Skip to content

Suck my geek !

10 août 2009

Quand j’ai vu le boom de commentaires sur The Lies of Locke Lamora, je dois dire que ça m’a un peu troublé. Il y a quinze ans, la fantasy était considérée comme une sous-littérature. Aujourd’hui il n’a jamais été aussi simple d’en trouver, et un simple billet littéraire apporte une dizaine de commentaires avec des références à des auteurs dont je ne connais que la moitié…

La raison de cette médiatisation n’est pas franchement compliquée. Internet, le media geek, a fait sortir les geeks de leurs placards (ou plus précisément a relié tous les placards des geeks) ; ils sont passés d’individus isolés à communauté, donc cible marketing. Aujourd’hui, le Seigneur des Anneaux est un film, Arwen est une trademark (sisi), la fantasy, les super héros, les mangas sont devenus branchés. Les geeks eux-mêmes sont devenus branchés, ce qui en soit est un petit big-bang ! Et puis tout le monde se revendique Geek, notamment François Fillon 😥 …

Mais finallement (me demande Lib :p ), c’est quoi un geek ? C’est assez compliqué, mais il y a quelques faits !

  • On est tous d’accord sur le fait qu’il y a autant de geeks que de définitions…
  • La définition wikipedia est la traduction de la définition américaine mais ne reflète pas la réalité du geek français
  • Il y a différentes familles qui ont parfois des noms particuliers en fonction de leur « spécialité » ; et tout le monde n’est pas d’accord pour les faire rentrer dans la catégorie-mère. Par exemple j’ai beaucoup de mal à considérer les « Otaks » (fans de japon/mangas/etc.) comme une famille de geeks, mais d’autres le font.
  • Comme les homosexuels, nous ‘sentons’ ceux qui sont des nôtres 😀

Mais en gros, ce sont les fans un peu hardcore de science, de PC, de science-fiction, de fantasy, de jeux, de jeux de rôle, de figurines, etc., qui ont souvent des lunettes et un petit air chétif. Le genre de mec qui rigolent aux blagues sur le chat de Schrödinger ou sur l’effet Doppler, ou au merveilleux site xkcd.
A ma connaissance, il n’y a que deux médias s’étant intéressés de façon neutre aux geeks.

  • Une émission d’arrêt sur images, mais il faut s’abonner (ceci dit c’est un très bon site n’hésitez pas). On remarquera de suite que ce sont des geeks qui parlent ^^.
  • Un reportage fait par des geeks, sur des geeks, parce qu’ils en avaient marre d’être maltraités par les médias : Suck my Geek (lien alternatif). A nouveau, seuls les geeks savent parler d’eux-mêmes. Ce reportage ne tire aucune conclusion mais permet d’avoir un bon pannel de specimens 🙂

Et de même mon paragraphe ne tirera pas de conclusion et se contentera de vous aiguiller vers ces deux références…

Mais pour en revenir à ma life, j’avoue être assez troublé par cette popularisation de l’univers geek… Pourquoi maintenant ? Est-ce que nous avions raison depuis le début et que vous l’avez enfin reconnu 😀 ? Au contraire, est-ce que nous avons été attrapés par le marketing qui nous brosse dans le sens du poil juste pour nous faire consommer ? Ou est-ce un peu entre les deux, la popularisation à but lucratif de cette sous-culture a permis a tout le monde de bénéficier de ses joyaux ?

Personnellement je suis dubitatif. J’avoue que cette reconnaissance du grand public a des bons côtés : nous comme (re)connus donc mieux acceptés. Je suppose que je ne revivrai pas de scène comme lorsque, à dix ans, ma tante me voyant avec des cartes Magic m’a fait la morale à propos des profanateurs de cimetière de carpentras… (Oui, tous les geeks ont une blessure secrète dans leur enfance…)
A côté de ça, c’est à la mode, n’importe quel crétin avec un iphone se pense sincèrement geek (je ne pense pas particulièrement à un membre du gouvernement), et la production culturelle explose en même temps que la qualité plonge… Trouver une perle faute de médiatisation était difficile ; mais maintenant trouver une perle au milieu d’un tas de fumier, ça devient vraiment épique…

Je n’ai pas vraiment de conclusion car je n’avais pas vraiment de propos (j’ai été poussé par Lib qui veut absolument qu’on poste des articles sur son blog ^^). Je vous invite juste à regarder le reportage cité ci-dessus, et puis si vous voulez commenter ce post et passer un test de candidature geek, vous êtes les bienvenus 😀

Publicités
8 commentaires leave one →
  1. platypus permalink
    10 août 2009 20:16

    Intéressant ce point de vue sur les geek ! Concernant la fantasy, je crois qu’elle a acquis un statut à part entière il y a longtemps déjà. Il y a 15 ans, on trouvait facilement des sagas un peu partout : les auteurs que j’ai évoqué pour ma part ont sorti leurs livres au cours des années 80 et 90, les vendant à plusieurs millions d’exemplaires. Quand on regarde, des jeux comme Hero Quest au début des années 90 ou Donjon et Dragon qui est encore plus ancien relèvent de la même veine et ont connu beaucoup de succès bien avant les années 2000…
    Je me demande si le geek est vraiment si neuf que ça. J’y verrai plutôt un intellectuel à la sauce nouvelles technologies. Quand on regarde en arrière, les intellectuels vivaient de livres qui s’accumulaient chez eux : le jeune intellectuel d’aujourd’hui ne reste plus dans sa piaule à lire Montaigne, il surfe sur le net, il s’ouvre à de nouvelles cultures.

  2. platypus permalink
    10 août 2009 20:19

    La vraie différence, c’est que 30 ans en arrière, l’intellectuel est reconnu et s’exprime auprès du grand public. Aujourd’hui, le geek, s’il n’est plus dévalorisé, fonctionne dans des petits réseaux. Etre un geek, c’est en quelque sorte ne pas exister au grand jour, c’est être un as de la toile.

  3. Syracuse Cat permalink
    10 août 2009 20:51

    Coucou. Alors d’abord, moi j’ai fait un test, et je suis geek, mais pas très. Malheureusement, je ne sais plus du tout où se trouvait le test en question. Et puis je crois que le simple fait d’être une fille et de faire le test me donnaient les qualités requises. En même temps, je sais quand même que la réponse est 42, entre autres. À une époque je connaissais l’alphabet sindarin, par exemple, et l’alphabet runique, aussi : j’imagine que ce rapport enthousiaste à l’écriture et à une structure linguistique peut être comparé à celui que l’on peut éprouver face aux grandes théories de la physique ou aux réalisations les plus récentes de l’informatique.
    Je pense qu’on est pas mal sur ce blog à se considérer comme des geeks de niveau 1 minimum, ou en tout cas de vrais geek-friendly. À moins que ce soient des nerds ? J’avoue que je m’y perds un peu, mais du moment qu’on ne nous traite pas de dork, tout va bien. Je crois.

    Pour en revenir au problème de fond soulevé par ton article, l’argument marketing que tu proposes me paraît assez pertinent. Mais si « smart is the new sexy », je pense quand même qu’on a tous à y gagner : la valorisation de l’intelligence et du savoir au détriment des seuls attrait physiques est une excellente chose, non ? (Remarque : on peut savoir ce qu’est l’effet Doppler, vaguement, et savoir se servir d’un recourbe-cils, l’un n’empêche pas l’autre.)
    Saluons enfin le succès de The Big Bang Theory, quand même, qui en dehors de son rôle dans la médiatisation des geeks, est selon moi une des sitcoms les plus drôles du moment.

  4. Lib permalink
    10 août 2009 21:32

    J’ai fait le même test que Syracuse Cat, et je ne suis pas geek pour deux sous, apparemment. Ce qui ne me surprend pas.
    Cela ne m’empêche toutefois pas de comprendre le côté passionné, voir obsessionnel que peut revêtir la geekitude – mes obsessions à moi ne sont pas ‘geek’, voilà tout.
    Sauf que quand je vivais au Royaume-Uni, on me traitait de theatre geek parce que j’allais au théâtre tout le temps.
    En fait, à l’origine, pour les anglophones, le geek, c’est celui qui se passionne pour quelque chose d’un peu atypique, à tel point que son entourage ne le comprend pas toujours. C’est différent du fandom, qui suppose un culte de la personnalité – le geek est passionné par un système de pensée, une certaine vision de la vie, plus que par une entité ou une star.

    Comme le dit un intervenant dans le documentaire Suck my Geek, un geek, pour moi, ce n’est jamais que quelqu’un qui a une soif d’apprendre telle dans un domaine donné qu’il est prêt à sacrifier beaucoup de choses pour satisfaire ce besoin.

    Je ne suis pas sûre d’être très claire… je finirai donc en saluant Leonard et Sheldon de The Big Bang Theory – la geekitude à son apogée, et c’est tellement bon…

  5. Lien Rag permalink*
    10 août 2009 21:41

    > À une époque je connaissais l’alphabet sindarin, par exemple, et l’alphabet runique, aussi.
    GEEK !!! 😀
    Le test que tu as du faire est un test américain, mais c’est vrai que les geeks américains sont plus portés SF/science que les geeks français (p-ê plus portés japons), ce qui fait que ce test n’est qu’à moitié intéressant. Notamment en France Star Trek n’a jamais percé et personne ne parle Klingon 🙂

    @platypus : S’il était possible de trouver des sagas il y a 10 ans, c’était en anglais et dans des librairies spécialisées. Certes à partir des années 90 les éditions poches de Anne McCaffrey ou Moorcock ont commencé à se démocratiser (en français), c’était le début (et donc ça n’a pas attendu internet) mais c’était quand même assez restreint. Aujourd’hui, Harry Potter est traduit directement en français et sort en tête de rayon. Le discours évolue également : ce même Henri Potier est porté en héros car il ramène les jeunes vers la lecture ; il y a qques années la même tante dont j’ai parlé se plaignait de ce bouquin qui faisait l’apologie de la sorcellerie. Et elle n’était pas si retrograde que ça !
    Pour comparaison, à la même époque, la SF était considérée peu noble mais complètement acceptée !
    Pour le jeu de rôle c’est la même chose ; avant 90 à part Casus Belli et les rares boutiques spécialisées, c’était assez dur de se fournir. A cette époque, on parlait de satanistes (cf.carpentras), de combats à l’épée dans les catacombes… Aujourd’hui ça s’est bien débloqué en France. Mais dans les deux cas, littérature ou JdR, même si les états-unis avaient environ 10 ans d’avance, il ne faut pas croire que c’était grand public et socialement accepté… C’était juste un peu plus répandu, c’est tout.

    EDIT : @ Lib : oui, c’est bien la différence entre les pays anglo-saxons qui sont restés proche du mot et de sa signification (un fou d’une discipline), alors qu’en France on l’a pris comme un nom, qui désigne un type de population précis. C’est un peu comme la différence entre le mot « gothique » et la population « gothique ». Essayer de définir précisément la population en revenant au nom d’origine est à mon avis une erreur, car le mot et le nom ont une évolution différente et on ne peut plus relier les deux à posteriori.

  6. Syracuse Cat permalink
    11 août 2009 11:55

    Et j’ai vu le reportage, il est très bien, on y apprend plein de choses, et c’est bien fait. Merci, Lien Rag.

  7. LPA permalink
    26 novembre 2009 18:28

    Traduction du bon vieux geek test américain, référence encore de nos jours : http://www.innergeek.us/francais.html
    Plus moderne, créer par des français ou à peu prêt :
    http://www.g33kt3st.com/

  8. Lien Rag permalink*
    27 novembre 2009 09:32

    Le test américain est clairement un classique … mais un peu trop centré « geek américain ». Le geek français a ses spécificités, et il faut prendre en compte certains paramètres comme le fait que Star Trek n’ait jamais percé chez nous.

    Je vais essayer le 2e.

    Sinon yen a un troisième ici : http://www.oneplusyou.com/bb/geek plutôt pas mal.

    Clairement, le 2e test est super complet… Mais je n’obtiens que 57% ^^ (catégorie PGM, ça me fait plaisir). Le graphique à la fin est très sympa (et bien calibré).
    Par contre les questions « je crois que les licornes existe », c’est un peu naze, ça oblige à mentir pour faire des points (et g la flemme de le refaire ^^)
    Test américain : 45% 😦 Super Geek :p
    3e test : 76%

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :