette histoire de clichés et le cinéma russe, ce sont un peu mes ‘bébés’, je ne pouvais pas ne pas intervenir): ce serait bien que dans le prochain film qui fait intervenir des dialogues en russe tous les acteurs qui interprètent un personnage russe soient effectivement russes ou russophones… Aussi bien dans L’Affaire Farewell que dans Le Concert, j’ai eu l’oreille parfois salement écorchée par un russe plus qu’approximatif.

    Ok, ok, je me tais :s

    • Lien Rag permalink*
      10 novembre 2009 10:12

      Merci pour ce commentaire intéressant.
      D’abord pour répondre à la partie plus technique, OUI, commenter les articles c’est important, déjà pour lancer un débat, ce qui est quand même l’intérêt de ce blog, et également parce que sans commentaires, les rédacteurs se démotivent un peu, et le nombre d’articles diminue fortement – ce qui arrive un peu en ce moment ^^.

      Pour répondre à ton commentaire, je suis plutôt d’accord avec toi sur tes critiques. Après, la question est le poids qu’on leur accorde, ainsi qu’au points positifs, et ça ça dépend de chaque individu. En considérant les mêmes + et les mêmes -, là où à la fin je dis « c’est génial », tu diras « c’est naze » parce qu’on n’a pas les mêmes sensibilités sur les mêmes sujets.
      Mais en effet toutes tes critiques, pour celles que je peux juger -car je n’ai pas vu Inglorous Bastard, honte sur moi, mais pour ma défense, cf. le § sur les cinémas- sont recevables.
      Le plus gros de tes critiques tient sur les clichés, et c’est vrai que ce film en est bourré. Moi ça ne m’a pas dérangé parce que j’ai pris ça comme une comédie burlesque, qui ne se veut ni le reflet de la réalité ni de la propagande. Sur allociné, ceux qui se plaignent du cliché « juif attiré par l’argent » oublient qu’il s’agit seulement d’un des personnages juifs, et que Sacha (un des rôles principaux) comme le couple d’amis disparus sont également juifs, et eux sont des personnages tout à fait normaux. C’est vrai, les tziganes et les russes sont également sujets aux clichés, mais là encore je n’ai pas trouvé ça agressif, et comme je l’ai dit ça m’a rappelé Kusturica.
      Et tous les personnages « parodiés » ont leur moment où ils sont fondamentalement humains, comme si Mihaileanu voulait insister sur le fait que le cliché n’est qu’une façade, que les personnages peuvent dépasser quand ils le souhaitent…

      Donc, si je suis fondamentalement d’accord avec toi, moi ça ne m’a pas choqué, parce que c’est de la comédie, et que toutes les comédies françaises, américaines, comme la commedia dell’arte, comme le théâtre antique romain, jouaient sur les clichés et les exagérations pour faire rire.
      Mais je comprends que ça puisse exaspérer ^^

  5. Oh Boy permalink
    10 novembre 2009 11:27

    A mon tour donc de préciser ce que j’aurais du dire d’emblée, j’étais aussi au fond d’accord avec l’ensemble de ton article. Après à mon habitude j’y ai été trop fort, et je me dis que je donne un parfait exemple de ‘déformation professionnelle’. Parce que je ne suis pas aussi ‘pince sans rire’ d’ordinaire, et je suis tout à fait capable de rire des clichés et de la caricature d’un certain groupe de gens. J’aurais sans doute du exprimer mon propos sous la forme d’une interrogation / remise en cause: en lisant ton article je m’étais davantage dit ‘tiens c’est surprenant, mais pourquoi donc suis-je tellement incapable de rire de ce parti pris?’ plutôt que ‘ce mec est naze et n’a rien compris au film’ – loin, très loin de là.
    Je m’étais aussi fait la réflexion que le film a quelques similitudes avec l’atmosphère d’un film de Kusturica. Sans avoir pu m’empêcher d’ajouter que ça passe beaucoup mieux à mon goût chez ce dernier…
    Pour résumer, j’y ai été de façon un peu violente, mais je voulais juste essayer de ‘suggérer’ (!) que le côté burlesque et le jeu sur la caricature peuvent ne pas plaire autant que tu le disais.

    Quant au paragraphe sur les conditions abusives dans lesquelles le public ‘lambda’ (cad non gratifié d’une carte imaginR ou des moyens de se payer une carte UGC illimitée…) doit subir les projections de film, je ne peux m’empêcher d’approuver à 200%.
    Quelques remarques: je connais beaucoup de personnes qui continueront à payer plus de 10€ leur entrée parce qu’entre voir un film sur grand écran et le télécharger sur ordi, il y a un écart de qualité difficile à franchir quand on est fana de belles scènes. J’en connais même qui sont prêts à faire une heure et demie de transport aller puis retour pour être dans une de ces salles équipées de la nouvelle technologie machin chose image et son….
    Ensuite j’en connais qui accordent autant d’importance aux bandes annonces qu’au film en lui-même, et je me fais régulièrement agonir d’injures quand je suggère qu’on peut prendre une marge de 15 min si l’on sait que la salle sera à moitié vide, histoire de préserver un peu mon capital auditif et visuel…
    Tout ça pour dire que les compagnies de cinéma jouent à fond sur cette addiction de certains. Je serais tentée de lancer une interrogation en l’air et de me demander si UGC et Gaumont ont la même politique d’entente au niveau des prix que les compagnies de téléphonie mobile – compte tenu de l’augmentation en flèche du coût des places ces dernières années, cela ne me surprendrait guère.
    Mais surtout, surtout, voici ce que je voulais dire: j’habite également en banlieue, à cinq minutes d’un cinéma qui présente tous les avantages que tu décris. J’en profite dès que je peux, cad en particulier dès que je vais au cinéma seule, parce que je ne me vois pas traîner mes amis parisiens en ‘banlieue’ pour aller au cinéma. Mais pour moi ces cinémas de banlieue feront un énorme pas en avant le jour où ils se décideront à projeter autre chose que de la VF, ce qui réduit l’éventail de films que je peux voir à ceux qui sont des productions françaises.
    (Je me vois bien faire un plaidoyer enflammé en faveur des VO et de leurs vertus éducatives, parce que cela reste une des méthodes les plus plaisantes pour se familiariser avec les langues étrangères… mais trop souvent on m’a répondu que le public moins éduqué des banlieues n’a pas une vitesse de lecture suffisante pour suivre tout un film en lisant des sous-titres >< Nivellement par le bas…)

    Et pour conclure, message à destination de tous les rédacteurs de ce blog: ne perdez pas votre motivation et continuez de nous faire partager vos coups de coeur et coups de gueule. Ce blog est un régal, la qualité de la langue un pur bonheur et bien rafraîchissante face au courant 'internet c'est fait pour se lâcher'. Les articles sont tous d'une excellente qualité et suffisamment diversifiés pour que chacun s'y retrouve, et cela fait tellement de bien de se dire que certains irréductibles continuent de penser que le mot 'culture' a un sens, et un sens fort positif.
    D'ailleurs, pourquoi les articles mis en ligne ne sont-ils plus annoncés sur le groupe Facebook du blog…?

    • Lib permalink
      12 novembre 2009 13:19

      Pour répondre à ta dernière question, Oh Boy : c’est moi qui suis en charge de poster les liens vers les derniers articles sur Facebook. Or, j’étais en vacances en Italie ces derniers temps (billet à venir…), je n’ai donc pas eu le temps de m’en occuper. Mais ça va revenir !

      • Oh Boy permalink
        15 novembre 2009 10:41

        Je viens de voir ça, merci! ^^
        Est-ce parce que je ne supporte absolument pas d’être coupée d’internet pendant plus de 24h ou parce que tous les derniers articles sont vraiment bons, mais je viens de passer un fort agréable moment à lire toutes les dernières nouveautés… qui me donnent très envie, au choix, de prendre le premier train pour Verone, d’écouter en boucle Kwoon, ou peut-être même de tenter de m’initier aux BDs 😉
        Merci encore donc!

      • Lien Rag permalink*
        16 novembre 2009 11:03

        Les BDs, c’est le bien ^^

      • Oh Boy permalink
        17 novembre 2009 08:47

        Aaaah, mais c’est pour ça que je n’ai jamais lu de BDs alors!! 😀 … Hum. Pardon, c’était trop tentant, j’ai pas pu résister.

        Plus sérieusement, je suis sensée être incollable d’ici… très très vite sur un certain nombre d’éminents représentants de la ‘pensée contemporaine française’ (non, ne me demandez pas ce que c’est, j’ai toujours pas compris), et dans la liste qu’on m’a refilée hier il y a un étrange ovni, le mot ‘Bande dessinée’, que représente euh, oui c’est ça, Kris. Un scénariste je crois. Inventeur de je sais plus quel concept, la fiction politique ou quelque chose comme ça.

        Donc il va vraiment falloir que je me mette à la BD, pour avoir une idée de ce que ce monsieur fait. Quelqu’un pourrait me suggérer un titre dans les oeuvres qu’il a publiées, et quelques repères pour savoir où il se situe dans cet univers? Je ne vous demande pas de m’expliquer en quoi il représente la pensée française contemporaine, ça c’est mon boulot ^^

        Merci d’avance!

      • Lien Rag permalink*
        17 novembre 2009 09:24

        Ce garçon est un inconnu, et le plus gros de ses titres est tout récent (2008/2009). Quant à la « politic-fantasy » je demande à voir. Mais je suppose que c’est le résumé un peu trop naïf de Delcourt qui m’a agacé.
        http://www.bedetheque.com/auteur-5286-BD-Kris.html

      • Oh Boy permalink
        17 novembre 2009 12:48

        Arrrrgh. Je sais pas qui est Delcourt, mais sa description n’est pas seulement naïve, elle est surtout imbitable. ‘Tout va alors très vite, ce soir d’été-là, Kris SAIT’… Oh boy.

        Bien, je suppose que je découvrirai bientôt que comme bon nombre de personnes dans cette sacrosainte liste (dont un photographe italien qui n’est donc ni français, ni homme de lettres) c’est parce qu’il a des ‘relations’ qu’il a pu accéder à ce panthéon des représentants de la pensée contemporaine française… Du reste c’est aussi parce que j’ai des relations que je fais ce genre de boulot à la noix. ><

        Puisque c'est comme ça je prends ma pause déjeuner et je file à la FNAC lire le dernier Zep.

  6. Oh Boy permalink
    10 novembre 2009 12:05

    Je ne peux m’empêcher de revenir ajouter quelques mots après m’être baladée sur les autres récents articles publiés ici… et tout particulièrement le tien, Lien Rag, sur le film de Jeunet.
    Cette phrase m’a sauté aux yeux, et pas qu’à moi d’ailleurs: ‘la fantaisie est l’antithèse du sérieux, et mêler les deux est étrange.’ Ofboir a parfaitement fait remarquer que parfois, mêler les deux est au contraire le meilleur moyen de faire passer le message.
    Mais j’ai eu exactement la même impression avec le film de Radu Mihaileanu que toi avec le film de Jeunet (que je n’ai pas vu, mais je vais sans doute finir par y aller) – même si dans Le Concert il ne s’agit guère d’une dénonciation, juste d’une trame de fond sérieuse et ‘historique’, le mot est maladroit.
    D’où la question… pourquoi parfois ça passe, d’autres fois pas du tout?

    • Lien Rag permalink*
      10 novembre 2009 14:39

      Je pense que ça dépend de plein de choses, toutes plus ou moins subjectives (sensibilité au sujet, niveau des blagues, ce à quoi on s’attendait) voire carrément hors sujet (son humeur ce soir là ^^ ).

      Pas mieux comme explication 🙂 .

  7. 11 novembre 2009 15:34

    Je suis allé voir le film samedi soir, donc lors de la première semaine du film dans justement un grand multiplex parisien… La salle était comble et les retardataires ne pouvaient guère trouver des sièges libres… Il y avait donc des personnes assises sur les marches. La séance commence, les 15 minutes de pub, qui passent vite si on discute avec son voisin.

    Bref, le film et l’histoire débute. J’avais lu le synopsis avant d’y aller sans être particulièrement convaincu mais bon c’était plutôt pour être avec mes amis que j’étais là. Et là ô stupeur le film n’est pas du tout barbant ni longuet comme je m’y attendais mais réellement drôle. On ne perd jamais le fil, je ris, la salle aussi. Le concerto de Tchaikovsky est magnifique (je l’écoute sans cesse depuis) et laisse transparaître une immense émotion avec la fin du film. Les petites piques sur la France et la Russie sont nombreuses et drôles et ne laissent pas le spectateur de marbre. Pas étonnant que L’Humanité n’ait pas appréciée ! J’ai vraiment passé un super moment, je ne me suis pas ennuyé et la salle a applaudi à la fin du film et beaucoup de gens avaient l’air décidé à ne pas bouger ! ^^
    Un film à aller voir, vous ne le regretterez pas !

  8. stef808 permalink
    20 décembre 2009 13:55

    « ton meilleur film de 2009 » c’est peut-être un peu trop, nan ? 😉 Mais c’est vrai qu’il est délicieux !

    Je l’ai vu hier soir et je me suis dit que j’allais écrire un tit article, heureusement que j’ai checké et j’ai trouvé ton article !

    A propos des multiplex, je suis complètement d’accord ; je vous recommande le Luxy ( http://www.ivry94.fr/culture/cinema-le-luxy/ ), cinéma municipal d’Ivry avec des prix et une programmation forts sympathiques ! 😀

    • Lien Rag permalink*
      21 décembre 2009 08:11

      Ben t’as vu le niveau de 2009 aussi 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :