Skip to content

Watchmen – Alan Moore

19 octobre 2009

watchmen-6Si on devait simplifier un tout petit peu, les Japonais ont le manga, les Américains les comics, et les Européens ont Tintin (heu, la BD cartonnée, dont la plus grosse influence a sans doute été la ligne franco-belge). Et pour rentrer dans le détail, le comics américain est composé de deux principales familles : Marvel, qui a la plupart des héros cool (les X-men, Spiderman malgré tout, Iron Man, et surtout Namor ^^) ; DC Comics, qui a Batman, et la plupart des héros ringards (Superman, Flash, ou la connasse avec son lasso – ah oui, Wonder Woman). Et il y a quelques électrons libres : Alan Moore (Watchmen, V for Vendetta, la ligue des gentlemen extraordinaires, Constantine), Franck Miller -qui est un facho btw- (Sin City, 300, Dark knight returns – mais rien à voir avec celui de Nolan), et dans une certaine mesure Neil Gaiman, mais il faudrait que je finisse son article un jour 🙂 . Là vous vous demandez où je veux en venir. Eh bien vous remarquerez que sur toutes les œuvres citées, vous en connaissez au moins les 3/4 (certes parce qu’elles ont été adaptées). Mais elles ont été adaptées parce qu’elles ont marqué le public américain et international par la maturité et la finesse du scénario. Et là je vais vous présenter LA référence des références, Watchmen !

Click click !

Click click !

Watchmen, paru en 86/87, est une uchronie légère. Dans les années 40, quelques allumés se costument pour combattre le crime. Ce ne sont que des humains normaux, bien entendu, et assez rapidement ils dissoudront le groupe qu’ils avaient créé, les minutemen. En 1966, une seconde génération de « héros » se réunit mais n’arrive même pas à s’unifier. Et finalement, en 1977, après une grève de la police qui rejette cette « concurrence », un amendement passe qui interdit les justiciers masqués. Sauf deux d’entre eux, qui travaillent pour le gouvernement, dont le docteur Manhattan, un savant transformé en une sorte d’être éthéré suite à un accident, qui a aidé à gagner la guerre du Vietnam, et qui aujourd’hui sert de dissuasion envers l’URSS (c’est le seul à être plus qu’un humain normal, et c’est de lui que vient l’uchronie).
L’histoire commence lorsque l’un de ces anciens héros, le comédien, est assassiné, jeté du haut de son appartement dans les rues de New York. Simple cambriolage, règlement de compte suite à ses activités politiques, ou un « tueur de masques » comme le pense Rorschach, seul héros  à avoir continué son activité, illégalement. Au fur et à mesure que le scénario s’intensifie, les attaques contre les uns et les autres se multiplient, alors que la tension mondiale augmente avec l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS.

200px-WatchmencharactersWatchmen, c’est avant tout une critique de la société étasunienne, et de l’humanité de façon générale (en tous cas des gouvernements). Cela passe par les 6 héros dont chacun aura un chapitre sur son histoire, ses états d’âme, etc. Au fur et à mesure que l’histoire se déroule, tous deviennent terriblement humains, et le récit se termine par une fin heureuse(?) mais terriblement amère (et d’une stabilité relative).
Les personnages ont tous une moralité et une façon de voir différente ; le lecteur, s’il le souhaite, décidera de qui est bon ou mauvais, qui a raison ou tort, mais ce jugement n’est pas trivial. Le comédien, d’abord, est clairement désabusé par les gens et le gouvernement ; il a décidé de faire partie de la race des bourreaux, sans doute pour prouver qu’il a raison de mépriser l’humanité. Rorschach, avec le même constat, a lui décidé de se réfugier dans l’intégrité, et fait respecter la loi à la manière d’un juge Dredd, avec violence et psychorigisme, au point qu’on se pose des questions sur sa santé mentale. Le Dr Manhattan, sorte de personnification de Dieu, de plus en plus dépité, se pose simplement la question : « finalement, l’humanité vaut-elle d’être sauvée ». 58watchmen20adgiantpl2Ozymandias est un personnage un peu plus complexe, peut-être l’illustration de ces financiers qui font des affaires alors que la fin du monde arrive ; ou de ces gens supérieurement intelligents qui en oublient le reste. Enfin, le hibou et le spectre soyeux 2 sont les seuls vrais humains, qui subissent, impuissants, à la fois la société qui se nécrose, les rapports humains qui se complexifient, et la tension mondiale qui monte inexorablement…

Il m’est difficile d’en dire plus sur les personnages ou le scénario, mais tant pour l’ambiance, la densité des gens et des situation, l’humanité des personnages, et les émotions que font passer le livre, c’est un chef d’œuvre qu’il faut absolument avoir lu..

~~*°*~~

WatchmenPosterFinalDébut 2009, des affiches annoncent _encore_ un film de super héros. Mais cette fois, les fans de comics sont en effervescence : il s’agit de Watchmen ! WATCHMEN !!
La première impression en voyant le film, est l’incroyable respect du matériau original. Le scénario est à 97% le même, les dialogues ou les points de vue caméra sont parfois repris tels quels, les costume, l’atmosphère… Le vice est poussé au point de faire des clins d’œil à ceux qui ont lu le livre, en ajoutant des détails que seuls eux comprendront : par exemple le gamin qui lit à côté du vendeur de journaux. Pas vraiment étonnant, quand on sait que le réalisateur est.. Zack Snyder, soit celui qui a fait le film 300, et dont Kevin Smith dira dans Suck My Geek : « il faut être un putain de geek pour respecter à ce point le matériau original. » mmm J’ai déjà lu ça quelque part 🙂

Snyder n’a quasiment rien changé à la BD : les trois bastons originales qui étaient rapidement traitées voire éludées sur papier ont été étoffées, spectacle oblige, et une quatrième a été ajoutée dans la prison ; de même le vaisseau du hibou a désormais une mitrailleuse (tsss…), et la courte tunique du spectre soyeux 2 a été changée pour une combi latex… Bon, des choix éditoriaux mineurs somme toute (même si ma nature d’intégriste a les poils qui se hérissent dans ces cas là). watchmen-ew-coverAu niveau des disparitions, principalement les histoires secondaires (la vie du psy, le vendeur de journeaux et le monde qui tourne autour, etc.). Au niveau des ajouts, une bande son qui oscille entre la qualité et le populisme, j’hésite, et surtout l’animation qui rend tellement hommage à l’ambiance… Alors là chapeau. Tant pour le côté années 40 que pour les 80-ies… Seule adaptation notable, la fin, qui est un tout petit peu changée, adaptée, transmutée légèrement en quelque chose d’un peu plus crédible aujourd’hui que l’original qui a maintenant 25 ans – en tout cas rien qui ne trahisse l’idée de Moore, un léger changement qui selon moi est moins choquant que de coller une gatling au vaisseau du hibou !
Tous les personnages ont droit à l’histoire de leur vie, et même les « dialogues martiens » sont restés presque pas amputés et finalement bien rendus, alors qu’il s’agit de… 20 pages de blabla ! Donc chapeau pour l’adaptation, c’est quand même incroyable d’avoir fait tenir ces 250 pages en… ah oui, 2h40 quand même !

Et Moore dans tout ça ?
Il faut savoir qu’Alan Moore a eu énormément de déboires avec l’industrie filmographique (et avec Marvel et DC d’ailleurs), et qu’il leur en veut légèrement. Il a trouvé mauvaises toutes les adaptations de ses comics, et, lors de l’adaptation de « la ligue des gentlemen extraordinaires » (à chier), il a même été pris dans un procès de vol de script entre le studio et le producteur, où il a été pas mal traîné dans la boue. Suite à cela, il a décidé de ne plus figurer au générique des prochaines adaptations, de ne plus toucher d’argent, bref il ne veut plus en entendre parler. Alors qu’a-t-il dit de Watchmen, si proche de l’oeuvre originale ? Malheureusement, il a déclaré qu’il n’irait pas voir le film, quoi qu’il arriverait : même si le script est le plus proche possible de son oeuvre, il y a certaines choses qu’ils ont fait en BD qui ne sont pas faisables en film… (approxitation)

watchmen_3

Petit clin d’oeil pour terminer : l’aventure de pirates que lit le jeune noir au coin du kiosque à journaux dans la BD et qui n’est pas dans le film… …a été sortie en dessin animé, pour la sortie DVD du film en septembre !

Advertisements
27 commentaires leave one →
  1. Lien Rag permalink*
    19 octobre 2009 15:34

    Mon plaisir ? Lire les commentaires 0 étoile sur les bons films sur allociné, on n’est jamais déçu 🙂

    Bonjour, J’ai pris le temps de créer un compte sur allocine exprès pour dire que ce film est incontestablement LA DAUBE DU SIECLE voir du MILLENAIRE… Que dire de plus : beaucoup trop long, beaucoup trop compliqué, pas assez de combats, des dialogues soit trop plats soit beaucoup trop philosophiques. Il n’y a pas a dire ce film est définitivement un NAVET et en plus il dure 2h45. Économiser votre argent et passé votre chemin.

    • playne permalink
      19 octobre 2009 16:40

      Je dois dire que quand j’avais vu Watchmen au cinéma, j’avais pas du tout accroché, c’est juste quand on m’a collé le comics dans les mains que j’ai plus apprécié l’histoire …
      Je pense qu’il est assez facile de rester (à tord) à une première impression du film assez superficielle, avec les habituels costumes moulants, « just another comics movie » en somme. Personnellement je trouve que les personnages sont beaucoup plus fouillés dans le comics, c’est peut être ça qui manque un peu au film 🙂

      • Lien Rag permalink*
        20 octobre 2009 07:46

        Comme je venais de lire le comics, j’ai eu du mal à voir si le film était compréhensible ou pas (puisque j’avais en tête tous les tenants et aboutissants). Mais par exemple j’ai remarqué que le coup de la loi de 77 était super mal expliqué.

        Donc je ne sais pas si le film en tout premier abord est facilement abordable.
        Ceci dit, les gens qui se plaignent que ya pas assez de combats et que les dialogues sont trop intellectuels pour eux, ça me fait bien rire 🙂

    • Lib permalink
      19 octobre 2009 20:08

      Avec le bel impératif en ‘er’ qui fait mal, aussi 🙂

      • Lien Rag permalink*
        20 octobre 2009 07:35

        >Économiser votre argent et passé votre chemin.

        Faire des fautes, passe encore (hein Maku), mais bon, la concordance bordel ! (hein Maku ^^)

      • Makuchu permalink
        20 octobre 2009 10:52

        Mais euuuh ! Pour la peine, je répondrais avec un petit topic sur les comics de Top Cow, qui ont été injustement oublié içi !

      • Lien Rag permalink*
        20 octobre 2009 11:34

        Top Cow c’est pas comparable aux deux mastodontes cités… Et puis Top Cow, c’est un peu le « soleil éditions » du comics, non ? 🙂

      • Makuchu permalink
        20 octobre 2009 12:05

        Hum, c’est sur qu’il y a une ressemblance dans l’attrait pour les couvertures avec jeunes filles dénudées…
        Mais il s’agit quand même du 3e éditeur, et il ya des séries tout simplement intéressantes, comme Midnight Station et Rising stars de Straczynski, et des « sympathiques » comme Withblade et Fathom de Turner (mais là, on tombe en plein dans les travers des couvertures_à_filles, c’est sur !)

  2. Jerry Khan permalink
    19 octobre 2009 19:51

    C’est même pas que les persos sont moins fouillés c’est que c’est sans vie par rapport a la BD … Zack Znyder ce serait bien qu’il fasse des adaptations, pas des transposition, un film et une BD c’est pas la même grammaire (et accessoirement qu’il arrête de nous coler des ralentis qui hotent la brutalité des combats)… et quand tu pense qu’a une époque Gilliam été sur le projet t’as les glandes .
    Bon je critique mais c’est quand même un des meilleur film de super heros, mais grace au matériau d’origine.

    • Lien Rag permalink*
      20 octobre 2009 08:03

      Là le débat est intéressant et complexe : adaptation vs. transposition. Vu le nombre d’adaptations foireuses, dont rien n’est gardé à part le personnage, enfin un réalisateur qui a du respect pour les œuvres originales, ça fait plaisir. En a-t-il _trop_ au point d’en faire une coquille vide ? Perso je n’irai pas jusque là, mais c’est amusant de voir que le premier film de Snyder, l’armée des morts, est le remake de « zombie » de Romero (VO:Dawn of the dead dans les deux cas) ; or en gros, tous les critiques ont dit « film génial, mais on regrette la perte de la critique de la société qui était sous-jacente chez Romero ».
      Donc le reproche ne date pas d’hier.

      Concernant Gilliam, perso je ne regrette pas qu’il n’ait pas continué le projet, je l’identifie mal au travail de Moore. Pour moi Gilliam c’est des univers fantastico oniristes, qui s’adapteraient mal à quelquechose d’aussi sérieux que Watchmen.
      Sans compte que un projet de Gilliam sur deux disparait avant terme 😀 (d’ailleurs j’apprends qu’il a envisagé d’adapter « de bons présages/good omens »)

  3. phylacterium permalink
    21 octobre 2009 19:15

    Damned… Je crains de ne pas être véritablement d’accord avec l’essentiel de ta critique sur le film (sur le bd, c’est une merveille, rien à dire, ou plutôt si, beaucoup trop à dire mais je n’ai pas le temps). Sur le film, donc, il m’est apparu que :
    1. la fidélité à l’oeuvre n’est en rien gage de qualité d’un film adapté, bien au contraire. Quand je vais voir un film adapté au ciné, je m’attends à voir une interprétation subjective par un réalisateur, pas une adaptation servile par un fan absolu et aveuglé par son admiration.
    2. les quelques modifications opérées sont assez mal venus : se sont soit des raccourcis, compréhensibles dans le cadre d’un film, mais qui enlève une sacré densité au scénario (en effet, ce qui se passe en 1977 est mal epxliqué). Et la fin est certainement ma plus grande déception, elle est d’une platitude incommensurable par rapport à l’énormité de la fin du comics. Comme si Snyder avait manqué d’audace.

    Le débat est récurrent : le même que pour Astérix mission cléopatre de Chabat : Chabat a pris une matière et l’a complètement transformé. On aime, ou on aime pas, (moi j’ai aimé), mais au moins, Chabat a cherché l’originalité, à nous livrer « son » astérix. Je pourrais dire la même chose du seigneur des anneaux de Peter Jackson.

    Ceci étant dit, Watchmen de Snyder ne m’a pas complètement dégoûté, j’ai trouvé que c’était un bon film de super héros, qui bénéficiait d’un solide scénario pour l’épauler, et graphiquement plutôt agréable. Un bon moment au ciné. Mais d’une ambition largement inférieure au comics.

    Donc lisez Watchmen de Moore.

    mr petch

    • Lien Rag permalink*
      22 octobre 2009 07:54

      On est d’accord sur plein de truc en fait :
      -Lisez Watchmen : clairement 🙂
      -Le débat adaptation/interprétation : je n’ai pas d’avis global, ça tient plus chaque œuvre. Je suis cependant content que des gens n’aient pas la prétention de vouloir améliorer le scénario à chaque fois.

      Pour la fin de watchmen/film, la différence n’est pas _énorme_ je trouve : l’esprit est conservé, SPOILmême si se battre contre des extra-terrestres semble plus simple que contre un être à moitié éthéré ; et puis les extra-terrestres aujourd’hui ne sont plus à la mode, ça aurait fait un peu ridicule. Et également, ne pas introduire les ET permet de ne pas résumer tout le processus de création (l’île etc.) ce qui fait gagner 20 minutes à un film déjà bien dense/SPOIL.

      Quant à l’ambition de Snyder, je crois qu’elle tient juste à « être proche du matériau originel ». Finallement comme le Seigneur des Anneaux : même si Jackson avait une certaine lattitude dans les images (lattitude qu’il a lui-même restreint en reprenant les illustrateurs classiques: Nasmith et cie), il est resté très proche de l’original. Certes pas au dialogue ou à la scène près, il s’est même permis quelques interprétations, et c’est p-ê ça dont tu parles.

      • 25 octobre 2009 09:03

        Mon problème avec le Watchmen de Snyder, c’est qu’il nous fait Space Cowboys avec des super-héros. Dans la bédé, le Hibou est un naze — sympa, plein de bonne volonté, mais gentiment naze — il est dépassé, il a un petit bedon (effacé dans le film) et un costume ridicule (blindé et chic dans le film) et l’intervention de tout ce beau monde, zozos fétichistes irresponsables, ne change rien.

        Quant à la fin, justement: dans la bédé, la réaction était: « C’est ça, l’idée géniale de l’homme le plus intelligent du monde? Un vieux cliché de SF qui, en plus, à la dernière case, va peut-être foirer? » C’est une satire cruelle des super-héros et de leur façon de penser. Soit ils n’ont pas de pouvoirs et ils sont futiles et ridicules, soit ils en ont (à divers degrés, le Comédien, Ozymandias et Manhattan), et ils ont aggravé la situation mondiale.

        Chez Snyder, ce sont des types cool qu’on a injustement relégués et qui se réunissent pour un dernier coup d’éclat. Bref, un livre d’images qui reste en surface.

      • Lien Rag permalink*
        25 octobre 2009 17:06

        Ah en effet, tu viens de souligner des points que je n’avais pas vu, et je suis complètement d’accord.
        J’avais remarqué que le hibou était juste un naze dans la BD, même s’il se bouge un peu sur la fin, alors que dans le film il paraissait plus neutre voire plus noble.
        Pour le reste, maintenant que tu en parles ça paraît évident, et je vois mieux à quel point Snyder n’est pas allé très en profondeur.

        Merci pour ton point de vue, tu viens de complètement changer le mien 😀

      • 25 octobre 2009 19:11

        Une chose qui est dommage aussi, c’est la disparition des personnages humains, le microcosme qui vit autour du kiosque. Ils étaient à la fois le chœur antique et la référence humaine de l’histoire, si bien qu’après les avoir fréquentés durant toute l’intrigue, les reconnaître dans la grande scène panoramique finale était un choc, qui soulignait encore plus le grotesque atroce du plan d’Ozymandias. Peut-être sont-ils dans la version longue du film, mais on perd de toutes façons l’effet de surprise de ces six pages de silence.

        Non, recopier le look de la bédé, ça pouvait aller pour 300, où il n’y a pas grand-chose à gratter en profondeur (mais là, il vaut sans doute mieux ne pas gratter en profondeur!). Sur Watchmen, on est dans le contresens. C’est sans doute pour ça que Gilliam avait jeté l’éponge, après avoir sagement conclu que pour adapter Watchmen au cinéma, on était obligé de larguer tout ce qui en faisait l’intérêt en bédé (références à toute l’histoire d’un genre, jeux graphiques et mise en page, mélange de styles — roman, articles, présent, passé…).

        J’ai un avis un peu voisin pour V pour Vendetta, d’ailleurs, où la réduction du discours anarchiste de l’original, dur mais terriblement ambigu, à une simple révolte du bon peuple contre le gouvernement Bush, était une vision un peu riquiqui.

        Je suis mooriste intégriste! 😀

  4. El dri permalink
    21 octobre 2009 21:56

    Très bonne analyse je trouve.

    Petite précision concernant les auteurs de comics « américain » que tu cites, Moore et Gaiman sont anglais ^^

    Mon autre remarque, quelque chose de très important dans la comics qui est en permanence en arrière plan, c’est la peur de la guerre atomique, qui pourrait éclater à chaque seconde ; qui colore vraiment toute l’histoire.

    • Lien Rag permalink*
      22 octobre 2009 07:58

      ‘comics américain’ : Je parlais du type de média, pas de la nationalité des auteurs. Comment ça une pirouette ? Bon, ok…

      Pour la peur de la GM, on ne la sent pas trop dans le film. On n’a pas le temps en fait, tout est trop centré sur les héros, et déjà avec un rythme très élevé. Mais bon, si le film n’est pas mauvais, il est clair que ça ne vaudra jamais la lecture du livre qui reste infiniment plus riche. Certes de petits détails, mais ce sont ces détails qui donnent la profondeur au récit.

  5. phylacterium permalink
    24 octobre 2009 17:46

    Concernant les modifications apportées à la fin, ce que j’avais apprécié dans le comic, c’était l’exagération, le côté énorme au sens propre (tu peux avoir en tête a scène qui commence le dernier chapitre (ou l’avant dernier, je ne sais plus)) qui a été perdu dans le film, car ça aurait peut être paru trop grossier dans une salle de cinéma… Mais oui, le débat adaptation/transposition est extrêmement intéressant. Il va se poser d’autant plus alors que vient de sortir un énième Lucky Luke avec Jean Dujardin, et que Adèle Blanc Sec va être adapté par (attention, vous pouvez pousser des cris d’horreurs) Luc Besson. Je connais très peu de réussites dans la adatations de Bd au cinéma… sauf en domaine américain, ou, en général, il s’en sorte pas trop mal.

    mr petch

    • Lien Rag permalink*
      24 octobre 2009 20:01

      >Adèle Blanc Sec va être adapté par (attention, vous pouvez pousser des cris d’horreurs) Luc Besson.

      Ah non !!!!!
      Ya plus qu’a espérer que, comme la dernière fois, des jeunes foutent le feu au plateau de tournage :p

  6. Jerry Khan permalink
    24 octobre 2009 21:10

    Donc on vas avoir droit a une Adele Blanc Sec qui protegera un pute, conduira une audi, fera le yamakazi et petera la gueule a un gros noir ?
    Ca c’est de la relecture ! ça friserais presque le génie ^^

  7. Syracuse Cat permalink
    25 octobre 2009 00:04

    Tu nous avais pas promis un article sur Gaiman, aussi ? Parce que j’adore le romancier, mais je ne connais pas du tout ce qu’il a fait dans les comics, Sandman notamment. J’ai hâte d’en savoir plus !

    • Lien Rag permalink*
      25 octobre 2009 17:08

      Ça prend du temps… 🙂
      Aborder Sandman c’est aborder un énorme monument !!!
      C’est sans doute une des BDs qui m’a le plus marqué ces dernières années !

      Mais promis il n’est pas aux oubliettes 🙂

  8. 25 octobre 2009 08:55

    Houlà, j’ai vraiment du mal à associer Adèle Blanc-sec à Luc Besson ! (ni même Tardi à Besson d’ailleurs …)
    Faudra voir, mais en tant que fan d’Adèle, j’ai un peu peur …

  9. 25 octobre 2009 19:46

    Ça part d’ailleurs assez mal, parce que ce sera Louise Bourgoin qui jouera Adèle: attention, j’aime bien Louise, qui est plutôt sympathique et bonne actrice. Mais Adèle est supposée avoir un physique quelconque, et on la remplace d’emblée par un canon.

    Sans vouloir faire du racisme anti-belles, ça augure pas bien…

    • phylacterium permalink
      25 octobre 2009 20:43

      Et du coup, je trouve qu’on est dans le même contresens que tu évoquais pour Watchmen : sous pretexte qu’on est au cinéma, on veut faire « beau » et propre, et il y a de nouveau contresens, puisque Adèle Blanc-sec de Tardi se veut une anti-héroïne par rapport au canon de l’héroïne-type : elle n’est pas véritablement féminine.

      Comme quoi, tout se recoupe.

      Mr Petch

Trackbacks

  1. Walking Dead « Culture's Pub
  2. La Science-Fiction légère : plus digeste et plus dérangeante « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :