Skip to content

Ces BDs qui nous aident à comprendre (2) – Guy Delisle

14 septembre 2009

gdlLe deuxième auteur à avoir marqué la France (enfin, le monde de la BD, c’est déjà bien) avec ses récits de voyages est le Québequois Guy Delisle. Comme Marjane Satrapi, il publie à l’Association. Ce n’est pas tant son premier album biogéographique, Shenzhen, mais le second, Pyongyang, qui a marqué les critiques et la communauté. C’est aujourd’hui devenu une référence de la BD… …comme de la Corée du Nord !

Click click !

Click click !

Shenzhen, 2000

Dans le cadre de son travail dans l’animation, Guy Delisle va passer trois mois en Chine, plus précisément à Shenzhen, l’énorme ville industriello-économique située à la  »frontière » de Hong-Kong. Le livre raconte le choc culturel que l’auteur a vécu, la vie en Chine, et tout plein de petites anecdotes. Ceux qui ont déjà voyagé se rappelleront ce dépaysement, surtout ceux qui sont allés en Asie, pour les autres, ce ne sera peut-être qu’un récit de voyage, dessiné cette fois.

Click click !

Click click !

Pyongyang, 2003

Dans la logique de réduction des coûts, lorsqu’il faut encore économiser après une délocalisation en Chine, il faut se rendre en Corée du Nord ! Si, si ! Un des pays les plus fermés du monde est _the place to be_ dans le monde de l’animation. Les dessins animés lamentables des gamins d’aujourd’hui sont produits là-bas, même -et surtout- les dessins animés français. Dans ce cadre, Guy Delisle se rend à Pyongyang pour superviser un studio qui travaille sur Corto Maltese. Comme dans Shenzhen, il y décrit le choc culturel, ici autrement plus grand car nous n’avons que très peu de témoignages de la vie là-bas. A ce titre, cette BD est devenu une référence sur la Corée du Nord, et elle est souvent citée en exemple. Et au même titre parfois critiquée : je vous invite à lire le double dossier (1/2 et 2/2) de cette critique du témoignage de Delisle par des nordcoréens, qui permet de prendre du recul par rapport à l’œuvre. Le livre n’en reste pa moins extrêmement intéressant, et le crayonné des dessins est plus propre que dans Shenzhen, ce qui est plutôt agréable.

Click click !

Click click !

Chroniques birmanes, 2007

Enfin, en 2007, sort Chroniques birmanes. Cette fois, c’est pour suivre sa femme qui travaille à Médecins Sans Frontières (MSF) que Delisle a passé un an en Birmanie (ou Myanmar, appellation officielle depuis le coup d’état). Si le pays est très touristique, et que les témoignages sont nombreux, cela reste une dictature où l’on est très surveillé. L’ambiance est toutefois bien moins pesante que dans Pyongyang. Le récit est très diversifié, on y retrouve le côté choc culturel, parfois en rapport avec son fils qu’il garde la journée ; en plus, des récits de ses excursions touristiques ou non, et un peu de topo sur le pays, et sur les gentils gens qui sont biens contents qu’il y ait une gentille dictature, comme Total (ils ne viennent pas chez eux par hasard ^^). Sinon, ce volume n’est pas publié comme les deux autres à l’Association, mais entre temps, comme je le disais dans mon dernier post, Trondheim a décroché un poste important chez Delcourt, et dirige une collection où il publie ses amis et les bloggueurs (en gros).

Click click !

Click click !

Jérusalem, 2010 ?

Et maintenant ? Guy Delisle vient de finir son séjour à Jerusalem Est, où il a suivi sa femme (toujours MSF), qui tentait d’aider les palestiniens, notamment pendant le pogrom dans le ghetto de la bande de gaza (décembre 2008).  Il en a parlé tout du long dans son blog (oh, un wordpress ^^). Il y évoque de nombreux sujets, dont certains qui me tiennent à cœur, comme les restrictions sur les libertés de déplacement (ou les libertés tout court), et la politique des frontières scandaleuse d’Israël (si vous allez à Jerusalem Est ou dans les territoires occupés, attendez vous aux pires interrogatoires, fouille aux corps, pour souvent être finallement refoulé. Ah et il ne faut pas être coréen…). Intéressant donc, mais (presque) pas de BDs. Selon France Inter (époque Cluzel, pas époque Hees/Val, j’ai une conscience) un album devrait être produit.  Pas certain : Delisle indique qu’il a déjà fait des voyages sans produire de livre, parce que ça s’était bien passé/rien a raconter (Viet-Nam) ou parce qu’il n’avait pas trouvé de ligne éditoriale -ça me rappelle quelquechose :)- (Ethiopie). Donc pour l’instant, pas plus de nouvelles, mais on espère 🙂 .


Sinon, un petit mot complètement hors sujet pour signaler la sortie aujourd’hui de Finistériens, un album de Miossec ET Tiersen ensemble ; c’est un peu un rêve qui se réalise…

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :