Skip to content

Les dangers d’HADOPI expliqués à tous

31 octobre 2010

Les débats sur le téléchargement sont un peu trop pourris par la mauvaise foi des uns et des autres pour qu’on se rende compte des vrais dangers d’Hadopi. J’aimerais donc faire un point rapide pour que tout le monde comprenne bien le vrai débat qui se joue en sous-main en ce moment.

Oui, les gens téléchargent illégalement toutes sortes d’œuvres. Oui ils le savent parfaitement : quand Thierry Lhermite, administrateur de la société privée payée par Hadopi, dit qu’il ne sait pas s’il fait quelque chose de mal en téléchargeant sur Megaupload, il ment.

Il y a différents moyens de télécharger ; la méthode la plus répandue, et la seule que vise Hadopi, c’est le Peer-to-peer (P2P). Avec cette méthode, chaque utilisateur possède le fichier et en donne des morceaux à ceux qui le veulent. Chaque utilisateur qui télécharge est donc obligé d’aider les autres à télécharger.
Conséquence : si je suis chez Free et que je télécharge un film, tous les utilisateurs de Free qui ont le film vont m’aider à le récupérer. Pour Free, c’est sans souci, car le plus gros de mon téléchargement est du trafic interne à son réseau ; très peu vient des autres opérateurs (Orange, etc.), et quasiment rien de l’étranger.

Le Peer-to-peer (P2P) : tout le monde partage le fichier avec tout le monde, pas de contrôle, pas de moyen de casser la chaîne, le plus gros du trafic en local

.

Il existe plusieurs manière d’échapper à la surveillance d’Hadopi :
-Crypter ses données. Problème : pour le moment, seul un faible taux du traffic est crypté. Si l’on excepte les transactions bancaires, ce cryptage est souvent utilisé pour cacher du contenu illégal (terrorisme, pédophilie), et les autorités peuvent prendre le temps de décrypter pour vérifier. Si tous les gens qui téléchargent se mettaient à crypter les données, les vraies données illégales et dangereuses seraient noyées dans flot de film piratés, rendant quasi impossible le travail des autorités pour trouver les vrais menaces.

-Passer par un VPN. Il s’agit de passer par un tunnel, pour faire croire qu’on télécharge depuis l’étranger et pas depuis la France. Problème : ces solutions sont payantes et donc vont alimenter une économie parallèle, pas celle des artistes, économie qui peut parfois être douteuse.

Ces deux solutions (qui permettent de continuer à faire du P2P) sont de toutes façons obsolètes avec la nouvelle arme d’Hadopi : le DPI. Le Deep Packet Inspection consiste à regarder vraiment les données que vous émettez en téléchargeant, et pas seulement votre adresse, pour vérifier que vous ne les couillonnez pas. Il arriverait à voir qui vous êtes même si vous cryptez vos données, et arriverait à suivre le tunnel que vous emprunter pour vérifier d’où vous téléchargez vraiment.

-La dernière solution pour continuer à télécharger consiste à arrêter le P2P pour utiliser une nouvelle manière de télécharger, tout aussi efficace : le Direct Download (DDL). Il s’agit d’aller sur un site, de cliquer sur un lien, et de recevoir le fichier. Encore plus simple que le P2P, pas besoin de logiciel particulier.

Tout le monde sait que cette méthode existe, même les cerveaux d’Hadopi, c’est pour ça que tout le monde dit qu’Hadopi est déjà obsolète. D’ailleurs, le résultat est clair, en proportion, le traffic lié au P2P a été divisé par 2 en un an, tandis que le traffic lié au DDL a doublé : les gens ont déjà commencé à migrer.

Problèmes : le DDL est encore pire que le P2P. Avec le P2P, tout le monde avait les fichiers et personne ne pouvait empêcher les autres de les avoir : aucun moyen d’exploiter le piratage pour s’enrichir, tout le monde était égal. Avec Emule (P2P), on n’avait même pas besoin de passer par un site internet – avec BitTorrent (P2P), par contre, oui.
Avec le DDL, il y a deux passages obligés : un site internet pour référencer les fichiers pirates, et les sites qui hébergent les fichiers pirates (Megaupload, Rapidshare…).  Or, ces deux goulets d’étranglement ont conscience de leur rôle capital (mot bien choisi), et sont deux gros générateurs d’argent louche, à la barbe des artistes ! Le référenceur grâce à la publicité, et l’hébergeur grâce à une économie mafieuse.
(Et pour les plus aguerris, l’exemple de Wawa-mania (DDL) , et pourquoi ce n’était pas le cas avec The Pirate Bay (P2P))

Alors, pourquoi les cerveaux d’Hadopi, qui connaissent le problème, laissent-ils faire ça ?
Sans doute car ils ont des desseins cachés.

Le Direct Download (DDL) : Seul un serveur possède le fichier, et le donne à chaque utilisateur ; le serveur est loin, il donne le fichier à qui il veut (contre argent parfois), le trafic est très long ET multiplié par le nombre d'usagers. Ce trafic mondial a un coût pour nos FAI locaux.

Reprenons notre exemple ci-dessus : si je télécharge le même film en DDL, je le télécharge directement depuis la Suisse pour Rapidshare, ou Hong-kong pour Megaupload. Ainsi, Free n’est pas très content, car 100% du trafic de mon téléchargement vient de l’extérieur de son réseau, pire, de l’étranger. Avant, quand 1000 freenautes téléchargeaient le même film, ils se le partageaient entre eux, et seul 10% du trafic venait de l’extérieur. Maintenant, dans la même situation, 100% du trafic vient de l’extérieur. Et si pour vous ça ne change rien, pour Free ça change tout, car le trafic c’est comme le kilométrage sur autoroute, c’est payant. Quand il y a du trafic sur sa propre autoroute, Free est content, mais quand Free doit payer les autoroutes étrangères, Free boude.
Et Free, Orange, SFR et autres, qui voyaient d’un œil neutre ou bon le téléchargement, qui ne leur coutait rien et apportait des abonnés, vont se mettre à détester le téléchargement qui leur coute si cher.

Que va-t-il se passer ensuite ?
Le gouvernement va ressortir son cheval de bataille : le filtrage du net. Cela consiste à analyser tout ce que vous faites et à vous autoriser ou non. Certains sites ne seront plus accessibles, le téléchargement et d’autres applications seront impossibles si jugées mauvaises par le gouvernement.
Le filtrage du net, c’est comme les écoutes téléphoniques, avec un opérateur qui décide de couper votre coup de fil s’il juge que votre conversation n’est pas légale.
Jusque là, les fournisseurs d’accès, Free, Orange, etc., y ont toujours été opposés, mais si ils perdent de l’argent avec la nouvelle manière de télécharger, ils vont sans doute changer d’avis.

Vous pensez que c’est de la Paranoïa ?
C’est le scenario qui a été prophétisé par un cerveau d’Hadopi.
Des réunions sur le filtrage ont déjà eu lieues.
C’est le cheval de bataille du gouvernement, et récemment Sarkozy a clairement annoncé que c’est ce qu’il voulait.
Edit : Récemment un dossier de France-Info traite le sujet et confirme le problème.
.

Ainsi, la loi Hadopi favorise à court terme le marché-noir et l’économie parallèle, et à moyen-terme sert de tremplin pour le filtrage du net.
.

Pour ceux qui pensent qu’arrêter le téléchargement a tous prix est normal, puisque c’est illégal, ceux qui pensent comme la patron de google que seuls ceux qui ont des choses à se reprocher sont contre le contrôle absolu, ceux qui ne voient pas où est le problème du filtrage d’internet, c’est un point de vue. Après tout, la Chine ou la Corée du Nord en ont mis en place et s’en sortent plutôt bien (reste à savoir sur quel plan).
Les sages, eux, savent bien sûr que personne n’est à 100% dans la légalité (pensez à votre comportement au volant) ; les plus sages encore savent que la morale ou la légalité sont des notions qui ont été relatives au cours de l’histoire ; les philosophes, enfin, se rappelleront de la différence entre un régime où les lois existent mais où on peut les transgresser, avec la punition qui vient derrière, et un régime où l’on oblige tout le monde à rester dans la loi.
Les autres se contenteront de se rappeler que le filtrage internet en Angleterre avait mené au blocage de Wikipedia. Edit : une étude des sites filtrés par l’Australie montre également de nombreux abus.
.

Et je vous rappelle que pendant ce temps là, l’industrie de la musique continue régulièrement à augmenter son chiffre d’affaire depuis 10 ans (en fait seule l’industrie du disque est en crise, le marché s’est simplement déplacé, principalement sur les concerts).

.

.

La semaine prochaine :
Comment le frère de Sarkozy a lancé une entreprise de complémentaire retraite en contrat avec l’état depuis 2008.
Comment Balkani père se battait pour légaliser les jeux en ligne, tandis que son fils montait une boite de poker sur internet.

.

Note : Notez bien que j’ai simplifié un sacré nombre de concepts. Pour ceux qui voudraient plus de détails, j’ai lié la plupart des articles les plus intéressants, qui eux-mêmes en lient d’autres. Et pour ceux qui voudraient vraiment se tenir au courant, il suffit d’explorer ces sites :
-http://fr.readwriteweb.com/
-http://www.numerama.com/
-http://bluetouff.com/
-http://www.pcinpact.com/
-http://www.laquadrature.net/fr
Et si j’ai oublié de sourcer certaines affirmations, n’hésitez pas à me demander.

About these ads
11 Commentaires leave one →
  1. 31 octobre 2010 08:07

    Eh bien, c’est super intéressant tout ça, parce que oui, regarder un fichier piraté (y compris en streaming), c’est du recel. Et le recel est un délit puni par la loi (délit ? Iwayado, je ne dis pas n’importe quoi ?). Alors oui, il paraît un peu osé de se battre pour le droit à contourner la loi, mais les perspectives que tu développes, Lien Rag, sont très intéressantes : je n’ai jamais été vraiment partisane d’Hadopi (qui l’est vraiment ?), mais maintenant je comprends mieux pourquoi.
    Il est évident que les industries de la musique et du cinéma se fichent de nous : elles se portent bien, et si les DVDs et les CDs ne se vendent pas, c’est qu’ils sont trop chers, et qu’une part importante de cet argent tombe dans la poche des distributeurs, pas dans l’escarcelle des artistes.
    Il me paraît évident que cette loi n’est PAS la solution. (J’allais énumérer les raisons, mais pourquoi faire ? C’est dans ton article.^^)

    Merci Lien Rag pour cet article clair et précis, ça m’a fait réfléchir, et ça fait du bien.

    • Lien Rag permalink*
      31 octobre 2010 09:54

      Pour info, une étude de 2003 sur "où va ton argent" quand tu achètes un CD à 20€.

      Moi ils m’ont définitivement perdus lorsqu’ils ont sorti le prix des MP3s au prix des CDs. Merci apple BTW.

      Tiens, j’en profite pour rappeler que les cartes musiques qui sortent en ce moment, pour pousser les jeunes à consommer un produit qu’ils ne veulent plus consommer, mais grâce à nos impots, ces cartes donc ne s’appliquent qu’à certains catalogues de variété chez nos majors préférées. Donc ce sera encore ceux qui vont chez Drucker ou aux enfoirés qui seront avantagés, tandis que Ez3kiel, les Cowboys fringants ou les Ogres de Barback, que dalle… Alors si vous écoutez du metal ou du jazz fusion, là allez carrément vous faire voir.
      Merci au gouvernement pour cette subvention pour développer le conformisme.

      • 1 novembre 2010 19:26

        Lien Rag, je n’en attendais pas moins de ta part ;)
        Très bon article, clair, et liens très bien choisis.
        Pour les fans de métal, je dois dire que ta ligne m’a faite sourire. J’ai des souvenirs assez vivaces de débats entendus sur les grosses écuries américaines type Roadrunner du genre "mais ils vont perdre leur âme et faire de la musique commerciale merdique qu’on achètera sur i-poop" :p
        Quasiment aucun rapport, mais quand même :

        (Je recommande aussi Radio Friendly Song – pour rester dans l’optique)

  2. stef808 permalink
    31 octobre 2010 09:35

    Très intéressant Lien Rag ;) et merci pour tous les petits liens ! je m’en va explorer tout ça ! :)

  3. 31 octobre 2010 10:03

    Merci pour cet article, qui éclaire bien ma lanterne !

  4. Lien Rag permalink*
    2 novembre 2010 16:16

    Pour les gens qui pensent que le filtrage du net est une ineptie "sans preuve", et que ceux qui en parlent font preuve de "paranoïa", "psychose" ou "délire" (quel beau champ lexical), j’espère que France Info sera une source acceptable.

    EDIT : et for the lulz : http://www.flickr.com/photos/52602528@N05/with/4857454656/

  5. Ofboir permalink
    9 novembre 2010 19:55

    Merci Lien Rag pour ce super article que j’ai enfin pris le temps de lire !

    Pour moi, c’est une aberration de payer un disque 25€ à la fnuc, et ça l’est encore plus de payer pour des mp3 (pas de support physique, et en plus un format compressé avec pertes … beuark). Du coup, j’achète des CDs en import sur internet (parce qu’en plus j’écoute du jazz-fusion-métal), alors la question à 100 cartes musique jeune : est-ce que c’est légal ?

    • Lien Rag permalink*
      10 novembre 2010 13:13

      C’est totalement légal, si tant est que tu paies la TVA française : soit le site t’applique la TVA de ton pays (et la reverse à l’état), soit c’est la douane qui t’applique une surcharge pour compenser (si tu achètes en dehors de l’UE). Si tu n’es dans aucun de ces cas, tu passes au travers des mailles du filet, mais je ne sais pas si c’est a proprement parler illegal, puisque c’est la douane qui n’a pas fait son travail.

  6. vans permalink
    10 novembre 2010 11:00

    Merci pour ces informations intéressantes (gnark gnark), ça va contribuer à ma culture :)

Trackbacks

  1. Tweets that mention Les dangers d’HADOPI expliqués à tous « Culture's Pub -- Topsy.com
  2. [Brève] An Insight into Child Porn « Culture's Pub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 28 autres abonnés

%d bloggers like this: