Skip to content

Le clan des divorcées

7 novembre 2009
by

Et c’est là où les méchants mettent une pâtée monumentale aux spartiates en jupettes de cimage_jpguir, le méchant plein de piercings lève le bras et … euh, non, c’est pas 300 le sujet du jour.

Pour une fois, je vais vous parler théâtre (pas que ce ne soit pas un thème abordé ici, mais pour le peu que j’y vais…). Et pas de n’importe quelle pièce … Alors, comme je le disais, Playne au théâtre – c’est rare. Très. Pas que j’aime pas, mais pour une raison obscure qui laisse encore tous les scientifiques qui se sont penchés sur la question perplexes, ça n’arrive pas souvent.

Je vous épargne le processus long, tortureux, et compliqué qui a aboutit au fait que je me suis retrouvée la semaine passée dans un théâtre à Gaité.

Ah oui, je préviens tout de suite, pour ceux auxquels le mot théâtre évoque les auteurs classiques, des plaintes tragiques, de grands effets de scène … passez à l’article suivant du blog fissa !

Ali Vardal réussit avec brio le pari de se faire bidonner toute une salle pendant deux heures, sans interruption ! J’en suis sortie avec des crampes au ventre, les joues douloureuses … pas la peine de vous faire un dessin, j’ai franchement beaucoup ri.

Pour camper rapidement l’histoire et les personnages :

Stéphanie du Milhy de Malampris (et si ça ne s’écrit pas comme ça, voilà bien la preuve qu’elle a un nom à coucher dehors !) a quitté son éleveur de mari et retourne à Paris reprendre sa vie d’aristocrate abandonnée au profit du fromage de chèvres et d’un homme aux cheveux longs il y a 5 ans. Comme vous le savez sans doute, un divorce c’est jamais super rigolo, et Stéphanie se cherche donc des colocataires pour partager son grand appartement rue Lecourbe.

Débarque alors Brigitte, tout droit débarquée de Tarbes. Un peu … brute de décoffrage. Brigitte a un look absolument fabuleux, élégant, sexy, …féminin. Le personnage est interprété par l’auteur ! Rien que le look fait ricaner la salle. Fraichement divorcée également, la douce Brigitte s’installe donc avec notre aristocrate.

A ce duo de choc vient s’ajouter la blonde, légèrement décervelée,super sexy… bimbo brittish Mary Bybowl. Divorcée d’un (on suppose) n-ième mari, elle s’installe avec nos deux autres colocs.

La première partie m’a vue tomber de ma chaise : les trois femmes parlent de leurs expériences avec leurs ex-maris, ce qui les énerve le plus chez les hommes (passage absolument mémorable sur la lunette des toilettes) et un peu de leur célibat (plus moins actif pour certaines …).

Après avoir entendu une annonce des plus démoralisantes à la radio, le trio de choc décide de reprendre sa vie sentimentale en main … par le biais des petites annonces. Une sélection téléphonique complexe s’ensuit et le nombre de gags (visuels ou non) augmente à la minute.

J’ai trouvé le personnage de Brigitte, ex-jokette dont le poney s’est pendu de désespoir, absolument hilarant. Jouer aux côtés  de l’auteur et d’un personnage si haut en couleurs ne doit pas s’avérer facile pour les deux autres actrices, mais elles tirent remarquablement bien leur épingle du jeu… Stéphanie l’aristocrate est gratinée à souhait, névrosée, nerveuse, emperlouzée à l’envi et fait mouche avec son accent 16e et son collier de perles. Mary la bimbo est également très bien campée (et transforme instantanément tous les hommes de la salle en loups de Tex Avery), niaise comme il le faut, la bouche poulpy-le-poulpe plaquée sur son visage dès qu’il s’agit de dire autre chose que « miaaaou ».

On ne voit absolument pas passer le temps, j’ai eu l’impression d’être arrivée au bout de 20 minutes à la fin de la représentation, et le pari est réussi. On sort souriant, avec les abdominaux et les maxillaires en feu.

Au delà de l’aspect purement comique de la pièce, on peut retrouver un discours très lié au phénomène Bridget Jones. Un nouveau regard sur les trentenaires, surtout les divorcées … qui savent rire de leur situation, et qui prennent les choses en main pour se sortir du bourbier sentimental dans lequel elles sont fourrées, à grand renforts de mantras « un pigeon, du pognon », « D comme … ».

Je ne vais pas vous faire d’alerte spoiler, juste vous recommander chaudement cette pièce, et vous dire qu’elle passe au théâtre Rive Gauche juste à côté de Montparnasse, et que les places ne sont pas trop chères … (dans le genre suggestions subliminales !)

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. Jerry Khan permalink
    7 novembre 2009 08:55

    Mouiais … étant dans le même cas que toi (je vais rarement au théatre, mais c’est pas parce que j’aime pas ça) je me laisserais bien tenter en te faisant confiance … sauf que la vague Bridget Jones ne m’a jamais vraiment touché :/
    Bref, merci du conseil, j’irais voir si je trouve quelqu’un de motivé pour y aller^^

  2. 7 novembre 2009 12:11

    Tout d’abord un petit conseil d’ordre pratique, si vous y allez, allez voir la distribution Avec Ali Vardal, qui est infiniment plus drôle que celle avec Eric Collado en Brigitte (Vous éviterez notamment une Mary Bybowl, juste énervante et sur-jouée !) Sinon passé ce point, je ne peux que m’adjoindre -j’aime bien m’adjoindre aux gens- à Playne et vous recommander vivement –très vivement même- de courir pour aller voir cette pièce.

    Je me suis bidonné pendant deux heures et qu’elles parlent des hommes ou de Clermont Ferrand By Night, c’est juste énorme. On ressort de là gavé de bonne humeur!

  3. Lien Rag permalink*
    10 novembre 2009 14:36

    A titre personnel, 25 à 35€, je trouve ça cher (oui je sais, comparé aux autres pièces…). Par, je viens de vérifier, et même si plus le temps passe, moins les gens sont concernés par cette offre, mais le Théâtre rive gauche fait la formule place à 10€ pour les moins de 26 ans. Et 18€ pour les étudiants, même si habituellement on n’est plus étudiant avant d’avoir plus de 26 ans, il y a des gens pour qui c’est le contraire, pas loin d’ici d’ailleurs 😉

    Par contre, je viens de voir que la dernière de cette pièce est le 3 janvier, ce n’est pas très loin !

    Au fait, notez que grace à cette offre Place à 10€, vous pourrez aller voir le superbe spectacle du roi lion, catégorie 1, au lieu de 90 à 150€… Enjoy 🙂

    • Playne permalink
      12 novembre 2009 11:34

      Sentirais-je une once de taquinerie ? 😉

      Pour les places de théâtre, je dois dire que je ne suis pas trop au courant des prix du marché, en même temps je reste aux prix étudiants …

      Je ne savais pas du tout que la dernière arrive à grands pas ! Pour ce que j’en ai compris ça fait assez longtemps que la pièce se joue, les bonnes choses ont une fin je suppose ! 😦

      • Lien Rag permalink*
        12 novembre 2009 14:23

        Taquinerie ? Pas – du – tout ! 😀

        Faut être réaliste, 30€ ce n’est pas très cher comparé aux 150 du roi lion par exemple. Mais quand on est habitué au prix du cinéma, c’est un budget inattendu. Et comme j’étais étudiant il n’y a pas si longtemps que ça, j’en ai gardé quelques réflexes.
        Donc la place à 10 c’est clairement quelquechose qui m’a rammené (un peu) au théâtre, et je crois que c’était le but de l’opération.

        Concernant la pièce, même si elle s’arrête, il n’est pas inenvisageable qu’il y ait une « saison 2 » un peu plus tard. Mais il faut comprendre ces pauvres acteurs qui jouent tous les soirs le même rôle depuis tant de mois ^^.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :