Skip to content

Replay – Ken Grimwood

29 septembre 2009

replay2Ça commence par une journée comme les autres : Gmail, vérification des pages Wikipedia que je surveille, les nouvelles sur Rue89 et Arrêt sur Images… Et puis midi arrive, j’ai réussi à tenir une demi journée sans travailler, mais que faire cet après-midi ? Alors je vais voir s’il y a du nouveau sur Culture’s Pub. Je dépoussière le tapis, ouvre les fenêtres : manifestement il n’y a pas grand monde en ce moment… Tiens au fait, je suis sensé poster dans combien de temps moi ? Oups, aujourd’hui !

Bon, je ne m’affole pas, j’ai toujours des sujets dans la manche ; tiens, moi aussi je vais parler des œuvres qui ont marqué ma vie. Si histoire d’O à 10 ans a été mon premier pas pour sortir du monde des enfants, le seigneur des anneaux a marqué mon adolescence – et paradoxalement m’a vacciné à vie de la Fantasy – , un des rares livres qui a marqué ma vie d’adulte est Replay, de Ken Grimwood.

1988 ; Jeff, la quarantaine, a une vie peu palpitante ; entre son boulot alimentaire et sa femme avec qui il est surtout par habitude, il n’a rien de palpitant a raconter. Ayant un regard morne et désabusé sur sa vie, il n’a même pas l’occasion de faire sa crise de la quarantaine, puisqu’il meurt d’une crise cardiaque à son bureau, page 3. Grimwood aurait pu s’arrêter là, mais ça aurait été dommage :D.

Jeff se réveille ; il a 18 ans, nous sommes en 1963. Il se réveille dans son corps d’adolescent, a gardé tout son savoir de sa première vie, c’est un peu une deuxième chance ! Jeff fait alors ce que toute personne sensée ferait dans son cas : il utilise sa connaissance du « futur » pour devenir riche, avoir tout ce dont il avait rêvé en vain avant. Sauf le bonheur finalement. Fin octobre 88, dans sa villa, entouré de voitures de luxe et marié à un mannequin, il meurt, de la même crise cardiaque que la première fois… Et il se réveille à nouveau, à 20 ans cette fois. Il a « 68 ans », a déjà vécu deux vies, mais sans résultat intéressant, et on lui en propose une troisième… Que faire, avant le prochain 18 octobre 1988 où il mourra sans doute pour la troisième fois ?

La force de l’auteur – et l’intérêt du livre – c’est de vraiment se poser la question des actes du personnage. Chaque décision qu’il prendra est finallement logique au vu de son âge et de ce qu’il a vécu avant. Tout est cohérent et rend la lecture passionante. Et surtout, le livre est bourré de petits faits désabusés qui rendent l’histoire particulièrement touchante et cruelle, comme lorsque le Jeff riche essaie de retrouver la femme de sa première vie, mais que celle-ci pense qu’il est juste un rupin qui cherche à s’amuser et le rejette.

Et la fin est tout simplement géniale et terrible…

Voilà, je ne saurais trop vous conseiller de le lire et de me donner votre avis 🙂

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. Lib permalink
    29 septembre 2009 20:52

    Ah mais Madame Charon nous en avait parlé, en Première, me semble-t-il ! J’irai faire un tour à la médiathèque pour enfin le lire, 10 ans après…

  2. Lien Rag permalink*
    29 septembre 2009 21:20

    > Madame Charon nous en avait parlé, en Première
    Ça fait très skyblog, comme remarque ^^ .
    Pour être précis, elle nous avait dit un truc du genre « je ne fais pas lire de science-fiction habituellement, mais celui-là je viens de le lire et il est exceptionnel ». Et on était même pas dans la même classe.. ..il y a 9 ans pour être précis 😀

    La semaine prochaine, le parfum de Suskind, recommandé par Mme Brun 😀

  3. Lib permalink
    30 septembre 2009 09:08

    Pitié non, j’aime pas Le Parfum…

Trackbacks

  1. La Science-Fiction légère : plus digeste et plus dérangeante « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :